lundi 30 octobre 2017

Une bouche sans personne


Une bouche sans personne
Gilles Marchand
Points, 2017



"Je ne sais pas dans quelle mesure être en représentation m'aide à me livrer chaque fois davantage, à m'avancer vers le cœur de l'histoire. La présence de tous ces anonymes me permet de me détacher de ce que je leur raconte. A travers eux,  mon histoire devient une histoire. C'est peut-être ce dont j'avais besoin pour avancer. Je ne suis plus qu'une bouche, une espèce de lien avec un autre temps qui se dépossède de ce qu'il a sur le cœur. Mon histoire leur appartient et se mêle de ses propres souvenirs. Chacun en fera ce qu'il voudra, chacun a son propre Pierre-Jean qui entre en résonance avec le mien."

Années 80. Chaque soir Sam, Thomas et le narrateur se retrouvent dans le café tenu par Lisa. Sam et Thomas possèdent des cicatrices invisibles, Lisa, on ne sait pas, tous en sont secrètement amoureux, en tout cas le narrateur l'est, dont le bas du visage et le corps est marqué d'une cicatrice dissimulée soigneusement sous une écharpe.

Que s'est-il passé? Pourquoi ce retrait, cette peur des regards? Cette vie étriquée de comptable fuyant ses collègues? Un soir sa parole commence à se délier, sous le regard amical de Sam, Thomas et Lisa. La pelote commence à se dérouler avec l'histoire de son grand père Pierre-Jean.

Pas question justement de tout dévoiler. De toute façon le roman n'est pas que le récit de certains événements, et tant mieux. Je me suis amusée à suivre la vie dans les bureaux (assez caustique), les rencontres avec la boulangère (un poil farfelu, et drôle, et bien vu), les sorties de la femme au chien, l'accumulation des sacs poubelle dans le hall et l'escalier de l'immeuble (j'adore quand on pousse au bout une idée délirante), le succès des soirées dans le bar (pareil, ça évolue sans être bridé). Bref plein de petits détails bien vus, dont certains trouveront une place dans le récit du drame. Un bain de fantaisie qui fait passer (un tout petit peu) l'horreur finale et s'ouvre sur un futur meilleur.

"Ma boulangère, comme toutes les boulangères, reste fidèle au seul temps qu'elle connait : le futur. 'Et avec ça vous prendrez', 'ça vous fera cinq francs.' Quelle est la règle et d'où vient cette exception de conjugaison, ce privilège autorisant les boulangères à ne jamais utiliser le présent et à bénéficier d'une quasi-exclusivité sur le futur? Se rendent-elles compte qu'elles plongent leurs clients dans les méandres parfois complexes de la concordance des temps? Ils ne savent pas s'ils sont, à leur tour, obligés de parler au futur ou s'ils ont une autorisation tacite d'utiliser le présent."(etc.)

Les avis de Charybde, Noukette, Ys, luocine,

38 commentaires:

  1. Classé en "feel good book" chez moi et apprécié : ça tient du miracle ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups j'ai complètement oublié d'aller voir les autres avis!(à faire)
      Oui, il y a du feel good là dedans (ce qui ne me dérange pas)mais de l'humour et de la fantaisie qui ont bien 'passé' et le récit de certains événements historiques est poignant mais ramassé, pas facile! Alors oui, cela aurait pu ne pas me convenir, mais si!

      Supprimer
  2. A l'occasion, je le prendrai à la bibliothèque, mais je ne sais pas si j'accrocherai à ce style-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai eu par babelio (j'avais coché d'autres cases aussi), et cela s'est bien passé! Je pense qu'il a tout pour te plaire, mais tu as raison, les biblis, c'est bien pour les essais.

      Supprimer
  3. un petit bonbon pour jours moroses je le retiens
    les valises sont défaites ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, feel good comme dit Sandrine, mais pas que, il y a du terrible aussi.
      Valises défaites rangées, lessive et repassage, fait!^_^

      Supprimer
  4. Et voilà ! Tu es à peine revenue de vacances que tu recommences à me tenter ! Alors que ma pile n'a pas vraiment baissé pendant ton absence ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les piles sont-elles destinées à baisser? ^_^

      Supprimer
  5. Il y a longtemps qu'il est sur ma liste, et je vois qu'il est maintenant en poche, ça tombe bien !

    RépondreSupprimer
  6. Moi, j'aime bien le style du passage de la boulangère et en plus, c'est très vrai, très bien observé ! Par contre pour l'histoire tu nous laisses sur notre faim ! Oui, je sais, tu le fais exprès !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait la boulangère revient après, finalement il y a plein de détails dans ce roman qui font mouche.
      Je n'allais quand même pas raconter pourquoi le héros se camoufle; j'ai ma déontologie! ^_^

      Supprimer
  7. J'ai reçu son roman suivant dans le cadre des Matchs de la rentrée. J'ai peur que ça soit un peu trop gentillet pour moi, mais on verra bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis justement en train de lire le suivant (premier choix des MRL, mais hélas j'ai reçu le troisième de ma liste...). Heureusement ma bibli a fait le travail, et à près de 100 pages lues, je suis bien dedans cette histoire de violon.

      Supprimer
    2. C'est drôle parce que pour moi c'était le 2e choix (en 1er j'avais opté pour Underground Railroad). Mais je fais confiance au hasard...

      Supprimer
    3. Oh j'aime bien les découvertes aussi.

      Supprimer
  8. Encore un livre qui m'est tout à fait inconnu !
    Un titre qu'on n'oublie pas. Je verrai si je le rencontre un jour...
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  9. Il est prévu que je le lise un jour.

    RépondreSupprimer
  10. En te lisant, ce n'est pas le côté feel good que je relève. Il y a du mystère. Je note...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du mystère, ancré dans certain événement, qui devrait te parler (mais chut!)

      Supprimer
  11. Tiens, j'ai l'impression de retrouver ce qui m'avait plu dans le Funambule, le farfelu, l'idée de pousser une idée délirante jusqu'au bout, des petits détails bien vus, après j'ai l'impression qu'il y a aussi cet univers propre à l'auteur, un événement dramatique, ce bain de fantaisie qui fait passer le tout, le tout convergeant vers quelque chose de résolument optimiste. Je visualise assez bien sans l'avoir lu celui-là. Peut-être que ça m'aurait davantage plu que le Funambule, question de thématique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis à la fin du Funambule, j'attends ton avis d'ailleurs, j'y ai retrouvé la patte de l'auteur. Cette bouche sans personne t'aurait peut-être plus plu, et je t'encourage à le lire!

      Supprimer
  12. Aussi étrange qu'une personne sans bouche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement notre héros n'est pas muet.

      Supprimer
  13. Il m'attend depuis me l'a offert. Et elle n'arrête de m'encourager à le lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je devine, c'est Noukette? Oh oui lis-le!

      Supprimer
  14. Bon, moi, je crois que je m'arrête là concernant cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a un univers et un style reconnaissables, c'est déjà bien.

      Supprimer
  15. Mon précieux...! J'aime la folie douce de ce roman, et tout ce qui se cache derrière... <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien résumé! Une surprise pour moi (ce n'est pas mon genre préféré, mais j'ai aimé!)

      Supprimer
  16. Comme je viens de me délecter du Funambule sur la plage (dans le cadre MRL, je suis donc essayer de pondre un billet originale), je pense bien retourner vers cet auteur dès que possible. J'ai adoré son univers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de terminer ce funambule moi aussi! C'était mon premier choix MRL... mais je l'ai trouvé à la bibli!
      Oui, lis Une bouche sans personne (et je compte sur toi pour le billet original!)

      Supprimer
  17. j'aime presque plus tes commentaires que ton billet.. j'exagère tu t'en es bien tiré car on ne peut pas raconter le drame qui sous-tend cette histoire. Je fais partie des fans de ce romancomme tu le sais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hors de question que je raconte tout! De toute façon ce sont les petits détails qui font le charme de ce roman, et là on peut en parler.

      Supprimer
  18. Je tenterai peut-être, par curiosité, sans aucune urgence.

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!