mercredi 25 septembre 2013

Pinocchio et Robinson / Ça & 25 centimes

Pinocchio et Robinson
Pour une éthique de la lecture
Alberto Manguel
L'escampette éditions, 2005



Bien sûr Pinocchio apprend à lire à l'école, mais sans atteindre le stade servant à la connaissance de lui-même et du monde qui l'entoure. Apprentissage, selon Manguel, "le plus difficile, le plus dangereux et le plus puissant". Prônant les mérites de la lenteur et de l'effort délibéré, histoire de lire en profondeur, pénétrer dans un livre et l'explorer jusqu'à ses limites, il décortique les richesse du roman de Collodi. Mais comme le disait Eco, "les limites de l'interprétation coïncident avec les limites du bon sens."

Manguel déplore que notre société n'encourage guère ce type de lecture, et cite une expression latine que j'ignorais, mais me réjouit définitivement, per ardua ad astra, par la difficulté atteignons les étoiles.

Ceux qui ont lu le roman de Defoe savant qu'en plus d'outils et autre matériel pratique, Robinson sauve quelques livres (en portugais, donc frustrant sans doute) et trois Bibles (en anglais, ouf pour lui!)
Même si Manguel a écrit ce petit essai, en 2000, lorsque Internet et les liseuses n’avaient pas la place qu’elles ont actuellement, ses réflexions demeurent intéressantes.
Je termine en signalant qu'il rappelle aussi la réjouissante liste des "choses à éviter quand on écrit", établie en 1939 par Borges, Casares et Ocampo. Suivre cette liste, bien sûr, aboutit "à l'absence de toute littérature."

Pour terminer, "Vers une définition du lecteur idéal", rien que ça! Une énumération où on peut picorer, au hasard, d'accord ou pas, ça se discute.

Pour le lecteur idéal, toutes les plaisanteries sont nouvelles.
Le lecteur idéal a une capacité d'oubli illimitée.Il peut chasser de sa conscience tout souvenir du fait que le Dr Jekyll et Mr Hyde sont une seule et même personne, que Julien Sorel aura la tête coupée, que le nom de l’assassin de Roger Ackroyd est Untel.
Le lecteur idéal sait ce dont l'écrivain n'a que l'intuition.
Lorsqu'il ferme son livre, le lecteur idéal sent que s'il ne l'avait pas lu, le monde serait plus pauvre.
Le lecteur idéal ressemble à Joseph Joubert, qui arrachait des livres de sa bibliothèque les pages qui en lui plaisaient pas.
Le lecteur idéal ne compte jamais ses livres.
Le lecteur idéal lit toute littérature comme si elle était anonyme.
Lorsqu'il lit un livre datant de plusieurs siècles, le lecteur idéal se sent immortel.
Le lecteur idéal ne sait pas qu'il est le lecteur idéal avant d'être arrivé à la fin du livre.
Le lecteur idéal, c'est, pour un livre, une promesse de résurrection.
Tout livre, bon ou mauvais, a son lecteur idéal.
Pour le lecteur idéal, tout livre se lit, dans une certaine mesure, comme son autobiographie.
Le lecteur idéal fait du prosélytisme.
Le lecteur idéal est capable de tomber amoureux d'un des personnages du livre.
Il y a trois types de lecteurs: l'un, qui savoure sans juger; un troisième, qui juge sans savourer; et un autre au milieu, qui juge tout en savourant et savoure en jugeant. (Goethe)
Le lecteur idéal souhaite à la fois arriver à la fin du livre et savoir que le livre n'aura pas de fin.
Le lecteur idéal ne se soucie pas des genres.

Les avis de Delittéris,

Histoire de rendre ce billet encore plus long, je recopie un billet paru sur mon ex blog, mais qui n'a pas vieilli, à mon avis. Toujours Manguel, et je lance un appel au peuple lecteur car depuis j'ai acheté Une histoire de la lecture et La bibliothèque, la nuit, qu'il me faudrait bien relire... De l'aide?
http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/9/1/9782356080196.jpgÇa & 25 centimes
Conversations d'Alberto Manguel avec un ami
L'Escampette Editions, 2009
 
Quatrième de couverture:
"Ce livre est la transcription méticuleuse d'une série d'entretiens que nous avons menés avec Alberto Manguel au cours de plusieurs rencontres.
Il ne s'agit pas, ici, d'un texte d'Alberto Manguel, fruit de plusieurs années de recherche, de travail, de mise au point. Il s'agit d'une parole qui va son chemin et qui est une leçon de liberté, d'humour, d'impertinence et d'amitié. Il s'agit d'une improvisation nourrie de l'expérience d'une vie, d'une jam-session dan le cadre d'une fabuleuse bibliothèque. Cette parole, il faut l'écouter, elle est vivifiante; parfois elle s'emporte et parfois s'attendrit; parfois elle est nostalgique et parfois iconoclaste; elle joue sur toutes les gammes...
Comme dans toute conversation, des points mériteraient d'être approfondis. Nous avons choisi de tout laisser en l'état, de ne pas quitter la spontanéité pour la construction, persuadés que de nouveaux livres d'Alberto Manguel trouveront leur première graine en ces semailles de plein vent!"
 
 
Soyez sans crainte! Le risque que le lecteur reste extérieur, voire perdu, a été évité par le choix de la présentation chronologique de la vie de Manguel, où il aborde différents thèmes au fil de la conversation, et par la précaution prise d'insérer de façon naturelle les éléments permettant de tout éclairer. Tout en gardant intacte la vivacité des échanges et l'impression de complicité qui unit les amis. Une forme fort agréable, donc!
 
 
Quant au fond, c'est du pur bonheur. Manguel est né en Argentine et a suivi son père, nommé ambassadeur dans le tout nouvel état d'Israël. Jusqu'à l'âge de sept, il ne parlait pas espagnol et donc ne communiquait pas avec ses parents; sa « nurse », Ellin, est chargée du petit Alberto. Mais quelle éducation!
 
« Une chose qu'Ellin m'a donnée est le sentiment que la culture, littéraire, artistique, musicale, n'est pas quelque chose d'extraordinaire mais quelque chose de tous les jours et qu'il n'y a pas de différence entre une littérature considérée populaire et une littérature dite classique. Ce qui compte c'est d'y trouver notre bonheur et un miroir du monde. Ellin lisait les romans de Cronin, Guy des Cars, Alberto Moravia, Erich Maria Remarque, Graham Greene, Mazo de la Roche... Et tout ça avec une connaissance de base, très traditionnelle, de Goethe, Schiller, Shakespeare, etc... »
 
« La littérature policière, dans le sens d'un mystère qui doit être résolu, m'intéresse toujours énormément. Pourquoi tel événement est-il arrivé? Qu'est-ce qu'on peut raconter autour d'une question, d'un mystère? Finalement tout au long de ma vie de lecteur, c'est ce qui m'aura intéressé le plus dans le genre romanesque. Plus que la psychologie, plus que la description, plus que la réflexion philosophique, ce qui m'intéresse, c'est l'enquête, c'est l'écrivain comme enquêteur. La question peut être : comment Julien Sorel réalisera-t-il son ambition? Ou quel est le mystère qui finira par expliquer la mémoire de Swann? C'est toujours la recherche de faits qui construit en secret l'histoire que nous ne connaissons pas et que nous cherchons à connaître. »
 
Signaler juste qu'il existe encore des tas de pages à citer sur les rapports de Manguel avec les livres, la lecture, les auteurs, des anecdotes riches et passionnantes; son parcours, ses rencontres, ses voyages, ses amitiés, sa vision de l'Argentine, du Canada (il est en fait Canadien depuis longtemps); sa bibliothèque de 30 000 livres installée dans un endroit de rêve, près de Poitiers.
 
Et avouer que j'ai maintenant une furieuse envie de relire Une histoire de la lecture et La bibliothèque, la nuit, dont la genèse est évoquée dans ce récit à deux voix que je recommande chaudement!
 
Quant au titre, en parlant de notoriété et succès commercial:
« Il y a un dicton canadien, pour parler de la reconnaissance littéraire, qui dit : 'Ça et 25 centimes te paieront une tasse de café!' »
 
« Les grands écrivains visent à toucher ce qui est le plus difficile à atteindre dans le lecteur, lui laisser son entière liberté tout en lui ouvrant des passages dérobés plutôt que des portes. Tandis que ceux-là [les autres] flattent nos petites mesquineries, nos petites peurs et ouvrent des portes par lesquelles il est très facile de passer.» 

En tant que traducteur:
« J'ai fait beaucoup de traductions dans ma vie; eh bien, les traductions les plus difficiles sont toujours celles des mauvais écrivains. Les grands écrivains sont très faciles à traduire car il y a un squelette qu'on peut démonter et remonter, un squelette très visible. On sait pourquoi tel mot est à telle place.
Traduire c'est la façon la plus minutieuse, la plus approfondie, la plus critique de lire. »
 
Les avis de Le poing et la plume,

Commentaires sur cet article

Cynthia Il y a 3 ans
Ton billet me fait penser que j'ai encore "Une histoire de la lecture" dans ma PAL...

keisha Il y a 3 ans @ Cynthia
La fameuse piqûre de rappel!
Cet auteur est drôlement intéressant et en plus il n'est pas du tout abscons.

Marie Il y a 3 ans
Quel billet enthousiaste ! 
Je me fais toute petite, je le chuchote, tu ne le répètes à personne : Je ne connais pas Alberto Manguel...

keisha Il y a 3 ans @ Marie
Tu as parfaitement le droit! Mais mon billet en dit assez, maintenant tu le connais, et tu sais que ce type est un
dangereux augmenteur de PAL... En fait, ses bouquins sont à avoir à la maison, pas à emprunter en bibli. (même si c'est hélas mon cas)

Pickwick Il y a 3 ans
Ce livre a l'air passionnant ! Les extraits que tu cites donnent déjà énormément envie, alors je n'ose pas imaginer le reste... moi qui me disait stop au grossissement de la PAL, je sens que je
vais craquer :)

keisha Il y a 3 ans @ Pickwick
Ce livre est assez court en fait,et il est passionnant (j'avais déjà lu les deux livres que je cite, et je n'aurais donc pas cru que cela m'intéresserait autant, en fait c'est complémentaire). Je
te recommande chaudement Ça & 25 centimes, et, pour aller plus loin , ses histoires de la lecture et des bibliothèques, du vraiment bien crois moi!
HS : Grâce à toi j'ai emprunté "Sur le route", le rouleau original.

sylire Il y a 3 ans
Voilà un bon moment que je souhaite lire Alberto Mangel. Merci donc pour la piqure de rappel.

keisha Il y a 3 ans @ sylire
Eh bien tu peux démarrer par cet opus ci, assez court et sous forme de conversation. Cela m'étonnerait que tu n'aies pas ensuite envie de découvrir d'autres écrits, plus gros mais tellement
passionnants!

Manu Il y a 3 ans
Tout comme Cynthia, j'ai "L'histoire de la lecture" dans ma PAL. Je vais commencer par là.

keisha Il y a 3 ans @ Manu
Bonne idée! J'espère que tu en feras ton miel.

Aifelle Il y a 3 ans
Un auteur que je me promets bien de lire un jour. J'ai assisté à une rencontre avec lui, il est très vivant et passionnant à l'oral.

keisha Il y a 3 ans


@ Aifelle Quelle chance tu as! Cette vie et cette passion se retrouvent bien dans ses écrits.

Delphine Il y a 3 ans
Je suis en pleine lecture de "une histoire de lecture", j'aime BEAUCOUP cet homme !

keisha Il y a 3 ans @ Delphine
Moi aussi! La bibliothèque la nuit est tout aussi réjouissant et tonique à lire!

Nadine N. Il y a 3 ans
Je ne connaissais pas du tout, cet auteur.
Amicalement.
keisha Il y a 3 ans @ Nadine N.
Je te le recommande chaudement; à mon avis tu devrais trouver aisément quelques de ses écrits là où tu habites.
Amitiés.

Papillon Il y a 3 ans
Très tentanr ! J'adore cet écrivain que j'ai eu la chance d'entendre une année au festival des étonnants voyageurs et qui a inspiré le nom de mon blog. Et tu me rappelles qu'Une histoire de la
lecture est toujours dans ma PAL...

keisha Il y a 3 ans @ Papillon
Ah, oui, journal d'un lecteur! Je l'ai lu mais il m'a laissé moins de traces que Une histoire de la lecture ou La bibliothèque la nuit. Deux titres incontournables. Et le livre dont je parle
aujourd'hui est une petite friandise idéale comme apéritif à son oeuvre.

Hélène Il y a 3 ans
J'ai lu "Une histoire de la lecture" il y a très longtemps, tu me donnes envie de le relire. "La bibliothèque la nuit" est dans ma LAL, et celui sont tu parles va le rejoindre...

keisha Il y a 3 ans @ Hélène
Allez, disons que les trois sont incontournables! Franchement, cet auteur réussit à être intelligent, faire réfléchir et
à être agréable à lire...

Lou Il y a 3 ans
je trouve le titre et la couverture assez atroces et j'aurais pu ne pas le repérer sans toi... ça a l'air vraiment intéressant, je le note (après la lecture du Manguel de ma PAL)

keisha Il y a 3 ans @ Lou
Je sais, il faut vraiment connaître déjà Manguel (et avoir feuilleté le livre) pour avoir envie de le lire! J'explique le titre dans mon billet d'ailleurs.
C'est intéressant, vraiment, comme celui de ta PAL je n'en doute pas!

A_girl_from_earth Il y a 3 ans
Quel beau billet enthousiaste! Très communicatif... euh mais là je viens d'entamer Anna Karénine et euh... enfin tu vois quoi...

keisha Il y a 3 ans @ A girl from earth
Je vois je vois... Don't disturb, quoi!
Mais pour relâcher la pression tolstoïenne, rien de tel que quelques pages par ci par là de ce genre de livre.


Restling Il y a 3 ans
...ça me dit rien...
*je sors*


keisha Il y a 3 ans @ Restling
En fait c'est un livre qui m'a absolument enchantée, ravie, une petite pépite, et, snif! , je n'ai pas convaincu les lecteurs.

40 commentaires:

  1. Coïncidence amusante, je viens tout juste de lire le premier (pour preuve: http://lescarnetsdecachou.tumblr.com/post/61532937225). Et c'est dommage, tu n'as pas repris une de mes définitions préférées du lecteur idéal... ;-p: http://lesmotsquejauraisaimeecrire.tumblr.com/post/61516639205/le-lecteur-ideal-neprouve-aucun-interet-pour-les

    Beaucoup aimé, j'aimerais bien lire le second également...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te croyais sur parole (et cela prouve que les grands esprits se rencontrent...) .Pour les citations, j'aurais pu tout recopier (mais j'ai déjà largement abusé des citations), et puis, 1) je n'ai pas lu Houellebecq, donc ne peux rien en dire, 2) il y a des gens qui aiment...
      Mais j'avoue que c'est vraiment marrant cette remarque (on peut mettre un autre nom que Houellebecq, aussi. ^_^

      Supprimer
    2. C'est parce que je n'aime pas le monsieur que la chose m'a fait sourire. Il est tellement porté aux nues littérairement parlant que j'ai été surprise (et ravie, je dois le dire) de la remarque de Manguel, je me suis sentie moins seule (seule Nancy Huston s'était exprimée "contre" l'auteur, mais comme on n'est plus trop copines elle et moi...).

      Supprimer
    3. On se demande pourquoi Manguel prend Houellebecq, il aurait pu choisir un autre nom? Mais, en effet, pourquoi pas Houellebecq? Manguel doit l'avoir lu et même le connaître, ce n'est pas possible autrement. ^_^
      Sur les blogs, il ne semble pas si porté aux nues (en tout cas on en parle rarement).
      Huston... Son avant-dernier bouquin m'est tombé des mains, la fin(?) d'une belle amitié entre elle et moi...

      Supprimer
    4. "Reflet dans un oeil d'homme"?

      Supprimer
    5. Non, Infrarouge, trop cru à mon goût (eh oui, quand c'est inutile je n'aime pas), Reflets dans un oeil d'homme, même pas essayé après les avis sur les blogs, et figure toi qu'hier j'ai vu à la bibli Danse noire, son dernier? Elle est prolixe, la dame!
      Mais il me reste ses anciens, si je veux.
      L'espèce fabulatrice, j'avais énormément aimé.

      Supprimer
    6. Pas su le finir "Infrarouge", je ne suis même pas arrivée au côté cru!
      "Reflets dans un oeil d'homme" m'a fâchée avec elle. J'aime toujours ses anciens livres, mais je ne sais pas si je pourrais encore la lire. Entre ses positions sur l'homosexualité et celles sur la féminité, je ne peux plus...
      "Danse noir", je n'en ai entendu que de mauvais échos pour l'instant, sur un blog d'une amatrice de la dame mais aussi dans une émission télé que j'adore, avec quatre personne en discutant et trois ayant détesté (l'une d'elle n'a même pas fini le livre alors que ça ne lui arrive quasi jamais...).
      J'avais aussi bien aimé "Les professeurs de désespoir", celui dans lequel elle parle justement de son désamour pour Houellebecq.

      Supprimer
    7. Bon, ce n'est pas son année, quoi. Je le répète, j'avais aimé L'espèce fabulatrice, et des romans bien anciens. Comme pour Auster, on peut se consoler avec les écrits anciens.
      Houellebecq : jamais lu, tu lui reproches quoi? ^_^

      Supprimer
    8. Pas osé lire le dernier Auster... :-(
      Pour Houellebecq, c'est difficile à expliquer rapidement, si ce n'est que je ne supporte pas cette veine de défaitisme complaisant à laquelle il appartient. Et qu'il n'écrit même pas de manière intéressante (c'est du factuel, comme dans beaucoup de best sellers). J'ai tout expliqué là: http://www.les-lectures-de-cachou.com/ou-je-parle-de-monsieur-houellebecq/

      Supprimer
    9. Moi non plus, Paul et moi c'est fini (mais j'ai quasiment tout lu de lui avant son dernier...)
      Je vais voir ton billet sur Houellebecq!

      Supprimer
  2. Je me reconnais dans plusieurs définitions du lecteur idéal ! Je n'ai encore jamais lu Manguel, mais qu'est-ce que tu veux comme aide, je n'ai pas très bien compris ta demande, tu proposes une LC ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, carrément une LC, histoire de me motiver pour relire un des deux cités (et ce sont des incontournables d'ailleurs!)

      Supprimer
  3. Ah j'aime les coïncidences je viens de relire un Manguel et je ferai un billet dans quelques jours mais je n'ai lu aucun de ces deux là Malheur ...enfin je veux dire Bonheur ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chic chic, les grands esprits se rencontrent. J'aime beaucoup Manguel!

      Supprimer
  4. "Tout livre, bon ou mauvais, a son lecteur idéal." Celle-ci est ma préférée, même si celle de Cachou est très juste aussi. :p
    Ton avis me rappelle qu'il faudrait aussi que je lise Manguel, déjà présenté auparavant dans le projet (où la classification de Marilyne sera sauvée, je lis un livre intitulé La querelle ds livres) Que dirais-tu du mois prochain si ton appel à l'aide concerne une LC ? Je devrais bien trouver un des deux à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup sont mes préférées... ^_^
      On peut se faire une LC sur un des deux (Maryline va craquer!), je suis prête. Ces livre sont des incontournables, sûrement présents en bibli.

      Supprimer
    2. Les deux sont à la bibliothèque (et en plusieurs exemplaires ! Flo, si tu lis ce message, "tout arrive, même les miracles" :D) ; je suis assez tentée par l'Histoire de la lecture pour commencer. Je dois d'abord prendre un peu d'avance pour le mois de la nouvelle et passer à la bibli, mais te tiens au courant très vite par mail (dans le courant de la semaine prochaine sans doute)

      Supprimer
    3. C'est d'accord! J'avais juste besoin qu'on me pousse un peu (et j'étais sûre qu'il était dans toute bibli correcte ^_^).
      J'attends ton mail et on case Histoire de la lecture pour Maryline...

      Supprimer
  5. Ah non, deux titres à noter en un seul billet, tu exagères !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui, mais ils sont courts, très bien, et du même auteur...

      Supprimer
  6. Le premier doit être assez passionnant. Ce genre de réflexion menée autour de la lecture me parle énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour toi (et ton travail) il y a de la réflexion... Manguel est à lire de toute façon!

      Supprimer
  7. Je ne me souvenais pas que Julien Sorel était décapité :-o et je compte mes livres (pas bien ça !)
    J'ai "L'histoire de la lecture" mais je n'ai pas encore eu le courage de m'y plonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En France, c’était la guillotine... J'ai découvert récemment le rapport entre Mathilde, l'amoureuse de Julien Sorel, et l'histoire de la reine Margot... si ma mémoire est bonne)
      L'histoire de la lecture, ça se lit bien. Un peu de temps en temps, et ça file.

      Supprimer
  8. Bonne idée, les deux sont dans ma PAL suite à de nombreux commentaires élogieux, mais je ne les ai pas encore ouvert.

    RépondreSupprimer
  9. Fabuleux Alberto ! Je suis en train de dévorer la bibliothèque la nuit, ce mec est passionnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras! Je l'ai lu, je veux le relire. A me souvenir je l'ai encore plus aimé que Histoire de la lecture, c'est dire...

      Supprimer
  10. Je devais être très occupée il y a trois ans car je n'avais pas du tout retenu le nom de l'auteur... tu as raison d'être pugnace si l'auteur le vaut bien. Ce que vous dites plus haut sur Nancy Houston m'attriste, décevant son dernier livre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manguel est un incontournable, il écrit des choses très intéressantes et pas plombantes.
      Voir ma réponse à Cachou pour Huston, en fait j'avais un peu mélangé les titres. Bah, peut être pourrai-je revenir à elle, via son dernier (juste arrivé!)!

      Supprimer
  11. Je me réjouis de lire sous votre plume les mots "per ardua ad astra": sortons de la caverne, bon sang !.
    Et d'y lire que vous avez appécié ce grand "lecteur" qu'est Alberto Manguel.

    L'histoire de la lecture repose sur ma table de chevet d'où je la dérange souvent le soir avant de dormir.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je résiste mal au latin, et là cette expression est une pépite, s'en souvenir quand on choisit un livre (bon, je n'applique pas toujours, mais il ne faut pas renoncer)
      Les deux Manguel sur la lecture et les bibliothèques sont sur mes étagères, promis à une (re)lecture. Ils font partie de ces livres empruntés mais que j'ai voulu acheter pour les posséder et les relire...
      Belle journée aussi.

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Absolument pas! Manguel est une sorte de classique que toute blogueuse se devrait de lire. ^_^
      (Miossec à Blois en mai, ça te dit?)

      Supprimer
  13. D'accord avec ton comm' ci-dessus (en réponse à Clara), sans avoir encore rien lu du Manguel. Mais il fait partie de ma vieille LAL. Tiens, j'aurais dû le mettre dans mon challenge des lacunes pour me booster un peu. Tu fais appel à une LC là, entre les lignes, si je comprends bien ? ^_^ Bon, à voir, à voir, en tout cas 2013 est full booké chez moi, ça c'est sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, il y a un message subliminal... ^_^ Je vais voir si une blogueuse me suit. De toute façon il y a deux livres, donc je peux en réserver un pour 2014, avec toi?
      Finalement, à regarder mes étagères, ma PAL n'est pas immense...

      Supprimer
  14. Ah tu me fais envie tiens, j'ai au moins deux Manguell dans ma pal et j'adore cet auteur dont la bibliothèque la nuit m'a ravie (simplement j'ai oublié les titres car je les confonds souvent)... mais je ne connais pas celui-là :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bibliothèque la nuit j'ai adoré (et veux le relire), son Histoire de la lecture est incontournable. Il a pas mal écrit, tu sais, il m'en reste encore...

      Supprimer
  15. Moi aussi je suis fan de cette citation ! !!! Elle apparaîtra surement dans mon prochain bilan mensuel !!!! Belle définition du lecteur idéal. La seule chose que je n'arrive pas à faire quand je lis, c'est d'oublier le genre ( j'en préfère certains à d'autres) et surtout j'ai souvent un horizon d'attente en ouvrant le livre. Je le lirai à l'occasion mais en fait, je lis très peu de livre sur la lecture : je crois que j'en suis dégoûtée après avoir lu les théorie de l'école de Constance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois un genre "attendu" nous donne de belles surprises, ou se révèle "multi-genres", non?
      Les théories de l'école de Constance? Je viens de chercher sur G..., je découvre totalement!^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !