mercredi 17 avril 2013

Esquisse d'un pendu


Esquisse d'un pendu
Michel Jullien
Verdier, 2013


coup de coeur

Ce chaton "coup de coeur" va de moins en moins bien avec le contenu des romans! En effet, foin de douceur dès le début, mais la fascinante découverte de la Machine, à savoir le gibet de Mont faucon, extraordinairement et précisément décrit. Gibet disparu bien sûr, qui se trouvait en gros dans les environs du canal Saint-Martin.

"La Machine se dresse à la vue comme une tour de Babel à pendus, un gigantesque Rubik's Cube serti en plein pâtis, enraciné sur son écrin de tumulus."
"On y rencontre des contorsionnistes à jambes rebindaines, des équilibristes, des cabotins interdits de décubitus post mortem, on assiste à des numéros de trapèze, à des cabrioles d''estrangelez' qui ne sont pas sans rappeler les planches de Vésale, ses anatomies dégingandées, élastiques, arrimées à hue, retenues à dia, titubant contre un échalas, encagés dans les marges de la gravure comme les corps de Montfaucon sont empagés dans leurs fenêtres de pierre. C'est une forme de drive in en plein champ, sans billet d'entrée, un aquarium à pendus, un 'accrochage', un happening. Un grand code-barres mis en volume dans le décor."

Vers 1375, sous le règne de CharlesV. Raoulet d'Orléans est stationnaire rue Boutebrie. Son atelier s’attèle pour de longs mois à la copie de manuscrits, car Gutenberg est encore un nom inconnu. Son métier est associé à celui de parchemineur, enlumineur, relieur.

"C'est qu'avant la machine le manuscrit servant de guide au scribe, une fois copié, n'aboutit à rien d'autre qu'à un manuscrit, que le producteur d'idées fait œuvre d’écrivain comme après lui le tâcheron des copies continue de s'appeler écrivain. Les lettres de fer scinderont le verbe, feraient plus, diviseraient le geste : l’auteur demeurera assis, jusqu'à nos jours encore, quand le copiste, celui de 1368, sur le point de se lever de son siège, deviendra l'ouvrier typographe, travaillant debout, pour ne plus s'asseoir (du moins pendant six cents ans, jusqu'à l'intronisation de l'ordinateur, nouvel outil le priant de se rasseoir.)"

Raoulet a parfaitement existé. En dernière feuille de ses manuscrits, on peut lire son congé d’écrivain, fignolé à chaque fois, par exemple:
"Si fu prince sus nommé
Ce livre baillé et donné
Par le dit Jehan que je ne mente
L'an mil CCC XII et soixante."

Et l'histoire? Mis à part une vivante description de la vie de cet atelier? Tout simplement qu'en accomplissant une commande du roi lui-même, à savoir recopier les Chroniques de France (et pour Raoulet habitué à copier des Bibles, l'impression de voir le passé tout proche caracoler derrière son épaule, comme nous lisons sur internet les dernières dépêches), Raoulet s'aperçoit que quelqu'un en profite pour exécuter une copie pirate. Et ça, cela ne doit pas être! Comme une sorte de plagiat. Sa profession a des règles!

Ce roman historique à la langue si drue, à l'érudition digeste, ne pouvait que me plaire!

Les avis de Ys, Dominique , chez l'éditeur (résumé, extraits, avis)

32 commentaires:

  1. J'ai lu que Michel Jullien est éditeur de livres d'art. Pas étonannt qu'il se passionne pour le codex et les scribes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je n'ai pas fouillé de ce côté là, j'étais juste scotchée par son écriture... Un roman qui mérite absolument d'être découvert.

      Supprimer
  2. Je veux voir le chaton tout le temps donc il faut que tu t'arranges, Keisha, pour satisfaire mon besoin félin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas en abuser, sinon ce n'est plus crédible. Ceci étant, je suis en train de lire un pavé qui va avoir son chaton aussi si ça continue...

      Supprimer
  3. ah ah tu es restée accrochée à la corde toi aussi ? un excellent récit un peu exigeant mais cela vaut la peine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman qu'on est heureux d'avoir lu!!! Ambitieux mais accessible.

      Supprimer
  4. Il me tente depuis sa sortie. Après les avis de Dominique d'Ys, le tien enfonce le clou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais toi plaisir, je sens que tu vas aimer...

      Supprimer
  5. j'aime ce genre de roman historique, et avec ce coup de coeur, comment ne pas noter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note, note, deux blogueuses ont déjà joué les tentatrices, d'ailleurs...

      Supprimer
  6. Moi j'ai hésité chez le libraire, mon bon je me doutais bien ...puis j'ai lu l'avis d'Ys. Je ne sais pas si j'aurais le temps d'en parler, mais à lire. J'ai plusieurs lectures moyen-ageuses à venir ...
    Et je viens de terminer Rosa Montero ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Différent de Rosa Montero, mais très bien aussi! Hautement recommandable, tu sais...

      Supprimer
  7. rien que la période ne peut me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff! Période bien intéressante pourtant. Mais l'intérêt du livre est aussi dans son écriture.

      Supprimer
  8. Un roman à l'érudition digeste, je demande à lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait exprès de laisser quelques citations (mais il y en a plein d'autres possibles...)

      Supprimer
  9. J'ai souvent été très agréablement surpris par cet éditeur, et là, je suis très très tenté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, un éditeur exigeant, qui mérite attention. Il y a Michon chez lui, par exemple.

      Supprimer
  10. Ah oui c'est rude comme sujet ! Je passe on chemin, en baissant la tête :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, on passe du temps avec ces copistes, c'est passionnant.

      Supprimer
  11. Lorsque tu parles de langage dru, est-ce un peu dans le genre de Jean Teulé, avec des descriptions de cadavres et de tortures? Si c'est le cas, je pense mon tour, bien que je sois très attirée par le thème de l'atelier de copiste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Teulé (homme fort sympathique à écouter à la radio parler de son dernier roman), je ne l'ai pas lu, pas attirée par ses thèmes un peu sanglants.
      Ici, pas de descriptions trop trop réalistes, mais quand même quelques détails en passant qui laissent imaginer que la justice de cette époque se rendait de façon brutale.
      Cependant la quasi totalité du roman se passe avec des copistes! Tu peux juste sauter le premier chapitre si tu as peur, quitte à y revenir ensuite.

      Supprimer
    2. Merci! Alors j'en prends note!

      Supprimer
    3. J'ajoute que ce roman demande un peu d'attention, mais c'est tellement plaisant! Et puis il n'a pas énormément de pages.

      Supprimer
  12. Haha, moi j'adore le contrastre "chat coup de coeur" et contenu du livre. Bon, sinon roman historique, je noterais bien mais je lis plus haut "demande un peu d'attention". Euuh, pas le bon moment alors.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas le bon moment, j'ai deviné...
      Mais là je vais présenter une série bien plus légère. ^_^

      Supprimer
  13. On va faire des adeptes, c'est pas possible autrement avec tous ces coeurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien qu'il y aura encore d'autres lecteurs et lectrices!

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Un exceptionnel moment de lecture, qui fait date.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !