mercredi 30 novembre 2016

Le cornet acoustique

Le cornet acoustique
The ear trumpet (The hearing trumpet?)
Leonora Carrington
Flammarion, 1974
traduit par Henri Parisot


Leonora Carrington (1917, Angleterre-2011, Mexique) était totalement inconnue de mes services lorsque Fanja a fait part de son enthousiasme pour The hearing Trumpet (son billet) La dame est à la fois romancière et peintre, et a eu une vie bien remplie, voir wikipedia. Quant au roman...D'après la préface une seule copie en existait, que le préfacier remit à un conseiller culturel, et qui fut définitivement égarée. Mais! Des années plus tard l'auteur retrouva une autre copie, l'envoya au traducteur, justement, et le roman fut traduit et parut en français avant même l'anglais.

C'est parfaitement le genre de roman dont un résumé ne donne pas vraiment une idée exacte. Marion Leatherby, 99 ans (en VO il paraît que c'est 92) vit avec sa famille, en bonne santé, mis à part une petite surdité, d'où le cadeau d'un cornet acoustique de la part de son amie Carmella. Ce qui lui permet d'entendre une conversation où elle apprend qu'elle gêne et sera placée dans un établissement pour personnes âgées. Son rêve de découvrir la Laponie semble compromis, puisque tout cela se déroule au Mexique.

Jusque là tout paraît normal, n'est-ce pas? Carmella est bien un poil fantasque, Marion a des opinions étonnantes parfois, mais l'histoire va plonger dans, quoi? le fantastique? je ne sais pas; le surréalisme? sans doute puisque l'oeuvre de Leonora Carrington est cataloguée ainsi... Un final avec loups-garous (ou loups?), le graal chez les Templiers, des trucs ésotériques auxquels je n'ai rien compris, peu importe, je me suis bien amusée, parfois c'est du vrai délire, mais factuel et sérieux. L'arrivée de Carmella vers la fin, ses idées baroques en général, ça vaut le déplacement! J'ajouterai l'histoire gouleyante de Dona Rosalinda en plein milieu (Fanja tout comme moi trouve cela fort 'Don Quichotte').
Une grande expérience de lecture, où pas grand chose n'est épargné au lecteur (même pas la neige au Mexique). Pour lecteurs ne craignant pas un poil de fantaisie, quand même.

"je suis sûre que ce serait très agréable et très salutaire pour les humains de n'être soumis à aucune autorité. Il leur faudrait penser par eux-mêmes au lieu que ce soit la publicité, le cinéma, la police et les parlements qui leur disent ce qu'il convient de faire et de penser."

http://next.liberation.fr/arts/2011/05/27/deces-de-leonora-carrington-l-ultime-surrealiste_738787
Dans sa maison à Mexico

22 commentaires:

  1. Ça me semble tout à fait intéressant ça... Mon prochain billet concernera un roman d'Angela Carter qui est elle aussi une femme farfelue, proche du surréalisme : ah ces femmes, quelle imagination !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (pffff, un saut sur le site de la bibli, et PAL plus 1, avec Angela Carter)
      Je te recommande fortement ce cornet acoustique, idéal pour Mes imaginaires, tu l'as bien senti!

      Supprimer
  2. Un poil de fantaisie ou du carrément déjanté ! j'ai l'impression que tu édulcores un peu là, pour ne pas nous faire trop peur ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de particulier dans l'écriture (à part que ça file très bien!) donc la fantaisie passe fort bien. Une curiosité, pas mal du tout (merci Fanja, *soupirs)

      Supprimer
  3. rien que pour le titre,; je note!

    RépondreSupprimer
  4. Un peu particulier à mon goût, et de plus pas trouvable dans mes bibliothèques... je passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi, si ces trucs là ne sont pas en bibli, j'ai tendance à passer. Mais on ne sait jamais! ^_^

      Supprimer
  5. j'aime beaucoup la citation en fin de billet, une femme rebelle ! j'adore ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plein de citations... Dans son billet Fanja en donne plus (en anglais)

      Supprimer
  6. Haa ! ZE billet attendu ! Merci d'avoir cédé à la curiosité (mais je te fais confiance pour ça), nous serons au moins deux à pouvoir en parler haha ! " je me suis bien amusée, parfois c'est du vrai délire, mais factuel et sérieux" C'est exactement ça ! Aaah et Carmella et Dona Rosalinda, épiques ces deux personnages ! Une expérience de lecture particulière mais j'ai trouvé qu'on gardait bien ses repères malgré les touches surréalistes. En tout cas, cette auteure me fascine, tellement elle-même sort des sentiers battus.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre, c'est vrai que pour pouvoir le lire ce livre-là, c'est soit en anglais, soit il faut avoir la chance de le trouver à la bib'... Il faudrait qu'un éditeur pas trop frileux le remette au goût du jour, comme Monsieur Toussaint Louverture avec Watership Down.;-)

      Supprimer
    2. Tu penses bien que ma curiosité est toujours active! (surtout quand le bouquin est à la bibli). Carmella est de plus en plus présente au fur et à mesure de l'avancement du roman, et ses suggestions sont complètement à l'ouest (et c'est Marion qui joue la raison, c'est fort, ça)
      J'ai aussi lu une de ses nouvelles, je t'en ai parlé, mais j'avais trop de livres à lire par ailleurs.

      Supprimer
    3. Oui, carrément un job pour les éditeurs comme Toussaint Louverture... (et le billet sur les lapinous, il va sortir du terrier?)

      Supprimer
    4. Oui, il hiberne un peu mais il devrait sortir d'ici la fin de la semaine prochaine.:-)

      Supprimer
    5. On en a si peu sur les blogs (en revanche les journaux s'y sont bien mis, et de toutes catégories) qu'il faut en parler!

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Déjanté, non je ne dirais pas, on a l'impression d'une histoire racontée 'normalement', ce sont les détails qui sortent de l'ordinaire; je me suis finalement bien amusée.

      Supprimer
  8. Bon, bah, je note ! C'est fou le nombre de parfaits inconnus géniaux que recèle la littérature. Heureusement que tu es là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce coup là, je rends hommage à Fanja, qui a mis la main dessus la première (conseillée par je ne sais pas trop qui d'ailleurs); le plus difficile, souvent, est de mettre la main sur un exemplaire.
      J'aime beaucoup les découvertes totales et les conseils de lecture.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !