vendredi 29 avril 2016

Les bons sauvages

Les bons sauvages
Jacqueline Harpman
Editions Labor, 1998
Juiliard, 1966 pour la première édition



Les bonnes pioches se suivent, dans ce mois belge. Je découvre des auteurs, avec une grande envie d'y revenir plus tard, dans l'année ou lors du prochain mois belge, c'est dire!
Jacqueline Harpman (1929-2012) est dite 'écrivain de langue française et psychanalyste belge' (sic) par wikipedia et possède une oeuvre abondante.

Années 60, province française. Saucerre est une petite ville de vingt mille habitants, classique, avec ses couches sociales se mêlant peu. Clotilde Santivas s'ennuie. Elle veut que chaque matin elle puisse se lever avec envie de vivre la nouvelle journée, et à Saucerre elle sent que ce ne sera guère possible. Elle file à Paris, se débrouille, refuse les liens du mariage, refuse l'ennui.

Volontairement j'en dis peu car ce roman clairement d'apprentissage ne vaut pas que pour les aventures de son héroïne.  Assez vite le terme 'picaresque' m'est venu à l'esprit, Clotilde passant sans encombres d'un chapitre de sa vie à un autre, à chaque fois l'occasion pour elle de faire le point, de réfléchir. Réflexion dont l'auteur ne cache rien, intervenant parfois dans le cours de la narration. "Je considère... etc. Ceci dit, je descends de chaire pour reprendre le cours de ce roman de mœurs." "Llamar s'explique longuement dans le langage cérémonieux qui était le sien mais qui n'est pas le mien (...) Le langage du secrétaire me gagne."
Comme j'ai déjà lu Gil Blas de Santillane et deux fois La vie de Marianne, ce genre là me plait bien, surtout que l'écriture de Jacqueline Harpman est à la hauteur et ne néglige pas les subjectifs. Une élégance qui se marie bien avec ces années 60 assez guindées. Mais Clotilde se livre à de jolies réflexions féministes bien dans l'air du temps.
Si je dis que j'ai aussi pensé à Stendhal, on comprendra le plaisir pris à cette lecture. C'est vif, spirituel, de bout en bout. Mais il faut savoir, ô lectrice, que tu ne vibreras pas toujours avec l'héroïne. Ton intérêt ne faiblira pas, mais le risque du genre est de laisser un peu au bord. Cependant tu auras eu de bien belles pistes de réflexion.

Ah oui aussi, c'est souvent drôle...
"Elle ne s’intéressait pas assez aux gens qu’elle n'aimait pas pour se donner la peine d'en dire du mal."
"En feignant de soigner ma femme, vous m'évitez une dépression nerveuse, c'est une acte médical par relais."

Sur babelio des avis déçus (je l'ai dit, on n'est pas dans une histoire classique!)

38 commentaires:

  1. C'est une auteure que je veux découvrir depuis longtemps, peut-être pas avec ce titre-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plage d'Ostende a l'air plus connu? En tout cas, j'y reviendrai, à cet auteur.

      Supprimer
  2. oh, quelle coïncidence car hier, je lisais le résumé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les coïncidences comme cela, ce n'est pas rare!

      Supprimer
  3. Je connais de nom La plage d'Ostende .. tu aimes sortir des sentiers battus en tout cas. Pour info, j'ai lu 4 pages de Faulkner et je suis passée à autre chose, trop de boulot, de choses à gérer - il attendra un temps plus clément !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, j'ai lu quatre pages aussi, j'ai senti que ça devrait me plaire, mais il faut que toutes les conditions soient réunies (temps, exemplaire propre, etc). On s'en reparle!
      La plage d'Ostende, ce sera peut-être pour un autre mois belge...

      Supprimer
  4. c'est un truc à la Rousseau ça !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une allusion, oui, mais je n'ai pas creusé le pourquoi du comment, j'ai aimé sans trop étudier.

      Supprimer
  5. J'ai lu plusieurs livres de Jacqueline Harpman mais je ne connaissais même pas ce titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, j'ai pioché sur les rayons de la bibli et lu la quatrième de couverture...

      Supprimer
  6. "Aimé sans trop étudier" ? Tu cites quand même quelques références classiques, assez pour me laisser penser que ça pourrait me plaire, notamment dans ce genre du roman d'apprentissage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mais oui, tu as vu mes antécédents de lecture, qui hélas ne contiennent pas Rousseau; je crois qu'il faut lire ce roman en ayant cela présent en tête, sinon on risque d'être déçu (sur babelio j'ai trouvé des lecteurs déçus justement). Je pense qu'il va me falloir lire d'autres romans de Harpman pour voir ce ce qu'elle par ailleurs.
      J'ai aussi oublié de dire que parfois elle arrête la narration et propose un mini passage racontant la vie d'un personnage avant celle en cours.

      Supprimer
  7. Encore un roman qui a tout pour me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela change des habitudes, finalement.

      Supprimer
  8. Oh! la! la! Tu places la barre haut : La vie de Marianne; Gil Blas, Stendhal! Et du coup tu me donnes envie de découvrir cet auteur. J'aime beaucoup les romans picaresques et d'apprentissage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman contemporain, mais dans la bonne ligne des bons auteurs!

      Supprimer
  9. j'adore tes deux citations, je ne sais si ça suffira à me pousser à le lire mais une auteure qui a cet humour là ne peut que me plaire. (au fait c'est quoi un mois belge?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mois belge c'est en avril, il est lancé par Anne et Mina (deux blogueuses de par là-bas ^_^)et donc en avril on essaie de lire des auteurs belges, ou parlé de ce qui a un rapport avec la Belgique. Comme le mois anglais en juin, etc.

      Supprimer
  10. J'ai lu un livre de Harpman ( ce que dominique n'a pas su) qui est une réécriture du livre de fromentin. C'est très littéraire. Apparemment,de cet auteur, j'avais noté "le bonheur est dans le crime". J'aime bien aussi les romans picaresques. Je note celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une réécriture de Fromentin? Oh mais j'ai aussi lu ce Fromentin il y a longtemps, allez hop, cette dame Harpman me plait de plus en plus!

      Supprimer
    2. tu le veux ? Je peux te le donner, je sais que je ne le relirai pas...

      Supprimer
    3. J'ai bien envie, tu sais...Il n'est pas à la bibli, j'ai vérifié. Quitte à relire aussi Dominique (de Fromentin).

      Supprimer
  11. Aaah Jacqueline Harpman ! Je garde un souvenir fort de son roman "Moi qui n'ai pas connu les hommes" lu il y a 12 ans. Billet sur l'ancien blog que je viens de rapatrier grâce à toi (ohlala le nombre de billets non rapatriés encore... Maintenant je ne le fais plus méthodiquement, billet par billet, mois par mois en remontant dans le temps. C'est ponctuellement, quand je me souviens avoir lu un livre ou un auteur en surfant sur les blogs. C'est pas gagné, haha).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais ta méthode n'est pas mauvaise, petit à petit l'oiseau fait son nid et toussa toussa. Tu rapatries ainsi des livres qui le méritent!

      Supprimer
  12. Stendhal, roman picaresque, voilà qui me dit bien, j'aime bien revenir à cette élégance d'écriture, parfois vue aujourd'hui comme surannée ... Merci du conseil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surannée je l'ignore, mais quand les mots s'emboîtent bien et qu'on sent l'élégance du tout, cela fait du bien!

      Supprimer
  13. Si je ne me trompe, j'ai lu un et un seul bouquin de cette dame et je pense ne pas avoir aimé.
    Il y en a des auteurs belges quand même !
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je passe à côté de bien de bons auteurs, et j'attends d'en lire encore!

      Supprimer
  14. Bonne pioche pour moi aussi, avec "Le Bonheur dans le crime", lu pour le mois belge. Je note ces bons sauvages pour continuer la découverte de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, même auteur, titres différents, mais bonne pioche!

      Supprimer
  15. Amusant, je suis tombée sur 2 livres de cette dame, que j'ai mis de côté pour plus tard :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les coïncidences... Ils ne vont pas périmer, c'est sûr.

      Supprimer
    2. Bon, j'ai lu la plage d'Ostende, parce que j'adore Ostende, impossible de le finir, c'est long et mou et chiant un peu. Pourtant j'aime assez le genre d'écriture nostalgique et qui convoque les souvenirs, mais là, j’accroche pas.

      Supprimer
    3. Aïe! Il est à la bibli. Depuis, une blogueuse m'a envoyé un autre titre plus prometteur "Ce que Dominique n'a pas su", mais avant je veux relire Dominique de Fromentin (donc ça va nous faire... en 2017?)

      Supprimer
  16. Je ne connais cet écrivain que de nom. Je remarque que la Belgique offre tant d'auteurs de grande qualité.
    Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je dis que je découvre ces auteurs de qualité, je vais me faire mal voir ^_^, mais c'est la vérité!

      Supprimer
  17. Je ne l'ai pas lu, mais je ne le crois pas représentatif du meilleur de Harpman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas j'ai déjà noté un autre titre!!! (le plus délicat étant de les trouver, ici)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!