jeudi 5 novembre 2020

Laisse aller ton serviteur


 Laisse aller ton serviteur

Simon Berger

Editions Corti, 2019


En 1705, Jean Sébastien Bach a 20 ans, il est organiste à Arnstadt, et doit se plier aux règles édictées par le Consistoire local, dont il est finalement un simple employé. En plein hiver, le voilà qui demande un congé, on lui octroie un mois, en fait il reviendra quatre mois plus tard, et sa musique aura évolué.

Que s'est-il passé? Il vient de découvrir une œuvre de Dietrich Buxtehude, datant de 1680, Membra Jesu nostri, (une interprétation ici ) , sept cantates qui le bouleversent totalement. Le voilà qui part à Lübeck, parcourant à pied les quatre cents kilomètres. Où il écoute l’œuvre lors d'Abendmusik, et demeure quelque temps chez le maître. Sur le même sujet, lire La rencontre de Lübeck, du musicologue Gilles Cantagrel, LE spécialiste de Bach, ou écouter cette émission. En fait on sait seulement que Bach a fait ce voyage et rencontré Buxtehude, on ne connaît pas la teneur de leurs conversations mais on peut savoir comment sa musique a été transformée.

Alors? Ces cent pages forment un véritable petit bijou. Et ce n'est pas (uniquement) parce que Bach en est le personnage principal. L'auteur utilise parfois des tournures désuètes, ou bien modernes, et ce n'est que du bonheur. Bach, humble homme de foi, vit aussi pour la musique. Un livre baigné de joie et de lumière, et non dénué d'humour.

Un titre tiré visiblement du cantique de Siméon (Nunc dimittis) et pages 80-81 des fortes résonances d'un psaume, "au bord de l'Elbe ombragée, Bach s'assit et pleura" "pas même n'avait-il la moindre petite harpe  à accrocher aux branchages des arbres du bord de l'Elbe" [on peut s'étonner d'ombrages en plein hiver, mais baste, licence poétique]

Cette œuvre de Buxtehude n'avait pas l'air d'être appréciée du consistoire :

"'Je compte sur votre silence. Nous ne souhaitons pas que cette pièce imprime son style de fois à la foi de nos fidèles. Souvenez-vous tout de même, Herr Bach, que c'est écrit en latin...'

Et il disait cela à l'homme qui écrirait la messe en si." 

En mémoire de Buxtehude (en tout cas pour des funérailles), Bach écrivit une cantate, la BWV 106.

 Et sans étonnement je découvre le billet de Dominique , elle propose la même video (René Jacobs, ce n'est pas l'équipe B!) et use du même mot 'bijou'. Sans se concerter, bien sûr.

Oui, Aifelle, tu peux y aller!

42 commentaires:

  1. Vous blogguez en choeur avec Dominique... Voilà un livre qui a deux marraines bien convaincantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'est absolument pas concertées, quand son billet est paru, le mien était déjà écrit, en attente.
      Bien sûr, livre à lire absolument.

      Supprimer
  2. Ah ah, je savais que je le verrais chez toi sans tarder ! C'est noté (hélas ma bibliothèque ne connaît pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu dans une seule de mes biblis, emprunté dès que j'ai pu (en vitesse juste avant le confinement), et dévoré!!!

      Supprimer
  3. ah merci pour la précision du titre je n'avais pas du tout fait le rapprochement
    je suis heureuse qu'effectivement même dit avec des mots différents nos opinions sur ce livre se rejoignent totalement

    RépondreSupprimer
  4. et voilà, vous vous retrouvez autour d'une valeur sûre que j'ai hâte de lire à mon tour. La musique de Bach a accompagné tant de moments dans ma vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu’elle continue à accompagner d'autres moments...
      Pour ma part, j'ai découvert cette œuvre de Buxtehude, pas étonnant que Bach ait parcouru 400 km!

      Supprimer
  5. Et si en plus la bande son est signée Bach....

    RépondreSupprimer
  6. Très envie! Mais je vais épuiser la pile tant que c'est compliqué de se procurer des livres. En haut de ma liste d'envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh celui-là je l'avais repéré et suis allée le chercher avant le confinement!
      Comme toi, j'épuise la jolie pile car j'ai préparé le coup depuis le mois de mai!

      Supprimer
    2. Et en plus le catalogue de la médiathèque l'ignore

      Supprimer
    3. J'ai trois biblis, une seule le propose... Tu verras bien, avec le temps.

      Supprimer
  7. Vu l'importance de la musique dans ma vie, tu me donnes en-vie bien sûr :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, et ça mène à écouter cette musique, donc c'est double bonheur!

      Supprimer
  8. Un petit bijou ! Je retiens alors au cas où je le rencontrerais...
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  9. Aaah je ne m'étonne pas que tu aies été conquise par ce livre.^^

    RépondreSupprimer
  10. Un bijou c'est rare surtout quand deux personnes s'accordent pour le dire. A noter donc si un jour j'arrive à aller à la médiathèque, il doit y être...Merci pour cette présentation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien! Oui, j'espère que tu le trouveras sans trop de peine.

      Supprimer
  11. Je crois que je vais y aller aussi... Merci, chère pourvoyeuse (ainsi que Dominique) de bonnes lectures. Je me régale avec Les morts de Bear Creek en ce moment le soir.
    Bon week end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un vrai plaisir!
      Et je sais que vous allez aimer et vous précipiter sur l'écoute de cette œuvre de Buxtehude, une merveille.

      Supprimer
    2. Voilà. Il est disponible à la médiathèque à Toulon. J'irai donc le chercher... avec une autorisation de sortie sur laquelle je cocherai : faire les courses.

      Supprimer
    3. Belle nouvelle! Faire les courses et/ou se rendre dans un service public? Soyons prudents.

      Supprimer
  12. Moi aussi, je le veux !! Le livre de Cantagrel est épuisé, celui-ci est donc indispensable ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas celui de Cantagrel, je l'avoue, je l'ai cité suite à ma recherche internet. Mais maintenant je sens qu'il était bien... ^_^ Cependant j'en découvre un autre sur le catalogue de la bibli...

      Supprimer
  13. Merci pour la belle musique qui fait du bien ♥
    Bon WE gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bach (et Buxtehude on dirait) font toujours du bien (même si je pleure à certaines écoutes, mais c'est du bonheur)

      Supprimer
  14. A défaut de lire le livre, je vais écouter cette cantate. Elle va me consoler de voir le soleil disparaître derrière des nuages.
    Bon dimanche !
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cantates, c'est le bien, quand le soleil se cache. ^_^
      Bon dimanche!

      Supprimer
  15. Je suis tellement inculte en musique classique que je ne saurais distinguer une oeuvre de Bach d'une oeuvre de Mozart. Bref, pas assez mélomane je pense pour avoir envie de me glisser dans ces pages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais moi je suis inculte en trucs plus modernes. ^_^
      Mais le livre ne demande pas d'en savoir tant que cela, tu sais.

      Supprimer
  16. Je suis venue juste pour te souhaiter un bon dimanche et te dire un grand merci pour ta gentillesse toujours et ton soutien chez moi, merci Keisha 💕💕💕❤❤❤

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci, tu es quelqu'un de spécial, tu sais. Courage, oui tu en as, tu es entourée aussi. Gros hugs.

      Supprimer
  17. Déjà noté chez Dominique, ton billet enthousiaste le confirme, c'est à lire.

    RépondreSupprimer
  18. Je l'avais noté chez Dominique moi aussi. Toutes deux, vous me donnez envie de le lire ! Et oui, encore !

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!