mardi 21 septembre 2021

La lune de briques


 La lune de briques

The brick moon

Edward Everett Hale

Ginkgo éditeur, 2021

Traduit par Mary-Christine Pons-Vurpillot

Introduction de jean-Yves le Gall, président du CNES

Couverture : Kent


Paru en 1870, ce roman n'avait jamais été traduit ( un billet montre l'enthousiasme d'un lecteur, qui s'est lancé dans sa propre traduction)

Imaginons que pour pallier le manque de précision dans les déplacements sur Terre (surtout sur mer, d'ailleurs), on décide de construire une lune de briques, et de l'envoyer à quelques milliers de km en orbite autour de la Terre. Ne me demandez pas comment ça fonctionnerait, mais on a là, fin 19ème siècle, le premier GPS!

Évidemment tout ne se passera pas comme prévu,  une trentaine de personnes -et des poules- seront embarqués à l'insu de leur plein gré, survivront et mettront au point une ingénieuse méthode pour communiquer avec la Terre, tout en formant au fil du temps une heureuse petite colonie.

Un complément a cette courte histoire donnera tous les détails sur l'auteur, un personnage bien intéressant, et l'on découvrira l'histoire des stations en orbite avant la SSI, que ce soit dans la littérature ou dans les dernières décennies.

Une histoire plaisante à lire, écrite non sans ironie, et pleine d'imagination.

vendredi 17 septembre 2021

Voyage vers le Nord / L'année du jardinier


 Voyage vers le Nord

Cesta na sever, 1939

Karel Capek

Illustrations de Karel Capek

Les éditions du sonneur, 2010

Traduit par Benoit Meunier



Mais que voilà un 'livre de voyage' positivement charmant! Pas niais, pas lourdingue. L'auteur (et son épouse, devine-t-on), a effectué ce périple en train ou en bateau le long des côtes norvégiennes (avec parfois hélas des passagers envahissants), posant sur les paysages et habitants danois, suédois et norvégiens un regard attentif, bienveillant, non dénué d'humour. Mais subtil. En Europe centrale l'époque promet du grave et lourd, on le sent parfois au détour d'une phrase. Les illustrations de l'auteur ajoutent au bonheur de la découverte. 

"Difficile de croire que des hommes, des vaches et des chevaux puissent vivre sur une ligne aussi fine. Mais c'est ainsi, le Danemark n'est fait que d'un horizon net, sans accroc; ça leur en fait, du ciel au-dessus de la tête!"

" et le plus étrange, ce jour boréal qu n'en finit pas, et cette nuit blanche qui n'incite pas à aller se coucher, qui fait qu'on ne sait pas s'il fait déjà jour ou encore jour, si les passants sont déjà debout ou toujours debout."

Les glaciers : " D'un simple regard on peut saisir leur méthode de travail (...). Là où ils s'attaquent à un massif digne de ce nom, ils retroussent leurs manches, et les voilà qui broient, qui concassent, qui chantournent et qui affûtent jusqu'à former un amphithéâtre entre les montagnes; telle une moraine, ils traînent et charrient les débris hors de la cuvette et y installent au fond un lac, auquel ils suspendent une cascade, voilà le travail."

(j'ai aimé cette façon de décrire la nature et les paysages, quasi tout du long)

"Il semble que, dans ce monde, les costumes traditionnels et autres particularités ethnologiques n'aient plus d'importance que pour ceux qui peuvent en vivre." 

Cette lecture a développé en moi une grande envie de découvrir ces contrées (et il faut dire que les séries nordiques avaient déjà commencé)

Avis babelio, eva, patrice, lecturissime


Ensuite j'ai appris l'existence de cette année du jardinier : il me le fallait!


L'année du jardinier

Karel Capek

10/18, 2000

traduit par Joseph Gagnaire


Un opuscule absolument délicieux,  illustré par Josef Capek (le frère), qui égraine les aventures et labeurs d'un jardinier  amateur tout du long de l'année. Ne pas prendre cela comme un guide sérieux, quoique ce soit fidèle au quotidien, et bien vu dans les détails, l'auteur usant d'empathie avec cette catégorie de personnes, et d'un humour plein de gentille ironie.

Avis babelio;

mardi 14 septembre 2021

Plasmas


 Plasmas

Céline Minard

Rivages, 2021

 

 

 Bon, ne pas se leurrer, Céline Minard, ça passe ou ça casse. Mais au moins à chaque fois elle se lance dans un univers inattendu. Et ça fait drôlement du bien au neurones, OK, ça les déboussole, aussi. Cette fois (pour ce que j'en ai capté) il s'agit de 'nouvelles' reliées par un fil genre 'cela se déroule dans le futur mais la Terre -si les humains y habitent encore- n'est plus franchement habitable et mieux vaut s'adapter.' C'est donc l'occasion de découvrir des formes de vie autres.

Alors au début j'ai eu du mal, j'aurais aimé plus d’explications, puis j'ai choisi de me laisser porter, parce que évocation et imagination plus écriture ciselée, là on est servi. Finalement on parfois à se créer des images, à croire qu'on a compris une histoire. 

La présentation de l'éditeur ci-dessous a confirmé que j'avais quand même saisi quelques subtilités, alors je vais évoquer d'autres textes. Tiens, Grands singes, où Duane la primatologue observe un groupe, là mes lectures ont permis une accroche plus aisée, mais quelle fin magnifique! Dans Ricochets, où est-on? Plus sur la terre, c'est sûr, mais quel espace? Uiush, je ne sais pas ce que c'est, mais dans ma tête, c'est un paresseux. Grands fonds, où Rhif, lui, veut revenir à la surface et, pourquoi pas, explorer un peu la terre ferme hors milieu aquatique. Il est parfois fait allusion à des Ancêtres, des humains sans doute disparus il y a longtemps, présents dans des légendes. Ecologie et science fiction? En tout cas l'héroïne de la dernière nouvelle  m'a complètement fait penser à Greta Thumberg, si, si!

 Qu'en dit l'éditeur?

"Céline Minard nous plonge dans un univers renversant, où les espèces et les genres s’enchevêtrent, le réel et le virtuel communiquent par des fils ténus et invisibles. Qu’elle décrive les mesures sensorielles effectuées sur des acrobates dans un monde post-humain, la conservation de la mémoire de la Terre après son extinction, la chute d’un parallélépipède d’aluminium tombé des étoiles et du futur à travers un couloir du temps, ou bien encore la création accidentelle d’un monstre génétique dans une écurie de chevaux sibérienne, l’auteure dessine le tableau d’une fascinante cosmo-vision, dont les recombinaisons infinies forment un jeu permanent de métamorphoses. Fidèle à sa poétique des frontières, elle invente, ce faisant, un genre littéraire, forme éclatée et renouvelée du livre-monde."

Avis : babelio,  où les lecteurs en parlent sans doute mieux, et avec enthousiasme et admiration.

vendredi 10 septembre 2021

Rendez-vous avec la ruse


Rendez-vous avec la ruse

 Les détectives du Yorkshire

Julia Chapman 

Robert Lafont, 2020

Traduit par Dominique Haas et Stéphanie Leigniel

 

Hé oui, le 6ème de la série , toujours aussi addictive : on se coule avec bonheur dans l'ambiance du village de Bruncliffe, on retrouve Samson et Dalila pour des enquêtes (il s'en passe des choses dans ce village!) et surtout le pub, le salon de thé, la femme de ménage Ida, sans oublier Calimero, un gros toutou toujours affamé et avide de câlins. Et puis la bande de la maison de retraite.

Cette fois, la femme du maire soupçonne son époux de la tromper, enquête qui amènera notre duo d'enquêteurs à une partie de chasse où de gros bras appuient un peu trop sur la gâchette. Quelques méchants rodent, on les connaît, et une disparition intervient.

Bref, encore du potentiel pour éclaircir tout cela -ou pas- dans un prochain tome. Il me tarde que Samson et Dalila réalisent ce que tout lecteur a compris depuis le début, oui, ils sont hyper compatibles! Car l'humour dans cette série et les mystères suffisent amplement maintenant à maintenir l'intérêt.

Quelques enquêtes aboutissent, j'ai bien aimé la résolution du mystère des crottes déposées la nuit chez le boucher.

Avertissement : il vaut mieux démarrer par les premiers tomes, là maintenant ça commence à en dévoiler pas mal sur des événements précédemment advenus. Mais c'est vraiment une excellente série (détente) !

Avis babelio,


mardi 7 septembre 2021

Des souris et des hommes

 


Des souris et des hommes

Of mice and men

John Steinbeck

Rebecca Dautremer

Tishina, 2020

Traduit par Maurice-Edgar Coindreau

 

 J'ai un aveu à faire : j'aime Steinbeck, j'ai lu plein de ses romans ... sauf Des souris et des hommes. Peur? Mais j'avais trouvé la version VO, projetant de m'y lancer, non mais!

Par ailleurs une bibliothécaire a parlé de ces adaptations de romans par Rebecca Dautremer (dont je n'ai rien lu)

Et voilà que dans une autre bibliothèque je mets la main (les deux mains, la bête pèse son poids) sur ce roman graphique : le texte, Steinbeck (j'ai vérifié, tout y est) et les illustrations de Rebecca Dautremer.

Noël en avance, quoi!

Faut-il parler de l'histoire? George et Lennie, deux saisonniers, en Californie dans les années 30, vont de ferme en ferme. Ils trouvent aisément du travail, car Lennie est un colosse qui n'as pas peur de l'effort. Malheureusement son développement mental n'a pas suivi et des incidents les obligent à quitter rapidement leurs lieux de travail. George se sent responsable de son ami, même si cela lui pèse souvent.

Cependant ils ont un rêve, une petite ferme, un jardin, des animaux (et des lapins, demande Lennie). 

Ils sont embauchés dans une ferme, le drame va se nouer. Des personnages bien campés, le vieil employé handicapé sentant qu'il sera mis sur la touche, comme son chien, le noir mis à l'écart par racisme (un moment glaçant quant la jeune femme le menace).

Un court roman, intense, à découvrir.

L'adaptation

"D'un côté de la rivière, les versants dorés de la colline montent en s'incurvant jusqu'aux masses rocheuses des monts Galiban, mais, du côté de la vallée, l'eau est bordée d'arbres."

Voilà commence démarre le roman, texte illustré de paysages aux teintes douces.

Surviennent les deux héros. Leurs dialogues voire leurs gestes sont représentés par des vignettes, comme en BD, en crayonnés bleus et sepia. 

Parfois on passe à des dessins plus 'enfantins', ou BD ancienne mode, ou anciennes publicités, ou animaux réalistes craquants, ou dessins violemment colorés, etc., le mieux est de voir le lien donné plus bas.

C'est une splendeur, un coup de coeur!

Sur le site de l'éditeur pour quelques pages, avis, et présentation. 

Avis babelio, et je découvre juste celui de y'dlajoie, qui présente plein d'exemples des illustrations!