lundi 28 janvier 2019

Iris Grace

Iris Grace
La petite fille qui s'ouvrit au monde grâce à un chat
Arabella Carter-Johnson
Presses de la cité, 2017
Traduit par Alice Delarbre


D'accord, a priori, ça craint pas mal. Les classiques anglo-saxons en VO, c'est la classe, mais comment résister à une telle couverture? J'ai donc emprunté le livre à la médiathèque (zéro risque) tout en me réservant le droit de lâcher si ça tombait dans le gnan gnan.

Arabella, mère de la petite Iris Grace, est photographe professionnelle, passionnée de chevaux, et après avoir vécu au Nicaragua et dans le Limousin, est revenue en Angleterre, à la campagne. Assez vite, elle soupçonne que sa petite Iris Grace a des problèmes. "Elle ne répond pas à son prénom, évite les contacts visuels, ne parle pas, et les changements même mineurs la bouleversent. Elle a un côté obsessionnel, agite les mains quand elle est excitée, elle a une réaction exacerbée aux sons et ses autres sens sont d'une sensibilité extrême; elle joue seule, ne s'intéresse pas aux autres. Elle ne s'amuse jamais à 'imiter'. Elle est hyperactive, a des problèmes pour dormir..."

Le verdict tombe : autisme. La maman , en dépit de passages de fatigue et de découragement, ne baisse jamais les bras, entourée par sa famille et son conjoint. Après des temps d'observation, des expériences, des recherches, elle a recours à une ergothérapeute, une orthophoniste, à une diététicienne, une musicothérapeute. les deux tentatives de scolarisation se sont soldées par des échecs (il faut dire qu'Iris n'avait que trois et quatre ans, la maman a opté pour la scolarisation à domicile, mettant aussi en place une sorte de jardin d'enfants à la maison, histoire de sociabiliser Iris)

C'est absolument passionnant, et plein de détails sur l'autisme, pas trop technique, où je retrouve ce que j'avais appris par ma lecture de L'autisme expliqué aux non-autistes, mais appliqué à une seule petite fille. Iris fait des progrès, mais c'est clair qu’elle sera toujours autiste et que son entourage devra rester patient, attentif, et expérimenter les nouveautés graduellement, avec des retours en arrière possibles.
On peut se demander, et si les parents n'avaient pas pu mettre sur pied tout cela? (je précise qu'ils travaillent). L'on tremble à l'idée de ce que donnerait une scolarisation à un stade où l'enfant ne peut le supporter. Le livre s'arrête quand Iris a 6 ans environ et j'ignore ce que sera la suite, mais elle a fait de tels progrès que je sens que c'est possible. D'ailleurs elle a appris à lire, sa mère suivant le programme anglais des écoles maternelles. Et après des efforts demandés à Iris, elle a toujours besoin d'un moment au calme, il faut le savoir.

La narration est ponctués de balades dans la nature et de moments où Iris peut s'isoler dans le grand jardin de ses parents. Et surtout le livre est illustré de belles photographies d'Iris (prises par sa mère, dont c'est la profession, et on sent aussi l'amour pour Iris) et de magnifiques peintures réalisées par Iris (vraiment douée!)(les toiles se vendent et paient les soins)
« Fleurs au vent », acrylique, mai 2013.© A.CarterJohnson
Bon, d'accord, mais le chat, hein? On m'aurait trompée? Hé bien Thula, adorable (forcément) chaton Maine Coon, apparaît passé la moitié du livre, c'est vrai que c'est un chat exceptionnellement bien adapté à Iris. Un chat qui aime l'eau et permet à Iris de surmonter sa peur (qu’elle n'avait pas au départ, mais les choses changent avec elle)(c'est le côté 'toujours sur le métier...'). Qui l'apaise, joue avec elle, etc. Mais n'oublions pas tout ce qu'a déjà accompli (et continue encore de faire) l'entourage humain. Mais cela n'étonnera pas ceux qui connaissent les chats d'apprendre qu'un félin est idéal. Faut essayer, mais sans garantie néanmoins.

Je termine avec une chouette video, avec au passage Thula à la piscine! Et signalant que le tout est écrit simplement, clairement, sans pathos (le gnan gnan que je craignais est absent, ouf). On n'est pas dans le conte de fées, la sensibilité (et non la sensiblerie) est présente, les souffrances d'Iris ne sont pas passées sous silence. Coïncidence, je lis au même moment une annonce (dans le petit Solognot, pour les plus curieux), apprenant qu'une grande surface de Vierzon ('t'as voulu voir...') a décidé, sollicitée par une association, d'éteindre le tiers des lumières et de stopper la sonorisation une heure par semaine. Après lecture d'Iris Grace, je sens que c'est une aide.

Des avis chez Florinette,

Challenge de Philippe

52 commentaires:

  1. Tu me fais penser que j'ai un témoignage de ce genre dans ma PAL, mais là c'est un cheval qui était à la tâche je crois. (arrêter la sonorisation, enfin !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chevaux sont aussi pas mal pour aider (bref, faut essayer de voir ce qui marche)
      Les magasins silencieux, le rêve!

      Supprimer
  2. Je craignais effectivement en voyant le titre...
    Mais je suis conquise par (euh, par le magnifique chat, essentiellement) ton billet ! :D
    Et j'adopterais bien les magasins plus calme et moins violemment éclairés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains les trucs larmoyants, mais là, non, c'est très bien.

      Supprimer
  3. On lit, et on voit de plus en plus de récit sur l'autisme, la France n'est pas en avance sur le traitement de ce handicap et pour connaître des parents qui se battent contre ce syndrome je peux témoigner que tout est très très compliqué pour eux et leurs enfants. Espérons que ce genre de romans les aide dans leurs multiples démarches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un roman, et cela se passe en Angleterre. C'est sûr que pour les parents c'est le parcours du combattant...

      Supprimer
  4. J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de publications sur ce sujet depuis quelques temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, et ça ne fait pas de mal de mieux comprendre.

      Supprimer
  5. Une belle initiative d'une grande surface.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'initiative d'une association, mais dont tout le monde peut profiter!

      Supprimer
  6. Je te sens passionnée par cette lecture et ça devient très tentant (avec un Maine Con en plus...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces chats semblent avoir une personnalité fort adaptée.

      Supprimer
  7. Je note ce titre, merci. Sujet sensible.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. C'est une très belle histoire...
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que je t'invite à découvrir. Une histoire pas terminée, bien sûr, Iris et sa famille a encore bien du chemin à parcourir.

      Supprimer
  9. Un sujet sensible qui en effet m'intéresse aussi...je regarderai si je le trouve à la médiathèque

    RépondreSupprimer
  10. Pas lu celui ci. mais dans le même genre (Autisme d'un petit garçon + chat salvateur), j'ai lu l'an dernier "grâce à l'amour d'un chat". très intéressant aussi, car l'autisme décrit avec des mots simples et juste la réalité quotidienne. Je note ce titre évidemment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce titre m'avait échappé (mais on sait déjà que les chats...)

      Supprimer
  11. Pour connaître deux Maine Coon ce sont des chats (enfin surtout l'une, l'autre est une diablesse) calmes, calins et faciles à vivre. Et ils adorent l'eau...les deux que je connais pataugent allègrement dans la piscine été comme hiver!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le livre ce chaton (au départ) est absolument parfait comme compagnon.
      Adorer l'eau... incroyable!

      Supprimer
  12. J'ai vu une émission, avec un film documentaire, sur l'autisme (France 5); j'ai noté que le diagnostic, même par les pédiatres, n'est pas toujours assez précoce, ni évident, c'est un problème.
    Vous aviez une lecture "l'autisme expliqué aux non autistes", dites-vous, elle m'intéresserait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai pas parlé sur le blog, mais voici
      https://www.marabout.com/lautisme-explique-aux-non-autistes-9782501126977
      Une des auteurs est autiste, une autre maman d'autiste. Plutôt clair et bien fait.

      Supprimer
  13. Oui, les animaux sont nos amis.^^ (j'ai vu le comm' sur les chevaux) En réalité, on a vraiment tous à s'apporter mutuellement, j'en suis convaincue, toutes espèces confondues. Je suis en train d'audiolire le livre sur la vie des arbres, je suis un peu influencée.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon, te voilà en pleine vraie nature, alors? Je l'ai lu, d'ailleurs, ce livre là.

      Supprimer
  14. Merci pour ton article Keisha, car la couverture m'aurait plutôt fait éviter le livre. C'est assez stupide je le reconnais. Le courage des parents dans ce ces cas là doit être entier et j'ai la plus grande admiration pour cet entêtement là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, la couverture m'inquiétait. ^_^ Trop de choupinou, quoi! ^_^ Mais franchement on évite les écueils trop sentimentaux, c'est bien expliqué.

      Supprimer
  15. Le chat de la couverture ressemble trop au mien !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi un Maine Coon? Mais les 'gouttière' sont aussi très bien, tu sais. ^_^

      Supprimer
  16. Un ami avait le livre "grâce à l'amour d'un chat"...j'avoue que je fuis ce genre d'écrit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu a priori je ne me jette pas dessus, mais là c'était correct et informatif. Pas tire-larmes.

      Supprimer
  17. Le titre et la couverture ne me donnait absolument pas envie, mais ce que tu en dis m'a l'air intéressant. Je note pour la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi il faut essayer (et puis le livre est très agréable à regarder, avec les photos et les peintures. Un univers de douceur, alors que la vie réelle ne doit pas être de tout repos.

      Supprimer
  18. Quelle magnifique billet et qui me rassure totalement, en effet ce livre est sur ma PAL (l'autisme est un sujet qui me tient à cœur et celui des animaux qui guérissent aussi alors forcément ;0) Mais c'et vrai que j'avais peur aussi de ce côté gnan gnan et ce que tu en dis me donne très envie de le lire du coup :0)

    RépondreSupprimer
  19. Un compagnonnage touchant, et de jolies "Fleurs au vent" !

    RépondreSupprimer
  20. ah oui? on n'aurait pas cru que cette couverture méritât un si long billet :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement c'est curieux, oui, il faut croire que je voulais convaincre/garder trace. Et de toute façon il n'y a pas de spoiler... ^_^
      (j'adore les subjonctifs ^_^)

      Supprimer
  21. Cool un chat qui nage :-)
    Moi j'aime bien cette couverture je la trouve très belle de cette complicité entre le chat et cette enfant ♥♥♥
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert ça! (choup -voir son commentaire- en a déjà vu nager)
      En fait les chats savent nager mais! ils n'aiment pas!
      Très joli ce livre, beaucoup de grâce dans une histoire pas facile.

      Supprimer
  22. A priori pas mal came si ça tombe dans le pathos. Mais si tu as aimé, je peux tenter sans autre. Les peintures sont magnifiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi d'essayer. Personnellement je n'ai pas eu l'impression de sentimentalisme dégoulinant.

      Supprimer
  23. Facile de craquer avec une telle couverture. Un livre qui me plairait de lire, c'est surtout des émissions que j'ai vu sur l'autisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ce livre permet d'en savoir beaucoup sans trop se chauffer la cervelle avec de la théorie.

      Supprimer
  24. Bizarrement, si en BD, je lis ce genre de témoignage avec plaisir, en roman, je ne peux presque pas. Trop proche des cocos que je vois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends parfaitement! Ce n'est pas un roman et pour quelqu'un comme moi qui n'est pas dans ce milieu, c'est l'occasion d'être un peu plus au courant.

      Supprimer
  25. Oups, j'avais oublié ce lien. Erreur réparée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as rien oublié, c'est moi qui viens juste d'y penser.

      Supprimer
  26. Un livre sur l'autisme, cela ne peut que m’intéresser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire vraie, bien racontée, et qui dit les choses comme il le faut.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!