lundi 19 octobre 2009

Maîtres et serviteurs



Maîtres et serviteurs
Pierre Michon

Verdier, 1990

















Cette fois le coupable est Yv, dont le bel article sur ce livre (inconnu) d'un auteur (inconnu) a su me convaincre de remédier à cette méconnaissance.

Cet auteur né en 1945 dans la Creuse s'inscrit dans la lignée de Julien Gracq, ai-je appris. Il n'est pas vraiment sous les projecteurs; son nouveau roman, Les onze, vient de paraître. Et je reconnais chez lui une écriture exigeante et belle comme chez son illustre prédécesseur.

Maîtres et serviteurs est un tryptique qui met en lumière trois peintres de styles fort différents.

Goya avide de reconnaissance sociale au point de choisir comme épouse la soeur d'un peintre plus reconnu, se retrouve face à des tableaux de Velaquez:
" Goya regardait ce qu'il ne pourrait jamais peindre et que pour cette raison il devait désormais peindre. S'il avait voulu se mesurer au plus opaque, il n'avait pas raté son coup: mais qu'il l'eût voulu ou non, c'était fait, cela s'engouffrait et tombait dans la grosse redigote comme cela tomba jadis dans les cuirasses de la Maison d'Autriche; et lui, qui n'avait pas la palette sévillane qui montra comment ça tombe, il devait pourtant le montrer, avec ce qu'il avait, avec la palette aragonaise rafistolée chez les Vénitiens, avec son peu d'entendement et son esbroufe, là où le seigneur sévillan paraissait tout entendre et ne mentir jamais."


Watteau désire que l'abbé de Nogent lui serve de modèle. Pour son Pierrot.
"Cela ne parlait pas, c'était spectre ou imbécile, tout blanc, avec de grosses mains d'homme; derière, des peupliers et des pins d'Italie, un comparse écarlate occupé d'autre chose et les buées bleues de l'ardeur estivale."

Et puis Lorentino, un obscur peintre disciple de Piero Della Francesca, qui dans sa vie pleine de déceptions créa un chef d'oeuvre...



Quel immense bonheur de lecture, quelle superbe découverte! Les phrases sont ciselées, évocatrices, musicales. L'histoire avance sans en avoir l'air, par petites touches, allers et retours. L'émotion nait insensiblement.
Quelle beauté!

Commenter cet article

Neph Il y a 3 ans

Tu me donnerais presque envie de lire Les Vies minuscules, que j'ai dans ma bibliothèque sans jamais l'avoir touché. J'ai dans l'idée l'a priori infondé que c'est... ennuyeux. Alors je vais
peut-être faire un effort, étant donné tes arguments :)


Aifelle Il y a 3 ans

Tu as l'air tellement émerveillée, je le note bien vite.


Cynthia Il y a 3 ans

Ce sont des portraits isolés ou bien les personnages interagissent entre eux?


Marie Il y a 3 ans

Je ne sais pas...
Ton billet, surtout lorsque tu parles du style, me donne bien envie de le lire. J'ai du mal à résister lorsqu'on me parle d'une belle plume.
Mais l'histoire me semble un peu difficile d'accès. Un roman exclusivement sur le monde des peintres et la création me fait un peu peur, peur de m'ennuyer malgré le style littéraire.


Yv Il y a 3 ans

J'assume pleinement ma culpabilité et la revendique d'autant plus que cette lecture t'a enthousiasmée.
Si tu as aimé celui-ci, tu aimeras "Les Onze",qui par certains côtés lui ressemble.
N'ayez pas peur de lire Michon, malgré un abord peu "sexy" et peu "vendeur", ces livres sont intéressants et ont un pouvoir d'attirance très fort une fois que l'on est dedans.


A_girl_from_earth Il y a 3 ans

Je suis plus sensible à l'appel du loufoque qu'à celui de l'écriture exigeante mais des fois ça fait un bien fou aussi un style et une écriture soignés, et un récit aussi hautement culturel et
cultivé. Je me le note pour plus tard.


GeishaNellie Il y a 3 ans

J'adore lire des livres sur la peinture (une de mes passions) je le prends en note et cette cois-ci j'espère bien qu'il passera de ma LAL à ma PAL !!


Thaïs Il y a 3 ans

Je n'ai jamais osé sauter le pas et pourtant j'en ai entendu pârler de cet auteur mais si tu parles de Julien Gracq là je vais me laisser tenter :)


Dominique Il y a 3 ans

Je n'aime pas tout les textes de Michon, mais celui là est lumineux et je comprends ton enthousiasme
Quelle excitation quand on découvre un auteur et que l'on se régale


keisha Il y a 3 ans


@ Dominique
C'est le premier que je lis, oui lumineux est le mot, et j'espère avoir le même bonheur avec "Les onze" qui parle aussi de peinture je crois.
Maintenant je crains la déception si je me lance dans des textes de thèmes différents. On verra bien.
Mais tu as raison, quel extraordinaire expérience de "tomber" sur un nouvel auteur qui vous remplit d'aise.



Isil Il y a 3 ans

Ah, c'est un livre pour le swap peinture ça :-) Je commencerai peut-être par Julien Gracq plutôt.


keisha Il y a 3 ans


@ Isil
Comme tu voudras! Celui ci est court. De Gracq, je n'ai lu que Le rivage des Syrtes...



sylire Il y a 3 ans

J'ai entendu beaucoup de bien de cet auteur, mais je ne l'ai pas encore lu non plus. Ca viendra...


keisha Il y a 3 ans


@ sylire
Suite à l'article de Yv, je n'ai pas tardé à sauter le pas...Bonne lecture!



