lundi 11 février 2019

L'homme qui aimait trop les livres

L'homme qui aimait trop les livres
The man who loved books too much:
the true story of a thief, a detective, and a world of literary obsession
Allison Hoover Bartlett
Marchialy, 2018
Traduit par Cyril Gay




Aussitôt vu sur le présentoir de la bibli, aussi emprunté. Comment résister? Une fois commencé, ce livre s'est révélé ne pas être un roman mais une sorte d'enquête menée par une journaliste sur le sujet des collectionneurs de livres anciens, actuellement ou dans le passé, des libraires en vendant, en boutique ou salons, et des indélicats volant ces livres et/ou ne les rendant pas.

Elle s'attache particulièrement à John Gilsey, qu’elle a rencontré à de multiples reprises, y compris dans un parloir de prison, ses méthodes pour se constituer une collection de livres anciens n'étant pas du goût des libraires spoliés. En particulier Ken Sanders, qui se "surnomme 'Book Cop' -le flic du livre-, mais ses amis l'appellent 'biblioflic'." Ceci dans le cadre de son travail à l'ALAA, association des libraires de livres anciens d'Amérique. J'ai noté, entre autres détails dont fourmille ce livre, que Sanders et Abbey étaient amis et ont participé à une action -pacifique- sur un barrage.

Les vols de livres ne sont pas tellement réprimés par la loi, ce qui fait enrager Sanders, "qu'ils se contentent de piquer des enjoliveurs et laissent les livres tranquilles!" Contrairement à ce que je pensais au départ, Gilsey ne volait pas les livres en les glissant sous son blouson, mais par une arnaque qui tombait plus facilement sous le coup de la loi.

Les rapports entre ces personnages sont assez particuliers, la journaliste frôlant parfois la ligne entre l'enquête et la complicité -sans la franchir. Personnellement je suis quand même restée dans une sorte de flou, c'est plaisant à lire mais parfois éparpillé.

Quelques anecdotes:
"Thomas Jefferson Fitzpatrick, un professeur de botanique qui avait amassé tellement de livres dans les années 1930 que leur poids excédait celui indiqué dans les normes de sécurité du bâtiment. Il décéda à l'âge avancé de 83 ans en 1952, et fut retrouvé chez lui allongé sur un lit de camp dans sa cuisine, cerné par 90 tonnes des livres."

Thomas Jefferson, président des Etats Unis, était bibliophile, chez lui rangeait les livres par taille,  et avait proposé pour la bibliothèque du Congrès "un système de classement dans lequel les livres seraient classés en trois grandes catégories : mémoire, raison et imagination. Une division poétique que je serais curieuse de voir appliquée dans les librairies aujourd'hui. Cela prendrait peut-être plus de temps de trouver ce que l'on cherche, mais qui sait sur quoi l'on risquerait de tomber."

Pour terminer, l'éditeur donne ce conseil "retenez-vous autant que possible de voler ce livre." et "Ceci est un premier tirage".

46 commentaires:

  1. Je n'aurais jamais imaginé que cette activité était si importante. Jusqu'à présent j'ai suivi religieusement le conseil final !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains usagers de médiathèques, sans doute ne volent pas, mais omettent de rendre...
      En librairie ou salon? Oui, on se retient.

      Supprimer
  2. Oui, bon, ça ne m'intéresse pas plus que ça ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha tu apprendrais des choses, mais bon, tu as beaucoup à lire je le sens.

      Supprimer
  3. Quel beau sujet...collectionner les livres anciens, j'aurais adoré :) si je croise ce titre, je crois bien que moi aussi je ne pourrai pas résister à tendre la main ! Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les livres anciens, ça ne m'intéresse pas pour collectionner, mais j'aime bien en admirer.

      Supprimer
  4. les collectionneurs sont des fous dingues quelle que soiet leur collection !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (merci de ta vigilance, je pouvais ajouter des virgules, mais j'ai préféré supprimer un mot)
      Exact, d'ailleurs ce livres parle de toutes sortes de collections.

