mardi 19 août 2008

Jimmy Corrigan





Jimmy Corrigan
Chris Ware


Prix Alph Art du meilleur album - Angoulême 2003
Delcourt, Collection "Contrebande", 2002



Attention : c'est l'une de mes BD "coup de coeur" !








Chicago. Jimmy Corrigan reçoit une lettre au bureau.
"Cher fils,
Je crois qu'il serait temps qu'on fasse connaissance,qu'est-ce que tu en dis ? Je ne suis pas très doué pour écrire, on peut se rencontrer, je pense qu'on aurait beaucoup à se dire! Dis-moi ce que tu en penses. J'espère que tu vas bien... Réfléchis-y!
Ton ami, Papa (sincèrement)"
- Mais je n'ai pas de.
Le téléphone sonne.
- M'man, je croyais t'avoir dit de ne pas m'appeler au.

Jimmy Corrigan décide d'y aller et le livre raconte sa rencontre avec son père; il découvre aussi Amy, sa soeur (adoptée) et son grand père.
Mais ... une autre histoire se déroule : celle du jeune James R. Corrigan qui vit avec son père William à Chicago en 1892 ; sa mère est morte à sa naissance. Son enfance se déroule quasiment sans amour , sans amitié.   "J'avais appris depuis longtemps à ne rien espérer".  Quelques brefs moments où il peut s'ouvrir un peu, comme lorsqu'il rend visite à un de ses camarades de classe et découvre une vraie et chaude ambiance familiale. Ce sera la seule visite.
James est en fait le grand père de Jimmy (vous suivez toujours ?), il raconte son histoire à sa petite fille Amy. Et si l'on fait bien attention aux détails, cette petite fille adoptée serait elle aussi la descendante de William.
Drôle d'anti-héros que ce Jimmy, presque muet, timide, emprunté, qui se laisse aller à son imagination. Il évolue un peu, Amy commençait à percer sa carapace (merveilleux petit dessin de la main de Jimmy qui cherche celle d'Amy) , mais cela n'ira pas plus loin, et pourtant, après le retour à Chicago, l'histoire s'achève peut-être sur une note d'espoir ?

J'ai trouvé cette bande dessinée extraordinaire ! L'histoire est racontée sans beaucoup de dialogues, en vignettes de différentes tailles juxtaposées. Il faut être très vigilant car de touts petits détails ont de l'importance ! Les plans d'ensemble sont aussi superbement rendus. Particulièrement le Chicago de 1892 et les pavillons de l'exposition.
Mais le mieux est que vous découvriez  quelques pages  en exemple.

Voir aussi : Joëlle  

Commenter cet article

Karine Il y a 5 ans
Je note cette BD... tu as éveillé ma curiosité, même si je ne lis pas beaucoup de bandes dessinnées!
keisha Il y a 5 ans

C'est une sorte d'OVNI , assez inclassable . Graphiquement, cela a l'air classique (ligne claire), mais c'est bourré d'inventions. Ce livre a obtenu aussi en 2001 le prix du meilleur premier
roman décerné par le Guardian.


A_girl_from_earth Il y a 4 ans
Wouf! Cette BD m'avait donné beaucoup de mal mais c'est vrai qu'elle peut valoir le détour pour son originalité.
keisha Il y a 4 ans


Enfin quelqu'un qui l'a lue ! Très subtile. Va voir aussi mon compte rendu de décembre je crois sur le DVD consacré à Chris Ware et son travail de dingue(emprunté en
bibli ausi).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.