lundi 22 mai 2017

La rabouilleuse

La Rabouilleuse
Honoré de Balzac
Cercle du biblophile


J'ai juste appris que le titre donné en traduction anglaise est The black sheep (le mouton noir) et franchement, c'est finalement un excellent titre! Parue en plusieurs parties au début des années 1840, l'oeuvre appartient aux Scènes de la vie de province, et, s'il y apparaît bien une rabouilleuse, ce sont les figures de deux frères qui en ressortent tout du long. Ou bien un célibataire dont l'héritage suscite des convoitises. Il paraît que si dans un roman le méchant est réussi, le roman aussi, alors là on est gâté, il y a deux méchants... (en fait c'est plutôt pour les films, selon Hitchcock, mais bon, on voit l'idée)

A l'origine de cette relecture (lecture commune avec Fanja), il y a un passage à Issoudun pour découvrir quelques toiles de Zao Wu Ki lors d'une caniculaire journée d'août 2016. Et comme je me souvenais que La rabouilleuse se déroule à Issoudun, hop c'était parti, LAL +1. Oui, il ne nous faut pas grand chose...

"Rabouiller est un mot berrichon qui peint admirablement ce qu'il veut exprimer : l'action de troubler l'eau d'un ruisseau en la faisant bouillonner à l'ide d’une grosse branche d'arbre dont les rameaux sont disposés en forme de raquette. Les écrevisses effrayées par cette opération, dont le sens leur échappe, remontent précipitamment le cours d'eau, et dans leur trouble se jettent au milieu des engins que le pêcheur a placés à une distance convenable. Flore Brazier tenait à la main son rabouilloir avec la grâce naturelle à l'innocence."

Flore, donc, la Rabouilleuse, n'arrive qu'au milieu du roman, attirant l'attention du père de Jean-Jacques Rouget et d'Agathe Bridau, deux frère et soeur ne s'étant pas vus depuis des décennies. Auparavant Balzac nous régale des aventures d'Agathe à Paris, son veuvage de Bridau, sa préférence pour son aîné Philippe, militaire de métier et voyou de A à Z, et son incompréhension du talent de Joseph, son cadet, peintre peinant à être reconnu.
Jean-Jacques Rouget hérite toute la fortune de son père, et tombe sous la coupe de ladite Rabouilleuse, qui le mène par le bout du nez. Mais elle va tomber amoureuse d'un certain Max, militaire et voyou tout autant que Philippe.
Il faut agir vite, l'argent risque de tomber dans l’escarcelle de Flore et Max, arrivent donc à Issoudun les 'parisiens', les Bridau, quoi...

Cela paraît compliqué, mais Balzac mène bien son lecteur (je me suis quand même demandé quand le roman allait commencer, j'attendais la rabouilleuse du titre) et tout ce qu'il raconte est intéressant, vivement mené, et on s'amuse fort la plupart du temps. Cela forme finalement un tout (ouf!) et l'amateur de Balzac prend plaisir à reconnaître des figures de passages, des noms connus de la Comédie Humaine. Voilà donc un 'classique' laissant un bon goût en bouche.

Deux petits passages qui m'ont amusée
"Florentine a sa mère; tu comprends que je n'ai pas les moyens de lui en payer une, et que la bonne femme est sa vraie mère." (oui, ces actrices et femmes du demi-monde...)

"Vous ne savez pas ce qui se passe dans ces ateliers! Les artistes y ont des femmes nues.
-Mais ils y font du feu, j'espère."

Clin d'oeil avec notre présent :
"Il exista de 1815 à 1823 , et peut-être plus tard, un bouchon tenu par une femme appelée la mère Cognette."
Hé bien le restaurant La Cognette existe toujours, mais depuis que Balzac le fréquenta, les tarifs se sont bien envolés.
Je me suis amusée aussi de ce
"Hochon, jadis receveur des tailles à Selles en Berry, né d'ailleurs à Issoudun, était revenu s'y marier avec la soeur du subdélégué, le galant Lousteau."

24 commentaires:

  1. Tiens, Balzac redevient à la mode, Dominique en a lu un récemment ! Vous allez finir par me donner vraiment envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dominique en lit régulièrement (et elle a raison). Sur La rabouilleuse, c'est en août 2016 que la décision s'est prise.
      Je te conseille Balzac, il y a de quoi trouver ton bonheur.

      Supprimer
  2. Pas encore lu celui-ci ! Et pourtant j'aurais dû, vu la présence du peintre. Je ne suis pas très sérieuse... mais son tour viendra !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au départ, on l'a lu à cause d'Issoudun. ^_^ (mais une relecture pour moi)

      Supprimer
  3. J'ai malheureusement lu trop peu de Balzac...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh cela peut facilement s'arranger! ^_^

      Supprimer
  4. oh que cela tombe bien car c'est un Balzac que je n'ai jamais lu ! chouette
    je me suis plutôt orientée vers les nouvelles car je n'en avais pratiquement lu aucunes mais j'ai aussi des lacunes côté roman
    j'avais aimé Balzac dans ma jeunesse mais je n'y étais pas beaucoup revenue mais là maintenant je suis en train de devenir totalement accro

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, contente que tu découvres (tu tentes pas mal aussi). Ce roman fait dans les 350 pages, donc raisonnable.
      J'ai lu Balzac à périodes assez régulières...

      Supprimer
  5. Bonjour Keisha, je ne l'ai jamais lu mais tu donnes envie, d'autant plus que je passe à côté d'Issoudun quand je descends à Limoges. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  6. Rabouiller : j'ai appris un nouveau mot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi! Parce que sinon, on ne l'utilise plus trop.

      Supprimer
  7. Je me suis amusée aussi à la mention dans ton dernier extrait.:-) Tu as bien réussi à résumer le roman dans ses grandes lignes, sans trop t'étaler, bravo ! Un superbe roman quand même, cette Rabouilleuse, franchement, ça devrait être plus lu, comparé aux autres classiques.
    Aaah la Cognette, quand tu m'as dit que ça existait toujours, j'ai regardé sur le net, bon, c'est gastronomique, quoi. Ça a l'air très bon en tout cas.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le Berry jusqu'au milieu 19ème siècle, je crois!
      Un roman parfaitement 'lisible', exactement. J'avoue m'être bien amusée, en dépit des drames.
      Pour La cognette, sûrement excellent, mais faut faire chauffer la CB.

      Supprimer
  8. Les extraits m'amusent et rappellent que Balzac est très lisible aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est en plus un Balzac 'local' puisque j'habite vraiment pas loin!
      On se fait une fausse idée de l'auteur, qui peut réjouir encore le lecteur moderne.

      Supprimer
  9. C'est pas peu dire que le titre de ton billet m'a filé un coup de vieux : j'ai lu la Rabouilleuse en 4eme et c'était pas hier ^^ Je m'en rappelle car cette année là j'avais découvert le Lys Dans La Vallée et du coup grosse passion pour Balzac ! J'ai une grosse période ou je culpabilisais de presque le préférer à Zola (qui correspondait plus à mes idéaux politiques dans ses sujets (non je ne suis pas folle))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin quelqu'un qui avait déjà lu La rabouilleuse! Ma première période de passion pour lui remonte à quand j'étais en 3ème... La période Zola c'était en gros de 17 à 25 ans, j'ai lu tous les Rougon Maquart.
      C'est comme Flaubert/Stendhal, le préféré varie au cours des ans.
      Tout cela pour dire qu'il y a de la qualité dans nos classiques, et que cela peut être fort plaisant à lire aussi.

      Supprimer
  10. Je suis jalouse ! PAs encore lu encore moins relu ! Je n'ai aps fini mes cycles zolien et balzacien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire tout Balzac me semble un projet de longue haleine, mais on peut en lire un de temps en temps. Allez, courage! ^_^

      Supprimer
  11. Je crois bien que je n'ai jamais lu Balzac !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement c'est possible, je me demande si on en étudie encore durant les études (ah dommage!)

      Supprimer
  12. Je ne connaissais même pas ce titre de Balzac ! En même temps, avec Balzac, on est brouillé depuis mon cauchemar du Père Goriot en 4ème. Mais, mais, comme on finit un jour par se dire qu'avec un peu plus d'âge, on est peut-être un peu plus prête à ce genre de lecture, j'ai dans ma PAL livres Audio "Les chouans". Donc peut-être que je me réconcilierai avec Honoré et voire plus, si affinités !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait, il faut lui laisser une chance. Etudier Balzac de force, c'est dommage. ^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !