samedi 18 octobre 2014

Fonds perdus

Fonds perdus
Bleeding Edge, 2013
Thomas Pynchon
Fiction et Cie, Seuil, 2014
Traduction de Nicolas Richard


J'ai a-do-ré.

En parcourant il y a quelques mois la liste des nouveautés de la rentrée, je n'ai noté que deux fois "il me le faut absolument" : le Padura et le Pynchon. (je peux le prouver)
C'est sûr, Thomas Pynchon ne sera jamais au festival America. Circulent de vieilles photos de cet auteur né en 1937 -eh oui- sinon mystère. Fort heureusement existent ses romans, Vente à la criée du Lot 49 et Vice caché ont suffi à me faire tomber dans la marmite. A girl je ne comprends pas que tu n'aies jamais tenté cet auteur (si?), car c'est totalement ton  créneau...

Pour savoir de quoi ça parle, ma foi, vous avez l'excellente quatrième de couverture ou une récapitulation page 280 sur 440 de Maxine l'héroïne à destination de Horst, dont j'ignore si à ce moment il s'agit de son ex ou futur ex ("pur produit du Midwest, quatrième génération, sentimental comme un silo à grains") mais ne m'embrouillez pas, là.
"Le documentariste Reg Despard- son génie de l’informatique encore deux fois plus parano, Eric - ils repèrent des drôles de trucs dans la comptabilité de hashslingrz, OK, Reg m'en fait part, pense que c'est de mauvais augure, à un échelon global, peut-être lié au Moyen-Orient, mais ça ferait trop X-Files ou je ne sais quoi." "Maintenant il semble que Reg ait disparu, mystérieusement, mais peut être juste parti à Seattle." "Maintenant les Fédéraux en ont aussi après moi, soi-disant à cause de Brooke, de son mari et d'une supposée connexion avec les Mossad, qui pourrait très bien être de la pure, comment disent-ils là-bas, foutaise."

Vous n'avez pas tout compris? Ce n'est pas grave! Cela se passe à New York (ville parcourue au fil du roman, somptueusement décrite, merveilleusement évoquée) en 2001, après l'éclatement de la bulle Internet (oui, le 11 septembre, a-t-il été "senti" avant, et quid de la parano de certains? Le lecteur s'interroge). Nerd, geeks, hackers, ce petit monde se croise, pas toujours IRL, Maxine plonge dans DeepArcher, monde d'avatars (qui m'a fait vérifier fébrilement si Second Life existe encore; réponse : oui).

Si vous voulez une lecture plan plan avec neurones préservés, n'insistez pas. Si vous préférez du costaud, si vous adorez les personnages un peu décalés (et il y en a des dizaines, je vous passe les deux russes (euh, trois Russes), le gourou, la secrétaire, les parents de Maxine, sa sœur, le "Nez", un chauffeur de taxi, etc...), l'impression de toujours marcher un poil à côté de vos pantoufles, les dialogues au scalpel, les néologismes qui rendent chauves les traducteurs (chapeau à Nicolas Richard, tiens; j'ai repéré un joli inatthackable page 132), un poil de nostalgie et de tendresse (oui quand même), une histoire vraiment speed où l'on hésite entre virtuel et réel parfois, alors ce roman est pour vous!

Page 279, un réjouissant passage destiné aux clients IKEA (je laisse ce qui précède, sur le montage, se rendre au magasin et s'y perdre)
"Regarde ça. Un tabouret de bar, qui s'appelle Sven...? Une vieille tradition suédoise, l'hiver s'installe, la météo devient rude, au bout d'un certain temps, on se retrouve à sympathiser avec le mobilier d'une manière à laquelle on ne se serait pas attendu...?"

"Vous savez, ils existent vraiment, ces minuscules personnages qui sortent de sous le radiateur avec... avec des petits balais, et des pelles à poussière, et-
- Eric, non. Je ne veux pas en entendre parler."

"Ernie maintenant avec un regard rusé qu'elle connaît bien, 'si tu ne veux pas de ce bout de gâteau, là-'
'Du moment que tu expliques à Lennox Hill les blessures par fourchette' "

Les avis chez Babelio , Fric Frac Club, Ted, (que des mecs on dirait; je m'interroge sur mes goûts lecture)
Un article de Telerama, avec intervention du traducteur (passionnant), un article de Slate,

60 commentaires:

  1. Combien de pages ? Je ne sais pas si je suis vraiment tentée, encore que .. les extraits m'accrochent. Je réfléchis ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, je devrais indiquer le nombre de pages systématiquement, c'est un fait (bon, je pense déjà au traducteur, c'est une bonne chose). 440 pages me dit-on sur internet. Soit.
      Réfléchis, oui, c'est une lecture -passionnante en fait- qui décoiffe!

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais osé lire cet auteur, de peur que ce soit trop... spécial, et les extraits que tu as choisi confirment. Mais je devrais quand même essayer d'en emprunter un à la bibli, sait-on jamais ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK, c'est spécial, et il faut utiliser ses cellules grises même si ce n'est tout de même pas si difficile de suivre. Fais l'expérience!

      Supprimer
  3. Tiens ! Moi aussi, j'avais laissé de côté cet auteur, le pensant trop intello pour me séduire.... Tu conseillerais quel titre pour commencer à le découvrir ? Et question subsidiaire, c'est quoi un "joli inattackable" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a une réputation d'auteur difficile... D'accord, je reconnais que je n'ai sûrement pas extrait toute la substantifique moelle de ses écrits, mais peu importe, j'ai compris l'histoire et me suis régalée, on ne peut pas en dire autant de toutes ses lectures, non?
      Je n'en ai lu que trois, euh, Vente à le criée du Lot 49 est assez emblématique, mais peut être trop barré pour démarrer, donc essaie un des deux autres que j'ai lu (cités en début de billet).
      Inattackable est joli à cause de inattaquable et hacker, je crois.

      Supprimer
  4. Tout ceci m'a l'air bien embrouillé, mais fort alléchant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il faut se laisser conduire sans résister...

      Supprimer
  5. alors à lire ton premier paragraphe je me suis demandée si c'était moi ou toi qui étions un peu frappading ! mais non il semble que c'est Pynchon
    Pas certaine de tenter l'aventure car mes neurones ne résisteraient pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pynchon c'est presque sûr, et moi aussi de temps en temps car j'avoue aimer ces lectures là (mais je me délecte aussi de Un an dans la vie d'une forêt, de Haskell...)

      Supprimer
  6. Il me le faut absolument ! ;)
    Ce n'est pas la première fois qu'on m'en parle en bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en parle si peu sur les blogs (les gens en ont peur?) que je me dois d'y aller à fond dans l'enthousiasme!

      Supprimer
    2. ah c'était donc ici ... Je l'ai eu en mains à la bib.. et reposé pour ne pas me surcharger. Mais ses bouquins sont repérés ^^

      Supprimer
    3. J'ai aussi repéré les autres titres (un jour, un jour... ^_^)

      Supprimer
  7. Pas encore lu Pynchon, mais il faudra que je tente. Par lequel tu me conseillerais de commencer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vice caché ou Fonds perdus, car je les ai lus; pour Vente à la criée du Lot 49, l'expérience est peut-être plus rude pour démarrer, à réserver pour après?

      Supprimer
  8. Ohhh une autre fan de Pynchon ! Je l'ai acheté, mais pas encore lu. Je suis en train de relire tout doucement Contre-jour et je pense que je le lirai après.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras! On doit se serrer les coudes, on est peu nombreuses on dirait! J'ai prévue (un jour, un jour...) de lire ses autres romans... Contre-jour je crois est assez "costaud"; mais je n'ai pas peur!

      Supprimer
  9. Je n'ai jamais réussi à finir un seul roman de Pynchon, mais je sais que ça arrivera un jour ! Je les ai presque tous d'ailleurs (y compris celui-ci, pas encore commencé), et je suis frustré de ne pas y parvenir (pour l'instant !) car je suis convaincu qu'il est un très grand...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un grand, un original! Vente à la criée est court (mais drôlement bien barré!). Oui, courage et persévérance... ^_^

      Supprimer
  10. On m'avait parlé de Pynchon comme atteint du syndrome Salinger... Mais je n'ai pas l'impression que ce soit un auteur pour moi, je ne sais pas il faudrait que j'essaie, depuis le temps... Bon courage pour les travaux ! ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le syndrome Salinger? Un auteur rare, fuyant les autres... c'est ça? Tu peux essayer.
      Pour les travaux, bouhouhou, je sens qu'il faudra sûrement une autre phase, en 2015? 2016? Je sais ce qui m'attend...

      Supprimer
  11. Wow tu sais te montrer convaincante.^^ Ça fait longtemps que je veux lire un Pynchon alors ce sera celui-là (mais bon, pas tout de suite, je ne le crains...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ma réponse, tu n'en as jamais lu. Et pourtant, ça devrait te plaire (j'espère)

      Supprimer
  12. Ce billet est absolument foutraque Keisha, à la hauteur de ton enthousiasme j'imagine. Ecoute, je ne suis pas sûre que ce soit pour moi, mais je vais attendre d'autres avis pour en être sûre, parce que les extraits que tu mets sont absolument géniaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur a des romans assez spéciaux, il faut dire, qui enthousiasment mon goût du barré (mais je ne lis pas que cela, hein!), tout en donnant une vraie histoire passionnante, c'est cela le plus étonnant en fait!
      Pour les autres avis, ouh là, je le sens mal, on le voit peu sur les blogs tu sais... Alleeeeeeeeeeeeeez!

      Supprimer
  13. Aussi envie de le lire depuis l'annonce de sa sortie. J'ai essayé en numérique mais ce n'est pas un format pratique pour ce type de livre dans lequel on a envie de revenir vérifier un truc en arrière, du coup je le cherche en papier. Pas trouvé en Belgique, j'attends ma prochaine excursion française (la semaine prochaine) pour me l'acheter ^_^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille le papier, j'ai dû plusieurs fois allez vérifier qui était qui, et c'est plus pratique avec un peu de mémoire visuelle (c'est mon cas). Bonne chance et bonne lecture! (ah que j'attends ton billet!)

      Supprimer
  14. Je n'ai jamais lu l'auteur mais avec un tel billet, comment résister, il faut je découvre ce fou littéraire, celui qui te rend si... farfelue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as remarqué que Pynchon n'est pas un perdreau de l'année... On en s'en rendrait pas compte du tout à le lire!

      Supprimer
  15. Décidément en plus de rendre chauve, ça a l'air de décoiffer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip, ça décoiffe pas mal (ce qui ne me dérange pas) ^_^

      Supprimer
  16. Je t'admire, Keisha ! Je suis incapable de lire ça, j'aimerais bien (vraiment) mais y a pas moyen :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant tu es le genre de lectrice tout terrain que rien n'effraie! ^_^

      Supprimer
  17. Mmmmmm ça se tente :-) surtout pour la traduction, inatthackable, j'adore :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a d'autres que j'ai devinés, mais impossible de remettre la main dessus...

      Supprimer
  18. Bonjour Keisha, et bien moi non plus je n'ai encore rien lu de Th. Pynchon même si j'ai un "vieux" roman du même : Vineland que mon ami m'a prêté et qui est en train de s'empoussiérer dans une de mes nombreuses pal. En tout cas, je note pour le sujet. Merci du conseil, tu m'as convaincue. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu Vineland (un jour, un jour...). Ton ami est de bon conseil!

      Supprimer
  19. A réserver pour le moment où j'aurais du temps de cerveau disponible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évite certaines chaînes de télévision... ^_^ Mais je t'accorde qu'il vaut mieux être tranquille pour le lire, car le trop fractionné n'est pas recommandé.

      Supprimer
  20. Le Padura m'attend, quant au Pynchon, j'en entends parler depuis un moment, il va falloir un jour que je me penche sur son cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaaaaaaaaaaaaaah le Padura : bonne lecture!

      Supprimer
  21. Tu me tentes mais j'ai toujours peur des personnages décalés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est (souvent) ce qui m'attire (euh, dans les lectures)

      Supprimer
  22. Oh que tu me fais envie, vilaine ! Mais il me fait un peu peur cet auteur, c'est idiot...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idiot, oui, car le plaisir de lecture étant au rendez-vous, pourquoi s'en priver?

      Supprimer
  23. Je ne connais pas du tout...
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Huitième roman plusieurs décennies, on en peut pas dire que l'auteur est très très présent! En plus il se cache...

      Supprimer
  24. ce n'est pas forcément un livre qui m'aurait tentée.. mais tu sais donner envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'enthousiasme, c'est imparable semble-t-il...

      Supprimer
  25. ben quel enthousiasme ! mais un petit rien me retient! peut être le côté décalé , je ne sais pas, on verra s'il recroise ma route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les personnages sont décalés, mais cela se lit bien quand même!

      Supprimer
  26. Eu en mains plusieurs fois, à chaque fois reposé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je conseille de prendre le temps de lire une cinquantaine de pages d'affilée, histoire d'être bien ferré, sinon ça peut être plus délicat d'accrocher.

      Supprimer
  27. Cet auteur est dans mon top 5 des indispensables, des génies, des grands, des "monstres". J'ai plongé dedans avec V. et franchement c'est un des rares dont on peut dire que TOUT ses bouquins sont indispensable. Pour ce qui est de sa discrétion c'est assez appréciable dans des temps où l'artiste devient une marque, où ce qui se vend c'est d'abord la performance de l'auteur, sa capacité à "paraitre". Bah moi j'aime la capacité de Pynchon à disparaitre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes exactement sur la même longueur d'ondes! Je n'ai pas lu ce V., mais je projette de tous les lire, tu penses bien...

      Supprimer
    2. Je sens que je vais me laisser convaincre ;)

      Supprimer
    3. Alleeeeeeeez ! Mais tu es prévenue, l'expérience est particulière!

      Supprimer
  28. Je n'ai toujours pas lu Pynchon et voilà qui me donne très envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci ou Vices cachés, même si un poil barrés, sont quand même sympas à lire, et peuvent convenir à une première immersion.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !