vendredi 26 juin 2015

No fond return of love


No fund return of love
Barbara Pym
Virago press, 2009
Paru en 1961



Envie de se plonger dans une histoire où l'on boit moult tasses de thé? (sherry ou  gin aussi mais moins souvent et parfois plus discrètement). Barbara Pym est parfaite pour cela! Besoin de fausse légèreté, d'humour au second degré, d'ellipses brillantes? Toujours Barbara Pym. Un zeste de passage à l'église? Pas de souci! (grâce à ce roman, mon vocabulaire s'est augmenté de cassock, soutane, sans doute un peu difficile à caser dans une conversation). A la recherche de roman furieusement british pour ce mois anglais? Barbara Pym est toujours là!

Londres, début des années 60. Dulcie Mainwaring vient d'être quittée par son fiancé (prétendant qu'il n'était pas digne de son amour) et pour réparer son coeur brisé, disons, se changer les idées, elle décide de participer à un week end de conférences. Elle y fait connaissance de Viola, comme elle travaillant à la tâche ingrate de rédiger des index, et d'Aylwin Forbes, docteur en littérature, qui, lui, écrit des livres sur d'obscurs poètes, dont Viola rédige l'index, justement.

Dans ce roman épatant se croisent une bonne dizaine de personnages liés les uns aux autres, se rencontrant involontairement ou fort volontairement. En effet Dulcie, accompagnée de Viola, commence à mener une enquête sur Aylwin, son épouse venant de retourner chez sa mère, et, tiens donc, son frère dont la paroisse se situe près de chez ses propre oncle et tante, et pourquoi ne pas aller prendre l'air dans une station balnéaire où réside la famille d'Aylwin...
Comme dit Dulcie "C'est comme une sorte de jeu", pensant "plus sûr et plus confortable de vivre dans les vies des autres- d'observer leurs joies et leurs peines avec détachement comme si l'on regardait un film ou une pièce."

C'est fort drôle et ne se lâche pas, le lecteur ne sachant pas vraiment où cela va mener, mais se prenant au jeu gaiement. De temps en temps se glissent des tonalités plus tristes quand Dulcie pense à sa propre existence, et son futur...

Les personnages secondaires sont fort bien croqués, allez, juste Mrs Beltane et son odieux petit chien, "her little poodle, blue-rinsed to match her hair." C'est bourré de petits détails (Dulcie possède dans sa bibliothèque le roman de B Pym, Some Tame Gazelle), de remarques au passage (en avance à un dîner, Dulcie pénètre dans une cabine téléphonique pour passer le temps. Mais téléphoner à qui? Un appel anonyme? "Les appels de cette nature sont-ils le fait de gens ayant dix minutes à remplir avant d'arriver quelque part?")
Et la belle-mère d'Ailwyn: "Les gens savent toujours où ils en sont avec moi" - il ne lui était jamais venu à l'idée que les gens pourraient ne pas toujours vouloir connaître de telles choses.

Un tempo parfait, pas de longueurs, mais le temps pris pour les petits détails, même si cela semble contradictoire. Il me faut absolument lire (ou relire) tous ses romans!

Bien évidemment pour le mois anglais
Paru en français sous le titre Les ingratitudes de l'amour (les avis de papillon, urgonthe,

58 commentaires:

  1. Je rate toujours le mois anglais. Je n'ai jamais lu Barbara Pym, mais ta présentation est bien tentante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais toi plaisir!!! Tu dois trouver ses romans plus facilement, là-bas? Quoique, c'est tellement anglais... ^_^

      Supprimer
  2. Je me suis tellement ennuyée à la lecture du dernier Jo Walton, ainsi que de Vita Sackville West par exemple, que je me demande si ces ambiances sont pour moi finalement. Ou bien si ce qui me deplait là dedans c'est la description de l'aristocratie anglaise dont je me fiche finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu passes à côté de douces subtilités... Cela se passe années 60, plutôt dans la bourgeoisie modérée et correcte.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Rhaaaa! Je n'ai jamais dévoré aussi vite un bouquin en VO, c'est dire tellement je ne le lâchais pas ... Que de petits détails bien vus.

