mercredi 19 août 2015

Venu du temps dièse

Venu du temps dièse
Venea din timpul diez
Bogdan Suceava
Traduit par Dominique Ilea
Ginkgo, 2012


Bucarest, 1993. Surgit d'on ne sait où une sorte de prophète, Vespasien Moïse, suivi bientôt par une tripotée de disciples assez allumés pour la plupart. Les services de renseignement roumain, héritiers de la Securitate, s'y intéressent forcément, ainsi qu'aux autres sectes semblant trouver en Roumanie de l'époque un terreau fertile. Même Rome envoie un émissaire, au grand dam de l'église orthodoxe.

Une histoire plutôt barrée et jubilatoire, un OLNI, une sorte de fable-épopée, a priori peu attirante et blindée de références historico-littéraires pas toujours évidentes en dépit des notes bien faites, me laissant à la fin assez perplexe (après tout, la calvitie a bien été jugulée, non?) et qu'il n'a jamais été question de lâcher, compte tenu de la logique implacable dominant finalement. Heureusement que se sont mises à grouiller ces différentes dénominations plus ou moins hallucinées, le tout sous l’œil service-service de la police, l'ensemble finissant par donner rapidement une histoire 'plus classiquement racontée'. Finalement, j'ai fini par m'attacher à ce personnage de chat agent secret, triste histoire, croyez-moi (ah ces Ouzbecks!)

Où il se confirme, après Siméon l'ascenseurite,  que la littérature roumaine contemporaine mérite le détour et fait sortir des sentiers battus.

Le début
"C'est moi qui raconte cette histoire. Toi, à ce moment-là, en connaissais déjà la fin et, tel l'oiseau qui, épiant depuis là-haut une fourmilière, aperçoit le torrent qui déferle vers son tertre, alors que les fourmis jouissent encore du beau soleil, tu voyais déjà tout e qui s'ensuivrait, depuis le premier instant de son entrée dans Bucarest et jusqu'au dernier souffle de ses prophéties.Lors de son entrée dans la ville, personne ne l'y attendait pour le glorifier, et lui-même n'y arriva point à dos de mulet, sous un dais de rameaux d'olivier, quoique cette attente qui était dans l'air lui fût depuis longtemps destinée. On attendait tous quelque miracle. Tu te rappelles les années quatre-vingt-dix, avec tous leurs secrets et toute leur histoire jamais dite? Voilà désormais le temps d'écrire leur véritable chronique."

Les avis de miriam,

34 commentaires:

  1. Je ne suis pas sûre du tout d'accrocher à ce genre de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est spécial, je te l'accorde. Il m'a été conseillé par un responsable de chez Ginkgo, dangereuse rencontre... ^_^

      Supprimer
  2. Je ne sais pas quoi en penser .. mais je crains de ne pas accrocher non plus ! en tout cas, tu nous fait découvrir de sacrés trucs !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si j'aimerais mais ça m'intrigue rudement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De temps en temps il faut élargir ses horizons.

      Supprimer
  4. je ne peux mettre sur ma liste longue, longue beaucoup trop longue!!!, que des coups de coeur absolus dommage pour ce livre qui me fait un clin d'oeil .. mais ce n'est pas raisonnable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout que je doute que les biblis proposent ces trucs assez originaux?

      Supprimer
  5. Je crois n'avoir jamais lu d'auteurs roumains mais je ne suis pas sûre de commencer ma découverte avec celui-ci. J'ai l'impression que la littérature des Balkans est en général assez barrée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si c'est toujours le cas, mais en tout cas j'ai le chic pour tomber dessus!

      Supprimer
    2. Heureusement pour moi, ce n'est pas toujours le cas, j'ai le chic pour tomber sur les autres. ;) J'aurais aimé dépasser ma dernière lecture roumaine décevante avec celle-ci, au titre prometteur, mais je crains que ce ne soit trop barré pour moi...

      Supprimer
    3. C'est barré quand même... Je t'espère de tomber sur des romans 'normaux' mais palpitants!

      Supprimer
  6. Oui, j'ai découvert moi aussi avec plaisir cette littérature du côté des filles, et notamment des poétesses merveilleuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, la Roumanie est un grand pays de grands auteurs (mais j'avoue ne pas bien les connaître)

      Supprimer
  7. Mais où es-tu allée dénicher un truc pareil ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fastoche, je me suis pointée au stand Transboreal et 'on' m'a conseillée... ^_^

      Supprimer
    2. Je me suis posée la question mais tu y as répondu ;-)

      Supprimer
    3. Juste à côté se trouvait le stand Transboréal, mais pas tenu par quelqu'un de la maison, donc c'était moins compliqué de résister (je suis faible)

      Supprimer
  8. J'ai lu un auteur roumain récemment qui m'a plu, mais son nom m'échappe... Les Moldaves sont pas mal non plus avec Des 1001 façons de quitter la Moldavie. Il y a un coin à déjantés par là-bas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Moldaves sont des voisins (avant, une partie de la Moldavie était roumaine, je crois) et ces 1001 façons étaient d'un barré de bon aloi!

      Supprimer
  9. Réponses
    1. OLNI, voilà le terme exact! Même si la narration se fait par chapitres, et sans user de subtilités stylistiques visant à dérouter le lecteur. Le contenu y suffit bien!

      Supprimer
  10. Cela a l'air très surprenant. Pas sûre pour autant que j'accroche vraiment à ce type de lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu rapidement sans fatigue, ce qui est aussi étonnant, vu le genre d'histoire.

      Supprimer
  11. Pouarf ! Même plus du subliminal. Du gras là où il faut pour tenter les friands de barré ! Bon ben je note, comment faire autrement... Mais là ça rentrera pas dans ma PAL 2015. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'était pas question de t'imposer cette lecture en 2015. Dès qu'on se voit, je te le passe, et après tu as le temps...
      (au fait j'ai emprunté le Gordimer)

      Supprimer
    2. Aaaaaah ta phrase parenthèse me met en joie ! Vraiment hâte de te lire à ce sujet !
      Ça marche pour le prêt. J'ai fini l'Italien, le Coréen, me reste plus que Amours. Bon, celui-là je verrai à mon retour de vacances. Purée, je m'épate !

      Supprimer
    3. Même pas 200 pages. De plus vous êtes deux à avoir été bluffées...
      Tu m'épates, oui, même pas stagné dans la PAL! Mais tu sais, c'étaient de bons bouquins (pas comme celui que j'ai terminé hier -de la rentrée, et pas demandé en plus et où je me suis ennuyée)

      Supprimer
  12. Ecoute pourquoi pas, ça a l'air vraiment très ...différent, mais ça ne fait pas de mal parfois. j'aime ta phrase où tu as fini par t'attacher à l'agent secret ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un agent spécial très spécial... ^_^

      Supprimer
  13. Il est vrai que l'on entend peu parler de la littérature roumaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la connais peu, mais l'apprécie quand je la rencontre.

      Supprimer
  14. Et bien pourquoi pas tenter cet OLNI !

    RépondreSupprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !