mercredi 15 janvier 2014

Le Russe aime les bouleaux

Le Russe aime les bouleaux
Der Russe ist einer, der Birken liebt
Olga Grjasnowa
Les escales, 2014
Traduit par Pierre Deshusses

Quatrième de couverture (pour une fois...)
« Immigré », « identité », « patrie »... Des mots qui ont le don d'énerver Mascha.
D'origine azerbaïdjanaise et juive, Mascha est arrivée avec sa famille à onze ans en Allemagne pour fuir la guerre et les massacres. Elle qui devient une « sans voix » prend aussitôt conscience du pouvoir que procure la maîtrise de la langue. Aujourd'hui, elle en parle cinq couramment et fait des études d'interprétariat. Son objectif : travailler au sein des Nations unies. À Francfort, en couple avec Elias, Mascha essaie d'oublier les horreurs vécues à Bakou, enfant... quand son petit ami meurt brutalement.
De désespoir, et sur un coup de tête, Mascha part pour Israël. Là-bas, les fantômes du passé la rattrapent, se mêlant à celui d'Elias et aux images terribles du présent.
Plus que jamais, Mascha va avoir besoin d'un endroit ou se sentir chez elle, pour surmonter les drames et faire la paix avec le passé. Mais où le trouver ?"

Née en 1984 à Bakou, émigrée en Allemagne en 1996 avec sa famille, l'auteur a mis beaucoup d'elle-même chez son héroïne Mascha. Espérons qu'elle n'est pas aussi écorchée vive. Elle a bien su faire passer la difficulté de l'émigré de s'insérer dans une autre culture, que ce soit Mascha, ou ses amis Cem et Sami (originaires respectivement de Turquie et du Liban), qui connaissent mieux l'Allemagne que leur pays d'origine, sans être considérés comme totalement allemands.

Olga Grjasnowa a également su présenter, de façon plutôt neutre mais poignante, le conflit en Azerbaïdjan (quelle horreur! un de ces conflits bien éloignés des préoccupations des français je suppose) et la situation en Israël/Palestine. L'on ressent aussi parfaitement le long chagrin, le deuil sans fin de son ami Elias.

Cependant aux trois quarts du roman j'étais quelque peu fatiguée de cette multiplicité de thèmes, de cette intensité et des virevoltes de l'héroïne. J'aspirais à me poser un peu.

En conclusion : un premier roman intéressant, une écriture sobre et efficace, mais qui m'a laissée un peu déconcertée.

L'avis d'Antigone
Merci à l'éditeur (je crois que je le découvre avec ce roman) et Anne et Arnaud



34 commentaires:

  1. En gros, qui trop embrasse, mal étreint !! Il me tente quand même, je verrai ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En bibli, peut être, par curiosité, car l'auteur est originaire d'un coin dont on parle peu.

      Supprimer
  2. En lisant le début de ton article on se dit qu'il faut lire ce livre, en arrivant à la fin... on hésite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été déçue, c'est sûr! Je ne jette pas tout, mais...

      Supprimer
  3. C'est un thème qui m'intéresse beaucoup, mais justement, à force, je deviens difficile à satisfaire... Je ne me précipiterai pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que cela m'a un peu donné le tournis, en dépit de bons thèmes.

      Supprimer
  4. Je vais le chercher, j'ai une nièce à Bakou ete je suis allée en Arménie. J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras, il y a des passages très forts sur le dernier conflit là-bas...

      Supprimer
  5. l'éditeur est généreux ce livre du coup est très présent sur la toile mais je ne suis que modérément convaincue sans doute mon côté schtroumph grognon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très présent sur la toile? Je ne l'ai vu que chez Antigone, mais je n'ai pas fouillé tout google, je deviens paresseuse... Cette fois je n'ai pas été assez vigilante dans mes choix!

      Supprimer
  6. Pour une fois tu ne me tentes pas, je ne te sens pas assez enthousiaste, or j'ai décidé (jusqu'à quand^^) de ne noter que les coups de coeur des copines ! :) (je copie mon comm cette fois avant de l'envoyer, c'est râlant)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le commentaire est bien arrivé, mais restons prudents...
      Rassure toi, j'ai d'autres coups de cœur à venir!

      Supprimer
  7. Je reste très intéressée malgré tes bémols plus forts que ceux d'Antigone ! C'est chouette de recevoir des romans des Escales !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas l'éditeur, alors tant mieux pour la découverte, même si ce ne fut pas enthousiaste!

      Supprimer
  8. Aah intéressant à première vue comme ça, mais en ce moment, si ce n'est pas excellent, génial, incontournable, ça ne franchit pas mon bouclier anti-PAL (ce soir du moins^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lutterai pas pour que tu le débranches. (Ce soir du moins ^_^)

      Supprimer
  9. Le Russe aime les bouleaux et le Yv n'aime pas le boulot ! Rien à voir, je sais, juste pour le plaisir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, un petit jeu de mots, ça ne gêne pas!

      Supprimer
  10. Le récit a l'air de partir un peu dans tous les sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela a été un peu mon problème. L'héroïne, et je veux bien la comprendre, va d'un endroit, d'une idée à l'autre...

      Supprimer
  11. J'ai besoin de légèreté en ce moment (c'est l'effet mois de janvier en fait), je vais donc passer mon tour....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les thèmes ne sont pas légers, c'est sûr...

      Supprimer
  12. Tu n'as pas l'air super emballée. Moi non plus à vrai dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas emballée, c'est comme ça. Sans doute ce livre n'était pas pour moi (tout le monde peut faire de mauvais choix de lecture)

      Supprimer
  13. mon commentaire a disparu! diantre
    je disais que comme je viens de finir "la fin de l'homme rouge" je pensais ce livre intéressant.
    Mais tes réserves me freinent un peu
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blogspot est casse pieds ces temps-ci avec les commentaires...
      J'ignore si cela aura un rapport avec La fin de l'homme rouge. La fin de l'URSS n'a rien arrangé dans les ex républiques.
      Tu peux tenter la lecture si tu le vois en bibli.

      Supprimer
  14. Effectivement, je ne suis même pas sûre d'avoir entendu parler du conflit en Azerbaïdjan ! Mais bon, tes réserves me font garder les miennes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De façon très lointaine, en tout cas... En général, tout est déjà bien enlisé avant qu'on se demande comment ça a commencé...

      Supprimer
  15. Des sujets assez peu abordés, je reste tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poil trop de sujets, j'ai eu du mal à maintenir mon attention.

      Supprimer
  16. Le danger avec un roman est de multiplier les thèmes et donc d'obliger à intégrer trop de réflexions simultanément. Le lecteur risque de s'y soûler ou de s'y fatiguer. Mais c'est peut-être le propre d'une auteure jeune, comme Olga, de vouloir trop embrasser avec les mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un premier roman, l'auteur a sans doute voulu tout dire d'un coup. Un peu trop pour mon attention, qui s'est effilochée.

      Supprimer
  17. Parfois on a beaucoup à dire... ou un sentiment d'urgence (traumatisme, injustice ou enthousiasme) qui déclenche un besoin frénétique de communiquer. Je note quand même et en plus il irait bien dans ma "collection berlinoise" (qui pour l'instant s'empile sans que j'en ai lu un seul).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, ça se passe surtout en Allemagne!!!
      C'est un premier roman, elle est toute jeune encore, c'est prometteur!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !