lundi 29 novembre 2010

La nuit de l'oracle



http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/5/5/9/9782742747955.jpgLa nuit de l'oracle
Paul Auster
Actes Sud, 2004
238 pages totalement austériennes
 
 
 
Lecture commune avec Soie et Stéphie
 
 
Relevant d'une maladie qui l'a conduit près de la mort et ayant délaissé un peu l'écriture de romans, Sydney Orr quitte l'appartement de Brooklyn qu'il occupe avec sa femme Grace pour de courtes promenades dans le quartier ou des visites à son ami John Trause, un écrivain célèbre.
 
Il découvre par hasard une toute petite papeterie tenue par un chinois, où il achète un joli carnet bleu, dans lequel il commence à écrire avec "du plaisir, un sentiment exaltant et fou de plénitude".  Le point de départ est une anecdote fournie par Trause, découverte dans un roman de Hammett : un nommé Flitcraft quitte tout, famille, travail, après avoir frôlé la mort.  "La chute d'une poutre pouvait inopinément mettre fin à sa vie: il changerait sa vie inopinément, juste en s'en allant."
 
"Les mots me venaient, rapides, en douceur, sans effort apparent. (...). Les mots suivants semblait toujours être là, prêt à sortir de ma plume. Je voyais mon Flitcraft comme un nommé Nick Bowen. "
Ce Bowen est directeur littéraire, reçoit le manuscrit oublié d'un roman de Sylvia Maxwell, intitulé La nuit de l'oracle. Qui raconte l'histoire d'un homme qui lors de crises pouvait connaître certaines parties de l'avenir. Bref, Bowen échappe lui aussi à un accident mortel, et part à Kansas City.
 
Le lecteur habitué à Paul Auster reconnaîtra avec plaisir l'intrusion d'histoires dans l'histoire, habilement narrées en parallèle, dans un style fluide qui permet de suivre facilement. Sauf que là s'ajoutent de très longues notes de bas de page, passionnantes, qui éclairent la vie passée de Sydney Orr et obligent le lecteur à décrocher (à regret) d'une histoire pour se plonger dans une autre. Dur pour les nerfs, mais vivifiant pour le cerveau!
 
Nous sommes là en plein coeur du processus de création littéraire.
En effet Sydney décide de donner à Rosa Leightman, petite fille de Sylvia Maxwell, le corps de Grace, tout en donnant à Bowen un physique éloigné du sien. Pourquoi Kansas City? Sydney découvrira qu'en fait il se rappelait un événement qui s'y était déroulé. Bowen y rencontre un type qui collectionne les annuaires (Sydney possède l'annuaire de Varsovie daté de 1937-1938). "Il y a d'autres décisions à prendre, bien entendu, une foule de détails significatifs à imaginer (...).Depuis combien de temps Rosa vit-elle à New York, par exemple? Qu'y fait-elle?..." "Je ne rédigeais pas encore l'histoire, je ne faisais que l'esquisser à grands traits et je ne pouvais pas me permettre de m'enliser dans le détail de considérations secondaires.(...) Pour le moment je ne souhaitais que foncer droit devant moi, découvrir où allaient me conduire les images que j'avais en tête." John Krause apparaît dans l'histoire de Bowen. Sydney ne découvrira pas pourquoi ce choix de Sylvia Maxwell.
 
Tout commence à pas mal se mélanger... Un rêve de Grace évoque une situation critique pour Bowen. Mais "tant qu'on est dans un rêve, il y a toujours moyen de sortir". Ce qui arrive dans un roman peut-il influencer la réalité?
 
Encore une fois Paul Auster bouscule son lecteur et ne lui laisse pas la possibilité de décrocher des pages de son roman. C'est éblouissant mais ce qui pourrait n'être d'artificiel est passionnant grâce au talent de conteur hors pair d'Auster. Il a vraiment l'art d'inventer des histoires parfois incroyables, mais en un paragraphe le lecteur est pieds et poings liés.
 
D'autres avis : chez BOB
 

Partager cet article


Commenter cet article

Isabelle Il y a 2 ans


J'avais adoré ce roman ! Mon premier Auster, et le seul à ce jour... mais j'en lirai donc, c'est certain ! Surtout si ses autres romans sont aussi uniques !






Cécile Il y a 2 ans


Pas très emballée par "Seul dans le noir", unique roman que j'ai lu de cet auteur. De plus, le sujet ne m'attire pas tant que çà. En aurais-tu un autre à me proposer pour me laisser séduire ?




Aifelle Il y a 2 ans


Pas de tentation chez toi ce matin, Paul Auster m'indiffère (pas taper).



Stephie Il y a 2 ans


J'ai eu du mal à y entrer puis me suis régalée. Merci pour cette lecture commune.



juliette Il y a 2 ans


Comme je le disais à Amanda Meyre, je me souviens avoir adoré mais tous les Auster se mélangent dans ma tête!!!






clara Il y a 2 ans


Je n'ai aucune excuse... je n'ai toujours pas lu cet auteur ! Pas me punition, promis?



Gwenaelle Il y a 2 ans


Moi aussi je m'étais laissée captiver par ce roman mais si je devais en faire le résumé aujourd'hui, je serais très très embêtée...



Dominique Il y a 2 ans


je te sens très enthousiaste, j'ai beaucoup lu et aimé Auster mais maintenant je cale, je m'ennuie un peu
j'ai souris en lisant qu'il y avait une histire de carnet bleu, il y a qq années il avait écrit un carnet rouge   Cet homme apprécie les carnets !



Kathel Il y a 2 ans


Je lai lu et beaucoup aimé, mais je dois dire que je ne m'en souviens plus très bien, même en lisant ton billet attentivement... J'ai remarqué cela avec les romans de PA : difficiles à résumer,
ils laissent peu de traces dans la mémoire !



Irrégulière Il y a 2 ans


Je note...



Valérie Il y a 2 ans


Je suis encore en phase de découverte d'Auster, alors je note. J'ai tant aimé Invisible.



Neph Il y a 2 ans


J'en ai lu deux-trois de lui, et j'avais repéré celui-là...



Soie Il y a 2 ans


Hum ... à te lire je me demande si malgré deux lectures je ne suis pas passée à côté d'une partie de l'histoire ... A lire nos billets respectifs il n'est pas évident à première vue qu'on parle
du même livre ... sourire ... je m'empresse de dire que je l'ai trouvé passionnant aussi.


Pour les annotations en fin de page, j'adore ton expression : éprouvant pour les nerfs mais vivifiant pour le cerveau, son livre c'est exactement cela.


je ne sais pas si j'ai eu le cerveau bien oxygéné ...sourire ... il va falloir certainement que je m'entraîne assidûment.


J'ai principalement retenu ce que chaque personne (Trauser, Grace et le narrateur) avait d'ambigü vis à vis des deux autres... et pourtant la sincérité indéniable des liens qui les unissaient.


Une très belle lecture en tout cas que je suis contente d'avoir partagée avec toi et Stephie.



Reka Il y a 2 ans


Ma découverte de l'auteur s'est amorcée avec ce roman-là... Mais je n'ai pas adhéré du tout. Pourtant l'idée de départ me plaisait, mais je n'ai pas été conquise... Ce livre m'a ennuyée.



Océane Il y a 2 ans


Un bel écrivain, qui sait frapper avec des mots. Je le lirais certainement.



sylire Il y a 2 ans


Ah, oui ! Un super roman !



Géraldine Il y a 2 ans


Rencontre avec l'auteur prévue en début d'année prochaine pour moi. Depuis le temps que je lis des billets sur lui, il est temps que je passe à la vitesse supérieure !



Manu Il y a 2 ans


Un beau roman, comme d'habitude, mais pas mon préféré de l'auteur !



Géraldine Il y a 2 ans


Mais non ! C'est juste que chaque livre est une rencontre avec un nouvel auteur !!



dominique Il y a 2 ans


C'est un de mes préférés de Paul Auster. Beaucoup de plaisir à la lecture. Pas gai du tout,mais pourtant nimbé d'un sorte de désinvolture sympathique.


Je compte encore lire Brooklin foolies et le Diable par la queue...



Alex-Mot-à-Mots Il y a 2 ans


Je me laisserai bien tenter par ce titre d'Auster, il y a longtemps que je n'en ai pas lu.



Maeve Il y a 2 ans





Oulala ! Ca fait une éternité que je n'ai pas lu du Paul Auster... !



Karine :) Il y a 2 ans


J'ai aimé ce que j'ai lu d'Auster mais bizarrement, je ne l'ai pas lu depuis un petit moment... faudrait, faudrait!



Marie Il y a 2 ans


Tiens ?! Je voulais lire absolument lire ce roman lorsqu'il est sorti en 2008 ou 2009... Et puis je l'ai oublié, enseveli dans les pages de ma liste ! Je crois que je vais maintenant attendre sa
sortie en poche !  



Marie Il y a 2 ans


2004 ? Ah ben zut, je croyais qu'il était beaucoup plus récent !






keisha Il y a 2 ans


@ Marie


Et moi je pensais que c'était un "vieux" cru, alors tu vois, ça fait une moyennne!



Ellcrys Il y a 2 ans


Ce Paul Auster est dans ma bibliothèque et n'attends que moi. Ce sera mon deuxième de l'auteur, et je pense le lire bientôt.



keisha Il y a 2 ans


@ Ellcrys


Auster est lui même à 110% là dedans!



Griotte Il y a 2 ans


Il est dans ma PAL depuis quelques temps... Va falloir que je le fasse sortir de là !



keisha Il y a 2 ans


@ Griotte


En effet, il est temps, c'est du Paul Auster bien reconnaissable et efficace...



cathe Il y a 2 ans


Je l'avais lu à sortie et je m'en souviens comme d'un magnifique roman à la construction en abîme sur le dédale de la création littéraire :-)



keisha Il y a 2 ans


@ cathe


Je pense que c'est une des plus "austériens" de l'auteur, j'adore ces constructions brillantes et maîtrisées, tu as totalment raison d'évoquer la mise en abyme (dont l'auteur est spécialiste) et
le dédale de la création littéraire, génialement abordée ici. J'en aurais bien pris cent pages de plus!



céline Il y a 2 ans


Tu as raison, Paul Auster a l'art de nous faire croire à l'invraisemblable, à nous passionner avec des histoires pleines de hasards et d'entrecroisements... Je me souviens aussi de ce titre comme
d'un "pur condensé" Austérien !



keisha Il y a 2 ans


@ céline


J'ignore s'il faut commencer par ce titre, ça passe ou ça casse, mais moi j'adore, j'y trouve ce que j'aime chez Auster...



céline Il y a 2 ans


J'ai adoré aussi, mais je me suis d'autant plus amusée que j'avais déjà lu beaucoup d'autres Paul Auster ! Je ne suis pas sûre que je le conseillerai comme première lecture de cet auteur, mais
sais-t-on jamais !



keisha Il y a 2 ans


@ céline


Sait-on jamais, comme tu dis... Pour un lecteur qui adore ce genre de jeux avec un auteur, oui! Sinon, autant prendre Brooklyn Follies, par exemple.


Pour ma part j'ai démarré la découverte d'Auster avec La trilogie new yorkaise et peiné un peu, il faudrait que je la reprenne, d'ailleurs... Surtout que ma lecture était hachée, les livres étant
empruntés à la bibli.



céline Il y a 2 ans


C'est drôle j'ai aussi commencé par "La trilogie new yorkaise" et moyennement aimé... Par contre j'ai ensuite dévoré "Moon Palace", et puis tous les autres ont suivi ! Je suis un peu sortie de ma
passion pour Auster mais quel auteur tout de même :-)



keisha Il y a 2 ans


@ céline


J'ai en gros suivi le même parcours... Il me reste encore quelques vieux romans à découvrir, et après c'est fini, alors
je fais durer...


Ceci étant, je lui garde une place dans mon coeur, tout en ayant découvert depuis des auteurs "équivalents" qui m'enchantent aussi.



céline Il y a 2 ans


Je serai curieuse de savoir lesquels, ça pourrait me tenter :-)



keisha Il y a 2 ans


@ Céline


Pour moi, le critère "austérien" c'est un peu le "page-turner" avec histoire dans l'histoire, mise en abyme et tout ça (mais pas forcément tout à la fois!). Le dernier qui m'a fait vraiment
penser à cela c'est Mon nom est Jamaica de Fajardo (dont l'un des personnages est traducteur d'Auster, y'a pas de hasard on dirait...)



céline Il y a 2 ans


Super, c'est noté !



keisha Il y a 2 ans


@ céline


Merci de ta confiance!


Actuellement je suis attirée par les lectures plus nature (sans délaisser les autres), , les goûts changent... Mais je n'oublie pas Auster!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!