      Supprimer
  4. j'ai cet auteur dans ma PAL et je ne sais pourquoi il n'est jamais sorti

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ce sont toujours des histoires peu attirantes a priori, mais une fois dedans... Alleeeeeeez!

      Supprimer
  5. On a tendance à sous-estimer Barbara Pym et je suis contente de lire ton billet qui la met à l'honneur. Cela fait quelques temps que je ne l'ai pas lue d'ailleurs. Il faut que je m'y remettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, on y retourne toujours à un moment...

      Supprimer
  6. Barbara Pym ! Ah Barbara Pym ! J'ai lu tous ses romans et même pleuré en terminant le dernier. J'étais devenue accro...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis accro aussi, mais pour mettre la main dessus, pfff! Il m'en reste à lire (et à relire)

      Supprimer
  7. Je l'aime trop Barbara Pym ! Jamais elle ne m'a déçue. Je note de la relire en anglais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En anglais, ce n'est pas du tout difficile, et je prévois de dévaliser la librairie quand j'irai (mais hélas la dernière fois ils n'avaient que ce titre dont je parle, grrr) j'aurais dû faire le plein quand j'étais à Londres, tiens!

      Supprimer
  8. Je n'en ai jamais lu. Mais ça fait tellement envie ! pour cet été ça me plairait bien.

    RépondreSupprimer
  9. Un charme suranné qui fait encore de l'effet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, parce que les réflexions et les émotions ne vieillissent pas...

      Supprimer
  10. il serait temps de rééditer tous ses titres qui deviennent très durs à trouver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement!!! Même ma bibli s'est sans doute séparée de ses vieux 10/18 de Barbara Pym!

      Supprimer
  11. Quel bonheur de retrouver tous les détails pymiens ans ton billet qui me donne envie de relire un Barbara Pym !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pymiens... Oui, je pense qu'elle est unique!

      Supprimer
  12. Relire tous ses romans ? Comme tu y vas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit à petit, oui? Le plus délicat étant de mettre la main dessus...

      Supprimer
  13. j'en bois, justement, du thé, alors oui ! Jamais lu cet auteur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en bois aussi, mais là, c'est vraiment à toute heure, quasiment la première réaction, offrir une tasse de thé... ^_^

      Supprimer
  14. je crois que je n'en ai jamais lu non plus, je garde l'idée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cherche à la bibli, parce que ses romans ne font pas la une des librairies...

      Supprimer
  15. Moult fois noté comme auteur mais toujours pas lu. Tu as bien fait de noter des petites citations ( notamment celle de la cabine téléphonique) car ça m'a fait rire. Ce titre, ou un autre, si je comprends bien se valent... Mais il faut la lire ! J'ai bien compris ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as parfaitement compris! J'aime à cause de tus ces petits détails ...

      Supprimer
  16. C'est décidé, l'année prochaine, je m'y mets ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mois anglais reviendra, d'ici là, s'y préparer!

      Supprimer
  17. Une amie m'en a beaucoup parlée, je me demande même si je n'en ai pas un dans ma PAL (mais où ?), une chose est sûre : tu m'as donné plus qu'envie de la découvrir, je vais la gougueuliser pour voir sa biblio ! Et je viens de lire pas mal de billets en retard, ben dis donc pour un "slow blog", je trouve que tu cours vite !!! ^-^ Et tu lis en V.O. en plus, quelle classe ! J'en serais incapable ! Surtout V. Woolf (déjà que j'ai du mal en français !!!).
    J'ai noté aussi le Gallmeister, il faut que je t'évite, c'est la ruine assurée quand je passe chez toi, heureusement qu'Aifelle est en congés, à vous deux... pfff...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pym est une incontournable quand on aime ce genre de romans d'aspect 'campagne anglaise pas trépidante' mais c'est très finement observé. Le sous entendu est à son plus haut niveau.
      Slow blogging, c'est aussi 'à son rythme' , 'selon son humeur', donc là j'y suis! Quant au nombre de bouquins lus, là j'avoue que je lis vite et beaucoup (et pas de télé, rappelons-le!)
      Aifelle va revenir, on l'attend, j'ai moi aussi quelques tentations pour elle (il n'y a pas de raison! ^_^)

      Supprimer
  18. Je note évidemment ! J'espère qu'il est dispo en poche (manque de place ^^)
    Merci pour ces indispensables romans anglais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas il est assez difficile de trouver ses romans, je me suis rabattue sur un seul en VO à la librairie, rien à la bibli, cela devient difficile! ^_^ C'est en 10/18 au départ je crois, donc en poche ça existe.

      Supprimer
  19. Oh, j'aime beaucoup Pym ! Je viens de lire quelques unes de ses nouvelles et ce roman-ci me semble parfait pour cet été. Je le note; merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les Barbara Pym sont parfaits, je le sens. J'en ai encore un que je garde sous le coude, pour plus tard...

      Supprimer
  20. Aaah cette fameuse Barbara Pym ! Encore un auteur où je me dis un jour, un jour, histoire de voir.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et là tu regretteras d'avoir attendu!!!

      Supprimer
  21. Je pense que le charme agit, en effet, beaucoup plus en VO. Ces subtilités toutes britanniques sont parfois bien mal rendues en français...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas je sens bien que oui... J'ai testé, c'est assez aisé à lire en VO!

      Supprimer
  22. Auteur inconnue au bataillon mais tu sais en parler avec enthousiasme.

    RépondreSupprimer
  23. rôo j'avais réussi à tenir une semaine sans acheter un livre, mais là, c'est fichu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste l'espoir que tu ne le trouves pas... Parce qu' hélas les bouquins de cet auteur ne courent pas les biblis et les librairies...

      Supprimer
  24. Je note cette auteur que je découvre par ta note ! Je serais en décalé du mois anglais mais il n'y a pas de mois pour les bons romans :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Barbara Pym se savoure à toute saison...

      Supprimer
  25. J'aime cet auteur. J'ai lu son journal - en anglais, non traduit : très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En préface on raconte son histoire, et les problèmes qu'elle a eus, livres non édités, puis tardivement, etc. En effet, son journal doit être intéressant, je ne savais pas qu'il existait!

      Supprimer
  26. Je ne suis pas fan de Pym. Effectivement, je retiens cette atmosphère british et ce goût des cancans mais ça ne me touche pas plus que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne n'est vraiment méchant dans cette histoire, un peu curieux quand même.

      Supprimer
  27. Ah l'ambiance pourrait fortement me plaire. Mais d'ailleurs je me demande si l'auteur n'est pas inscrit dans ma liste...

    RépondreSupprimer
  28. J'aimerai apprécier ce type de littérature mais bien souvent je m'y ennuie. Mais j'ai lu ton billet avant de trainer chez mon cher libraire et miracle il a 1 ou 2 titres de cet auteur (ce qui n'était pas gagné d'avance d'après ce que j'ai lu dans les commentaires) . Alors je me dis 'Why not?'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ta place j'aurais acheté! Quoique c'est tellement abordable en VO que je pense essayer de me les procurer petit à petit en anglais.
      Essaie en bibli si tu as encore des craintes.

      Supprimer
  29. J'ai trois Barbara Pym dans ma PAL et j'hésitais sur celui à prendre, et voilà que je tombe sur ton billet... alors hop dans ma valise pour ma petite semaine de vacances !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Pym il y a fort longtemps, et maintenant espère la dévorer de nouveau (et en VO si possible!). Tu as de la chance d'en avoir déjà trois, alors, enjoy!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !