mercredi 15 juin 2011

Disgrâce



http://www.seuil.com/images/couv/b/9782020387552.jpgDisgrâce
J.M. Coetzee
Seuil, 2011
 
 
 
 
 
  David Lurie (le "il" du texte par qui seul le lecteur connaîtra l'histoire) est un enseignant blasé et sans enthousiasme qui rêve d'écrire un opéra sur un amour de Byron en Italie. Divorcé deux fois, il a derrière lui une belle carrière de Don Juan et, après une période de "bonheur modéré", démarre une liaison avec une de ses étudiantes. Cela se sait, bien sûr. Il refuse de se défendre devant la commission qui le convoque et accepte sa démission.
Il trouve refuge dans la ferme de sa fille Lucy, se retrouve à aider Petrus, le fermier voisin et Bev, dans son refuge pour animaux.
Environ à la moitié du roman, survient le drame, l'agression contre Lucy, et ses conséquences pour tous.
 
Dans cette Afrique du Sud post apartheid,aucun endroit n'est à l'abri, semble-t'il. Après quelques mois d'absence, David Lurie retrouve sa maison cambriolée et vidée, bien qu'elle soit "fortifiée selon les normes en vigueur".
"C'est toute une bande de pillards qui ont investi les lieux, qui ont fait place nette et se sont retirés chargés de sacs, de cartons, de valises, un butin : réparations de guerre, un épisode de plus dans la grande redistribution des biens."
 
Après l'agression chez Lucy:
"Il y a des risques à posséder quoi que ce soit : une voiture, une paire de chaussures, un paquet de cigarettes. Il n'y en a pas assez pour tout le monde, pas assez de chaussures, pas assez de voitures, pas assez de cigarettes. Trop de gens, pas assez de choses. Et ce qu'il y a doit circuler pour que tout un chacun ait l'occasion de connaître le bonheur le temps d'une journée. C'est la théorie. Tiens-t'en à la théorie et à ce qu'elle a de réconfortant. Il ne s'agit pas de méchanceté humaine, mais d'un grand système de circulation des biens, avec lequel la pitié et la terreur n'ont rien à voir. C'est ainsi qu'il faut voir la vie dans ce pays: sous son aspect schématique. Sinon on pourrait devenir fou. Les voitures, les chaussures, les femmes aussi. Le système doit bien prévoir une place pour les femmes et ce qui leur arrive."
 
Coetzee ne précise jamais d'ailleurs la couleur des personnages (juste le mot Africain à un moment), il laisse deviner le basculement des rapports entre noirs et blancs, Petrus et Lucy par exemple.
 
Au début du roman, à cause de la froideur du style et de l'histoire assez sordide, j'ai eu du mal à ne pas lâcher la lecture. Lurie n'est pas spécialement sympathique dans son amour de la chair fraîche. "Ce que j'ai à dire pour ma défense repose sur les droits du désir [explique-t'il plus tard à sa fille]. Sur le dieu qui fait trembler même les petits oiseaux." Il semble ensuite carrément tirer un trait sur cet aspect des choses, radicalement. Sa visite chez les parents de l'étudiante laisse perplexe...
 
Dès son arrivée chez Lucy (assez tôt dans le roman), j'ai mieux accroché, il faut dire que Bev et ses relations avec les animaux y ont aidé... Lucy, magnifique personnage, forte et faible à la fois, qui fait des choix étonnants semble-t'il mais les assume, devient quasiment le centre du roman.
"David [elle nomme ainsi son père], je ne peux pas mener ma vie en tenat compte de ce qui te plaît ou pas. C'est fini. Tu te comportes comme si tous mes faits et gestes étaient ma vie à toi. (...) je ne suis pas un personnage secondaire. J'ai ma vie à moi, comme tu as la tienne. Et pour ce qui est de ma vie, c'est moi qui prends les décisions à prendre."
 
Encore signaler que les pages où l'opéra sur Byron s'impose quasiment à lui, comment il voit les personnages prendre vie, comment la musique se crée, les instruments interviennent, sont magnifiques.
 
En conclusion : un roman fort, dérangeant, sans conclusion, l'histoire va continuer... A découvrir.
 
Lecture commune avec Zarline, Hélène, inspirée d'une liste signalée ici par zarline.

Commenter cet article

Lystig Il y a 2 ans


j'en ai entendu parler, en bien, comme d'une découverte... mais je patienterai (j'ai dû ranger les livres au pied de mon livre... aïe, une cinquantaine (et non une
vingtaine comme je le pensais) (mon mari a découvert une des cachettes/rangements de livres : sous des vêtements  !).



L'Ogresse Il y a 2 ans


C'est un roman tres desagreable sur l'Afrique du Sud contemporaine mais c'est tout a fait brillant.



Manu Il y a 2 ans


Je l'ai ajouté dans ma LAL récemment, mais tu me fais douter. Il a l'air vraiment dérangeant.



Marie Il y a 2 ans


Oh làlà ! Ca fait un moment que j'ai envie de lire des auteurs sud-africains mais là, j'ai peur de ne pas accrocher !






Kathel Il y a 2 ans


Comme les copines, je trouve que cela n'a pas l'air d'une lecture de tout repos, mais je note tout de même...



emmyne Il y a 2 ans


Toujours pas lu cet auteur et pourtant il y en a deux qui m'attendent...Avais-tu déjà lu d'autres titres de lui ?



zarlines Il y a 2 ans


Je viens du billet d'Hélène et je vois que ce livre nous a toutes les trois marquées et nos avis se rejoignent. J'ai moi aussi cité le même passage sur la "circulation des biens"... Par contre je
n'ai pas trop accroché aux passages sur Byron, peut-être parce que je ne connais pas vraiment son oeuvre. Bref, un récit extrêment marquant pour moi. Un déménagement en Afrique du Sud est une
option envisagée par Mr.Z et moi et puis là.... mhhh... j'hésite quand même (ou alors je vais augementer les leçons de Krav Maga). Il va falloir que j'oublie cette lecture très vite et ça ne va
pas être simple P.s. Je n'ai pas encore pu mettre les images sur mon billet, il sera donc publié cet après-midi. Merci
pour cette LC.



L'Irrégulière Il y a 2 ans


ça fait très longtemps que j'ai envie de le lire !



Valérie Il y a 2 ans


J'avais envie de lire son dernier roman mais je n'ai pas vu d'avis sur la blogo.



Ys Il y a 2 ans


J'aime tout à fait ce genre de personnages pas aimables, pas héros du tout. Je te conseille le film très réussi.



Gwenaelle Il y a 2 ans


Je n'ai lu qu'un livre de Coetzee mais je trouve que son écriture a eu un effet étonnant sur moi : à la fois captivante et repoussante... En tout cas, ce n'est pas un auteur "confort" et ça,
j'apprécie!



clara Il y a 2 ans


je n'ai pas encore lu cet auteur... mais ce livre m'intéresse.



zarlines Il y a 2 ans


Oui oui, j'ai déjà vu passé les stats pour les viols. Le nombre de fermiers blancs tués par année était aussi impressionnant... En 5 mois là-bas, en faisant attention, je n'ai pas eu trop de
prob. Mais Mr.Z s'est fait braqué au couteau en plein dimanche après-midi à Pretoria et le voisin de la ferme où on vivait, un vieux fermier de plus de 70 ans avec quelques vaches qui se
courraient après s'est fait attaché sur une chaise, passé à tabac et menacé avec des Uzis(!!!). Ca fait quand même réflechir  mais le pays est tellement beau... et pleins de contradictions,
comme le décrit bien Coetzee Bon pas de décision prévue avant l'année prochaine...



Dominique Il y a 2 ans


un auteur intéressant mais franchement difficile d'accès, non par la difficulté d'écriture mais par le ton que je trouve très impersonnel, trop distancié, enfin dans des livres précédents car je
n'ai pas lu celui là, mais une grande voix de la littérature d'Afrique du Sud



A_girl_from_earth Il y a 2 ans


Oui j'ai ce souvenir de roman fort et dérangeant, désespérant même, mais j'avais apprécié cette façon réaliste avec laquelle l'auteur rendait compte des événements.



Océane Il y a 2 ans


J'avais été tentée de le lire quand il a eu le Nobel, puis j'ai laissé tomber, ça ne convenait pas à mon humeur du moment...



Lystig Il y a 2 ans


j'en ai une autre : sur deux chaises rangées sous la table de salle à manger...


(pour mon addiction : il m'interdit d'aller à Vir*gin... pas grave, dans les hypers, il y a aussi des rayons livres... )



Hélène Il y a 2 ans


Il est vrai qu'il faut rentrer dedans, mais ensuite, quelle découverte, quelle puissance §§§



le Merydien Il y a 2 ans


Autant j'ai lu un bon nombre de livres sur l'Afrique, les africains, blancs et noirs, noirs et blancs, romans ou document, autant je ne sais pas pourquoi mais l'Afrique du Sud et ses auteurs me
laissent de glace, rien, pas envie, bizarre non ? Hormis le Caryl Ferey bien sur !



Anne Il y a 2 ans


Eh bien voilà un auteur que je n'ai jamais lu mais qui m'intéresse ! Il pourrait entrer dans le cadre du challenge que je viens de lancer si ça parle de musique (même si ce n'est pas le sujet
principal...) J'ai lu Jours d'enfance de Michiel Heyns, et j'ai Cette vie, de Karel Schoeman, dans ma PAL. Beaucoup de choses intéressantes à découvrir sur ce pays qui semble si complexe !



Nymphette Il y a 2 ans


Ce roman m'avait laissé perplexe, comme toi, le style m'avait laissée froide, pourtant en s'accrochant, on perçoit le malaise omniprésent de cette société en phase transitoire...



Bene Il y a 2 ans


Comme je l'ai déjà dit sur un autre blog, il FAUT que je le lise !



Lystig Il y a 2 ans


sous la table de nuit, sous le lit, sous la commode...



Lystig Il y a 2 ans


oui, je commande aussi sur le net... mais je planque ensuite !


et puis, ce sont souvent les garçons qui prennent le courrier et s'exclament : "Maman, ENCORE un livre"...



Lystig Il y a 2 ans


oui, pour internet également quand je suis sûre de vouloir tout de suite un livre... comme "sans parler du chien" qui va bientôt rejoindre ma "BAL" (biblio à lire) !!!



Lystig Il y a 1 an

je l'avais noté, reste à le trouver en poche !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!