vendredi 25 septembre 2015

Hiver rouge

Hiver rouge
Red Winter
Dan Smith
le cherche midi, 2015
Traduit par Caroline Nicolas


Russie centrale. Novembre 1920. Après les années de guerre et la révolution, Nikolaï Levitsky lâche son uniforme (mais pas ses armes) et déserte, direction le petit village où habite sa famille, pour y trouver les hommes tous assassinés et les femmes et enfants disparus. Un certain Kochtcheï et ses troupes seraient les coupables, mais comme Kochtcheï est en fait un personnage de conte russe, Nikolaï n'est pas plus avancé, même s'il sait que les tchékistes sont fort capables de telle cruauté.

A partir de cet instant, plus rien ne va compter pour lui que retrouver sa femme et ses fils, s'ils sont encore vivants.

Actu du noir a eu quelques bémols, c'est vrai que parfois les sensations d'être suivi reviennent trop souvent, il existe quelques redondances sur la quête de Nikolaï, lui et sa famille contre le reste du monde, mais ça fonctionne bien, je dirais que c'est de l'ouvrage à l'anglo-saxonne, comme dans ces films ou le héros survit à tout et surmonte tous les obstacles, pour qu'à la fin (mouchoirs et musique douce), happy end - ou pas.
Mais finalement, cette aventure intemporelle d'un homme ayant ouvert les yeux sur ses activités révolutionnaires, et désormais prêt à tout pour sauver sa famille, fourmille de rebondissements, de suspense et, ma foi, je n'ai pas boudé mon plaisir.

Je fais confiance à l'auteur pour les détails historiques (pas trop longuets, merci) et le remercie de ne pas avoir détaillé les détails horribles (plutôt juste évoqués)

Durant ma lecture je me suis souvent sentie hors du temps, dans un futur flou (voir Au nord du monde de Paul Theroux) ou au Moyen-Age (déplacement à cheval), brusquement ramenée à la réalité par l'existence d'un train et d'armes à feu; ou ailleurs, pourquoi pas au Far West, tiens, mais bientôt la Russie revenait présente, et ces temps troublés. Je précise que cette impression (toute personnelle) m'a plutôt plu!
Quant à la traduction, je signale que les différences délicates (faut croire) entre passé simple et imparfait sont parfaitement respectées, alors merci!

Finalement, l'auteur est américain!Donc : Le mois américain chez Titine

36 commentaires:

  1. J'aime bien ta remarque à propos de la traduction.:-) Sinon bouclier haut tendu ! J'ai déjà embarqué les raviolis de Raufast cette semaine, imprévu dans mon parcours lecture immédiat, alors restons sobre !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ces raviolis, c'est juste comme les carrés de chocolat, pour le plaisir.

      Supprimer
  2. Je sors de la Russie, mais je suis prête à y retourner assez vite. Même si l'on reconnaît certaines ficelles, on se laisse prendre assez facilement à ce genre d'histoire.

    RépondreSupprimer
  3. Je confonds l'auteur avec Tob Rob Smith qui donne lui aussi dans la Russie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ces Smith, on les mélange. J'ai mis l'auteur dans 'anglais', mais est-il écossais, anglais, ou... ? je l'ignore.

      Supprimer
  4. je te conseille plutôt le premier de ses romans
    celui là je vais l'assassiner chez moi d'ici à quelques jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semblerait bien que le premier soit meilleur... Actu du noir (voir son billet) n'est pas emballé plus que cela.
      J'attends de voir comment tu assassines les gens! ^_^ Pour ma part, je n'ai pas senti que c'était si Russie 1920 que cela, le Canada il y a des siècles m'aurait convenu. Très anglo-saxon comme genre, oui.

      Supprimer
  5. je croyais comme Sandrine qu'il s'agissait de Don Rob Smith, c'est étrange quand même tous ces romans avec comme toile de fond l'horreur communiste. Cela aurait été mieux de les écrire à l'époque.Non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, je ne me suis pas attachée plus que cela à l'Histoire contemporaine du roman... A mon avis l'intrigue pouvait se dérouler ailleurs.
      Bon, à l'époque de l'horreur communiste, existaient en occident des défenseurs de ce bloc soviétique... Mais je suis d'accord, c'est maintenant que ces romans sortent, est-ce une mode?

      Supprimer
  6. Pourquoi pas ? (Mais au fait "Au nord du monde" m'attend dans la pile !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens oui, je suis ravie de te l'avoir rappelé!

      Supprimer
  7. J'ai le village noté dans ma LAL et il vient juste de sortir en poche, alors je vais être raisonnable et commencer plutôt par celui ci... Mais je note le nouveau (je suis incorrigible, non ?! ;0) Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux vaut commencer par le premier en poche, alors.
      Bon week end!

      Supprimer
  8. Après l'enfant 44 que j'ai adoré, je replongerai bien dans la Russie du XXème post guerre/révolution avec ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est encore en plein dans les batailles pour le pouvoir, là-dedans, mais en toile de fond... Il semble que sur le thème Russie du 20ème paraissent pas mal de bouquins écrits par des anglo-saxons...

      Supprimer
  9. Je ne pense pas que ce soit pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ta réticence vis à vis des polars/thrillers, donc je n'insiste pas.

      Supprimer
  10. Bon, pour une fois, je crois que je vais passer, je viens de finir "Le village" et en lisant ta note, j'avais l'impression de lire la future mienne sur ce titre. L'auteur semble se répéter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... ce qui clôt l'affaire, pour moi en tout cas : pas de Village! Même si je reconnais que pour un voyage en train ou autre, c'est idéal, on ne voit pas le temps passer.

      Supprimer
  11. Tiens je me fais une réflexion : nous ne plaçons pas souvent le nombre de pages d'un livre dans nos billets, moi le premier. Quand je vais chez les autres, j'aime le découvrir, j'y songerai à l'avenir. Parfois un lien vers l'éditeur suffit pour le savoir tout de suite (encore que pour "Hiver rouge", ce n'est pas le cas au Cherche Midi).
    Je dis cela, parce que les thrillers trop volumineux ne me plaisent pas trop (pour le moment en tous cas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, et pourtant ce serait une bonne indication (ainsi qu'un peu d'informations sur l'auteur?). Certains blogs le font systématiquement, il suffit d'y penser à l'avenir.
      Tête de lecture, par exemple, fournit les détails, je copie colle
      ISBN : 2-84304-211-9 – 126 pages – 12,50 €
      Ce n'est pas compliqué et peut aider le visiteur;
      En revanche, je veille à citer le traducteur, c'est un métier!
      (Hiver rouge, 527 pages, 19.80 euros ^_^)

      Supprimer
    2. Je place toujours le nom du traducteur et le nombre de pages mais toujours en bas de mes billets - pas les liens vers les éditeurs mais certains mettent tout comme tu le fais ici
      mais un an plus tard, ils sont souvent disponibles en poche aussi le prix varie ...

      Supprimer
    3. Ces informations sont aisées à trouver sur les sites d'éditeurs, mais pas toujours (le nombre de pages ou le nom du traducteur sont parfois absents)

      Supprimer
    4. Le nom du traducteur, c'est vraiment une bonne chose de le citer, c'est essentiel pour certains textes, je trouve.

      Supprimer
    5. Je le cite surtout parce que sans lui (ou elle) je ne pourrais pas lire le livre en question! Donc merci. De plus, traduire, si on veut le faire sérieusement et le plus parfaitement possible, est difficile. De toute façon c'est une thème qui m'attire que celui de la traduction.
      Il existe de bons traducteurs en qui on peut avoir confiance, et d'autres, moins bons, ou pour lesquels l'éditeur met la pression et ne donne pas assez de temps? J'ai assisté à une rencontre avec O Gallmeister et un de ses traducteurs, et appris qu'O Gallmeister demandait ) à ses traducteurs d'avoir vécu de l'autre côté de l'Atlantique (d'où proviennent ses romans édités). Je crois que là on peut avoir confiance.

      Supprimer
  12. J'ai une foutue tendinite aussi je suis moins présente (au coude ..) bref, je ne connais l'auteur que de nom (et un de ses livres va être adapté au ciné..)
    mais sinon je pense qu'il est américain en fait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pauvre, j'espère que tu pourras te reposer (ça m'a l'air essentiel) et guérir.
      Américain, anglais, écossais, je n'en sais rien, je n'ai rien trouvé!
      Ah si, pour Babélio, c'est Etats Unis!

      Supprimer
    2. gagné :-) bon il a un blog aussi...

      Supprimer
    3. Je ne suis pas allée voir jusque là...

      Supprimer
  13. C'est le genre d'intrigue qui me parle mais en lisant les commentaires, j'hésite à plutôt me diriger vers son premier roman. A voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier (que je n'ai pas lu) est dit meilleur...

      Supprimer
  14. Cela semble tentant... je le note dans un coin de ma tête.

    RépondreSupprimer
  15. J'hésiterais à le lire. Pas un peu compliqué?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument pas! C'est 'le héros contre le reste du monde' et voilà! ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!