lundi 10 septembre 2018

Extension du domaine de la lutte

Extension du domaine de la lutte
Michel Houellebecq
Maurice Nadeau, 1994


Attaquons donc la rentrée littéraire 1994, avec ce premier roman d'un nouvel auteur, paru chez un 'petit' éditeur; roman 'vendu' par le responsable de la bibli, qui me l'a carrément mis en mains, et j'ai d'autant vite cédé que la bestiole comporte moins de 200 pages. Auparavant ledit responsable et moi avions échangé sur l'idée d'Auster dans 4321, avec des vies différentes du même personnage, lui rappelant un roman de Houellebecq, mais lequel? (la possibilité d'une île?). Voilà comment je me suis retrouvée à lire mon 'premier Houellebecq'. Tout arrive.

Méfiante, j'ai préféré démarrer hors période de spleen, déprime, quand mon taux d'hormone du bonheur est à son maximum. Quelque chose me disait que ça valait mieux, pour aborder l'ouvrage d'un Droopy de la littérature (ce n'est pas de moi)(de Lançon je crois, qui avait aimé son dernier roman, raconte-t-il dans Le lambeau)

Alors, résultat?
Ben, toujours vivante. Pourtant les aventures (si l'on peut dire) de ce cadre technicien en informatique du ministère de l'Agriculture parcourant la France pour initier aux nouveaux logiciels sont peu glamour, et encore moins son collègue Tisserand (pauvre gars!). Dépressifs de tous les pays, unissez-vous, bon je rigole mais c'est finement observé je pense.

Quid du titre? Grâce au petit malin qui a encadré les 'bons passages', ce fut tout de suite trouvé (page 115). "Le libéralisme économique, c'est l'extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. De même, le libéralisme sexuel, c'est l'extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société."

"Vous avez eu une vie. Il y a eu des moments où vous aviez eu une vie. Certes, vous ne vous en souvenez plus très bien; mais des photographie l'attestent. Ceci se passait probablement à l'époque de votre adolescence, ou un peu après. Comme votre appétit de vivre était grand, alors! L'existence vous paraissait riche de possibilités inédites. Vous pouviez devenir chanteur de variétés; partir au Venezuela."

"La forme romanesque n'est pas conçue pour peindre l'indifférence, ni le néant; il faudrait inventer une articulation plus plate, plus concise et plus morne."
"Mon propos n'est pas de vous enchanter par se subtiles notations psychologiques. je n'ambitionne pas de vous arracher des applaudissements par ma finesse et mon humour. Il est des auteurs qui font servir leur talent à la description délicate de différents états d'âme, traits de caractère, etc. On ne me comptera pas parmi ceux-là. Toute cette accumulation de détails réalistes, censés camper des personnages nettement différenciés, m'est toujours apparue, je m'excuse de la dire, comme pure foutaise."

Alors? finalement il n'a jamais été question d'abandonner ce roman, et je comprends qu'il ait attiré l'attention d'un éditeur à cette époque. Diantre, il y a quelque chose là-dedans! Original, piquant, bien observé, pas feel good pour un sou.

Mais! Dès les début j'ai arboré un sourire intérieur, pensant 'mais c'est très drôle ce truc', bon, OK, au 12ème degré. Quelques exemples, et il y en a d'autres.

"Il se peut, sympathique ami  lecteur, que vous soyez vous-même une femme. Ne vous en faites pas, ce sont des choses qui arrivent. D'ailleurs ça ne modifie en rien  ce que j'ai à vous dire. Je ratisse large."

"De retour à l'hôtel, j'ai essayé de dormir, mais ça n'allait pas; une fois allongé, je n'arrivais plus à respirer. Je me suis rassis; le papier peint était décourageant."

Bref, j'ai lu Houellebecq.

Près de 100 avis sur babelio, puis-je lutter ?

38 commentaires:

  1. C'est le seul que j'ai lu (pour la même raison : c'est le plus court)... bon, il m'a un peu agacée à certains moments, je trouve qu'il n'y a pas de quoi crier au génie non plus, mais ce n'est pas désagréable comme lecture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis je me suis frottée à ce style là, assez retenu, mais quand même il sait écrire et raconter une histoire, c'est bien meilleur que certaines parutions...

      Supprimer
  2. Celui-là je l'avais lu sans déplaisir, peu après sa parution. C'est le suivant" les Particules élémentaires" qui m'a fait fuir Houellebecq une bonne fois pour toutes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore lequel je pourrais lire ensuite, peut-être La possibilité d’une île, à cause du parallèle avec le dernier d'Auster...

      Supprimer
  3. Je comprends que certains n'aiment pas Houellebecq et il a des côtés très déplaisants....mais c'est un écrivain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut sans doute faire abstraction de l'auteur, et après, franchement, c'est vraiment à connaître (au moins une fois). Oui, lui est un écrivain.

      Supprimer
  4. Mon mari avait la curiosité de lire Houellebecq, il a commencé par La carte et le territoire et a plutôt aimé. le côté bien documenté lui a plu. Il a été moins emballé par Soumission... Bref, j'ai deux MH dans mes étagères, au cas où je voudrais essayer aussi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui me donne envie d'en lire un autre (mais pas tout de suite)

      Supprimer
  5. Je 'ai jamais été tentée par Houellebecq et je n'ai pas le temps d'ailleurs, mais ton billet m'aura bien fait rire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, on sent que je me suis aussi amusée. Ce roman est le premier et il est court...

      Supprimer
  6. Volontairement, je n'ai jamais lu cet auteur. Il ne m'attire pas ou plutôt ses romans ne m'attirent pas !
    Bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'il n'était pas dans ma liste des auteurs à découvrir, mais je ne regrette pas ma lecture, c'est bien meilleur que d'autres romans récents!

      Supprimer
  7. Mais Houellebecq l'écrivain est loin d'être mauvais ou inintéressant, au contraire même, c'est le personnage public qui est "cheulou".^^ Enfin, ceci dit, je n'ai lu qu'un de ses premiers (le tien ou celui des particules ? me souviens plus), et Soumission. Zéro souvenir du premier (lu il y a un bail) mais plutôt agréablement surprise par le second.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens de ton avis (étonné en bien!) sur Soumission, ça m'avait déjà donné envie à l'époque, et puis là Lançon parle de Soumission (il a aimé) et puis la bibli... j'étais cuite!

      Supprimer
  8. J'apprécie ceux et celles qui suivent avec autant d'application l'actualité en s'occupant de la rentrée littéraire 1994. Cela permet de se mettre à jour. Plongée dans Histoires de peintures, de Daniel Arasse, j'en suis moi-même à l'année 2004.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement les livres ne se périment pas (enfin, certains) et on peut les découvrir des années après. ^_^ de toute façon on ne lira pas tout. Bonne journée aussi!

      Supprimer
  9. Je crois que j'ai lu celui-ci (pas beaucoup lu cet auteur) et j'avais bien aimé. C'est plutôt brillant dans son genre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt court, assez spécial, mais maîtrisé. Je ne regrette pas mon essai.

      Supprimer
  10. J'aime "l'humour" de cet auteur et son côté provocateur. Par contre, j'ai eu l'occasion d'assister à une lecture de ses poèmes, et là j'ai été assez bluffée, pas gai du tout mais très beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon, il écrit des poésies aussi? Pourquoi pas.
      Un poil provocateur sans doute, mais je pense qu'il a les moyens littéraires (par rapport à d'autres!)

      Supprimer
  11. 1994 ? Bienvenue dans Retour vers le futur ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Moi c'est avec Plateforme que j'ai fait ma Ba de lectrice. Après c'est tout ! Pourtant j'aime bien son humour dans les textes que tu cites.

    RépondreSupprimer
  13. C'est mieux que moi ! Je n'ai jamais lu Houellebecq !

    RépondreSupprimer
  14. Perso, je n'ai jamais lu l'auteur, plutôt par manque de temps que d'envie. J'aime bien son petit côté provocateur, c'est un personnage.
    Du coup je me réjouis de tes prochaines découvertes houellebecqiennes, histoire de piocher le bon titre pour commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ce titre est bien pour commencer, c'est court et pas daté finalement.
      Pour les prochaines découvertes, là, il faut attendre, et si on en m'avait pas mis le livre en mains, pas sûr que j'aurais sauté le pas.^_^

      Supprimer
  15. Je ne l'ai pas aimé, moi et je ne me rappelle plus pourquoi. Je n'ai lu que celui-ci. Mais je me suis promis d'essayer à nouveau, j'en ai encore 2 dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
  16. Je sens un léger scepticisme, non ? Vous savez pourquoi je n'ai jamais lu Houellebecq ? Je le trouve trop médiatisé et démoralisant (de mollesse) à le voir et l'entendre. Mauvaises raisons dont je me débarrasserai un jour, pense-je. Et là, sûrement, un avis positif qui rejoindra celui que, globalement, vous émettez ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai (j'avais?) un a priori négatif sur cet auteur à face tristounette et trop médiatisé. Mieux vaut prendre un de ses romans (celui-ci est très bien) et découvrir qu'il a du talent. Dans ce genre d'écriture, bien sûr. Il ne bâcle pas le travail.

      Supprimer
  17. Houellebecq ne m'attire décidément pas. Mais je le lirai un jour, quand même, pour savoir de quoi je parle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'était en gros mon idée et finalement ça s'est bien passé!

      Supprimer
  18. Je n'ai lu que Soumission, j'avais bien aimé le côté anticipation et même sa façon de forcer le trait. Il faut passer outre l'image entourant l'auteur.

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!