Reka Il y a 3 ans

Je suis entre deux livres. J'en ai fini un cet après-midi, je dois faire la sélection du prochain imminemment...
Tu me donnerais presque envie de m'emparer de "Vies minuscules" (qui est dans ma PAL) sur-le-champ, mais je sors d'une lecture dense, et je pense que j'ai besoin d'un peu de légèreté avant ça
:)
Néanmoins, mon Michon ne va plus m'attendre bien longtemps, ah ça non... :) !


keisha Il y a 3 ans


@ Reka
Oui, c'est dense, alors alterne et prends le la prochaine fois...
J'espère aussi lire Vies Minuscules.



Gio Il y a 3 ans

Je suis intriguée et par l'auteur ( que je ne connais pas ) et par ce que tu en dis. Je le note.


keisha Il y a 3 ans


@ Gio
Un inconnu aussi pour moi, et je me suis lancée : belle expérience!



Edelwe Il y a 3 ans

J'ai un mauvais souvenir de cet auteur (durant mes études). Je vais donc passer mon tour malgré ton billet qui donne bien envie!


keisha Il y a 3 ans


@ Edelwe
Les études rendraient-elles un auteur repoussant? Ceci étant, je n'ai lu que celui ci, et le thème m'attirait.



Theoma Il y a 3 ans

Tes mots ont atteint mon petit coeur tout mou de lectrice. Impossible de résister.


keisha Il y a 3 ans


@ Theoma
Lance toi alors! Ah je savais bien que nous sommes faibles et sensibles...



Isa Il y a 3 ans

Je suis en train de découvrir cet auteur avec son roman "La grande Beune". Une écriture époustouflante !!!


keisha Il y a 3 ans


@ Isa
Merci pour ton avis! En effet celui ci parle de peinture, et je craignais que ce thème particulier m'ait enchanté et que ses autres romans soient moins beaux, mais là je note aussi, en plus de
Vies minuscules et de Les onze...
Une écriture époustouflante, oui, jamais lu encore ...



Armande Il y a 3 ans

J'hésite : tu parles d'une écriture "patchwork" et je suis tentée de me précipiter dans la première librairie venue mais Yv précise qu'il est "peu sexy"... voilà qui douche mon enthousiasme.


keisha Il y a 3 ans


@ Armande
Peu sexy veut sans doute dire pas "attirant" de prime abord : il faut quand même de l'attention pour cette lecture, mais sans problème, hein! Je disais patchwork parce que l'histoire ne se
raconte pas de façon linéaire, mais morceau après morceau, sans qu'on voie les raccords d'ailleurs. Peut être que je m'exprime mal, pffou...et j'ai du mal à faire passer mon admiration pour cette écriture...
Ecoute, lis le pour te faire un idée, c'est raiment à connaître!



dominique Il y a 3 ans

J'ai vraiment aimé " Vies minuscules",c'est un des grands romans du vingtième siècle. Et "la grande Beune " est de la même eau. Ensuite, j'ai voulu lire " Rimbaud le fils"; et là, ce fut le
désenchantement absolu! Ce troisième opus m'a paru prétentieux, léché, emphatique, faux... je n'ai plus ouvert un livre de lui, et même pas osé relire les précédents, de peur de saisir que je ne
les aimais pas vraiment, que je m'étais laissée bluffée. Bref, voilà mon expérience de cet auteur. Etrange, non?


keisha Il y a 3 ans


@ dominique
Non, pas étrange, cela doit arriver ... Tu sais peut être que j'aime beaucoup Richard Powers, mais le premier roman que j'en ai lu, j'ai abandonné au bout de 100 pages...Ton histoire à
l'envers...
je pense tout de même lire Les onze, avec encore une histoire de peinture, et puis Vies minuscules ou La grande beune, on verra, mais pas à la suite! On verra si le même phénomène se
produit.



dominique Il y a 3 ans

Le commentaire précédent est de moi! mais Armande est l'auteur affiché, je ne sais pas pourquoi...


keisha Il y a 3 ans


@ dominique
C'est bien "dominique" qui est indiqué, ne t'inquiète pas! ( c'est encore un bug ...le nom de la précédente s'affiche, c'est mystérieux)



Nanne Il y a 3 ans

Là, tu m'intrigues beaucoup avec cet auteur que je ne connaissais pas du tout, Keisha. J'avais lu le billet d'Ys sur son blog, en notant le roman, mais ... plouf ! Oublié. En plus, je viens
d'apprendre à la radio ce soir que le Prix de l'Académie française lui a été remis pour "Les onze" et l'ensemble de son œuvre ! Et son dernier roman parle aussi de peinture, sous la Révolution,
cette fois. De quoi se lancer dans l'aventure !


keisha Il y a 3 ans


@ Nanne
C'est Yv qui en parlait, ainsi d'ailleurs que des Onze.
Depuis, j'ai aussi lu Les Onze, époustouflant, et j'ai appris ce matin qu'un prix (mérité ) lui était décerné. Ça fait plaisir et j'espère qu'il aura plus de lecteurs.
Oui, lance toi dans l'aventure...




Je ne suis pas très attirée par ce livre, je pense que je ne connais pas assez les 3 peintres (voire même pas du tout pour le 3ème) pour prendre autant de plaisir que toi à ce roman.


keisha Il y a 3 ans


@ Restling
Pas besoin de connaître ces peintres ou la peinture, juste s'immerger dans la prose de Michon... Depuis, j'ai lu Les onze, billet à paraître.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.