samedi 4 janvier 2014

Proust contre Cocteau


Proust contre Cocteau
Claude Arnaud
Grasset, 2013


Voyons voir : Proust (1871-1922) et Cocteau (1889-1963). Il m'a fallu ce livre pour réaliser qu'ils se sont connus! Sans doute Cocteau ne m'évoquait-il que La belle et la bête et son décès en 1963 (le même jour que Piaf, pas de chance)

Claude Arnaud, dont je découvre (décidément!) qu'il est aussi l'auteur d'une biographie de Cocteau, après deux chapitres sur leurs origines et leur mère à chacun, évoque leur rencontre (où? on ne sait pas précisément) et leurs rapports mi amicaux mi conflictuels. Cocteau, jeune homme doué, à 17 ans sa poésie est publiée, face à Proust, qui à la quarantaine se cherche encore et désespère d'écrire son "grand roman" qu'il sent possible. Après la parution d'Un amour de Swann, tout bascule, c'est Proust qui reçoit les honneurs de la critique, et Cocteau devra reconsidérer son œuvre à venir, jusqu'à renier ses premiers recueils.

Admiration et jalousie réciproques, remarques incisives sur l'autre, description de l'ambiance littéraire et mondaine du temps, analyse de A la recherche du temps perdu par Cocteau (chouette chapitre 9, Posthume), et laissons la postérité s'exprimer... Un assez court volume que j'ai dévoré, bien sûr! Même si j'ai finalement peu découvert de nouveau sur Proust (c'est un de mes chouchous). Une façon originale de le découvrir pour les débutants, tiens.

Comme Madame de Chevigné (Madame de Guermantes?) refusait de donner à Proust son avis sur son roman, Cocteau lance : "On ne peut pas demander à un hanneton de lire l'histoire naturelle!"
Laure de Chevigné (1859-1936)(née de Sade)(oui, le marquis)

Les avis de Jostein,
Challenge Lire sous la contrainte de Philippe (avec deux noms de famille!)


44 commentaires:

  1. J'ai entendu l'auteur plusieurs fois à la radio au moment de la parution, j'espère qu'il va arriver à la bibliothèque (qui laisse en souffrance tous les nouveaux livres arrivés par manque de personnel ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma petite bibli me satisfait toujours autant, avec ses moyens qui sont ce qu'ils sont! Ce livre faisait partie d'un coin thématique (Proust) qui bien sûr avait attiré mon attention...

      Supprimer
  2. Cocteau, pour moi, c'est théâtre. Je crois que je serai plus intéressée par cette description de l'époque, pas certaine d'avoir les clés pour apprécier le regard sur l’œuvre de Proust.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, théâtre aussi ! Je l'oubliais. Cet homme s'est illustré dans tant de domaines... J'avoue le connaître un tout petit peu mieux grâce à ce livre (je partais de quasiment zéro, il faut l'avouer, ce qui n'est pas le cas pour Proust ^_^)

      Supprimer
  3. Pour moi, les deux ne sont que des noms et des titres d'oeuvres (pas fière)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grave, on ne peut pas tout avoir lu!

      Supprimer
  4. je l'ai lu en numérique mais pfftt il est passé sans laissé de trace, j'ai trouvé que c'était un livre qui surfait sur la vague prostienne mais sans grand intérêt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surfer, oui, mais j'ai appris des choses sur Cocteau et cette époque. D'ailleurs c'est au cours de ma lecture que j'ai découvert que l'auteur connaissait plutôt Cocteau. Bref, ça me fait le challenge! ^_^

      Supprimer
  5. Voilà plusieurs fois que je le prends en main et le repose en librairie. Ton billet met définitivement fin aux hésitations.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime les deux, mais je ne savais pas que leurs relations étaient tendues... donc pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tendues, par moments, admiratives à d'autres, il y a eu des conseils, bref j'ignorais tout cela (je ne les savais même pas contemporains, pour moi Cocteau c'est plutôt bien après la mort de Proust )(erreur!)

      Supprimer
  7. tiens, voilà qui est intéressant! Le titre est déjà prometteur :-) Question pratique : combien de pages?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les 200 pages, plutôt aisées à lire...

      Supprimer
  8. Un petit tag t'attend chez moi, si tu le souhaites bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, les tags... Mais merci d'avoir repéré ma prolixité...

      Supprimer
  9. Il y a comme ça des auteurs qu'on n'aime pas . Cocteau en fait partie sans que je puisse l'expliquer , je pense qu'il était un peu doué pour tout , mais sans jamais être excellent en quelque chose.
    C'est vrai que le comparer à Proust ne doit lui faire aucun bien
    à mon avis
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Proust, mais pour Cocteau, il a touché à tellement de domaines (y compris la poésie, donc, pas trop mon goût) que, euh, je n'accroche pas, tout comme toi.

      Supprimer
  10. Pas plus tentée que ça mais le livre doit bien valoir le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai emprunté et lu à cause de Proust, tien donc! Pas désagréable du tout à découvrir.

      Supprimer
  11. C'est un livre qui doit être amusant en ce qui concerne leur rivalité... il doit y avoir bien des anecdotes piquantes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant de voir comment l'opinion sur leurs œuvres a changé au fil du temps. Anecdotes, oui, plutôt des remarques de l'un sur l'autre. Admiratives ou critiques...

      Supprimer
  12. Contrairement à toi, je connais bien Cocteau et très mal Proust ; et moi non plus je n'avais jamais songé qu'il étaient plus ou moins de la même génération d'écrivains, ou en tout cas suffisamment proches pour s'être croisés, jusqu'à la sortie de ce livre. J'en lis toujours beaucoup de bien et j'ai bien envie de le lire mais j'ai tout de même un peu peur que mon inculture proustienne ne m'handicape...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme l'auteur connaît bien Cocteau pour avoir déjà écrit sur lui, j'ai l'impression que là il a beaucoup placé le projecteur sur Proust, pour changer, et j'y ai trouvé une analyse intéressante -mais brève- de son œuvre, comme si c'était Cocteau qui pesait le pour et le contre. Mon inculture Cocteau-esque ne m'a pas gênée, donc, il a juste fallu que je réajuste mes données temporelles en plaçant Cocteau bien avant l'époque où je l'imaginais...

      Supprimer
  13. Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge et ta fidélité.

    Moi, je t'ai taguée ... sans obligation bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce challenge est un des rares que je continue à faire, tellement il est amusant!
      Pour les tags, là, c'est sans garantie...

      Supprimer
  14. Tu sais que tout ce que j'ai lu d'info m'aurait presque donné envie ed tester Proust en vrai roman, pas en extraits célébrissimes. Mais le temps (pas élastique, perdu, pas retrouvé...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te donnes une décennie pour attaquer et dompter la bête, c'est largement suffisant...

      Supprimer
  15. nonon pas de LC Proust cette année.^^ Mais tiens, je vais me le noter en classique incontournable de l'année pour peut-être 2015 ! En attendant, oui, pourquoi pas lire cet ouvrage, tu m'as presque convaincue ! (que je suis faible en ce début d'année... mon bouclier anti-PAL/Challenge & co recharge ses batteries !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire A la recherche du temps perdu en 2015? Même moi je n'y songerais pas, il me faut quasiment une décennie! Du côté de chez Swann suffirait amplement pour toi en 2015, non?
      Cet ouvrage comme tu dis fait dans les 200 pages...

      Supprimer
  16. Comme je suis en plein dans A la recherche du temps perdu, je garde l'idée pour plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux vaut d'abord lire le roman (bravo, au fait!!!) et ensuite les commentaires et autres autour...

      Supprimer
    2. Mais oui, pourquoi pas? Il faut un bon lecteur, c'est sûr.

      Supprimer
  17. Un titre qui n'est pas sans éveiller ma curiosité ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un titre parfait pour le challenge, mais je ne m'en suis aperçue qu'après...

      Supprimer
  18. Terrible cette phrase de Cocteau à propos de Madame de Chevigné!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plein de répliques de ce genre... Je découvre!

      Supprimer
  19. Il est vrai que beaucoup a été écrit déjà sur Proust et qu'il est malaisé de dire plus. Je verrai ce que racontera Raphaël Enthoven, j'irai assister prochainement à sa conférence sur l'enchantement de Proust, à Liège.

    Ce qui m'intéresse beaucoup est la biographie de Cocteau par votre auteur. je note.
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une conférence sur Proust par Enthoven! Quelle chance! J'ai son dernier livre sur mes étagères, il faudrait bien que je le lise, quitte à le faire par petits bouts...
      Bonne idée de découvrir cette biographie de Cocteau, l'auteur a l'air d'avoir bien fouillé le sujet.

      Supprimer
  20. Vu récemment dans un roman un dialogue imaginaire entre Proust et Cocteau et c'est là que j'ai comme toi réalisé qu'il se connaissaient

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je me sens moins à l'ouest... ^_^

      Supprimer
  21. De Proust, je ne connais que la réputation ! Donc ce livre me parait tout indiqué !

    RépondreSupprimer
  22. J'ignore si c'est vraiment le premier à lire, mais pourquoi pas, il est court et ne te fera pas peur. Sinon, pour démarrer Proust, sache que par exemple Du côté de chez Swann n'est pas si long (et Un amour de Swann encore moins, évidemment)

    RépondreSupprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !