mercredi 29 juin 2016

Comment j'ai sauvé la planète



Comment j'ai sauvé la planète
L'écologie appliquée à la vie quotidienne
Sophie Caillat
Pocket, 2016


Comme chacun sait, notre planète est mal partie si on continue ainsi. L'auteur a donc décidé de tester pour nous quelques solutions, entraînant sa famille parfois rétive à ses expériences, heureusement pas toujours de longue durée. Le vélo, le bio, le tri, la naturel, la douche plutôt que le bain, la gourde au lieu de l'eau minérale, la Ressourcerie, la Mooncup, le vegan, la lombricompostage, les couches lavables, le bicarbonate de soude, etc. Avec des flops, mais pas que et je pense qu'elle a gardé quelques changements.

Avec humour, elle décrit donc ses expériences, les discussions avec sa famille, ses rencontres avec les responsables de divers mouvements.

Elle habite Paris (mais heureusement réalise qu'en province ne garder que le vélo, ça peut être un peu raide pour aller travailler). Mon problème c'est qu'on passe d'une idée (excellente) à l'autre et même si c'est bien détaillé on ne sait plus trop quoi décider, tellement le problème est vaste! A moins de revenir sur un chapitre précis selon ses besoins ou envies du moment?

Je retiens quand même ce qui m'avait impressionnée dans Zéro déchet, à savoir que "ne pas produire de déchets est une bien meilleure idée que les recycler" (dans ma petite ville, à part les bacs et la déchetterie, chacun fait comme il veut dans sa poubelle, de toute façon on paie la même somme!)(et ce n'est pas toujours aisé de comprendre tous ces sigles)  et tenter de supprimer l'emballage au maximum.

"Parfois je me dis que si la collectivité veut me motiver, il y a un moyen assez efficace : l'argent. Ainsi la consigne du verre s'est longtemps avérée très utile pour le collecter." Rien que lutter contre les emballages, c'est du boulot, je le ressens quotidiennement!

26 commentaires:

  1. "Rien que lutter contre les emballages, c'est du boulot, je le ressens quotidiennement!" je suis entièrement d'accord !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue être bien loin du top zéro emballage!
      Tiens, hier la pharmacie m'a donné un sac en tissu à réutiliser pour les médicaments. Je leur ai rappelé que de toute façon j'avais déjà mon "petit panier" comme d'habitude, mais pour les bouquins, on n'a jamais trop de sacs... ^_^

      Supprimer
  2. Pas du tout envie de lire ce genre de choses. L'air de rien, il y a un coté donneur de leçon qui me hérisse au plus haut point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment ce côté là, surtout qu'elle est la première à dire ce qui ne fonctionne pas... Mais ça peut donner des idées.

      Supprimer
  3. Moi, je suis intéressé par ce genre de livre. Il est grand temps qu'on se préoccupe de notre pauvre planète!
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est court et peut être une introduction - ou un résumé, avant des lectures plus approfondies ou un changement de cap.

      Supprimer
  4. Sur ce sujet je préfère l'action à la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact! Il y a des blogs intéressants aussi sur le sujet (des gens qui se sont vraiment lancés à fond)

      Supprimer
  5. je vais voir si la médiathèque l'achète, en voyant ton titre j'ai cru que tu te prenais pour Ségolène :-)))))
    je suis aussi sensible au sujet, je composte depuis quelques mois mes déchets organiques et ça marche et me fournit de l'engrais naturel
    j'ai acheté le film Demain mais ne l'ai pas encore visionné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un petit poche assez basique et pas très détaillé, mais ça peut aider à aller plus loin? Sur le sujet il y a plus costaud, c'est sûr.Mais là c'est amusant à lire.
      Bravo pour le compost! Je n'en suis pas encore là (et je pourrais!)
      Je me contente d'éviter les emballages...
      Demain, ah oui, tiens s'il est déjà en DVD c'est bien.

      Supprimer
  6. Ah Zéro Déchet mazette, c'est une vocation ! J'essaie d'en produire moins, c'est effectivement beaucoup mieux que de recycler, mais ça commence par une réorganisation de mes placards de cuisine : je stocke toutes les boîtes plastique qu'on me donne au marché, à la boucherie...etc puis les ramène la fois suivante (il faut donc stocker les boîtes vides) pour qu'on me serve. Et je m'en sert aussi bien sûr au magasin bio où on me pèse mes boîtes avant que je me serve... Les commerçants m'en félicitent mais je ne vois pas beaucoup de gens qui font de même. Je garde aussi bien sûr les sacs papier et plastique (j'ai un sac à pain !) et les bouteilles (pour le lait cru !).
    Bref, c'est toute une organisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je possède déjà des petits bocaux et des paniers en osier, mais il faudrait des sacs tissus (je n'aurais pas dû jeter mes vieux t shirt, tiens), les boîtes plastique c'est moins lourd...
      Bien sûr on peut réutiliser les sacs papier (et plastique si l'on en a!)
      La pharmacie vient de donner un sac tissu...
      Evidemment il faut s'organiser, c'est sûr, et parfois se sentir bien seul.^_^ Merci à toi!

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Ah y suis-je allé? Merci du renseignement. Je suis aussi un blog zéro déchet, une famille française...

      Supprimer
  8. Un livre à mettre entre toutes les mains. Je réduis le plus possible mes déchets, surtout en ce moment où il y a une grève des ramassages de déchets. Un cauchemar !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est là qu'on réalise qu'on jette un peu trop... Mais en ville, c'est difficile, à moins d'avoir un circuit de jardiniers?

      Supprimer
  9. En lisant ton billet, j'ai l'impression que l'auteur évite justement ce côté donneur de leçons dont parle Jérome. Je me trompe? Etant assez portée sur la thématique, je ne suis pas sûre d'en apprendre beaucoup, mais si je tombe dessus, je jetterais sûrement un oeil ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur est la première à voir les difficultés de certains choix et n'est pas donneuse de leçons. Après, si on connaît déjà un peu le sujet, ça peut servir de résumé ou piqûre de rappel.

      Supprimer
  10. Moi je pars du principe que de toute façon, pour la planète, c'est trop tard et qu'en plus, tant que ceux qui tiennent les ficelles de l'économie et de la production n'y mettent pas du leur, ce n'est pas nous seuls qui parviendront à changer la donne... En fait, c'est plus pour soi à notre niveau, on peut se dire, au moins moi je ne participe pas à l'assassinat de la planète. Mais bon, une prise de conscience et un effort collectif, c'est toujours bon à prendre on va dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on regarde certains dirigeants, certaines personnes et certains pays, c'est sûr qu'on a l'impression de n'être qu'inutile... Mais bon, par exemple, si tu prends ton vélo au lieu de ton auto (je parie que tu n'as aucun des deux, c'est juste une image) c'est bon pour TA santé à toi tout de suite.

      Supprimer
  11. Très sensible à ce thème depuis très longtemps, j'avoue qu'il n'est pas toujours aisé de s'y retrouver dans le recyclage et que parfois, pas flemme, il est plus facile de se laisser un peu aller

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tri en déchetterie ou containers, ça peut aller, on s'y retrouve bien. Mais en ce qui concerne les grosses poubelles ramassées régulièrement, par chez moi, c'est 'tout y va'!

      Supprimer
  12. Je crois que si ce genre de livre peut aider à conscientiser les gens, c'est déjà beaucoup. Chacun doit faire son petit bout de chemin...
    Je me souviens de la sortie de "Zéro déchet", que je serais très curieuse de découvrir un jour..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, parfois ce n'est pas difficile de faire un petit geste auquel on ne pensait pas.
      Zéro déchet est paru en poche, je l'ai acheté pour l'avoir ici!

      Supprimer
  13. C'est le genre de problème où tout le monde est d'accord sur le principe, mais la mise en pratique se heurte aux habitudes quotidiennes difficiles à changer. On préfère les comportements faciles, la négligence, tant qu'il n'y a pas d'amendes.
    Mais comment pénaliser de manière juste et quel coût aura le contrôle pour la collectivité ?
    «D'accord pour sauver la planète mais encore des nouvelles taxes ! »s'écrie-t-on.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on paie déjà pour nos propres négligences (consommation eau, électricité, chauffage) , mais on accepte moins de payer pour celles des autres, non?

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !