vendredi 16 novembre 2018

Une double famille (suivi de ...)

Une double famille
Le contrat de mariage
L'interdiction
Honoré de Balzac
Folio, 1995
Préface (excellente) de Jean-Louis Bory


Parus dans les années 1830, ces trois courts romans se déroulant durant la Restauration, appartiendront aux Etudes de mœurs, Scènes de la vie privée.

Sans rien divulgâcher vu le titre, Une double famille raconte l'idylle entre Roger de Granville (mal marié à une bigote rigide) et Caroline la jolie brodeuse, qu'il installera dans un joli nid confortable, elle et leurs deux enfants.

Le contrat de mariage est celui de l'union entre Paul de Manerville, bien gentil et amoureux, et Natalie, bordelaise dépensière, fille de Madame Evangelista, la redoutable!

La marquise d'Espard, elle, veut faire 'interdire' son époux dont elle vit séparée, et cherche à manipuler l'honnête juge Popinot.

Autour des personnages principaux (que le lecteur peut parfois retrouver dans d'autres livres de Balzac) gravitent des personnages bien connus par ailleurs, Bianchon, Rastignac, etc. C'est le principe (addictif) de la comédie humaine selon Balzac.

Quid de ces trois romans? Hé bien on n'est pas du tout dans la romance! Le mariage, c'est sérieux et surtout une affaire de gros sous, même si certains sont réellement amoureux. Balzac présente le mariage sous un jour bien peu favorable (oui, les histoires ne se terminent pas bien pour les héros les plus sympathiques). J'avoue que les histoires de majorat, gros point de discussion entre les notaires du contrat de mariage, me sont un poil passées par dessus, et de manière générale, ne me rends pas vraiment compte du pouvoir d'achat des très très riches (ou des très très pauvres). Mais Balzac est incomparable dans les dialogues et les descriptions de maisons et d'intérieur, et de ses personnages.

Conclusion : un peu de Balzac de temps en temps, c'est à noter.

34 commentaires:

  1. J'ai lu les principaux romans de Balzac, sans aller plus loin. Pourtant j'avais aimé. Il faudrait que je retente avec des textes courts, comme ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, les gros, là, Le père Goriot, etc. Mais il a aussi écrit une multitude de plus courts (il y a des LC qui courent sur les blogs d'ailleurs)

      Supprimer
  2. Ah les gros sous.....! Du Balzac en somme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, foin de tout romantisme, ou alors rarement. ^_^

      Supprimer
  3. Bonjour Keisha, trois courts romans que je note. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Balzac en a écrit plein semble-t-il. De quoi l'aborder tranquillement.

      Supprimer
  4. Lire un peu de Balzac de temps en temps, c'est ce que j'essaie de faire et les très courts romans me convIennent très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vous êtes plusieurs à me donner envie depuis quelques semaines. Mais je relirais bien un de ses gros romans aussi.

      Supprimer
  5. Euh, non très peu pour moi, j'ai essayé de relire Balzac, je n'y arrive plus, ses descriptions m'assomment. Je luis préfère Flaubert ou Stendhal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais non ses descriptions, c'est poussé à fond! ^_^
      Ceci étant, je me relirais bien La chartreuse de Parme.

      Supprimer
  6. tu as raison, et il faut que je m'y remette aussi!

    RépondreSupprimer
  7. je trouve qu'il y a un coté très moderne à la double famille
    Quant à l'interdiction j'ai énormément aimé cette nouvelle dont j'adore la chute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rha oui, la chute à la toute fin! Balzac est cruel pour son lecteur.

      Supprimer
  8. Oui, Bory est un spécialiste de la fin XIXeme siècle ! Ca ne m'étonne pas qu'il soit passionnant. Je n'ai pas encore lu ces trois romans mais je vais les ajouter dans les LC pendant l'année...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas pour Bory, mais ça m'a frappé au point que je le signale (bien évidemment, se méfier, ne terminer cette préface qu'après lecture, mais on s'en doute)
      Ces trois romans peuvent se trouver dans un seul poche.

      Supprimer
  9. Relire Balzac... Je crois bien que j'ai tout...
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon week end aussi.
      Si j'avais une liseuse, je mettrais 'tout Balzac' dedans...

      Supprimer
  10. Mais oui, un peu de Balzac de temps en temps ! Mon dernier commence à remonter, c'était notre LC Issoudun.^^ Tiens, en parlant LC, je viens de te laisser un message sur FB pour parler date.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je vais voir ça, je suis souple sur les dates...
      Pour Balzac? On peut en causer.

      Supprimer
  11. je ne les ai pas encore lu! j'essaie de lire (et relire pour certains) la comédie humaine dans l'ordre! je suis raide dingue de Balzac!!! balzacolâtre comme je dis! j'adore les nouvelles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis très longtemps j'aime lire Balzac, mais il peut s'écouler du temps avant que j'y revienne. Avec Balzac, tu en as pour un bout de temps, dis donc!

      Supprimer
  12. Pas envie de lire des classiques alors que je n'arrive pas à lire tous les auteurs contemporains que je voudrais !
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh parfois ça fait du bien, et on a de bonnes surprises.

      Supprimer
  13. Je sors aussi d'une certaine étude de mariage, version Tolstoï ! Et oui, j'ai osé aller vers la Russie. Pour Balzac, j'ai deux de ses romans dans ma PAL audio, ça devrait donc venir un jour où l'autre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha j'attends le billet sur le roman de Tolstoï. Je sais déjà ce que ce n'est pas (car pavé ^_^)
      Balzac ça va, ces nouvelles sont de bonne longueur et audio pourquoi pas.

      Supprimer
  14. Tu as fait fort parce que sur les trois je n'en ai lu qu'un ! et encore... J'ai commencé Le contrat de mariage et j'ai arrêté assez vite parce que ça m'agaçait. La fin un peu trop prédéterminée à l'avance pour mon goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le contrat de mariage est le plus difficile à aborder car c'est trop dans l'époque balzacienne, ces arguties de notaires... Les deux autres sont plus universels.

      Supprimer
  15. Un peu de Balzac de temps en temps, oui. C'est que je me dis depuis que je l'ai redécouvert, il y a une dizaine d'années, et enfin apprécié. Ado, il était ma bête noire classique. Il faudrait que je retourne voir quels titres de lui sont en attente dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, il a tant écrit! J'avoue avoir démarré ma passion dès la classe de troisième, mais quoi je l'ai oublié, et puis je suis sûrement passée à côté. Va voir ta PAL!

      Supprimer
  16. Je relis de temps en temps un classique par-ci par-là en principe durant l'hiver et je les redécouvre avec grand plaisir ! Merci pour cette chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hiver (ou les frimas) semble être une bonne période, en effet. Perso ici il s'agissait d'un voyage en train. ^_^

      Supprimer
  17. Moi aussi j'ai toujours préféré Stendhal et Flaubert ! Mais il n'est jamais trop tard pour découvrir la force d'un Balzac ! Pour le 8 décembre, Le colonel Chabert avec Maggie, Miriam, Cléanthe, Nathalie... Viens nous rejoindre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr que d'ici là j'aille à la ville d'à côté pour emprunter le livre... En fait je connais l'histoire, et je crois me souvenir que le film était tourné à Valençay, bon choix puisque Talleyrand y a résidé, tu vois le mobilier, quoi.
      Quant à Stendhal et Flaubert, difficile de trancher... J'en ai lu presque tout (plus facile que pour Balzac)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!