      Supprimer
  5. Même si le titre est alléchant, je ne suis pas tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grave, il y a tant à lire (sans les voler ^_^)

      Supprimer
  6. Evidemment, un titre pareil, tu ne pouvais pas le laisser passer :). J'adore la proposition de Jefferson, j'en serai très curieuse aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les classements, quelle prise de tête, mais tant pis, si on n'est pas une bibliothèque, on fait comme on veut.

      Supprimer
  7. Bon, je commencerai par ne pas me voler où je le verrai. On entre dans le domaine des collectionneurs (nous le sommes un peu tou(te)s un jour ou l'autre) un peu cleptomanes et surtout sans scrupules ?

    Les titres savent où porter : j'ai acheté la correspondance Flaubert-Sand, avec ce titre "Tu aimes trop la littérature, elle te tuera" qui m'a sûrement influencé... Ça vaut bien "l'homme qui aimait trop les livres".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant cette correspondance me fait envie... ^_^ Tiens j'ai démarré en 2016 un gros pavé de lettres choisies de Sand, je devrais bien m'y remettre.

      Supprimer
  8. un titre qui m'a attiré par contre ensuite le contenu ne m'a pas passionné, j'aime les livres mais je ne suis pas bibliophile ni collectionneuse alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, j'aime lire et voilà, ce n'est pas la possession qui me fascine.

      Supprimer
  9. Je l'ai déjà repéré aussi, je suis contente de lire ton avis.

    RépondreSupprimer
  10. Voilà qui n'est pas banal.
    Pourquoi pas si je mets la main dessus (sans le voler) un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  11. Bizarre le thème ou l'activité. Je ne sais pas trop quoi en penser.

    RépondreSupprimer
  12. Je n'aurais pas résisté non plus, je pense! Mais bon, je pense qu'après ton billet, je peux quand même passer mon tour!

    RépondreSupprimer
  13. Original, il a l'air sympa à lire mais pas pour moi, je ne lis pas assez pour me lancer là-dedans, je vais me contenter de ton article ^^

    RépondreSupprimer
  14. Repéré depuis l'annonce de sa sortie (je suis l'éditeur de très près, c'est celui de Tokyo Vice !), un titre pareil, tu parles, mais quand j'ai vu que c'était traduit de l'anglais, j'ai fait un tour sur les avis anglophones et c'était assez mitigé, du coup je n'en ai plus fait une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso parfois je trouvais ça un peu fouillis dans la chronologie, mais ça se lit bien. L'éditeur a un côté Toussaint Louverture qui me plait bien.

      Supprimer
  15. Je croyais avoir laissé un commentaire ici, me voilà indécis quant à ce que j'avais écrit. Tant pis...
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée, actuellement j'ai du mal à trouver le temps pour le blog (et mêem carrément pour la lecture!). J'ai donc mis au clair les commentaires un peu tardivement, mais les deux commentaires sont bien là : merci!

      Supprimer
  16. C'est peut-être moi qui, il y a cinq minutes, ne les ai pas vus plus haut ((mon mot et votre réponse). Sorry.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A considérer les heures, c'est moi la coupable, j'allais juste les sortir de la modération...

      Supprimer
  17. Dommage pour ton dernier bémol, la couverture, le titre, le résumé, tout faisait envie !

    RépondreSupprimer
  18. Très intrigant, quand même, comme livre...

    RépondreSupprimer
  19. J'aime le titre mais je ne pense pas que je le lirai...

    RépondreSupprimer
  20. Raison et imagination ! Où classer les romans qui mêlent les deux ? Etonnantes catégories.
    Quant au prof de botanique, il devait être atteint de syllogomanie !
    J'admire les livres anciens sans avoir envie de les posséder pour autant, je me demande si ceux qui les collectionnent sont de grands lecteurs. JCO en parle un peu dans "Valet de Pique".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre qui fourmille de détails intéressants. La syllogomanie avec les livres (ça peut être pire), merci de m'apprendre le mot.
      Exact, les collectionneurs ne lisent pas obligatoirement, c'est un autre genre de passion on dirait.

      Supprimer
  21. Mouais, le titre est évidemment alléchant, mais la description l'est moins, en tout cas à mes yeux. je passe !

    RépondreSupprimer
  22. Est-il possible de trop aimer les livres?
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!