mercredi 10 octobre 2018

Ici, les femmes ne rêvent pas

Ici, les femmes ne rêvent pas
Frauen dürfen hier nicht träumen
Rana Ahmad
Globe, 2018
Traduit (de l'allemand) par Olivier Mannoni


Mon côté psychorigide est mis à rude épreuve, car où caser ce livre? Récit, oui, là n'est pas le problème, mais de quel pays? En effet Rana Ahmad est née et a vécu jusqu'à ses trente ans en Arabie Saoudite, mis à part des vacances annuelles en Syrie, pays de ses familles paternelle et maternelle, et quelques mois d'un mariage raté. En 2015 elle réussit à s'évader - quel mot convient mieux?- d'Arabie Saoudite et atteindre l'Allemagne via la Turquie, suivant là le parcours de bien des migrants. Actuellement elle fignole sa maîtrise de la langue allemande et se prépare à des études de physique à l'université.

Cet apparent happy end ne doit pas cacher la réalité : elle a dû couper les ponts avec sa famille, sa mère l'a reniée, elle craint que son frère ne la retrouve; seul son père lui a gardé le même amour et la même compréhension.

Avant de pouvoir enfin sentir le vent librement dans ses cheveux, quelles années étouffantes sous les différents voiles (noirs) à porter. Chacun a sûrement une idée de la condition féminine à Riyad, mais là on a un témoignage de l'intérieur. Rana par ailleurs est devenue athée, ce qui est inacceptable dans son pays. Les hommes sont tout puissants, les frères chéris de leurs parents, les filles passent d'une autorité paternelle à celle d'un mari. Frères et maris peuvent vous battre, pères et beau-père (etc.) se comporter de façon déplacée (jusqu'au viol) même sur des fillettes. Rana cite aussi le cas de certaines amies.

Un témoignage vraiment intéressant, à découvrir.

Les avis de Gambadou,

Merci à Anne et Arnaud ( Anne R.) et à l'éditeur.

36 commentaires:

  1. Encore un témoignage bien rude à lire en tant que femme .. mais nécessaire tant la condition des femmes est prête à reculer partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le cas de ce pays aurait du mal à reculer encore...^_^ Quoique les femmes peuvent étudier et travailler (mais toujours sous le joug familial), ce qui n'est même pas le cas partout (soupirs)

      Supprimer
  2. Bonjour Keisha, cela confirme que l'Arabie saoudite n'est pas un pays pour moi et même si en France, les choses ne sont pas parfaites, nous les femmes, on est chanceuse. Ce qui est terrible dans ces histoires, c'est que les femmes ne sont pas solidaires entre elles puisque la mère de Rana l'a reniée. Voilà une des raisons pourquoi les hommes seront encore dominants dans ces pays pour un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, les femmes ne sont pas toujours solidaires entre elles, et il n'y a pas que là-bas. ^_^

      Supprimer
  3. Les éditions du Globe sont vraiment à suivre, désormais... Je note pour plus tard, j'aimerais lire d'abord "Celui qui va vers elle ne revient pas".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu as déjà une jolie PAL, n'hésite pas, moi les récits de ce genre, ça me plait beaucoup.

      Supprimer
    2. Hé hé, ils ne sont pas encore dans ma PAL, seulement des intentions de lecture (et Celui qui va... est dans une de mes bibliothèques)

      Supprimer
    3. Si c'est en bibli, n'oublie pas, alors!

      Supprimer
  4. je dois dire que je suis un peu à saturation sur ce type de récit je n'arrive plus à m'y intéresser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'en lis assez peu, et sur l'Arabie Saoudite de l'intérieur, c'est à savoir. Mais je te comprends.

      Supprimer
  5. encore la religion musulmane a bien du mal avec l'émancipation des femmes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais d'ailleurs lire un document plus historique, au travers des siècles, par exemple. Et d'autres religions tant qu'à faire. Ceci étant, actuellement en Arabie Saoudite on en est loin!

      Supprimer
  6. Ce genre de témoignage est nécessaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement. En espérant , pour ces femmes...

      Supprimer
  7. oui, ce témoignage m'intéresse :-). Hélas, la condition des femmes n'est toujours pas réglée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les femmes participent aussi à la perpétuation de cette condition, ah ce n'est pas simple.

      Supprimer
  8. Je vois dans les commentaires que Kathel parle de "Celui qui va vers elle ne revient pas". Et effectivement il y a un beau parallèle entre ces deux livre avec l'ouverture d'esprit et l'idée de s'enfuir qui se fait par internet. Deux beaux témoignages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui tu as raison. Et dans l'autre livre, c'est un homme qui fuit.

      Supprimer
  9. Il y a encore tant à faire à propos de la condition féminine... Un témoignage qui doit être fort, non seulement en ce qui concerne la vie des femmes mais aussi les relations avec les familles et là, homme ou femme, il faut pouvoir se libérer pour exister. Pour les femmes, c'est toujours en double : double journée, double peine d'être fille dans un monde d'hommes, etc.
    Et je ne crois pas que vous soyez psychorigide !
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (je m'amusais, mais j'ai réussi à caser l'auteur quelque part)
      Plus sérieusement, un livre intéressant, et pas que sur les femmes, c'est toute une société étouffante, voir le père de Rana qui aurait sûrement voulu autre chose pour sa fille.

      Supprimer
  10. Deux avis positifs sur ce livre. Un sujet qui m'interroge, alors je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de ne pas bien accrocher à ce livre. Facile à lire par ailleurs.

      Supprimer
  11. intéressant en effet, je note aussi!

    RépondreSupprimer
  12. L'attitude du père de Rana est assez surprenante dans un tel contexte et porteuse d'espoir. Sa femme et son fils, par contre, ne le suivent pas du tout.
    J'ai trouvé ce témoignage très intéressant même s'il n'apporte malheureusement pas grand chose de nouveau par rapport à ce que l'on connaît déjà. L'auteur est à Paris pour la sortie de son livre. J'aurais aimé la rencontrer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le père est vraiment très bien, même si lui aussi bridé par la société.
      J'ai aimé aussi l'avis de l'auteur sur l'autorisation de conduire pour les femmes, un grand pas cependant, même si toutes ne pourront en profiter.

      Supprimer
  13. Ah oui, tout à fait le genre de témoignages et de sujet qui m'intéressent. Sûr que si je l'avais croisé au détour d'une bib' ou d'une lib', je l'embarquais. Celui-là, je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu comprends bien mon choix! Tout n'était pas nouveau nouveau dans ce récit, mais ça se lit bien.

      Supprimer
  14. pourquoi pas, mais j'avoue que l'Arabie Saoudite me tente peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour y aller? Oh non, de moins en moins. ^_^

      Supprimer
  15. J'ai lu ce témoignage pour le prix Elle, mais il ne m'a pas emballée : il est loin de renouveler le genre et le ton est un peu trop larmoyant à mon goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'on a déjà lu sur le sujet, mais j'étais intéressée et j'ai lu ce récit sans déplaisir.

      Supprimer
  16. Genre te témoignage qui m'intéresse. Je note et guette auprès de ma bib'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il y arrivera, oui, ça va t'intéresser.

      Supprimer
  17. Je l'ai repéré sur Twitter. Tu confirmes que c'est un livre à lire. Pour la classification, c'est pour cela que sur le blog, je n'utilise que Pays et plus littérature machin ou auteur machin car c'est trop restrictif, surtout pour des écrivains qui ont le monde comme terrain de jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là je ne connais pas la nationalité de l'auteur, j'ai choisi syrienne, comme à l'origine. Mais c'est traduit de l'allemand. En fait c'est surtout pour que je m'y retrouve, le titre lui ne bouge pas.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!