lundi 14 mai 2018

Le miel du lion

Le miel du lion
Honey from the lion
Matthew Neill Null
Albin Michel, Terres d'Amérique, 2018
Traduit par Bruno Boudard

Tout démarre au cours de la guerre de Sécession, quand trois jeunes hommes, dénommés Les Absentéistes, découvrent la splendeur des forêts des  Appalaches, mais juste pour comprendre le potentiel en dollars et lancer leur entreprise qui, dans les décennies suivantes, va systématiquement déboiser le coin.

Pour cela, il faut des bûcherons, costauds et mal payés, c'est encore mieux. En 1904, cela ne manque pas, mais la révolte gronde contre les conditions de travail. Un syndicat s'organise, de la dynamite est récupérée, des réunions se tiennent, mais la compagnie a des indicateurs et un traître parmi les ouvriers.
L'un de ces "Loups de la forêt" ne nomme Cur, il a fui la ferme parentale pour des raisons que l'on découvrira, ce n'est pas un meneur, plutôt un mené, mais c'est un héros fort humain.

Matthew Neill Null, dont c'est le premier roman (mâtin ces américains sont forts), réussit à sidérer son lecteur -et sa lectrice- avec une histoire fort rude, usant d'une écriture qui parfois m'a fait relire un chouette passage. Mille détails sonnent vrais, le travail dangereux de ces hommes, leur vie dans le camp (mobile) dans la forêt, leur week end à Helena, 'la ville' où ils vont manger -et boire- leur paie. En plus de quelques bûcherons, l'on croise une veuve slovène prenant leur parti, un pasteur méthodiste, un colporteur syrien, et l'on n'oubliera pas Sarah...

Sans que l'on s'y perde, l'on peut passer du présent au futur, avec des échappées sur le destin des personnages, et de la malheureuse forêt, dont seuls quelques hectares échapperont aux prédateurs, et qui sera reboisée plus tard, une fois que la faune aura disparu, et la terre partie dans les cours d'eaux.

Un roman très riche, prenant et âpre. Une épopée des humbles pleine de souffle.

Les petits curieux trouveront l'explication du titre dans le livre des Juges chapitre 14, avec Samson

Merci à Francis G. et Albin Michel

Et le  challenge de Philippe

40 commentaires:

  1. Ils sont forts ces Américains oui. Le contexte "bûcherons" me fait penser à Serena de Ron Rash.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ron Rash justement pense grand bien du roman (c'est d'ailleurs un peu la même région?). N'hésite pas.

      Supprimer
  2. Je suis carrément tentée... et ne pense pas résister très longtemps ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui, c'est incroyable ce nombre d'auteurs américains qui écrivent un premier roman déjà foisonnant et puissant... Je suis très très tentée par celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de laisser tomber deux bouquins français révélant tout sur une mère non conventionnelle... Là au moins j'ai une histoire qui m'emporte! ^_^

      Supprimer
  4. ah ça y est tu fais dans le biblique toi aussi :-)
    je l'ai croisé sur ma route celui là mais je n'avais pas noté la référence : c'est fait j'espère que ma bibli l'a acheté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je connaissais l'histoire, mais je n'avais pas compris que c'était une référence à cette histoire avant de prendre connaissance de la présentation du roman...
      Un excellent roman (référence ou pas)

      Supprimer
  5. Je crois qu'il faudrait vraiment que je me mette à la littérature étrangère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyons! ^_^ Perso, j'essaie de varier les lectures, y compris chez les français, mais on a tous des préférences... et le temps n'est pas extensible.

      Supprimer
  6. Quel titre déjà en effet ! Je vais aller voir tout de suite la référence. Un livre qui me plairait sans aucun doute. Je crois que je ne me lasserai jamais de ces histoires là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ces histoires 'à l'américaine', les épopées avec du souffle, et de bons personnages...

      Supprimer
  7. Pas certaine d'être passionnée autant que toi par cette histoire de bucherons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est rude! Mais fort intéressant.

      Supprimer
  8. Une de mes toutes prochaines lectures, tu penses bien que je m'en réjouis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En file ta chemise à carreaux, et fonce!

      Supprimer
  9. je pars 10 jours et je retrouve 3 livres sur ton blog , damned! je note celui-là immédiatement , merci Keisha de lire plus vite que ton ombre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (et encore je n'écris pas tous les billets sur mes lectures, les BD en particulier)
      Oui, note!

      Supprimer
  10. Celui-ci est noté en haut de la liste des prochains achats...

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai qu'ils sont forts, ces américains, et ils ont une pépinière si riche ! Dans les universités, ils apprennent à écrire des livres, est-ce que ceci expliquerait cela ? En bonne française, style artiste maudit, je penserai à priori que l'on "n'apprend pas" à faire des livres et pourtant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai récemment laissé tomber un roman américain de chez Gallmeister où je 'sentais' l'atelier d'écriture, alors que pour Le miel du lion je n'ai rien ressenti de prégnant. Tu as raison, c'est un vaste débat, écrivian solitaire ou en atelier? Il ne faut pas arriver à du formatage.

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Il est en voyage dans sa cabane, et le portable ne passe pas.^_^

      Supprimer
  13. Tu sais être convaincante, je note ce titre même si j'ai mille lectures prévues avant !

    RépondreSupprimer
  14. Chouette ! Encore un !
    Je trouve qu'il y a pas mal de bons premiers romans en ce moment.
    Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, c'est bien de découvrir.
      (ah ce challenge marche fort ici)(et sans le faire exprès)

      Supprimer
  15. Je ne connaissais pas du tout et je note, ça m'intéresse vivement (le côté bûcheron!)

    RépondreSupprimer
  16. Aaah, je l'avais repéré ( curieuse du titre ), après t'avoir lue, motivée je suis. Et j'ai vu aujourd'hui que l'auteur passe par Lyon, j'espère pouvoir aller à la rencontre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais les auteurs ne viennent dans mon coin! ^_^ Peut-être le festival America?

      Supprimer
  17. Je note sans hésitation. Merci pour tes belles suggestions.

    RépondreSupprimer
  18. Tiens, ça ça semble tout indiqué pour Jérôme. L'avant-dernière phrase, c'est tout lui. Ça pourrait me parler aussi mais je suis moins dans l'urgence. J'ai un G&P à venir. Et juste avant, je me détends avec du très léger.:-)

    RépondreSupprimer
  19. J'étais dubitative au début mais tu m'as convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut rentrer dans ce roman, et après c'est fascinant.

      Supprimer
  20. "La jeune Amérique inconsciente mutile sa mère Nature et, déjà, la planète saigne." Je lis cela dans un article (Les Échos) qui commente ce livre : les débuts de l'Amérique capitaliste.
    La malheureuse forêt, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, il y a un siècle déjà, le désir de profit était là.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!