vendredi 7 février 2014

Charles Juliet : Deux journaux

Si vous dites "Charles Juliet c'est qui?", je vous dénonce à Flo, car c'est son auteur chouchou absolu (wikimachin, si vous hésitez). Elle m'a convaincue de le lire. Le bibliothécaire, consulté avec "par quoi commencer?" a, façon joueur de cartes, carrément sorti le grand jeu, et déballé tous les volumes présents. Laissant de côté les poèmes (courageuse mais pas téméraire), L'année de l'éveil (déjà lu)(mais à relire?) et Lambeaux (lu depuis), j'emprunte donc le Journal I, 1957-1964. On commence par le début, non?

Le titre, en fait, c'est Ténèbres en terre froide. POL, 2000. Avec préface datée de 1977. Nouvelle parution en 2000, avec complément en postface.

En pleine lecture, je retourne à la médiathèque, le même bibliothécaire place dans mes mains le dernier tome paru, intitulé Apaisement. POL, 2013. Il s'agit du Journal VII, 1997-2003. Comment refuser? J'abandonne l'idée de lire dans l'ordre, et finalement ce n'est pas plus mal.

Savoir que l'auteur est toujours vivant (il est né en 1934) et a choisi Apaisement comme dernier titre m'a vraiment aidée à affronter le volume I puisque je n'ignorais pas ainsi qu'il avait survécu à des moments intérieurs terribles. Ténèbres en terre froide, avec ses entrées brèves (contrairement à Apaisement), c'est la grande claque pour le lecteur. Tentation permanente du suicide, souffrance, épuisement, horreur de vivre, ennui. De plus (ou alors ce sera son salut?) "il te faut écrire, écrire, c'est-à-dire t'épier, te ronger, demeurer aux aguets, toujours exiger de toi le maximum et le meilleur."

"Parfois, je cède à mon sens de la vanité de toute création, et je décide de m'arrêter d'écrire. Mais alors l'existence m'apparaît tellement insupportable, que je n'ai plus rien à quoi me raccrocher. Ne reste plus que la solution du suicide. Mais l'effroi qu'il m'inspire m'assure que je n'aurai jamais le courage de l'accomplir. Et je suis renvoyé à la vie, donc à l'écriture, à cette drogue qu'est l'abrutissement quotidien de longues heures de travail."
"J'appartiens à cette catégorie d’écrivains pour qui écrire est toujours plus ardu, car pour eux, écrire est un moyen de s'explorer, se connaître, progresser vers toujours plus de lucidité et de conscience."

Il écrit donc. Romans, nouvelles, poèmes.
"Le poète a pour rôle de s'offrir à l'inconnu, de conduire à la lumière de la conscience ce qui gît dans les ténèbres du non-connu, du non-défriché. Il doit donc obéir à une volonté de clarifier, d'éclairer. Pourtant, la plupart des poètes semblent obéir à une volonté contraire."

Et le fameux Journal:
"J'aime écrire dans ce Journal. C'est pour moi un espace de liberté. Je ne me fixe aucune règle, sinon celle d'être totalement simple et sincère. Mais cette règle je n'ai pas à me l'imposer. Depuis longtemps elle est inscrite en moi et il m'est facile de m'y soumettre." (Journal VII)

De 1957 à 1964, une certaine évolution se fait jour, bien sûr, mais la tonalité demeure noire. Ce journal est paru beaucoup plus tard, sans retouches. Charles Juliet y parle aussi d'écrivains, peintres, sculpteurs, de rencontres, d'événements de son passé. Il lui faudra bien du temps pour être reconnu.



Franchissons pas mal d'années, et voyons cet "Apaisement". Rencontres de hasard ou pas, conférences, discussions avec jeunes ou détenus, voyages, contacts avec d'autres artistes appréciés, voilà en gros le quotidien de l'auteur. Ecriture, lecture, toujours. Exigence et lucidité. Connaissance de soi.

Le voilà qui se révèle le meilleur critique du Journal I (12 février 2000)
"Je viens de corriger les épreuves de ce Journal I qui va bientôt reparaître et je ressens le besoin d'ajouter ce commentaire.
Sauf obligation, je ne relis jamais ce que j'ai publié. J'avais donc en partie oublié ce que contenait ce volume. Je viens de le découvrir et je dois avouer que cette lecture m'a rempli de confusion.
Il m'a été désagréable de revenir à ces années où je ne pouvais que ressasser mon mal-être. Mais ce qui m'a été le plus pénible, ce fut de tomber sur ces notes où j'affirme, tranche, décrète, jette l'anathème. L'attitude intérieur dont elle procède est à l'opposé de celle qui m'est habituelle, et c'est sans doute pourquoi elles m'ont à ce point navré.
Pendant ces années où j'ai commencé à tenir mon journal, j'étais désemparé, perclus d'angoisse, d'une inimaginable ignorance. Je suppose qu'en réaction aux difficultés que je rencontrais, il m'a fallu me fixer des jalons et des points d'ancrage. En outre, je n'écrivais ces notes que pour moi seul, n'avais pas la moindre idée de les publier un jour.
(...)(hélas je dois couper un peu)
J'ai toutefois la consolation de savoir que j'ai toujours voulu être vrai."

Existent même des études sur ce Journal I. On parle d'"Écritures du ressassement". (17-18 mars 2000)

Après lecture de Charles Juliet, bien des proses relâchées ou boursouflées ne vont plus passer. En effet:
"Quand j'écris, je me préoccupe désormais:
- d'être sobre, direct, concis
- de trouver le mot juste, l'expression juste, la structure de phrase adéquate. De trouver la justesse de ton. De n'être ni au-dessus ni au-dessous de ce qui est à exprimer
- de ne pas résoudre un difficile problème d'écriture par un artifice
- de ne dire que ce que je veux dire
- de n'employer qu'après examen les mots qui ont une histoire, un passé
- (...)" (25 juin 1997)

Doté du "besoin irrépressible de se connaître", "épuisante et douloureuse aventure". "Quand au terme de ce dur travail on est devenu soi-même, alors on accède à un état qui est à la fois lucidité, vigueur, bonté, simplicité, sérénité, sagesse, contentement de soi et adhésion à la vie." (22 février 1998)
Oui, nous sommes loin du Journal I. Mais il s'agit de décennies de travail...

Parfois des poèmes lui sont "offerts" (c'est son expression)(ainsi que "se balbutie en moi" ou "me sont venus")
"Pour le première fois de l'année, alors que le printemps approche, j'ai entendu gazouiller les oiseaux. Alors j'ai noté:

ces chants d'oiseaux
au petit matin
en ce jour de printemps

la vie qui exulte

soudain
traversé
soulevé
par cette allégresse
(6 mars 2002)
Contrairement à ce qu'on pourrait craindre, cheminer avec Charles Juliet ne lasse pas. Il est toujours intéressant. Il a l'art de parler de ses rencontres, de cerner l'essentiel des individus. Bien des personnes ayant vécu des enfances ou des vies dures se confient (lui-même sait ce qu'il en est). Il demeure attentif au monde qui l'entoure, retient certains événements ou faits divers l'ayant frappé. Sans s'étaler. Il sait rester discret (initiales, ou "une femme", peu de noms).

Bref, je sens que je vais encore cheminer avec lui:
"Souvent j'ai l'impression que par bien des côtés, je suis resté un adolescent. J'ai une certaine insouciance, je garde un fond de vulnérabilité, je me laisse parfois emporter par mes engouements et je ne suis nullement blasé. L'intérêt que je porte aux êtres et à la vie ne s'est pas émoussé,( ...)(25 juin 2003)

42 commentaires:

  1. Je ne risque pas de te demander qui est Charles Juliet ! J'ai découvert ses journaux en temps réel si je puis dire, je l'avais même rencontré à l'époque des premiers, il était aussi sombre que ses écrits ... mais l'écriture, ses réflexions, sa fréquentation des artistes m'ont toujours intéressée. Ça fait plaisir de le voir arriver à l'apaisement après un parcours aussi douloureux (le dernier Matricule des Anges a fait un dossier sur lui).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas inquiète, c'était plutôt une blague pour Flo! J'ai même un temps de retard, tu vois, mais je compte me rattraper.
      Je sais, pour le dernier Matricule des Anges, mais comme c'est le dernier, pas d'emprunt encore...
      Note bien que ce billet contient un poème. Je m'améliore. ^_^

      Supprimer
  2. Je connais aussi Charles Juliet, bien que n'ayant pas lu ses journaux. Je n'ai lu de lui que "lambeaux" mais j'ai eu la chance de le rencontrer, il, y 2 ans, dans sa période apaisée, don. J'espère un jour lire ses journaux. J'ai un exemplaire dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de lire Lambeaux (billet prévu plus tard), mais après le Journal I, tout peut passer! Quelques chocs quand même.
      CJ est venu dans ma bibli en 2008 (mais j'étais absente; regrets)

      Supprimer
  3. Convertie l'année dernière ( même dénonciation ;)). Toujours pas lu les Journaux, le grand projet ( et je crois que si je commence, je ne vais pas pouvoir m'en passer ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es prévenue, pour le Journal I, c'est rude! Même Flo aurait voulu m'en dissuader, mais elle est arrivée trop tard. Je me lirais bien un recueil de nouvelles (Flo, toujours...) et son Journal en Nouvelle-Zélande.

      Supprimer
  4. Lu aussi quelques œuvres mais pas encore son Journal; Et il était à St Malo l'an dernier !!! Un grand bonhomme dont j'ai encore beaucoup à découvrir. Merci pour ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son Journal est incontournable (j'avoue être rétive à la poésie en général, mais ça peut venir, on ne sait jamais). Il voyage pas mal, donc saisir les occasions.

      Supprimer
  5. J'ai prévu de le lire (on sait pourquoi ou plutôt "pour qui") plus tard, quand le moment sera venu. En attendant, ce que tu dis et cites de son écriture me fait penser à Laurence Tardieu : elle énonce une rigueur semblable et un ancrage similaire entre l'écriture et la vie dans son petit dernier ("L'écriture et la vie" justement, un court journal).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on sait qui. ^_^
      Laurence Tardieu est venue pas loin de chez moi avant hier, mais comme je n'ai pas lu son livre... Titre noté dans un coin, quand même.

      Supprimer
  6. un auteur présent depuis ...toujours ou presque dans ma bibliothèque, il faut dire qu'il est lyonnais donc ...
    je le croisais souvent autrefois car nous allions dans la même librairie, hélas elle a fermé (devenue une banque nettement moins poétique) et depuis je ne vois plus Monsieur Juliet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, ses bases actuelles sont à Lyon. Hier j'ai emprunté deux volumes de lui, plus un DVD recommandé par le bibliothécaire.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Chic! On ne peut tout connaître (à visiter certains blogs je découvre pas mal d'auteurs aussi). Voilà à quoi servent les blogs, entre autre.

      Supprimer
  8. je n'ai pas lu ses journaux, mais d'autres livres de Juliet et c'est tout simplement devenu un des auteurs que je lis et relis régulièrement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis j'ai lu Lambeaux, incontournable aussi, mais je te recommande ses Journaux aussi.

      Supprimer
  9. Aifelle en avait parlé, il est noté et surnoté, me reste à aller l'acheter (les acheter), je commencerai peut-être par Apaisement ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas spécialiste (^_^), tu commences par ce que tu veux. Mais sache qu'il est dans toutes les biblis!

      Supprimer
  10. il reste donc des grands auteurs à découvrir, ça fait du bien
    je vais le noter tout de suite
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me dis souvent en lisant les blogs... Une vie ne suffira pas. Mais ça fait du bien, quand c'est de telle qualité!

      Supprimer
  11. aaaaahhhhhh * soupir de contentement * (au moins une personne qui écoute * regarde en direction de Marilyne avec insistance et un peu moins vers Mina parce que je ne connaissais pas CJ à son âge alors je vais éviter de donner des leçons :) *). Bon, je crois que j'en suis à ma troisième convertie officielle : à la cinquième, j'ai droit à un bon point ^ ^

    Passer du tome I au VII, c'est quand même le grand écart (dit celle qui n'en est même pas à la moitié du VII mais ce n'est pas la peine de l'avoir lu en entier pour se prononcer). J'ai beaucoup aimé le VI ("Lumières d'automne" - lu deux fois) et son journal écrit lors de son séjour en NZ est très différent du reste (tu verras par toi-même).

    Par contre, maintenant que j'ai vu cette couverture de catalogue d'expo, je veux le lire (Jacques Putman + CJ + BVV = il me le faut ! Vais voir si ma biblio a ça mais j'ai des doutes)

    Ma biblio a déjà Le Matricule des anges mais uniquement en consultation. Cela dit, comme je n'ai toujours pas lu le dossier complet que lui a dédié la revue Décapage de l'automne-hiver 2013 et qui traîne sur mon bureau depuis la mi-décembre, je vais privilégier plutôt Décapage pour l'instant (disons qu'il faudrait que je décide de consacrer mars à CJ entre le journal VII et Décapage).

    Il me tarde de lire ton avis sur "Lambeaux" ;)

    Et je finis en te remerciant pour ta confiance ! J'avais listé les journaux de Juliet dans mes 10 livres de nonfiction préférés au début du projet et je me souviens qu'Aifelle en avait rajouté une couche mais ça n'avait pas suffit. Comme quoi, il faut insister sans en avoir l'air ;p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez toi les échanges de commentaires sont une sorte de journal de ma lecture. ^_^ En fait, j'étais déjà convaincue de le lire, comme pour bien des auteurs, mais le problème est de poser le livre sur soi et de lire. En ignorant tous les autres...
      Depuis (hier) j'ai emprunté ses "nouvelles" (y aurait-il un mois de la nouvelle, tiens donc? (^_^), le Journal II (psychorigide, le retour) et un DVD conseillé par le bibliothécaire (fan absolu de CJ, ça aide). Feuilleté le Matricule des Anges (penser à l'emprunter tranquillou le moment venu).
      Pour BVV, ses entretiens avec CJ sont à la bibli(of course), j'ai inséré l'image pour illustrer et colorer un peu ce billet fleuve... Matisse aurait convenu aussi, d'ailleurs, non?
      Voilà, voilà, merci à toi d'avoir insisté (en douce mais régulièrement, c'est le gage du succès)

      Supprimer
  12. ma PAL déborde... c'est une inondation de livres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff, deux seulement... Ceci étant, laisse lui une petite place un jour, mais tu es prévenue que ses premières décennies ne furent pas un long fleuve tranquille...

      Supprimer
  13. Tu sais que je n'ai jamais osé m'y frotter, parce que je crains qu'il soit peu accessible....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense avoir donné suffisamment de citations pour te prouver que c'est extrêmement accessible. Ensuite, faut savoir que ça peut secouer à l'intérieur...Alleeeeez, vas y...

      Supprimer
  14. "Apaisement" a été présenté à la dernière réunion de la bibliothèque, thème "Le journal, intime ou de voyage" (c'est à cette occasion que j'ai lu "Le journal d'une femme de chambre" ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Mirbeau est bien, je confirme, mais tente donc ce journal de CJ, auteur toujours vivant et à connaître!

      Supprimer
  15. Quelle belle leçon d'écriture ! Charles Juliet est souvent cité dans la blogosphère, j'avoue ne l'avoir lu que par fragments. Un titre à conseiller pour commencer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un incontournable, dans la vie d'un lecteur, je pense, tôt ou tard...
      Euh, je ne suis pas experte, il paraît qu'il ne fallait pas démarrer par le Journal I (mais j'ai survécu), alors tu vois...^_^ Des poèmes, si tu aimes, ou un des Journaux? Ou Lambeaux, autobiographique?

      Supprimer
  16. Hé bien, quelle verve, on sent qu'il t'a inspirée:-) Pour un peu, je me laisserais convaincre.;-) (mais j'ai ressorti mon bouclier anti-PAL, je viens de me faire piéger par un challenge^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles, j'en ai encore emprunté deux...
      Ah oui le challenge, en est-ce vraiment un, tiens? ^_^

      Supprimer
  17. Les journaux de Charles Juliet font partie de mes lectures préférées. Je suis en pleine lecture du dernier volume. Charles Juliet, pour moi, c'est à la fois un immense écrivain et un immense poète. Il fait partie de mon quotidien.
    Je suis heureuse que vous ayez pu faire cette belle rencontre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apaisement, alors? Bonne lecture!
      Je comprends parfaitement qu'il puisse accompagner le quotidien!
      Bon dimanche.

      Supprimer
  18. J'ai l'impression qu'il vaut mieux avoir le moral pour découvrir ses écrits.

    RépondreSupprimer
  19. Incontournable Juliet, incontournables journeaux. Merci pour ces beaux billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bonheur, c'est qu'il m'en reste encore plein à découvrir!

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup votre article. Charles Juliet est un écrivain très important pour moi. La lecture du dernier volume de son journal m'a soulagée, c'est vrai, car on y ressent vraiment l'apaisement, comme il est écrit dans le titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Voir aussi mon autre billet sur CJ, avec aussi une video, très très intéressante. Oui, je suis contente de connaître le cheminement de l'auteur, c'est plus rassurant. Même si le Journal II, commencé mais pas (encore) terminé, est assez rude à lire.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !