vendredi 24 juin 2016

Brillante

Brillante
Stéphanie Dupays
Mercure de France, 2016




Rien qu'à voir les chaussures sur la couverture, je savais que le monde de ce roman n'était pas le mien! ("La bride lui cisaille les chevilles, la cambrure distend à l'excès le cou-de-pied, une crampe au mollet lui coupe la respiration.") Seulement, quand on travaille chez Nutribel, tout compte!!! Après de belles études, classes préparatoires, puis La bonne grande Ecole, Claire a décroché le job qu'elle voulait, qu'elle méritait; elle aime se rendre au bureau, elle aime l'ambiance, elle se donne à fond. Avec Valentin, son compagnon, ils forment un beau couple, tout roule, tout baigne.

Son milieu parental est provincial et simple, sa sœur, plus artiste, la moque gentiment de ses tics de langage marqués par le monde de l'entreprise. Mais Claire est heureuse de sa belle vie brillante de jeune femme brillante.
Pourtant insidieusement, au bureau, tout change pour elle, les dos se tournent, elle est placardisée.

Coup de chapeau à Stéphanie Dupays pour ce court roman sur un monde qu'elle doit bien connaître pour en décrire la violence sous-jacente. Sa langue est précise, incisive, elle décortique et ausculte. On en sort estomaqué et un poil effrayé. Glaçant.

"Le DRH lui demande pourquoi elle a inscrit 'Littérature' dans la case Loisir de son CV. Claire désamorce immédiatement la présomption d'intellectualisme car dans l’entreprise s'adonner à une activité aussi inutile que la lecture vous classe dans la catégorie des intellectuels non assimilables à la chaîne de production : 'La narration est au cœur du marketing. Les consommateurs n'achètent pas du soda, de la lessive, ils achètent une belle histoire.' Claire a visé juste. Elle sourit, tentant de reproduire la décontraction des gens qui n'ont rien à cacher."

Les avis de cathulu, motspourmots, le petit carré jaune, sophielit, joelle, cuné,

40 commentaires:

  1. Réponses
    1. Les parquets et les ostéopathes leur disent merci... Mais c'est classe... Il paraît aussi que trop plat ce n'est pas bon pour le dos.

      Supprimer
  2. Glaçant, c'est le mot! Sans le dire, ce roman évoque un truc qui devient d'actualité, le "bore-out".

    De manière plus théorique, un certain Christian Bourion a aussi abordé ce thème dans un essai qu'il faudra que je lise... et, avant, que je trouve.

    Et oui, la couverture de "Brillante", avec ces chaussures laquées à talons interminables, c'est quelque chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le bore out, merci de me rappeler le terme exact (et anglo-saxon...). Boaf, à sa place j'aurais tenu quelques mois à relire Proust et suivre des cours en ligne, etc... Après, oui, c'est long et culpabilisant. Quoique. Là on touche à plein de sujets personnels!
      Les talons interminables? J'ai déjà vu ces chaussures portées (pas pour marcher longtemps non plus)

      Supprimer
  3. le thème ne m'attire pas du tout ( je fuis!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est loin loin de mon vécu mais j'ai fait confiance aux billets de blogs.

      Supprimer
  4. Tu ne me verras jamais avec pareilles échasses non plus ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brrrr! je marque trop et trop vite pour ça! Mais à essayer en magasin, ça vous change une femme! ^_^

      Supprimer
  5. Alors là pour le coup je suis comme toi, c'est à des années lumière de mon monde (et ça ne me donne pas envie de m'y frotter).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que l'Education Nationale soit concernée (pour l'instant?)

      Supprimer
  6. ah oui je l'ai vu passer .. mais que tu lis vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh moins de 200 pages, et lues il y a déjà quelques semaines...

      Supprimer
  7. Bonsoir Keisha, je suis sûre que ce roman va me plaire. J'apprécie les histoires qui se passent dans le monde (impitoyable) de l'entreprise. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impitoyable oh oui. Si moi qui en suis fort loin ai apprécié, toi tu vas aussi vraiment aimer et grincer des dents...

      Supprimer
  8. J'avoue que la couverture a tendance à me freiner mais visiblement je me trompe... A voir donc ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai placé un passage avec talons bien hauts, sans doute le couverture est évocatrice de ce passage. Mais c'est sûr que ces hauts talons font penser à d'autres directions...
      Tu peux y aller dans cette lecture!!!

      Supprimer
  9. Bon, je crois qu'il va falloir que je le lise, quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand même quand même. Et il est court; bon premier roman!

      Supprimer
    2. Mais oui, premier roman, il fait partie des 68 alors.

      Supprimer
  10. Bon sang, mais pourquoi est-elle placardée ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas vraiment (j'aurais parié pour un burn out de sa chef quelques pages avant, et puis non, la chef se met à l'ignorer). Il s'agit surtout de voir les conséquences dans la vie professionnelle et personnelle de l'héroïne.

      Supprimer
  11. Comme quoi la couverture est trompeuse, ça n'a pas l'air niais du tout ! J'aime bien ces peintures de la société sans concession...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas niais du tout, bien écrit, crédible. A découvrir.

      Supprimer
  12. Alors là, si je m'attendais à trouver une couverture comme ça ici, haha. Je croyais que t'étais partie à la découverte des romans type 50 shades ! Bon sinon, lecture sur l'univers impitoyable de l'entreprise, ça me sort pas trop de mon quotidien, et puis j'en ai lu quelques-uns comme ça aussi alors bon, objectif Proust !;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 50 shades, là franchement je n'y crois pas trop ... Ou alors un challenge , pour un billet destructeur...
      Bon roman, ce Brillante, tu sais.
      Proust, oui, on se motive. J'ai démarré la présentation de mon volume, mais pas le roman.

      Supprimer
  13. L'un de mes premiers romans préférés dans l'aventure des 68 premières fois. Vraiment efficace et bien mené. D'autant plus glaçant que l'auteure ne tombe pas dans la facilité ou les bons sentiments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fort bien saisi comme ambiance et réactions, sans trop en faire! Même la fin (qu'on aurait pu espérer autre) est intelligente et crédible.

      Supprimer
  14. Etonnament, il ne me dit pas du tout :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais toi une idée, tu verras! A priori ce n'était pas du tout mon créneau de lecture...

      Supprimer
  15. Ah oui, alors c'est ça ? Pas mon monde non plus... Mais j'aime l'extrait cité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas le mien non plus, mais j'ai dévoré ce roman...

      Supprimer
  16. Ah oui ? C'est bien ce roman ? A priori, pas tentée, parce que loin du monde qui est le mien. Mais j'aime bien la citation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien, même (krol, ton commentaire passe!)

      Supprimer
  17. titre et couverture me font fuir et malgré ton avis, je vais continuer à fuir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture peut faire penser à un autre genre de roman, mais crois moi, le roman est TB et après tout, la couverture convient quand même.

      Supprimer
  18. L'extrait choisi est glaçant en effet, du coup, j'ai bien envie de lire ce roman. D'autant que la placardisation, j'ai vécu ça un an et demi, une chef qui ne pouvait pas me voir, c'était réciproque d'ailleurs. J'ai tenu bon (même pas un petit arrêt pour dépression ;-), en partie grâce à quelques collègues et à ma famille bien sûr, et finalement, c'est elle qui a jeté l'éponge et qui est partie. Parfois, il y a une justice. Parfois... et je suis curieuse de voir comment ça se termine pour le personnage du livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf oui parfois il y a une justice!!! Collègues, famille (et toi aussi!) ont joué leur rôle... Tous les cas sont différents, ça dépend dans quel cas on est, familial ou professionnel... Même dans l'éducation nationale (je ne connais guère que cela), peut y avoir des petits chefs.
      Lis le livre, je ne veux pas te raconter l'histoire. Mais j'espère que ça ne va pas te bousculer?

      Supprimer
  19. Ah le monde cruel de l'entreprise. Enfin, monde cruel tout court.
    Pourquoi pas,puisque tu précises bien que c'est un court roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, hé oui...
      Moins de 200 pages...

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !