lundi 27 décembre 2010

L'Homme Alphabet



L'Homme-Alphabet
Richard Grossman
Le cherche midi, lot49, 2011
 
 
 
 
 
L'auteur:   Richard GROSSMAN
"Écrivain hors norme, artiste et poète, salué par Kathy Acker et William T. Vollmann, Richard Grossman est né au Texas en 1943. Diplômé de Stanford, il a entrepris l’écriture d’une trilogie romanesque, American Letters, dont L’Homme-Alphabet est le premier volet."
 
« L'Amérique adore les meurtres, or je suis un meurtrier américain. Si vous voulez faire la une des journaux (ce qui a été mon cas à plusieurs reprises), vous n'avez qu'à détruire quelqu'un avec un minimum d'imagination. »
 
 
"Si un enfant est jeté dans les ténèbres, si un enfant est jeté dans les ténèbres extérieures, si un enfant ne reçoit pas d'amour et ne voit pas d'amour à part l'amour des chaïnes et des fouets, l'enfant construira un monstre, morceau par morceau, au-dedans de lui. L'enfant construira sa maladie; l'enfant qui en voit trop construira son aveuglement.
J'ai scruté un chaos de couleur chocolat.
Ma mère était folle. Elle avait toujours été folle. Une petite chanson intérieure, et mon père la battait comme un chien. Méritait-il de mourir de ma main?
Oui.
Les sentiments que nous ne parvenons pas à maîtriser, nous les déléguons à nos jouets. A chaque murmure ils deviennent plus grands, plus séduisants et plus dangereux."(...) Mon clown a été créé comme une organelle, une voix indépendante émergeant d'une cellule unique."
 
C'est à travers les pensées souvent délirantes de Clyde Franklin et de ce fameux "clown" qu'émergent petit à petit les traumatismes qui ont marqué l'enfance pas du tout tendre de Clyde (viol? satanisme?) et l'ont sans doute conduit au meurtre. Poète reconnu et célébré, il sort de prison après vingt ans de cellule.
"Le jour où j'ai été libéré de Patton State, j'ai vu à quoi allait ressembler le reste de ma vie.
Une succession de black-out et de bouteilles."
 
Après avoir fait connaissance d'une ex-prostituée nommée Barbie, il reçoit de sa part un appel à l'aide, et il fonce à Washington pour la retrouver et la délivrer de la vengeance d'un sénateur qu'elle a voulu faire chanter. Dans l'avion il rencontre un prêtre ex-assassin, qui plus tard l'aidera, en attendant il se fait tabasser à sa descente de taxi, mène son enquête, cherche toujours Barbie... Un thriller dans ce roman qui réservera quelques surprises pas mal ficelées...
Depuis son enfance Clyde s'est tatoué toutes les lettres de l'alphabet (sauf une) sur son propre corps, d'où son surnom de L'Homme-Alphabet.
 
Comment est-donc construit ce roman? Très simplement et clairement (il fallait bien quelque chose de clair pour le malheureux lecteur...). Les grands chapitres sont nommés A, B , etc, et dans chacun apparaît le discours du fameux clown (voir plus haut) et des chapitres numérotés 1 et 2. C'est là que parfois on a l'impression d'être dans un roman à suspense classique, mais ça dérape facilement, dans le fond comme dans la forme.
 
Clyde écrit donc ses souvenirs, pas de problèmes avec les lettres, qui parfois vivent leur vie sur les pages, mais en revanche il ne sait compter qu'à jusqu'à deux. Comme le dit le clown, qui intervient à sa guise, "il a déjà fait ce qu'il est en train de décrire. Quand il écrit ça sort tout par couches, d'abord il est libre puis il est encagé, d'abord il raconte l'histoire de sa vie puis il raconte l'histoire de son esprit, d'abord il est lui puis il est moi, d'abord il est sain puis il est cinglé. Je peux faire irruption à tout moment, je peux me placer absolument où je veux dans la mesure où il est pas fichu de compter ses chapitres quand ils sont numérotés A, B et C, j'ai la carte du pays (on dit des trucs recherchés comme tout, nous les clowns, t'as vu?) parce que quand j'ai fait son sale boulot en bas dans la salle j'ai obtenu le droit du seigneur, ce qui signifie que je le droit de vie et de mort"
 
Malgré quelques tentatives pathétiques de Clyde pour garder sa raison, le "clown" refait toujours surface "Toute façon ça change rien passke maintenant ce livre c'est mon truuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuc, et je peux te dire, Al, qu'entre ses Un et ses Deux notre héros a perdu un boulon, il va disparaître entre les draps, notre pauvre goéland poétique, il va sombrer dans l'oubli passk'un alphabet peut protéger un homme que jusqu'à un certain point, passke ces amulettes avec et sans serif c'est rien de plus en fait que des charmes palimpsestiques, elles ont leurs trous leurs taches leurs troncs où les choses maléfiques peuvent plonger et entrer, le temps rude et impétueux au fil des années va déchirer la peau et laisser entrer ces microbes clownesques, et une fois qu'ils sont entrés c'est la romance à l'état pur"
 
Le passage précédent donne une idée du style des passages réservés au clown, ailleurs c'est parfois extrêmement classique comme dans un thriller habituel, puis ça peut déraper en parallèle avec Clyde... J'en profite pour dire bravo à la traductrice qui a dû aussi pas mal souffrir pour faire passer la version originale sans la dénaturer, j'ai même des mots dont j'ignore le sens, tels algolagnie et bréphophage.
 
En conclusion
Encore une aventure qui m'a happée, donné parfois du malaise, de la pitié, agacée aussi par ses originalités typographiques (justifiées, certes, mais point trop n'en faut à mon goût,quoique,  j'ai survécu au Tunnel, donc ça va), laissée admirative face à tant de maîtrise narrative et d'audace stylistique, ouch c'est brillant. Je crois aisément que certaines parties font référence à l'enfer de Dante, ce furent les plus dures à lire.

Des crimes atroces, un gamin abusé, une manipulation, il y a là de quoi plaire à beaucoup (je suppose que ça pourrait ressembler à du Stephen King pour le thème, mais je n'ai pas vraiment lu, je suis petite nature) ... sauf que l'écriture n'est pas classique. De ce point de vue, j'ai aimé les différentes "voix", on a vraiment l'impression d'être en plongée totale dans l'univers tordu, terrifiant et terrifié, du narrateur. Un roman choc. Prévoir du léger après.
 
Interview de l'auteur, qui parle aussi de Lazarus, le  deuxième volume de la trilogie paru. Il faudrait voir comment cet Homme-Alphabet va s'intégrer dedans.
 
Merci au cherche midi et à Solène Perronno!

Commenter cet article

Aifelle Il y a 2 ans


Pas du tout mon truc à moi cette histoire, ni le style, ma PAL te dit merci ce matin



clara Il y a 2 ans


Un livre qui n'est pas pour moi...



Stephie Il y a 2 ans


Cette collection m'a l'air d'aimer la littérature choc ;)



Kathel Il y a 2 ans


Je n'aime pourtant pas spécialement le rose et les frous-frous, mais là, c'est trop noir pour moi ! (tu t'y attendais
aussi, non ?)



Hélène Il y a 2 ans


Bof bof, réussiras tu à convaincre qqun ?



irrégulière Il y a 2 ans


ça m'a l'air bien compliqué à suivre quand même...



Lystig Il y a 2 ans


moi, cela me convainc !


(ok, j'aime les trucs "strange"!!!)






Gwenaelle Il y a 2 ans


Pour le lourd, j'ai déjà le foie gras et le chocolat. Trop ignoble et trop complexe pour moi...



Karine:) Il y a 2 ans


Ce n'est pas la première fois que je croise un billet sur ce roman et si je suis intriguée (les histoires de folie m'intriguent toujours), je n'arrive pas à me décider.  J'ai peur
que ce soit un peu trop coup de poing pour moi.



Manu Il y a 2 ans


A part peut-être Ys, je doute que tu convainques beaucoup de gens



Marie Il y a 2 ans


Les citations du clown ont l'air compliquées dis-moi ! D'accord, le réveillon de Noël m'a sans doute un peu ramolli la cervelle, j'avoue...   ;-)


Déjà, il m'a fallu l'aide du dictionnaire pour comprendre ce que pouvaient être "les charmes palimpsestiques" et je n'ai carrément rien compris du tout vers la fin : "le teméps rude et
impétueux au fil des années"...


Bon... Je relirai peut-être ce billet lorsque j'aurai la tête plus claire !  ;-)






In Cold Blog Il y a 2 ans


J'avais repéré ce roman dans la dernière sélection Blog-o-Book. Ce que tu en dis confirme mon bon pressentiment : on dirait un mélange de Stephen King et de Chuck Palahniuk... Je note le titre
sur ma LAL.



Alex-Mot-à-Mots Il y a 2 ans


C'est quoi cette historie du tunnel, tu m'intrigues....



choco Il y a 2 ans


Quand j'ai vu passer le livre chez BOB, j'ai tout de suite pensé à toi ! J'étais certaine que ça t'interpellerais !



bruno Il y a 2 ans


tout d'abord un grand bonjour à toi Keisha ! un moment que nous ne nous etions pas croisés via nos commentaires respectifs ^^ Il se trouve que je suis actuellement en train de lire ce roman. Moi
qui suis capable de lire un livre dans n'importe quelle situation sonore, là je t'avoue que j'ai du éteindre musique et autre télévision pour me caler bien au fond de mon fauteuil avant
d'entamer  cette histoire complètement folle pour ne pas perdre le fil  ! j'en suis à la moitié du roman, et je suis assez séduit! Quel étrange voyage dans ce cerveau dérangé! Sacré
exercice de style en tout cas pour cet auteur ! ce roman qui plus est le premier opus d'une trilogie, j'attendrai la suite avec grande impatience! La premiere bonne surprise de l'année je pense.
A bientôt j'espère !



Dominique Il y a 2 ans


Pas pour tout de suite car j'ai plusieurs lectures en cours mais je retiens ce titre, j'aime bien les histoires fortes



Solène Il y a 2 ans


Pour ma part je ne l'ai toujours pas lu... Certains diront que j'avais des circonstances atténuantes mais je compte bien le lire dans les tous premiers jours de la nouvelle année. En tous cas tu
donnes envie même si c'est un texte difficile (mais quel texte te résistera ?).



A_girl_from_earth Il y a 2 ans


Ça me tente bien à première vue comme ça (moi dès que c'est original et bien traité...) mais comme en ce moment je suis déjà dans le besoin de léger, je m'en vais attendre un peu...



Caroline Il y a 2 ans


Je l'ai reçu via BOB et j'ai hâte de le découvrir, même si j'appréhende beaucoup les atrocités exprimées à demi-mots que tu soulignes, car le noir bien fort aurait plutôt tendance à me
repousser... En revanche l'expérience stylistique me tente bien. A voir, je vais bientôt m'y mettre, après la torture en Algérie dans le dernier Jérôme Ferrari dans lequel je suis en ce moment
(je sens que tout cela va bien s'alléger par la suite !!)...



zarline Il y a 2 ans


J'ai loupé ton billet mais je me rattrape aujoud'hui. Franchement, en lisant les extraits, j'ai bien peur de ne rien comprendre à ce livre. Je passe pour le moment, surtout que je lis justement
un autre livre de Lot49, Le coeur est un noyau candide de Lydia Millet, un peu bargeot aussi et une forme assez difficile à suivre mais une bonne découverte pour le moment. J'espère en parler
bientôt...





Je vais le lire prochainement et donc je survole ton billet (mais en retiens quand même une bonne impression).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!