lundi 17 mai 2010

Le tunnel



http://ecx.images-amazon.com/images/I/41rvCshfddL._SL500_AA300_.jpgLe Tunnel
William Gass
Le cherche midi, lot 49, 2007 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les coulisses
Fin novembre je tombai sur un billet chez GeishaNellie, où elle se proposait de lire Le Tunnel de William Gass, dont je venais de découvrir Sonate cartésienne.
Solidaires dans l'inconscience, nous décidâmes d'en faire une lecture commune pour le 15 avril, mais la bête étant résistante, nous convînmes de repousser au 17 mai. Au fil du temps nous échangeâmes plusieurs mails destinés à faire le point, partager notre expérience et aussi nous encourager... Voici donc, en première mondiale, les billets de deux blogueuses sur ce roman! (Les liens au bas de mon billet émanent plutôt de "professionnels" me semble-t-il)
 
La bande annonce
"William Frederick Kohler, le narrateur du Tunnel, est un historien reconnu qui vient d'achever la rédaction d'un énorme ouvrage intitulé Culpabilité et innocence dans l'Allemagne de Hitler. Mais, au moment d'en rédiger l'introduction, Kohler se met à écrire un tout autre texte, une toute autre histoire - la sienne. 
Délaissant l'objectivité de son projet initial, Kohler raconte tour à tour son enfance malheureuse (un père sectaire et arthritique, une mère alcoolique), sa liaison avec Lou, sa passion pour la chanteuse Susu, ses vicissitudes d'enseignant, ses collègues ... et le cauchemar conjugal qu'il vit avec son épouse Martha.
Craignant que cette dernière ne découvre ces pages intimes, Kohler les dissimule entre celles de son ouvrage historique. Dans le même temps, il entreprend la construction d'un tunnel dans le sous-sol de sa maison. Creuser et écrire se répondent, comme si Kohler pratiquait un trou dans le langage même, afin de lui arracher ses pires secrets.
A la fois méditation sur l'histoire et ceux qui l'écrivent, pastorale américaine et cauchemar non climatisé, le Tunnel est une prodigieuse et terrifiante plongée dans la noirceur de l'humain, une tentative pour exposer au plein jour cette part maudite que Gass appelle 'le fascisme du coeur'."
 
Impressions de lecture
710 pages écrites en assez petits caractères, contenant parfois des dessins, poèmes en gras, caractères typographiques originaux, ce roman est découpé en chapitres et sous chapitres bien apparents.
Démarrage inquiétant : mais où va-t-on? Ça part vraiment dans tous les sens. Quelques passages fulgurants. Je continue.
Et puis petit à petit c'est un peu plus calme, je commence à entrevoir une cohérence, je tiens là un roman exceptionnel, je souffre un peu parfois mais je continue! Et j'arrive au bout!
Conseil de lecture a posteriori : suivre le découpage de Gass, un sous chapitre (ou deux) à la fois. Un chapitre au maximum. Se laisser emporter par le torrent des phrases. Persévérer.
 
Mon avis
Gass a mis près de 30 ans à écrire ce roman complètement hors normes. C'est brut, râpeux, cela parle plus à l'intellect qu'au coeur. Kohler n'est pas vraiment sympathique. Seul le récit de l'hospitalisation de ses parents est poignant. Mais il faut avoir lu (ou tenté de lire) au moins une fois dans sa vie ce Tunnel.
 
Évidemment des morceaux sont plus "faciles" : je citerai la fameuse et géniale  "dispute" avec son épouse Martha (figurez-vous que chez eux le réfrigérateur est partagé en deux, on ne circule plus à cause des meubles massifs accumulés en prévision de l'ouverture d'un magasin d'antiquités, et il met la terre du tunnel dans les tiroirs de ces meubles, dingue je vous dis, etc...), la description de la tante, soeur de sa mère,qui habitait chez ses parents durant son enfance, l'histoire pathétique du gâteau d'anniversaire, comment Kohler et Martha ont dû supporter de vivre avec des voisins dans deux appartements mitoyens aux murs trop minces, l'hilarante soirée de Kohler avec son bébé qui hurle, la désastreuse leçon de conduite, le chat dans le fameux tunnel, Margot la Folle dans les derniers stades de la syphilis, le superbe "Fais le fleuve" entre Kohler et Lou, la nostalgique évocation des  boutiques de bonbons aux abords des écoles, ses  lectures d'enfance, bref plein de passages - et j'en oublie- qu'il faudrait relire et savourer tranquillement...
 
Parfois ça dérape dans tous les sens, les histoires se mélangent, le style est heurté... Parfois arrivent des réflexions plus philosophiques... parfois c'est cru, grossier, un peu trop nombriliste...
 
Extraits (pour avoir une idée du style)
"Les écouter [les discours d'un collègue] revient à regarder un maçon poser des briques. Les paupières de vos oreilles se font lourdes. Os se souvient sans doute du début de ses phrases, mais il est bien le seul dans ce cas."
 
Elle [la tante] donnait l'impression d'avancer à reculons vers ses desseins comme si leur déni était royal; mais avouer la moindre intention que ce fut devait être évité si possible. En général, si un pique-nique n'était pas hors de question, elle se mettait à le préparer. C'est ainsi qu'il convenait de comprendre son intérêt; mais si on l'interrogeait, elle niait le désir d'un petit rire dépréciateur, et n'avouait se préparer qu'au cas où, vous-même, en ayez envie. Et vous n'étiez pas obligé de manger le gâteau qu'elle avait préparé, mais il était fait, néanmoins, sûrement pas son préféré, non, seulement ce que le garde-manger promettait, mais ayant heureusement nécessité si peu d'ingrédients que cela ne grevait pas les réserves de façon considérable, après tout, ces produits négligeables ne manqueraient à personne; toutefois, si jamais vous n'en vouliez pas, le morceau qu'elle vous avait coupé, n'est-ce pas, était tout petit, le plat composé essentiellement de la crème glacée qui l'accompagnait et que vous pouviez ou pas manger parce que maintenant vous aviez le choix, et le café était prêt, elle venait d'en faire un petit pot, pas de quoi se formaliser, mais ça allait bien avec ce genre de gâteau, elle l'avait lu quelque part, et ça rehaussait la fraîcheur de la glace à la vanille, même s'il ne fallait pas vraiment croire les livres ou les journaux, ce qu'ils disaient, si vous ne vouliez pas vous resservir, ce n'était pas grave, mais si c'était le cas, eh bien ma foi il était là. A portée de main. (...) Sa déférence autoritaire rendait fou mon père."
 
Conclusion : Je n'ai sûrement pas tout compris des intentions de l'auteur, je n'ai pas l'intention d'écrire une thèse dessus, mais franchement je ne regrette pas ma lecture, des romans pareils, on n'en rencontre pas vingt dans sa vie!
 
  L'avis de GeishaNellie, sans qui je ne serais jamais allée au bout de ma lecture!
  Des avis :
 Sur le blog Libellules:
Sorti du tunnel http://libellules.blog.lemonde.fr/2007/10/28/littell-sorti-du-tunnel/
Gass, l'autre William http://libellules.blog.lemonde.fr/2010/03/20/gass-l%E2%80%99autre-william/
fric frac club
chez e torpedo (plus interview de l'auteur)
P Assouline
Le matricule des anges 
liberation
 
Challenge 100 ans de littérature américaine.

Commenter cet article

bene Il y a 3 ans


j'ai essayé de le lire mais c'est très hardu au début. J'ai abandonné malheureusement. Je devrais m'y remettre, je me le dis tous les jours!



Océane Il y a 3 ans


J'ai lu ce roman en début d'année, j'avoue avoir été happée, subjuguée par le style, un fatrasie magnifique. Les petits dessins, les mises en abîmes, je ne comprenais pas toujours tout du premier
coup, mais honnêtement c'est un travail phénoménale, et à lire !



Manu Il y a 3 ans


Peut-être dans une autre vie, si ma PAL n'était pas ce qu'elle est et le temps ce qu'il est ;-)



Dominique Il y a 3 ans


Vu et feuilleté ce livre lors de sa sortie je restais un peu méfiante et du coup je ne l'ai pas acheté, ton billet me redonne envie de le lire, je ne crains pas trop les livres un peu dérangeant,
je vais le réserver en bibliothèque et on verra bien



Aifelle Il y a 3 ans


Franchement, je ne me sens pas le courage de me lancer dans une aventure pareille en ce moment, j'en suis fatiguée à l'avance tiens



Gwenaelle Il y a 3 ans


Tu as été drôlement courageuse et opiniâtre... Je ne suis pas sûre de pouvoir en faire autant.



la Pyrénéenne Il y a 3 ans


Tout pareil qu'aifelle ! Mais moi , je crois bien que ce n'est pas seulement pour l'instant mais ... pour toujours !



clara Il y a 3 ans


Tu m'épates !



zarline Il y a 3 ans


Ton billet m'intrigue et je suis assez tentée par l'aventure, mais pas pour tout de suite. Je termine à l'instant la première partie du premier livre de G&P, donc environ 130 pages sur les
1400 et quelques Il y a encore du boulot, d'ailleurs, je crois que j'aurai besoin d'une petite rallonge pour la lecture
commune. Enfin bref, je crois qu'un pavé ardu par année, ça suffit mais si parmi vous il y a des personnes motivées par une lecture commune l'année prochaine avec le coaching intensif de keisha,
je suis motivée



zarline Il y a 3 ans


Merci pour tes encouragements Keisha. Austerlitz... ça me rappelle des loonnnngues leçons d'histoire. J'espère que Tolstoï est un peu plus doué que mon prof. Je te tiens au courant



dasola Il y a 3 ans


Bonjour Keisha, ce roman est sur ma PAL depuis un certain temps, je ne désespère pas de le lire un jour. En tout cas bravo pour l'avoir lu en entier. Bonne fin d'après-midi.



GeishaNellie Il y a 3 ans


Tu m'avais bien dit que tes comms seraient plus positifs que les miens ! Mais même si je me forçais, je ne pourrais pas suggérer ce livre à qui que ce soit !


Mais je te remercie grandement pour cette merveilleuse lecture commune (ce qui fut merveilleux était el commun et non pas la lecture, lol).



Ys Il y a 3 ans


Celui-ci + "Omega mineur" = deux pavés américains que je viens d'acheter pour la bib. Pauvres lecteurs, s'en présentera-t-il un pour les lire ? Ils me paraissent pourtant essentiels. Au point que
je les tenterai. (je n'ai pas dis quand !)



pimprenelle Il y a 3 ans


Un jour peut-être? Quand je serai venue à bout des 1100 pages des Bienveillantes?



Pickwick Il y a 3 ans


La dernière phrase de ton billet a fini de me convaincre alors que j'hésitais au début ! Je crois comprendre qu'il faut choisir son moment et "préparer" cette lecture... merci pour
l'avertissement.



le Merydien Il y a 3 ans


Allez, une facile, il n'y a pas de mérite après 740 pages de petits caractères à lire guère épais. Bon je vais retourner
finir mes 200 pages au lieu de dire n'importe quoi, mais je note car j'ai bien aimé l'extrait



kathel Il y a 3 ans


Malgré ton enthousiasme, je ne me sens pas le courage de m'attaquer à un tel pavé, et avec une écriture aussi exigeante, j'ai besoin de plus léger dans tous les sens du terme en ce moment !



Yv Il y a 3 ans


Pour ma part, j'ai renoncé devant l'ampleur de la tâche



La Nymphette Il y a 3 ans


Alors, moi, je passe mon tour, peut-être un jour le feuilléterai-je... mais je ne pense pas que j'éccrocherai...



Marie Il y a 3 ans


Ton billet m'inquiète un peu... J'ai l'impression que je vais souffrir si j'attaque cette lecture. Ce sera pour une autre fois !






Mélopée Il y a 3 ans


Oulala il a l'air un peu trop ardu pour moi ! Mais ça a été une belle entreprise que de se lancer dans cette lecture commune. Voilà de quoi booster ses envies !



La Nymphette Il y a 3 ans


En lisant ta réponse, je réalise mon lapsus-faute de fappe (éccrocherai pour accrocherai) il est assez révélateur ;-)



sybilline Il y a 3 ans


Quelle belle endurance, Keisha, je t'admire !


J'ai beaucoup aimé l'extrait, mais ce fameux premier 1/3 m'arrête , je redoute d' être complètement perdue et de devoir parcourir des centaines de pages en peinant et en souffrant.



Edelwe Il y a 3 ans


Et bien, ça a l'air curieux...



choco Il y a 3 ans


Que dire, que faire devant un tel livre ? Très très intriguant ce côté hors norme mais absolument pas le temps d'en prendre pour aborder cet ovni !



l'or des chambres Il y a 3 ans


Je ne sais pas si j'oserais aborder une telle lecture... Surtout que c'est un pavé... en plus !


Bonne journée Keisha



freude Il y a 3 ans


Moi, il me donne envie ce billet... Je note !



Librivore Il y a 3 ans


Je suis particulièrement ravie de t'accueillir dans cette communauté car pour moi ton blog est une référence; c'est d'ailleurs l'un des premiers que j'ai découvert dans l'univers des critiques de
livres.



Alex-Mot-à-Mots Il y a 3 ans


Alors s'il faut s'accrocher, je le note pour les vacances.



Restling Il y a 3 ans


Ouhlala ça ne me dit rien du tout ça, désolée... L'histoire ce n'est vraiment pas mon truc... Par contre, j'adore la phrase "Les paupières de vos oreilles se font lourdes".



sylire Il y a 3 ans


Bon, je vais me ranger aussi du côté des non-courageux... Bravo à toi !



Solène Il y a 3 ans


Alors là je suis totalement admirative de vous deux. Je n'ai jamais réussi à finir "Le Tunnel" pour ma part malgré plusieurs tentatives et une rencontre vraiment chaleureuse de William Gass lors
de la sortie du livre. Cela mérite une bouteille de champagne pour chacune ! Sinon il faut que tu lises absolument "Contre jour" de Pynchon qui m'a demandé un peu de temps mais qui est un
vrai chef d'oeuvre à mes yeux. Il existe en Points Seuil.



keisha Il y a 3 ans


@ Solène


Nous étions deux heureusement, soudées dans l'effort et le challenge... mais honnêtement ce roman est plus attractif passé un bon tiers, et il ne faut pas hésiter à lire les courts chapitres que
je cite (mais il y en a d'autres intéressants aussi). Pas de champagne, je plaisantais, mais le prochain Lot 49 en prems, ce sera bien (et là je ne plaisante pas, mais que fait Claro? )


Je n'oublie pas Pynchon, qui figure à la bibli, mais pas ce titre. Affaire à suivre...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!