vendredi 11 décembre 2015

Les tribulations de Maqroll le gabier : Ecoute moi, Amirbar

Les tribulations de Maqroll le gabier
Alvaro Mutis
Grasset, 2007


Après avoir lu La neige de l'Amiral, et découvert ce mystérieux Maqroll, gabier roulant sa bosse sur toutes les mers mais ne dédaignant pas quelques aventures au coeur des terres, j'ai craqué pour ce gros volume de sept histoires autour de Maqroll. Après Un bel morir, La dernière escale du tramp steamer et Ilona vient après la pluie (ce dernier titre est l'un des plus beaux que je connaisse), voici le suivant, le cinquième, donc...

Dans Ecoute-moi, Armirbar, traduit par François Maspero, le narrateur/ami de Maqroll  retrouve celui-ci fort malade. En Californie, venant de Vancouver et prévoyant ramener des cargaisons de pierre d'Amérique du sud. Au cours de sa convalescence, il raconte ses aventures dans les montagnes d'un pays longeant le Pacifique, en proie à des troubles, l'armée recherchant brutalement des révolutionnaires et se méfiant des étrangers. Maqroll, au passeport chypriote (lui ne l'est vraisemblablement pas) réussit à passer à travers les problèmes. Son objectif là-bas est de rechercher de l'or dans des mines abandonnées près d'un village nommé San Miguel. Encore une fois, de fort belles figures de femmes traversent l'histoire (ah Dora Estela!), intense, avec échappées sur d'autres aventures narrées dans d'autres titres.

Mais peu importe, ce qui compte, c'est une ambiance particulière, et cette façon fabuleuse qu'a Alvaro Mutis de raconter des histoires.

Des trucs comme ça, par exemple, "Oui, à Rangoon : à l'époque, je m'étais embringué dans une affaire de bois de teck avec des associés anglais plus fourbes qu'un faux derviche." ou "De Vancouver j'ai gagné la Basse-Californie et là, je me suis livré au cabotage dans le golfe de Cortès, sur un bateau dont je suis devenu le propriétaire en association avec deux individus d'origine croate qui ont fini par me laisser sur le sable." Ma machine à imaginer est immédiatement en route!

Au détour d'une page je découvre une description de Maqroll, "son allure de convalescent sans foyer, avec son maillot bleu clair que je lui avais connu en d'autres temps, son ample vareuse bleu marine aux boutons de cuir noir achetée dans Dieu sait quelle friperie d'un port de la Baltique; sa casquette de marin noire d'où s'échappaient, sur les côtés, les mèches rebelles et emmêlées d'une chevelure indomptée; ses yeux agrandis, avec cette expression d'alerte permanente de celui qui a vu plus de choses qu'il n'est permis aux hommes d'en voir; et à la main son éternel sac, dans lequel il emportait deux rechanges de vêtements aussi fatigués que ceux qu'il avait sur lui,(...) et trois ou quatre livres qui ne le quittaient jamais." (lecteur acharné, il possède une histoire des chouans, les Mémoires d'outre-tombe, les Mémoires du prince de Ligne, celles du cardinal de Retz,  ... et un roman de Simenon)

Éternel aventurier, en errance, sans pouvoir se fixer, plus à l'aise sur un bateau qu'à terre... Actuellement je suis en train de terminer le gros volume de sept titres, toujours sous le charme. 

Pile poil dans Lire sous la contrainte  nouvelle session.

18 commentaires:

  1. Pfiou, aventurier certes, mais je n'ai pas l'impression que je m'y retrouverais là-dedans. Ça doit être rapport à la mer. Toujours eu du mal avec les aventuriers des mers ! (puis je dois préserver ma PAL aussi ;-) ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, en fait, à me souvenir, ce qui est raconté se passe dans un port ou à l'intérieur des terres (quoique, le premier, sur un fleuve), donc tu n'as pas les tempêtes, les larguez les machins ou carguez les trucs, c'est garanti! Siiii, lis-le, ça te fera un Colombien!

      Supprimer
  2. J'ai La dernière escale du tramp steamer et Ilona vient après la pluie (j'aime aussi beaucoup ce titre) dans ma PAL, pour une prochaine envie d'Amérique du Sud ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de terminer la totalité des aventures, en fait, et ça forme un chouette tout, maintenant je le sais; Je compte proposer pour le prochain billet (un jour?) une lecture d'Alvaro Mutis, dans le cadre de Lire le monde de Sandrine. Tu vois, là je lance l'idée, ensuite je donne le temps.

      Supprimer
  3. pas certaine d'être sensible à ce genre de récit, je fais dans le romanesque en ce moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est du vrai roman, avec ouverture de l'imagination, et fort bien écrit! Allez, essaie un auteur colombien... ^_^

      Supprimer
  4. tu m'intrigues ! on te sent enchantée!

    RépondreSupprimer
  5. Un auteur colombien, parcourir les océans, ça donne envie ! 7 histoires, je note 886 pages.. ça me plairait bien mais tu as vu ma PàL ? Quand tu dis "craquer" tu l'as acheté ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait on ne le voit pas trop sur les océans, ses aventures se déroulent dans les ports ou dans le terres (mais vraiment partout!).
      Tu peux juste lire le premier, La neige de l'amiral (existe en poche et sûrement en bibli)
      Ensuite j'ai craqué pour le gros, oui. Excellent rapport qualité prix, je l'ai lu en plusieurs années... ^_^

      Supprimer
  6. a,e,i,o,u : elles sont toutes là !
    Quel titre!
    Une série que tu apprécies apparemment.
    Facile, mon challenge, non?
    Le lien est noté. Merci pour ta participation et bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir vérifié! Je venais juste de lire ce roman...Pas si facile, ce challenge, pour l'instant je n'ai pas d'autre titre!

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup cet auteur :) il est prévu dans mon petit avent littéraire pour Un Bel Morir ! Jolie coïncidence de lecture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton soutien! ^_^ J'ai terminé les sept petites chroniques, maintenant, et c'est vraiment le genre de lecture que j'aime! Un bel morir est forcément de qualité...

      Supprimer
    2. Oui il est très bien.Du coup, je vais essayer de lire d'autres récits, et zapper le billet, pour plus tard.

      Supprimer
    3. Quand tu arrives à la fin, tu t'aperçois qu'il y a une unité, mais chaque partie peut se lire tranquillement toute seule.

      Supprimer
  8. bon je fais le tri en ce moment , je ne mets pas celui-là au programme sans que je sache bien dire pourquoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tort! ^_^(et tu n'y échapperas pas, j'ai déjà un autre billet sur les deux derniers bouquins!)

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !