lundi 18 novembre 2013

Et quelquefois j'ai comme une grande idée

Et quelquefois j'ai comme une grande idée
Sometimes a great notion, 1964
Ken Kesey
Monsieur Toussaint Louverture, 2013
Traduction Antoine Cazé


Coup de coeur!

Fichtre mes amis, quelle lecture! L'impression d'avoir un chef d’œuvre entre les mains, le truc à lire absolument, du digne descendant des auteurs américains incontournables...

Oregon, Wakonda, années 60. Dans la famille Stamper, on est bûcherons. Harry, le père, un sacré numéro un peu fou, et Henri le fils aîné refusent d'être aux ordres d'un syndicat et se mettent la ville à dos. Après douze ans d'absence, Leland le fils cadet revient de New York, décidé à se venger de son frère Hank (à vous de découvrir pourquoi) et débarque donc dans la maison familiale que Hank répare quasiment toutes les nuits, pour éviter le sort des autres, tomber dans la rivière.

Au départ, on ne se rend pas compte où tout ça va nous mener, les personnages entrent en scène, c'est parfois pas mal allumé,  les quelques descriptions de la nature (histoire de calmer la tension du lecteur) sont d'une beauté incroyable, des scènes d'anthologie se succèdent, on a de l'humour, de l'émotion, des passages déchirants, de chouettes bagarres, des personnages fort et inoubliables. Même les secondaires sont extrêmement bien fouillés.

Surtout, grâce au talent de l'auteur (et du traducteur, et de la typographie), l'on a l'impression de suivre plusieurs tempêtes sous un crâne. Comme à l'opéra, quand plusieurs chantent des textes différents tout en restant en harmonie. L'on peut passer d'un personnage à l'autre (et d'une époque à l'autre parfois) sans s'y perdre, tellement c'est prenant et les "voix" et façons de parler sont différentes.

Les petits détails ont tous leur importance, rester vigilant! La construction en un grand flash back se fait légère et une fois la dernière page tournée, on se dit : "wahou". J'ai a-do-ré. Bon, je force personne, mais j'ai déjà des noms de lecteurs pour qui ce roman serait totalement dans leurs cordes. Ne faites pas les timides!

Pas étonnant qu'il y ait eu une adaptation ciné (1970?), réalisée par Paul Newman, avec Henri Fonda et Paul Newman dans les rôles de Henri et Hank Stamper...

Challenge Lire sous la contrainte
Les avis de Jostein
Merci à Anne et Arnaud et l'éditeur.

82 commentaires:

  1. Est-ce que je fais partie de ta liste de lecteurs potentiels ? (je crois que non) Ton résumé est bien attirant, je vais voir s'il est à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute, puisque je sais que les pavés ne te font pas peur et que tu sais être tout terrain (et puis, les bûcherons rugueux... ^_^)

      Supprimer
  2. Comme Aifelle je me demande si je fais partie de ta liste de lecteurs potentiels. J'avoue que c'est le nombre de pages (près de 800 je crois) qui m'a fait reculer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écoute, tu n'as peur de rien, et puis ça coule bien... J'ai dévoré les 600 dernières pages...

      Supprimer
  3. Dûment repéré, noté et dans le viseur... Je crois que comme ça, je ne passerai pas à côté. Et je souligne au passage les choix éclectiques et culottés de cette maison d'édition! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La maison d'édition est vraiment culottée, ça oui, traduire et proposer un machin pareil! Mais elle a raison, sinon qui le ferait? Qui prendrait des risques?

      Supprimer
  4. Un chef-d'œuvre à découvrir, mieux semble-t-il que Le vol au-dessus du nid de coucou, plus connu.
    Le film est "Le clan des irréductibles" en 1970 (Newman, Fonsda, Remick).
    Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Clan_des_irr%C3%A9ductibles

    Difficile de rendre la concision du titre américain en français, ridiculement traduit selon moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu (il y a longtemps) ce Vol au dessus d'un nid de coucous, mais jamais vu le film. Mais ce dernier ne doit pas être délaissé. Oui, le titre... (d'ailleurs j'indique toujours le titre en français et le titre original). Quant au titre du film, mieux vaut passer, c'est à pleurer, non? Mais Fonda et Newman en bûcherons, moi je veux!

      Supprimer
  5. un énorme pavé que je n'ai pas terminé agacé par les "trucs" d'écriture qui à petites doses sont intéressants mais sur des centaines de pages deviennent proprement insupportables
    l'absence de dialogues identifiés, l'impossibilité souvent de savoir qui parle qui oblige le lecteur à un jonglage ou à un coup de dé
    je dois dire que cela m'a pesé à la moitié et j'ai laissé là les Stamper
    pour me rattraper je regarderai " le clan des incorruptibles "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooh non! Tu sais, une fois cela digéré, on n'y pense plus et vraiment tu as raté des passages superbes et haletants... Il n'y a qu'au début que j'ai dû un peu jongler, après c'était intégré dans ma vitesse de lecture.

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup l'éditeur mais l'histoire ne me tente absolument pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas envie de déchirements fraternels chez les bûcherons ? Ou rien que pour l'écriture?

      Supprimer
  7. Je n'en ai jamais entendu parler. Mais 800 pages, je ne suis pas sûre que ce soit pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? Tu sais, un roman 100% américain, pourtant... ^_^

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Hé non, même si ancré années 60 quand même... Chic qu'il soit traduit, car je ne me voyais pas le lire en VO!

      Supprimer
  9. Je fais peut-être partie des lecteurs dans ta ligne de mire mais 800 pages, c'est une lecture pour l'été. En tout cas je suis partant, ton enthousiasme me donne très envie de découvrir ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma ligne de mire est très très étendue, si tu attends l'été ce sera en poche, espérons-le. Mais te connaissant, et ton amour pour la littérature de là-bas, hum, quand même...

      Supprimer
  10. Ce titre est noté depuis un moment dans ma wishlist... Son heure viendra... ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Courage! Les heures ne sont hélas pas élastiques, mais tant qu'à choisir, autant que ce soit du bon.

      Supprimer
  11. Je l'ai bien entendu repéré et j'ai bien senti que c'était de la bonne littérature. Mais comme tu le dis à In cold blog, les journées ne sont pas extensibles et ma PAL n'a pas assez diminué pour que je m'autorise un tel pavé ! Mais je le garde bien au chaud dans un coin de ma tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tombé au bon moment, mais j'ai quand même passé plus d'une semaine dessus. Il vaut la peine, tu sais! ^_^

      Supprimer
  12. Je l'ai vu chez Coralie qui venait de se le faire offrir, il est noté depuis, et toi tu enfonces le clou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là tu devrais aimer (je ne suis donc pas la première à te tenter... ^_^)

      Supprimer
  13. Arrête, tu me fais ressortir mon envie là! Et les 800 pages ne me font pas peur si tu as aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelqu'un qui lit un pavé par semaine ne saurait reculer ... Tu m'as bluffée cet été.

      Supprimer
    2. Attention, un pavé par semaine mais seulement l'été.

      Supprimer
    3. Oui, bien sûr, mais quand même, c'est une performance (même pour ce Ken Kesey, j'ai mis 8 jours)

      Supprimer
  14. Repéré déjà par ailleurs, tu seras sans doute la goutte d'eau qui me fera franchir le pas, bien que je doute qu'une goutte d'eau puisse aider à marcher ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas l'eau ne manque pas dans ce roman...

      Supprimer
  15. Bonjour,
    si je peux me permettre d'ajouter ma petite pierre, il s'agit vraiment de mon coup de coeur de cette année, la traduction est magistrale, comme le roman.. pourtant je n'aurais jamais pensé m'accrocher autant à une histoire de grève de bûcherons, mais après une soixantaine de pages l'écriture de Kesey fait qu'on devine aux premiers mots qui nous parle, qui nous raconte ses pensées ... Alors oui , whaou! et bravo pour cette jolie critique, j'ai aussi eu cette impression d'avoir un chef d'oeuvre entre les mains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du passage (mais je n'arrive pas à savoir si vous avez un blog?)
      J'ai fait confiance à l'éditeur et à l'auteur pour me lancer dans l'aventure, car
      pour moi aussi cette grève de bûcherons ne m'attirait pas plus que ça, mais le roman tourne finalement autour de bien d'autres événements; après une centaine de pages en gros je n'avais plus à chercher qui parlait, etc... et mon plaisir a été total. Drôlement bien conçu.
      Bref, nous sommes d'accord!

      Supprimer
    2. Je n'ai pas de blog, je publie mes critiques sur Babélio ( http://www.babelio.com/livres/Kesey-Et-quelquefois-jai-comme-une-grande-idee/503665/critiques/474531 ) et découvert votre critique par le biais de la page Facebook des éditions Toussaint Louverture , m'y suis retrouvée et eu envie d'acquiescer à vos mots si bien trouvés , pour un coup de coeur littéraire qui en plus est un bien bel objet!

      Supprimer
    3. Chez Toussaint Louverture, ils sont aussi drôlement réactifs! J'ai mis le billet sur le blog hier, sans m'occuper de Facebook. Pour babelio, je viens de la faire, mais ce n'est en général pas instantané. Les éditeurs doivent avoir un service de "veille" leur signalant ce qu'on dit de leurs parutions.
      J'ai donc retrouvé votre chronique, pfou je sens votre enthousiasme, c'est parfait (si vous pensez à ouvrir un blog ?)
      Un bien bel objet, oui, qui a failli mettre à mal mes poignets (^_^) , à la couverture qui m'a interloquée, mais au fur et à mesure de la lecture, j'ai remarqué les détails, et elle me plait bien! (le transistor par exemple)(j'ai un coup de cœur pour Joe...)

      Supprimer
  16. Aïe, aïe, aïe, mais pourquoi suis-je passée par ici ? Bon, on va dire que je le note pour un peu plus tard, au vu de sa taille respectable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff, l'hiver approche, au coin du feu...

      Supprimer
  17. Réponses
    1. bon 800 pages !! je vais attendre un peu alors car je viens de finir le dernier pavé de Barbara Kingsolver et j'ai envie d'un peu de 'légèreté' là :)

      Supprimer
    2. Toi aussi tu aimes l'Oregon...

      Supprimer
    3. J'ai bien compris ton premier mouvement enthousiaste, et le second plus réservé en voyant la bête que c'est (mes poignets ont souffert au début).
      Je comprends que tu ne peux enchaîner les pavés, donc tu notes et y reviens plus tard.

      Supprimer
    4. oui, je crois que je vais le garder pour les 15 jours de vacances d'été ou je lis sans limite, parce que là tout de suite j'ai besoin de lecture légère :) . J'imagine le poids qu'il dois faire et j'ai peur aussi pour mes poignets :)

      Supprimer
    5. Je l'ai lu au lit ou sur le canapé, le livre bien à plat sur moi, sans le tenir... Quand même, n'attends pas trop, je veux absolument partager mon enthousiasme!

      Supprimer
  18. J'habite un ancien village de bûcherons :-)
    Il est difficile de rester insensible à ton enthousiasme :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment un roman extraordinaire!!!
      Je doute qu'il reste de nos jours beaucoup de bûcherons par chez toi, hélas... ^_^

      Supprimer
  19. N'en rajoute pas, c'est bon, j'ai compris.^^ LAL direct donc (nondidiou, j'ai intérêt à planer avec moi, j'te le dis !^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaaaaaaah tu as compris le message pas trop subliminal! Si tu n'aimes pas, je ne m'engage pas à fuir dans l'Oregon, pas trop mon climat, finalement...

      Supprimer
  20. Je ne connais pas du tout mais tu as l'air d'avoir beaucoup apprécié.
    Merci pour ta participation à mon challenge et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Challenge que j'aime vraiment beaucoup (et j'en ai encore deux sous le coude, finalement les bouquins savent me retrouver)

      Supprimer
  21. 800 pages, les vacances ne suffiront pas ...Peut être à la retraite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noooooooooon! Il ne faut jamais dire ça, attendre la retraite pour faire un voyage, lire un bouquin ou autre chose qui fait envie, non! Faut vivre tout de suite! (et je sais de quoi je parle ^_^)

      Supprimer
  22. Plusieurs tempêtes sous un crâne, c'est pas du Shakespeare, ça dis moi! Je dis pas non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dû être influencée par l'auteur ^_^, Hamlet et Macbeth sont présents par plusieurs citations dans le roman...

      Supprimer
  23. Réponses
    1. Même réponse qu'à Aifelle.
      Un seul conseil : le lire posé sur tes genoux, car même mes poignets ont souffert au début. Donc je l'ai lu assise confortablement, sans le porter.

      Supprimer
  24. Je note, mais j'attendrai sûrement une sortie poche et puis ce sera les exams de mai de toute façon; Je n'ai pas le temps, hélas, de me lancer dans les pavés en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais ma chance de pouvoir dégager du temps pour des lectures de ce genre... Courage, bientôt tu pourras!

      Supprimer
  25. Mais c'est lui qui a écrit "Vol au-dessus d'un nid de coucou", qui m'a marquée pour le restant de mes jours. Bigre, quel talent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ce roman là aussi, mais sans trop trop de souvenirs (cependant je pourrais le relire?)

      Supprimer
  26. Tu as l'art de dégoter des perles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur plus l'éditeur plus le thème, ça m'allait bien!

      Supprimer
  27. Dire que je n'étais pas né quand il a écrit ce bouquin qui parait chez nous maintenant.Comme quoi, malgré la gloire de Vol au dessus d'un nid de coucou, un certain nombre n'avait pas décidé de miser dessus.Aujourd'hui, c'est l'unanimité et c'est tant mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es si jeune que cela? ^_^ Vu la "bête", pas étonnant qu'il ait fallu un éditeur courageux (et fou) pour se lancer là-dedans!

      Supprimer
    2. A quatre an près je n'étais pas né....

      Supprimer
  28. Comme d'autres de tes fidèles, je ne sais pas si je suis dans tes cordes, mais en tout cas, je me sens prise dans le lasso des bucherons (rugueux) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à le lire s'il tombe sous ton regard...

      Supprimer
  29. Ahlala, j'avais entendu un libraire le présenter à la radio et déjà ça me tentait bien, mais le fait que cela soit un "énorme roman" m'avait un peu retenue. Cela dit, j'aime bien l'enthousiasme qu'on sent dans ton billet et certains commentaires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais pas qu'on le lit en une soirée, mais une fois dedans, c'est facile!Et c'est drôlement bien. Contente que des libraires en parlent.

      Supprimer
  30. Tout le monde en parle comme d'un super roman mais j'ai déjà tant de livres qui m'attendent :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, les pavés rebutent un peu, par manque de temps. Pas de bûcherons pour toi, hélas.^_^

      Supprimer
  31. Oh oh !!! ce coup de coeur, je le note ! Mais le nombre de pages me freinent quelque peu... quand trouverai-je le temps ,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit de ne pas paniquer et de s'organiser. Mais il faut un peu de temps, c'est sûr.

      Supprimer
  32. Il m'irait bien ce livre. J'ai bien fait de passer par là. Une bonne idée pour les prochaines grandes vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, tu passes quand tu veux! ^_^ J'ai plein de belles idées, tu sais (c'est bien ce qu'on me reproche parfois). Bises.

      Supprimer
  33. Oh comme tu me donnes envie !!! Le titre m'avait déjà bien interpellée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lance toi, tranquillement, tu verras ça se passe très bien!

      Supprimer
  34. quel enthousiasme, comment pourrais-je resister, faut que je le trouve celui-là:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai la nette impression qu'il est dans tes cordes (n'aie pas peur de sa taille, ça se passe bien... ^_^)

      Supprimer
  35. Ok, je me lance ;-) J'avoue tu m'avais déjà eu au premier paragraphe :-) Et j'aime beaucoup le titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Récemment j'ai lu un billet sur ce roman, qui m'a encore plus rappelé pourquoi j'aime ce livre!!!!

      Supprimer
  36. Ton article est super et ça me fait mal au cœur que les gens s'arrêtent aux 800 pages, le double ne m'aurait pas dérangé (à part pour les poignets comme tu dis). C'est un chef d'oeuvre , l'écriture est exceptionnelle. Je n'aime pas spécialement relire, mais là je le ferai, lentement car je suis passée certainement à côté de beaucoup de choses. C'est du lourd. Il fait partie des GRANDS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remarque, beaucoup ont lu Confiteor qui est aussi fort copieux, donc il faut espérer... Je pourrais le relire un jour, de toute façon je le garde ici! Je pense aussi que maintenant je pourrais mieux saisir le début et comment c'est construit, puisque je connais l'histoire.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !