lundi 25 juin 2012

Les soeurs Andreas

Les soeurs Andreas
The weird sisters
Eleanor Brown
Marabout, 2012


 
 
 
"Nous - Rosalind, Bianca, Cordelia. "
 
Prénommées ainsi par un père universitaire fou de Shakespeare communiquant beaucoup par citations de son auteur préféré.
 
Dans la vie courante, le soeurs Andreas: Rose, 33 ans, fiancée à Jonathan, freinant des quatre sabots à l'idée de quitter Barnwell, sa ville natale; Bean, 30 ans, licenciée après avoir confondu les finances de sa boîte new yorkaise et les siennes propres et obligée de revenir chez ses parents; Cordy, 27 ans, enceinte, voulant mettre un terme à des années sur la "route".
 
Les voilà sous le même toit juste au moment où leur mère démarre un traitement contre un cancer du sein.
 
Les trois soeurs vont, sous les yeux du lecteur (plus vraisemblablement de la lectrice), être confrontées à la maladie de leur mère et à l'abandon de certaines espérances, illusions ou certitudes. Elles vont grandir, quoi.
 
Un livre sympathique au dénouement sans surprise où je me suis pourtant un peu ennuyée au cours de la première moitié (après j'étais plus accrochée!); il recèle cependant de jolis passages et se lit sans effort, ce qui explique que je sois allée jusqu'au bout. Sans doute l'emploi du "nous" sans narrateur clairement fixe m'a troublée et empêchée de m'immerger facilement dans l'histoire? Ce serait Bean, mango m'a convaincue, mais alors pourquoi compliquer les choses? Pour renforcer l'impression que les soeurs forment une entité? (Bean parle d'elle à la troisième personne comme Jules César dans la guerre des Gaules!)
 
Pour terminer, un passage sur ces soeurs, folles de lecture ("jamais sans un livre"), qui expliquera pourquoi j'ai persévéré:
"Un de ses petits amis lui avait un jour demandé en passant combien de livres elle lisait par an.
- Quelques centaines, lui avait-elle répondu.
- Et où trouves-tu le temps? avait-il demandé, estomaqué.
Plissant le yeux, elle avait passé en revue l'échantillon de réponses potentielles qui s'offraient à elle: parce que je ne perds pas des heures à zapper sur le câble en me plaignant qu'il n'y a rien à la télé. Parce que mon dimanche n'est pas complètement bouffé par les commentaires des présentateurs d'avant le match, pendant le match et après le match. Parce que je ne passe pas toutes mes soirées à boire de la bière trop chère et à faire des concours de bites avec des traders de mes deux. Parce que lorsque je fais la queue à la salle de gym, dans le train, au restaurant, je ne rouspète pas, ni ne contemple le vide, ni n'admire mon image dans la moindre surface réfléchissante? Je lis!
- Je ne sais pas, avait-elle répondu avec un haussement d'épaules."
 
Les avis de Flo, mango , Antigone,
A Flo : Le citations tirées des oeuvres de Shakepeare sont en italique dans la version française. Après, quant à savoir de quelle oeuvre...
 
Merci à Laetitia Joubert et aux éditions Marabout.

36 commentaires:

  1. Si je comprends bien on a le droit de s'en passer mais on peut aussi le prévoir pour la plage, le hamac sous les pins ou la grasse mat d'un dimanche pluvieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà voilà... Ou un lundi pluvieux comme aujourd'hui.
      Parfois j'étais emportée par un passage qui me créait de l'émotion, parfois bah...

      Supprimer
    2. Où est-ce que tu as vu de la pluie toi ? ;p Très beau soleil sur Tlse !

      Supprimer
    3. Ici ça bruine un peu (juste excellent pour la végétation!)

      Supprimer
  2. Une lecture pour l'été, aspergée de Shakespeare mais légère à souhait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé l'utilisation des citations de Shakespeare, même si on ne connaît pas trop son oeuvre, on apprécie quand même!

      Supprimer
  3. Je le lirai pour shakespeare !!! J'avais déjà lu la critique chez Mango.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu peux te lancer et, comme je le signale, les citations sont visibles mêmes pour les nuls en Shakespeare (ce qui n'est pas ton cas!)

      Supprimer
  4. Je pense rester dans le camp de ceux qui se passent fort bien de ce roman... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que je n'ai pas vraiment convaincu...

      Supprimer
  5. Pas indispensable alors ? Je préfère ne pas noter même si j'aime bien les histoires de famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, si tu as besoin d'une lecture tranquille?

      Supprimer
  6. Feuilleté en librairie (à cause de la couverture, estivalement attractive) mais je n'étais pas convaincue et ton avis me conforte dans ma première impression. Lecture éventuelle si je le trouve en biblio (= l'été prochain !).

    RépondreSupprimer
  7. Je constate que nos avis se rejoignent dans les grandes lignes.

    Lorsque j'ai vu le livre (la VF donc) en librairie, j'ai eu deux réactions pas super positives malheureusement. La couv' m'a un peu fait mal aux yeux - disons qu'elle ressemble plus à une affiche de cinéma qu'à une couv' de livre + elle donne le sentiment qu'il s'agit d'un livre pour ado (ou YA comme disent les gens à la mode dont je ne suis pas), ce qui n'est pas du tout le cas - un ado serait barbé au bout de 3 pages...). Ensuite, curieuse de la traduction de "weird sisters" dans le texte puisqu'elle n'est pas reprise dans le titre (ce qui ne me choque pas), j'ai feuilleté le livre et, là, j'ai failli tomber raide morte dans la librairie (ça aurait fait désordre ; j'ai pris sur moi). "Les soeurs fatales" !!!! O_o C'est quoi ce truc ? Je n'ai rien contre les adaptations si la traduction naturelle ne convient pas mais là, c'est carrément ridicule... Une périphrase aurait été plus adaptée à la limite d'autant plus que l'expression ne revient pas souvent dans le livre donc pas de risque de lourdeur. Dans la VO, les citations sont aussi en italiques et comme je te l'avais dit, les sources ne sont pas citées donc c'est à chacun de voir s'il veut s'amuser à les retrouver ;) Mais au-delà des citations clairement identifiées, il y a des références dans le texte et là c'est plus retors :p

    Sinon, pour en venir au "nous" que j'avais évité d'évoquer dans mon article, ne sachant pas trop quoi en faire... L'édition VO dont je dispose inclut une interview de l'auteur où ce point est abordé. Attention aucune réponse du genre : "il s'agit de Rose/Bean/Cordy" n'est donnée mais l'auteur explique son choix (que, pour ma part, j'avais eu du mal à intégrer, tout comme toi si j'en crois ton article).
    Donc, en "résumé" et en traduction perso, sachant que la question posée à l'auteur concerne ce choix et son effet. E. Brown explique avoir cherché à quelle personne s'exprimer avant de s'arrêter sur la première du pluriel. Elle ne donne pas plus de précisions sur le pourquoi du comment même si on a le sentiment qu'elle recherchait l'originalité. Elle reconnaît que ce choix est plein de pièges et de contraintes pour que le "nous" sonne juste et qu'il ne soit pas trop perturbant (à ce moment-là tu te dis qu'elle est un peu maso de tenir à rester dans un tel carcan...).
    Mais elle finit par indiquer que le "nous" se justifie dans le sens où ce livre raconte l'histoire d'une famille et qu'elle voulait montrer que chaque individu portait en lui ses origines familiales et qu'il était inutile de vouloir s'en détacher car elles nous collaient aux basques. Ce "nous" représenterait en quelque sorte l'histoire commune des différents membres d'une famille. Bref, le "nous" serait une façon de s'exprimer que chacun pourrait s'attribuer (et en ce sens je serais plutôt partisane de la thèse selon laquelle chaque soeur s'empare du "nous" à un moment ou l'autre) du fait de son appartenance à une "tribu".

    Désolée pour la longueur du com' mais sa dernière partie me semblait valoir la peine d'être notée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The weird sisters, indique l'auteur, fait référence à Macbeth (ouf, j'avais vu l'opéra récemment, ça m'a aidée pour certaines allusions; même s'il y a aussi de Hamlet, roi Lear etc, ailleurs dans le roman)(certaines allusions ont dû me passer au dessus).
      On a même le terme utilisé à savoir "wyrd" qui veut dire destin.(dixit Brown)
      La couverture, euh, j'ai eu du mal, elle ne va pas du tout avec le public visé, à mon avis.De jolies filles dans des prés, au printemps...
      Durant ma lecture j'ai pris le nous, non pas comme si une soeur en particulier parlait, mais comme si c'était un nous collectif, si tu vois ce que je veux dire.Pour ma part, cela m'a plutôt gênée pour bien me sentir dans l'histoire, car à chaque fois ou presque ce nous me ramenait "hors l'histoire"...J'espère que tu saisis le paradoxe. Cela me paraissait artificiel.
      Merci pour les précisions, car dans la VF on n'a pas cette interview. Ni des notes en bas de page pour lecteur francophone non nourri au lait shakespearien depuis l'enfance.^_^

      Supprimer
    2. C'est bien parce que l'expression "The Weird Sisters" fait référence à "Macbeth" que dans le cadre de mes chaînes de lectures, je l'ai lu juste après ;) Cela dit, "Macbeth" n'est pas vraiment la pièce la plus citée dans le livre si je me souviens bien (en même temps, elle est compliquée à caser ;).

      Si je comprends bien, l'édition française propose également des commentaires de l'auteur (?). J'ai déjà vu le terme "wyrd" mais impossible de me souvenir où. Dans la Pléiade, il est indiqué que "weird" dérive du moyen anglais "werd" qui signifie également "destin". D'où, dans la VF de "Macbeth", la traduction "les soeurs du destin". Même si Brown ne donne pas le même sens à l'expression que Shakespeare, "soeurs fatales" me semble ... euh bizarre ?

      Je te rejoins pour le "nous". A mon sens, l'auteur s'est un peu fourvoyée avec cet angle d'attaque : le lecteur ne sait plus où il en est (heureusement que l'histoire n'est pas hyper complexe) et, effectivement, l'effet est artificiel. Au début, je me suis prise la tête pour essayer de deviner qui parlait à travers cette voix, puis j'ai laissé tomber puisqu'il n'y avait visiblement pas moyen d'avoir une réponse.

      Tu imagines bien que dans la VO, on n'a pas non plus de notes de bas de page pour lecteurs anglophones ayant régurgité leur lait shakespearien ;D

      Supprimer
    3. Non, pas de commentaires, préface ou autre, de l'auteur. Le lecteur ne sait pas toujours à quelle pièce il est fait allusion. Et je suis d'accord, elles ne sont pas fatales, ces soeurs. J'ignore qui a traduit la citation de Shakespeare placée en exergue.Dans le corps du roman, quatre ou cinq propositions sont données.
      Je peux aussi m'étonner de la quatrième de couverture, qui n'en dit pas trop, heureusement, mais pose des questions censées nous accrocher, questions dont on connaît la réponse quasiment tout de suite. Bah, pas grave...

      Supprimer
    4. Bonjour, et désolée que vous ayiez trouvé la traduction de "weird sisters" ridicules... "Last night I dreamt of the three weird sisters" a été traduit par Victor Hugo, Maeterlick, Guizot, etc, par : "j'ai rêvé, la nuit dernière, des trois soeurs fatales", "La nuit dernière, j'ai rêvé des trois fatales soeurs", "des soeurs fatidiques" etc, etc. Dans Shakespeare, le "weird", "wyrd" a la signification de "destin"... d'où le "fatal/e" du latin "fatum" (qui a aussi donné "fate" en anglais)Les trois soeurs/sorcières sont porteuses du destin de Macbeth, avec leur prophétie... Ce n'est que petit à petit que la signification a évolué en "bizarre" - pour finir dans Harry Potter par les "soeurs bizarres". Dans le roman - p40 en VF, l'auteur parle de cette origine et de l'évolution du sens, et j'ai en quelque sorte énuméré les diverses traductions données au fil des décennies : Les Folles soeurs, les soeurs fatales, les soeurs bizarres...
      Eleanor Brown a pris le parti de ne pas donner de repères à ses citations, et je pense qu'à l'exception d'une ou deux, même les anglophones sont incapables de les retracer! Si je me souviens bien, j'ai lu une critique du roman dans un grand journal américain où le journaliste s'est emmêlé les pinceaux entre Macbeth et Hamlet.
      Quant au "nous", pour moi, il s'agit de l'"entité" des trois soeurs, et à chaque fois qu'il est question de l'une d'entre elles, cette entité se réduit aux deux autres... dans une sorte de mouvement fluctuant et tournant!
      Signé, comme vous pouvez vous en douter, par... la traductrice!

      Supprimer
    5. Bonjour, et merci de votre intervention.
      Je n'ai guère eu le temps de me pencher sur ce "weird", je l'avoue. J'ai lu le roman en VF et Flo en VO. Exact, pages 40 et 41 l'auteur explique le sens de weird.Tout à fait d'accord pour fatum.
      Le langues évoluent, c'est normal, et weird en anglais, fatal en français, ont des significations différentes. (j'ai un vieux Robert sous les yeux). Cela confirme que le métier de traducteur est bien compliqué! Ne nous en voulez pas!(cela m'arrive d'ailleurs de lire -seulement lire- en VO anglaise et de réaliser comment traduire est difficile)
      J'apprécie énormément que vous ayez pris le temps de venir donner de éclaircissements sur ce weird, et aussi sur les citations (qui embrouillent aussi les anglophones, ouf, ça me rassure!). Et surtout pour le "nous", finalement j'avais bien saisi.

      Supprimer
  8. Je te sens pas franchement enthousiaste... non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, pas excitée follement, quoi. Sympa pour la détente. Si tu es intéressée, je peux te l'apporter?

      Supprimer
  9. Je veux le lire, celui-là... j'ai un peu peur pour la narration (et pour l'histoire de la maladie) mais bon, il est noté! Les références à Shakespeare, je ne peux pas résister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas être gâtée côté Shakespeare, et comprendre plus d'allusions que moi, sûrement.
      Pour la maladie, ça se termine bien (pas de décès); la mère supporte mal les traitements, mais on voit les choses côté filles dans le roman.

      Supprimer
  10. (Ooooh, tu as enlevé les captcha! J'aime!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je ne les voulais pas, et comme je tâtonne encore, je les avais mis à l'insu de mon plein gré. Mais là, c'est terminé, je me contente de modérer les commentaires. C'est à dire qu'ils paraissent peu de temps après, finalement. Pas de censure... De toute façon je n'ai jamais eu de commentaires injurieux ou vraiment gênants.

      Supprimer
  11. Bon t'es pas enthousiaste, ça m'arrange car ça ne m'enthousiasmait pas à vue de nez comme ça. Je fais un truc très dangereux là en plus, je m'embarque dans le pavéesque tome 2 du Trône de fer alors que j'ai un Vicomte à terminer pour bientôt...lalalaaaa....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Vicomte, c'est un vrai feuilleton (comme à l'époque!); tu n'en vois pas le bout? Remarque, le bout sur une liseuse, ce n'est pas si facile.
      Alors oui, le Vicomte et Le trône de fer, cela te fera un bout de temps pour y arriver. Ne note pas.^_^

      Supprimer
  12. Pas très tentée. Plus tard, qui sait?

    RépondreSupprimer
  13. J'ai adoré la citation. Bien sûr nous serions nombreux à pouvoir répondre la même chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Cela me rappelle (en gros) mes réponses quand on me demande comment je fais pour tant lire!Mais je reconnais qu'il y a des moments où on lit moins, pour diverses raisons.

      Supprimer
  14. Un livre que l'on voit de plus en plus sur la blogo et qui me tente pas mal, malgré quelques réserves émises de-ci de là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma foi, il devrait te plaire. Un livre pour l'été, malgré le thème de la maladie qui finalement n'est pas traité de façon larmoyante?

      Supprimer
  15. J'ai eu un mal fou à en venir à bout...

    RépondreSupprimer
  16. En effet, je l'ai vu chez toi.
    J'avoue qu'avec un sujet aussi attractif j'ai eu du mal à me passionner, au début.Un comble! Puis ma lecture a été plus rapide.

    RépondreSupprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !