lundi 11 novembre 2019

Les réfugiés sont notre avenir

Les réfugiés sont notre avenir
Les causes profondes
La position de l'Etat
L'accueil citoyen
Ouvrage collectif
Ginkgo, 2019


Je sais, le titre est gonflé, et le sujet va peut-être lasser, tant pis, quoique l'actualité récente prouve que rien n'est figé. Mais ce livre m'est véritablement arrivé dans les mains sans crier gare. J'errais aux Rendez-vous de l'Histoire (Blois), plus précisément au salon du livre, encore plus précisément vers les éditeurs de littérature de voyage, Transboréal et Ginkgo (et leurs associés) histoire de me faire du mal me laisser tenter, et de saluer éventuellement Reynald Mongne, un des responsables de Ginkgo. J'ai tout de suite repéré ce titre, et figurez-vous que les droits d'auteurs sont reversés aux associations d'aide, notamment Tous Migrants, à Briançon. Bon, sur 10 € (et en plus c'est vraiment cadeau comme prix!) j'ignore combien ça fait, mais c'est pour le principe.

J'ai payé ce livre, donc, avec plaisir, livre qui s'est révélé clair, récent, complet, concret. OK, le propos des auteurs n'est pas neutre (et alors?), surtout quand il  rappelle quelques vérités sur la politique économique des pays occidentaux, dont la France, en Afrique depuis des décennies.
Des tableaux, des chiffres, des pourcentages (mais pas trop) remettent les pendules à l'heure.

Bien sûr on retrouve des exemples bien connus, particulièrement sur la frontière italo-française, et en dernier des initiatives citoyennes, avec des pistes, compliquées comme souvent par l'administration.

Pour terminer, d'utiles adresses, et un lexique pour tenter de s'y retrouver dans le maquis des sigles où moi-même je me perds (alors, imaginer quand on ne parle pas trop le français).

26 commentaires:

  1. On ne remet jamais assez les pendules à l'heure sur ce sujet là ! A lire assurément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé vraiment bien fait et j'en ai appris. Tiens, demain j'ai un stage avec la CIMADE, car j'avoue qu'à un moment donné je ressens le besoin d'être moins perdue dans le maquis des dénominations et parcours pour les arrivants.

      Supprimer
  2. même si je suis un peu à saturation sur le sujet j'ai lu ton billet avec intérêt
    le problème est difficile, la limite entre recevoir, intégrer, délaisser, mettre à l'écart, accueillir .....il faut éviter d'être simpliste et pourtant se montrer accueillant et à l'écoute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que si quelqu'un est déjà là, autant que ses conditions de vie soient humaines et décentes. Après, la loi, l'administration, c'est compliqué...

      Supprimer
  3. Je note! Le sujet m'intéresse, il y a tant de fake qui circulent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, surtout parmi des gens qui n'ont jamais vu l'ombre d'un dixième de réfugié. La peur, c'est normal, quand on ne connaît pas.

      Supprimer
  4. sujet si compliqué que tout le monde s'y perd même ceux qui croient savoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, je reste prudente ... et en découvre tous les jours.

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup le "j'errais comme par hasard sur le stand Ginkgo dans un salon du livre", genre... Sinon, grand oui, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles, j'y allais exprès, tu le sais. Cet éditeur a plein de pépites, mais je résiste quand même, par manque de temps, parce que les livres sur les étagères pendant des années...

      Supprimer
  6. Un livre qui apporte son soutien aux actions humanitaires, c'est une bonne chose et si en plus, comme tu le dis il permet de remettre les pendules à l'heure c'est bien aussi...derrière l'administration et les décisions politiques, il y a des hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé que ce livre assez court (un peu plus de 200 pages) a tout pour lui. J'ai choisi de lui faire de la publicité!

      Supprimer
  7. Aha, j'aime bien comment de "j'errais", tu t'ai retrouvé très précisément chez Ginkgo (quelle coïncidence !^^). C'est sûr que ce livre ne risque pas d'attirer foule de lecteur mais il a le mérite d'exister, c'est déjà ça et c'est plutôt bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, OK, un poil orienté ^_^ mais pour moi il est bourré de qualités pour faire le point (provisoire) sur le sujet. Figure toi qu'une autre personne de l'association où je vais avait repéré ce livre aussi. Hier on était trois de l'assoc, une trentaine en tout de 'bénévoles' ou autres, à une journée sur la CIMADE, pfou, tu ne peux pas savoir l'usine à gaz que c'est, le parcours du réfugié... On a appris entre autres (en tout cas moi) la définition d'immigré, selon l'ONU, à savoir 'réside où il n'est pas né (réfléchis, ça fait vraiment du monde, et des gens auxquels on ne pense pas vraiment)(y compris un ex-président de la République)

      Supprimer
  8. Une enjeu sociétal qui n'a pas fini de faire réagir, souvent mal. J'ai entendu des connaissances évoquer de la "nourriture pour les poissons" en parlant de migrants sur l'eau, ou simplement de "nageurs". On peut être d'avis de régulariser, mais là...
    Heureusement, il y a d'autres démarches moins négatives, comme ce livre que je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement je n'entends pas ce genre de remarques (faut dire que je fréquente plutôt des gens d'avis différents de celui-là), mais j'en entends sur la communauté des gens du voyage.
      Un problème compliqué, des lois existent, elles sont respectées en général mais parfois on s'interroge...

      Supprimer
  9. Réponses
    1. C'est sûr qu'il n'a pas été choisi comme consensuel! ^_^

      Supprimer
  10. Je notes (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison! Cela permet aussi de faire un point sur le sujet.

      Supprimer
  11. Pour le principe et le sujet, je dis oui évidemment. A la Banque Alimentaire, nous avons des migrands du kurdistan irakien qui sont bénévoles. De sacrés bosseurs qui sont en france depuis environ 3 ans... Et l'un d'eux et sa famille va être expulsé d'ici quelques jours malgré que la banque alimentaire se démène pour le faire rester... C'est une catastrophe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, une catastrophe, ils sont là et intégrés, apparemment, pourquoi les renvoyer dans ces coins risqués? La CIMADE suit l'affaire?

      Supprimer
  12. J'en ai entendu parler sur France Inter, j'adore le titre un poil provocateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et parfois l'intérieur est provocateur, j'aime bien. Car argumenté.
      Je suis ravie que FI en ait parlé.

      Supprimer
  13. Un sujet qui me touche beaucoup... je le lirai!
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, de plus l'acheter aide une association.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!