mercredi 30 octobre 2013

Pays perdu

http://www.amazon.fr/Pays-perdu-Pierre-Jourde/dp/2846360464
Pays perdu
Pierre Jourde
L'esprit des péninsules, 2003






Arriver à L., petit village du nord Cantal, ça se mérite. Et encore quand il n'y a pas trop de neige. Préférer la belle saison, quoi.

Mais la neige, quand même...
"Je me souviens du bonheur de ces reliefs effacés, enveloppés dans une substance égale, éblouissante, engourdissant les sensations, avalant même les sons. Plus de prés, de bosquets, de haies, de murs ,de chemins, d'herbe, de taupinières, une continuité douce, des ondulations moelleuses laissant seulement la trace des choses qu'on s'étonnait presque d'avoir connues sous une forme moins parfaite. Moins encore que des traces, une allusion, une esquisse de courbe, rien. D'invraisemblables vagues soulevées par le vent, au bord de l'effondrement, et demeurant comme des rouleaux mécaniques figés dans un temps suspendu. Des éclats de paillettes que la  lumière allume, éteint, ranime ailleurs.Et parfois, sous la couche régulière, par une déchirure, comme un rappel , le souvenir d'un monde ancien aboli, un aperçu sur des profondeurs noires et pleines de formes enchevêtrées. Si la neige, à nouveau, pouvait tout envelopper, effacer les reliefs et les chagrins, taire les mots."

Pour régler une affaire de famille, le narrateur (Jourde) et son frère se rendent dans le petit village d'où est originaire leur père, apprenant à leur arrivée le décès d'une jeune fille du village. Les obsèques auront lieu le lendemain. Défilé des voisins et de la famille, des habitants des villages environnants dans la maison des parents, occasion de portraiturer ces figures hautes en couleur ou exemplaires. Jourde ne fait pas dans la dentelle, et quelques pages d'anthologie sont consacrées aux bouses de vache...(j'adore, car en plus c'est du vécu et je confirme la ténacité et l'ambivalence de la chose. En revanche j'ai eu du mal avec les descriptions de crasse chez certains...)

Je ne suis pas originaire de ce coin là, mais ma foi, le monde paysan à l'ancienne, que de souvenirs...
"Le vieux célibataire a l'hospitalité cordiale et généreuse. Il sait ce qu'il doit au monde. La simplicité de ses manières, simplicité dont il se réclame en vous forçant à boire un autre plein verre et à accepter un fromage ou une douzaine d'oeufs, n'est que l'apparence conventionnelle d'un attachement intégriste aux rituels complexes de la civilité paysanne. La conversation se tient assis sur des bancs, de part et d'autre de la table. Le verre rempli à ras bords doit durer. Son contenu marque le développement de la première phase, son remplissage permettra une relance. La conversation avec le vieux cousin n'implique pas nécessairement un langage verbal. Son fonds principal se constitue de grommellements dispersés, d'onomatopées entre lesquels on laisse s'installer un silence de bon aloi.
Là-dessus, quelques remarques à propos du temps, des récoltes, de la famille viennent se détacher en guise de fioritures décoratives. Un attrape-mouche doré pend dans le creux profond de la fenêtre, tortillé comme un ornement baroque dans une église. La lumière avaricieuse ne se dépense qu'à l'éclairer, le prenant pour un luxe, et nos laisse dans la pénombre. Sur la spirale glorieuse s'achèvent de minuscules agonies. D'autres mouches profitent du calme ambiant pour avancer avec soin leur exploration de la toile cirée."

Une unité d'espace (les villages proches) et de temps (deux jours) pour une plongée dans ce monde rural incroyable. L'auteur évoquera aussi son père et le secret de ses origines. Mais là n'est point le sujet, on ne s'attarde pas.

Ce récit/roman n'a pas eu l'heur de plaire aux villageois, qui ont agressé l'auteur lors d'un de ses passages en 2005, des noms d'oiseaux ont fusé, un procès s'en est ensuivi, et le dernier opus de Pierre Jourde, La première pierre, revient sur cette histoire. Il me tarde de le lire!

2007 le  procès

44 commentaires:

  1. Le sujet semble intéressant et l'anecdote sur la réception du récit est amusante ! Je n'avais entendu parler, de Jourde, que de son pavé de l'année dernière ; celui-ci me paraît bien plus adapté pour aborder son oeuvre ! Merci pour ce billet :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas Jourde (l'auteur) plus que ça, j'avais juste lu La littérature sans estomac (ce type a l'art de se faire des copains ^_^) et son pavé de l'année dernière qui m'avait emballée... J'avais dû abandonner Festins secrets car il y distillait bien trop de malaise pour le bien être de mon esprit fragile.^_^
      J'ai donc retrouvé avec plaisir son écriture roborative avec Pays perdu, et hier soir ai démarré ce La première pierre qui sera le second volet du diptyque (non prévu au départ par l'auteur, bien évidemment)

      Supprimer
  2. J'ai l'intention de le lire, tu le sais. Il faut que je lui trouve une petite place avant d'attaquer celui qui vient de sortir (le procès il ne l'a intenté que parce qu'un de ses enfants a été blessé).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hier j'ai emprunté le dernier paru, mais le billet de Pays perdu était écrit car je ne voulais pas me laisser influencer. Les deux livres à mon avis doivent se lire ensemble, ils font moins de 200 pages chacun.

      Supprimer
  3. Jourde écrit bien, l'extrait proposé me séduit. "La première pierre" semble un bon cru également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi son écriture travaillée mais sans excès, il a l'art de rendre intéressant le moindre détail.
      Les deux livres, Pays perdu et La première pierre (que je viens de commencer) me semblent à lire dans la foulée si j'ose dire.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Dans l'ordre, c'est mieux! J'espère que tu les trouveras facilement (surtout le premier, qui a l'air épuisé (mais peut être qu'une réédition?^_^) ou en bibli en tout cas.

      Supprimer
  5. Zut, on aurait dû le lire ensemble : ce livre prend la poussière sur mes étagère depuis trop longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je voulais le lire avant son dernier.
      Zou, essuie la poussière, lis-le, puis La première pierre ensuite.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. En effet. Je lis le dernier de l'auteur, essayant d'éviter le regard trop curieux, et de voir ce que Jourde a tiré de cette expérience, littérairement parlant.

      Supprimer
  7. Une drôle d'histoire qu'a connu ce roman. C'est un auteur dont j'ai beaucoup entendu parler mais que je n'ai pas encore pris le temps de découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un auteur à découvrir absolument, après, on aime ou on n'aime pas (mais quelque chose me dit que tu devrais bien accrocher...)
      Roman de 2003, avec rebondissements en 2005, puis cette année une sorte de "suite" (hélas non prévue par l'auteur en 2003)

      Supprimer
  8. J'avoue que je ne connais pas ce livre, ni son histoire... Je découvre, et j'essayerai de lire l'auteur à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est uniquement à cause de son dernier bouquin que j'ai entendu parler de cette histoire, donc j'ai commencé par Pays perdu (et c'est logiquement ce qu'il faut faire)

      Supprimer
  9. ah les grands esprits, l'ayant entendu à la radio j'ai eu envie d'aller y voir, j'ai fait une réservation pour pays perdu en livre audio et son dernier opus mais hélas hélas les réservations prennent des semaines pour aboutir
    je suis donc heureuse de lire ton sentiment qui renforce mon envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dernière pierre vient de recevoir un prix. J'avais pris les devants avec Pays perdu, heureusement.
      Tu l'auras, ne t'inquiète pas. Cela se lit assez rapidement, et moins de 200 pages chacun.

      Supprimer
  10. Je me souviens de la sortie de première pierre où il raconte comment il a été accueilli dans son village (avec sa femme et ses enfants...) je ne sais plus où j'en avais entendu parler mais cela m'avait interpellé. Je vais commencer par celui-là pour pouvoir mieux comprendre le suivant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le parcours que j'ai choisi. Hier soir j'ai démarré La première pierre, j'en suis au tiers environ, et le passage avec les gamins est plutôt choquant.

      Supprimer
  11. La première pierre fait assez polémique, certains disant que la première pierre, c'est lui qui l'a jetée. Je n'avais pas aimé son précédent titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en train de lire La première pierre; qui a démarré reste flou, mais pour la pierre elle-même, techniquement, ce n'est pas lui. En tout cas les villageois n'avaient pas apprécié Pays perdu...
      Le précédent? Le maréchal absolu? Ah j'avais beaucoup aimé!

      Supprimer
  12. J'avoue que quand je l'ai vu à La Grande librairie où il présentait "La première pierre" son histoire m'a gênée... Certes, il semble dans son bon droit mais je le trouve quand même un peu démago... Cela dit cela n'enlève rien au talent, je le lirais peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, cela n'enlève rien au talent. Je suis en train de lire La première pierre, car les deux vont bien ensemble pour la lecture, c'est intéressant, mais je me sens un peu à l'extérieur...

      Supprimer
  13. je ne connais pas cet auteur qui fait polémique mais il m'intrigue! J'aime beaucoup cette histoire de l'accueil des villageois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant te dire que cette histoire n'est pas parvenue à ma connaissance (comme quoi...) Je lis La première pierre, son livre paru récemment, justement.

      Supprimer
  14. Ah j'adore l'extrait sur le vieux célibataire ! C'est du vécu ! J'ai entendu Pierre Jourde parler de La première pierre à La grande librairie, mais d'une oreille distraite, tu m'éclaires, et tu m'intéresses encore davantage aux ouvrages du monsieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu citer bien des passages... ^_^ Ce n'est finalement pas un roman, et certains se sont sentis mal présentés...
      Oui, un auteur roboratif !

      Supprimer
  15. Hmmm... la thématique en soi, pas sûre que ça m'enthousiasme, mais vu que l'auteur fait polémique, ça donne envie de plonger son nez dans ses livres, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une polémique qui a l'époque parait-il a agité le Landerneau médiatique, y compris à l'étranger, ai-je appris en lisant La dernière pierre.
      Hé bien dans mon pays perdu à moi, on n'en a pas fait ses choux gras, et je n'en avais jamais entendu parler...
      Ceci étant, un auteur dont tu aimerais sûrement la plume!

      Supprimer
  16. Très chouette, ce fond d'écran ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui donne du rosé plutôt que de l'orangé, comme chez toi. ^_^ J'avais hésité, testé, etc... Finalement j'adore ces images fournies par blogspot, faciles à installer, et puis changer au fur et à mesure des saisons... Pour les paresseuses dans mon genre, c'est le top!

      Supprimer
    2. Je suis d'accord : blogspot, c'est archi basique mais bien pratique ! Bises

      Supprimer
    3. Oh pas si basique, on peut bricoler des trucs, mais pas besoin d'être une pro en informatique... J'ai juste du mal avec les photos, je ne sais même pas si on peut en poster deux côte à côte (mais je survis sans ça)

      Supprimer
  17. Je lisais justement hier soir dans le journal un article consacré à La première pierre, le livre que Pierre Jourde consacre au lynchage dont il a été victime, lui et sa famille, à son retour dans le village après la publication du livre.... Cela fait froid dans le dos...
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert cette histoire récemment (alors que cela remonte à 2005!) et vient juste de terminer la lecture de La première pierre. Qui me laisse un sentiment de tristesse, pour l'instant.

      Supprimer
  18. L'extrait sur la neige est très beau... Je l'ai vu lors de son passage à la grande librairie, pour son roman "la première pierre" ce qu'il racontait est édifiant... et fait froid dans le dos, voilà un drôle de monde dans lequel nous vivons... Mais je me dis ça tout le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est capable d'une grande poésie évocatrice, et aussi d'ironie en douce, j'aime beaucoup. J'aurais dû l'entendre à cette émission, tiens, car j'ai lu La première pierre, depuis, et dois me faire un avis uniquement sur l'écrit. Ce qui après tout n'est pas si mal.

      Supprimer
  19. les commentaires sont passionnants , mais je me méfie des auteurs qui ouvrent des polémiques , je ne sais pas expliquer pourquoi, j'ai l'impression que le silence médiatique va bien aux bons livres.
    mais ceci dit il n'est peut être pas responsable du bruit qu'on fait autour de lui
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que Jourde aurait bien préféré se passer du battage médiatique, procès, et surtout bagarre dans le village... Mais qu'il sache que dans mon p'tit bled l'info n'avait jamais transpiré.
      Allez, le bouquin mérite amplement lecture, et puisqu'on y est, La première pierre aussi. Et puis on passe à un autre roman!

      Supprimer
  20. Dommage que ça ait mal tourné à la sortie du livre. Je ne connais pas du tout cet auteur. (Tous ces auteurs que je n'ai pas encore lus, ça donne le vertige !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un auteur qui écrit bien (genre costaud, mais lisible)
      (et moi aussi il y en a plein que je n'aurais pas le temps de lire...)

      Supprimer
  21. Jourde, quel auteur ! Je l'avais connu avec ses écrits sur le monde de l'édition, et quelle plume ! Il ne peut pas laisser indifférent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu lui laisses toujours une petite place dans tes lectures! Je suis contente de ton appui. ^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !