lundi 13 août 2018

Malpasset

Malpasset
(causes et effets d'une catastrophe)
Corbeyran et Horne
Delcourt/Mirages, 2014



Il avait vraiment beaucoup plu les jours précédents, alors quand le barrage de Malpasset a cédé, le 2 décembre 1959 à 21 h 13, ce sont 50 millions de mètres cubes qui ont été libérés, ainsi que des rochers, de la terre, du béton, mettant 25 minutes pour parcourir les 10 km jusqu'à  la ville de Fréjus. Une vague de 60 m de haut. Bilan : des centaines de morts, des  milliers de sinistrés.

Voilà pour les chiffres. Les auteurs se sont concentrés sur l'humain, ont retrouvé des survivants et les ont laissés raconter leur histoire. Sans effets, avec sobriété, pas besoin. J'avoue avoir frissonné à plusieurs reprises, avoir été émue.
Les causes vraisemblables de la 'plus importante catastrophe civile au XX siècle en France' sont évoquées, la pluie, le déplacement de la construction sans étude géologique supplémentaire, la construction d'un pont dans le coin? Bref, ce barrage avait 5 ans et a craqué.
La solidarité a beaucoup joué, les gens n'avaient plus rien du tout. Et il y a eu quelques polémiques, le livre en parle.
Mais il faut absolument lire tous ces témoignages, différents et semblables à la fois (le bruit, quand c'est arrivé, l'électricité coupée)
Photo Jean-Paul Vieu (son histoire est dans le livre)
Les avis de Electra,

28 commentaires:

  1. J'ai un vague souvenir de cette catastrophe qui avait frappé les esprits (j'étais encore enfant, mais suffisamment grande pour saisir). Intéressant de faire parler les survivants maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais plus comment j'en ai entendu parler (dans mon enfance? un reportage?), ce qui m'étonne est que ma mère ne s'en souvient pas.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout cette BD mais je pense qu'elle peut me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait le genre que j'aime!!! A découvrir.

      Supprimer
  3. C'est vraiment effroyable, ce qui est arrivé... Les dessins semblent bien adaptés au sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai apprécié la sobriété, d'autant plus frappante.

      Supprimer
  4. Je n'ai jamais entendu parler de cette catastrophe. Quelle horreur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a longtemps, on en a sûrement entendu parler en 2009 pour les 50 ans? En tout cas, cette BD est excellente.

      Supprimer
  5. Tiens, il y a une BD ? J'ai lu récemment un roman qui raconte aussi le barrage du Malpasset, sa construction et sa rupture, et les gens aussi, très bon roman.
    https://pativore.wordpress.com/2018/08/09/rupture-de-maryline-desbiolles/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, je suis allée voir, pour l'instant je vais rester sur le souvenir de la BD, qui est très fort.

      Supprimer
  6. Ça n'a rien à voir, mais je me demande ce qu'on désigne par "catastrophe civile". J'aurais dit que l'éruption de la Montagne Pelée était une plus grande catastrophe, mais c'est vrai que la Martinique n'était pas encore département.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais oublié l'éruption, qui est une plus grande catastrophe. J'ai juste cité le livre, dommage qu'on n'ai pas évoqué ce qui s'est passé en Martinique, qui pour ce que j'en sais est en France ^_^.
      Cependant ici tu as une liste, la Montagne pelée y figure, et d'autres catastrophes ayant aussi marqué les mémoires.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_catastrophes_en_France_depuis_1900

      Supprimer
    2. Merci. Je ne m'attendais pas à une liste aussi longue. Certaines ne me disent rien du tout (et pourtant j'étais née). J'imagine que le nombre de victimes pour la canicule de 2003 inclut le reste de l'Europe. Je ne pensais pas qu'il était aussi élevé.

      Supprimer
    3. Je ne sais toujours pas exactement ce qu'on entend par 'civile'. Hors guerre?
      Ecoute, de souvenir, en 2003 c'est le chiffre pour la France!!! Tu comprends que depuis dès qu'il fait chaud ça blablatte sur les précautions à prendre. Et depuis on n'a plus eu ce nombre là!

      Supprimer
  7. Tiens, c'est une manière originale de documenter cette catastrophe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus on a la façon dont il a retrouvé les gens, etc. Non, franchement, c'est excellent.

      Supprimer
  8. je ma rappelle vaguement! j'habite près de Grenoble et on a le risque avec le barrage du Monteynard toujours au dessus de la tête. Alors quand il pleut beaucoup on y pense

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouch j'espère ne pas avoir ravivé des craintes. Même si on peut penser que dorénavant les précautions sont prises.

      Supprimer
  9. Aaah mais voilà où et comment j'en avais entendu parler ! C'était quand j'étais chez Flamm, un roman de la dernière rentrée de janvier qui parlait de la rupture de ce barrage : https://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-francaise/rupture
    Les rares personnes qui l'avaient lu en interne avaient tous adoré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, Pativore me l'a donné en commentaire. C'est un roman, mais ça a l'air pas mal (mais j'attends un peu quand même, c'est un poil émotionnant)

      Supprimer
  10. Je ne connaissais pas cette BD. La catastrophe de Malpasset est encore présente à l'esprit, malgré le temps passé, au moins dans la région où elle a eu lieu. J'avais écouté il y a peu une émission de radio (France Inter) sur ce sujet.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je conseille fortement cette BD, plutôt roman graphique d'ailleurs. Passionnant.

      Supprimer
  11. quand Keisha chronique une BD, il faut se précipiter dessus! J'y cours :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux! (même si prochainement je parlerai d'un truc plus léger, mais avec des chats ^_^)

      Supprimer
  12. Je ne connaissais pas ce drame. par contre, c'est le genre de BD qui me plair bcp. je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une BD sensible mais sobre, que du bien à en dire.

      Supprimer
  13. Je me souviens très bien de cet évènement. Je devais avoir 9 ans et ce soir là j'étais allée attendre ma mère qui revenait du travail, à la sortie de la station Pernety. Il faisait nuit, la marchande de journaux, une vielle femme toute ronde un fichu noir sur la tête et un châle de laine autour des épaules, criait le titre tout en présentant la photo dramatique de la une de Fréjus engloutie. Inutile donc de te dire que ce livre m'intéresse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah quel souvenir vivace chez toi! Je comprends.
      Je te recommande cette BD qui ne fait pas dans le larmoyant et n'en est que plus forte.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!