mercredi 17 mai 2017

imaqa

imaqa
Flemming Jensen
Gaïa, 2002
Traduit par Ines Jorgensen




Si comme le conseille ce roman vous suivez les plus beaux icebergs, vous arriverez au fond du fjord d'Umanaq, dans le comptoir de Nunaqarfik. Prévoir vêtements chauds.

Sinon, il est tout à fait possible de se délecter bien au chaud à la maison de l'histoire de l'instituteur danois Martin, qui, dans les années 70, a demandé sa mutation à Nunakarfiq. La réalité sera à la hauteur de ses rêves, mais aussi un poil différente. Affrontant sa hiérarchie pour qui l'enseignement doit se faire en danois (langue que ne parlent pas les enfants) et refusant les manuels éloignés de leur univers, il apprend le groenlandais et s'immerge dans la vie du village, parfois moqué mais toujours gentiment.

Dans ces années 70 il semble que la vie des habitants n'avait pas encore trop changé, l'on vit de pêche et de chasse, mais le progrès pointe son nez; le tiraillement entre deux modes de vie est illustré par le jeune Jakunquaq (Jakob) et son père Abala (Abraham).(Ces prénoms donnés aux groenlandais leur sont imprononçables et "impraticables à moins que l'on ne vise une carrière dans le Mossad").

Une roman qui dès les premières pages m'a laissé présager un coup de coeur. Plein d'humour et d'ironie jamais méchante, et aussi de tendresse, d'émotion. Des instants drôles ou tragiques. L'on a fortement envie d'aller s'installer là-bas. Je me demande si l'on y joue toujours à la roulette groenlandaise (mouarf) et si toute occasion est bonne pour se réjouir ensemble. L'alcool continue-t-il à sévir et les produits étrangers à envahir, reste-t-il des pêcheurs chasseurs?
(pour y avoir passé quelques jours -en août, prudence!- j'ai quelques craintes là-dessus, mais les paysages sont bluffants)(voir ici)

" En pensant à l'imposante quantité de mots groenlandais qu'il avait appris depuis son arrivée, il fut soudain frappé par le fait qu'il n'était jamais tombé sur la locution 'parce que'.(...)
Au Groenland, lorsqu'on se trouve face à une situation difficile, qui exige un choix ou une décision claire, alors c'est un tout autre mot qui s'impose toujours : imaqa ...peut-être." (l'auteur a choisi l'ancienne orthographe sans majuscule en début de mot)

Les avis de Hélène, le hibou et le papou,

Et hop dans Lire le monde

28 commentaires:

  1. Evidemment, mes bibliothèques ne connaissent pas du tout cet auteur, mais je vois qu'il est sorti en Babel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en Babel. L'exemplaire emprunté (au hasard?!) à la bibli a encore les pages roses de chez Gaia!
      Essaie de mettre la main dessus, c'est du vrai bonheur.

      Supprimer
  2. Gaïa, c'est une valeur sure cette maison d'édition !
    Ca donne envie, mais le risque après est d'être tellement tenté de faire pareil et de partir loin ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, j'y suis allée, en effet, le risque est grand!

      Supprimer
  3. Je l'ai. Ou je l'ai repéré dès sa sortie. Enfin, bref, lecture prévue. Et ce que tu en dis donne encore plus envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai signalé dans mes coups de coeur à la bibli!

      Supprimer
  4. Il est déjà dans ma PAL celui-ci ! Et comme j'ai bientôt un voyage en Islande de prévue, il est peut être temps de le faire remonter en haut de pile :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Islande et Groenland, ce n'est pas pareil, mais c'est le nord (et le froid, et les nuits longues l'hiver)

      Supprimer
    2. On est d'accord, ce n'est pas pareil, mais je pensais effectivement aux nuits d'été où il ne fait pas noir, au froid... Du coup, je me pose la question : peut-on visiter le Groenland ? Je vais aller regarder :)

      Supprimer
    3. En août 2016 j'ai visité Islande et Groenland (bon, un peu seulement). On peut donc y aller!

      Supprimer
  5. je sais que j'aimerais cette lecture, c'est si sympa de partager les bonne humeur et j'adore tout ce qui tourne autour de la réflexion sur les langues. Elles en disent souvent plus qu'on ne croie sur ceux qui la parle (pourquoi lefrançais est-il si riche en temps du passé?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je sens que tu aimerais (le français et les temps du passé? ha bon je n'y ai jamais réfléchi ^_^)

      Supprimer
    2. est ce que tu penses que je peux mettre ce livre dans une thématique autour de l'école?

      Supprimer
    3. Oups je crains que non... On a des instituteurs, d'accord, mais pas trop d'élèves interviennent.

      Supprimer
  6. Mais ouiii ! Tu m'en avais parlé et je l'avais déjà sur ma LAL suite à un roman de l'auteur que j'avais lu il y a quelques années. Bon, faut pas que je l'oublie celui-là ! Je le remonte dans ma LAL prio !

    RépondreSupprimer
  7. Chouette, ils l'ont à ma bibli !

    RépondreSupprimer
  8. Aussitôt noté, et vérifié qu'il se trouve dans une de mes bibliothèques ! ;-) Dépaysement assuré !

    RépondreSupprimer
  9. ça me fait penser à du Jorn Riel ! Je note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jorn riel, c'est à l'est, ici à l'ouest du Groenland, mais je saisis bien ton idée. ^_^

      Supprimer
  10. ça me fait penser évidement à Jorn Riel et ses récits hilarants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même éditeur, mais sur l'autre côte groenlandaise. Tout aussi gouleyant, crois-moi.

      Supprimer
  11. Bonjour Keisha,
    J'avais beaucoup aimé. Merci pour le lien.
    Le Papou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman n'est pas récent, mais il a gardé tout son charme!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !