lundi 27 juin 2011

Dans le dos noir du temps



http://ecx.images-amazon.com/images/I/511XH8DNQ6L._SL500_AA300_.jpgDans le dos noir du temps
Javier Marias
Rivages, 2000
 
 
 
 
 
Dans la chaîne des livres de Ys, certains romans furent moins aimés ou plus discutés, et Le roman d'Oxford en fit partie. Après ma lecture je me disais ne pas en avoir fini avec l'auteur, dont j'avais apprécié l'humour glissé dans de longues phrases qui partent dans tous les sens (mon péché mignon?), le tout au service d'un récit so british.
 
Dans le dos noir du temps s'est révélé aussi jubilatoire, mais je doute de convaincre beaucoup de monde.
 
En effet, dans le genre "n'importe quoi bien maîtrisé et assumé", c'est encore "plus pire".
 
Dans le roman d'Oxford, Marias racontait son séjour à Oxford, décrivait les meurs locales, ses collègues, ses amours avec la femme d'un professeur, ses recherches de vieux livres, et évoquait l'écrivain John Gasworth dont un certain Hugh  Oloff de Wet photographia le masque mortuaire.
 
Avec Le dos noir du temps, il nous fait part de l'accueil reçu par son roman ("Cependant, le roman n'eut pas une mauvaise fortune, pour immérité que ce fut, même s'il y a eu quelqu'un pour le qualifier de nullité et même de plus mauvais livre de tous les temps, ce qui ne manque pas de mérite") et particulièrement à Oxford. Certains y virent un roman à clef, beaucoup s'y reconnurent, au point de générer une contrariété chez ceux qui n'y étaient pas! Marias craignait de vexer ou de se faire des ennemis, mais il découvre à sa grande surprise qu'un de ses amis désire figurer dans son prochain roman, que les libraires aimeraient jouer dans le film qui va en être tiré, etc...
 
Las! Javier Marias, eut beau insister, comme quoi le narrateur du roman et l'auteur étaient distincts, qu'il n'était ni marié ni père, rien n'y fit, on "découvrit" même qui était son amante fictive...
 
"Le sentiment que les livres me cherchent n'a pas cessé de m'accompagner, et tout ce qui est passé de mes pages fictives du Roman d'Oxford à la vie a également fini par trouver matérialisation sous cette forme, en forme de livre(...) . Tant de choses ont sauté du roman dans ma vie que je ne sais plus combien de feuillets il me faudra pour le raconter."
 
Tout se brouille de plus en plus... Voici l'histoire de Wilfrid Ewart, qui mourut d'une balle dans l'oeil à Mexico, puis revoilà Gasworth et de Wet. Même un hilarant passage avec Franco... mais où cela mène-t-il le lecteur?
 
"Si un lecteur se demandait ce qu'on peut bien être en train de lui raconter et vers où tend ce texte, il faudrait simplement lui répondre, je le crains, qu'il se limite à parcourir son itinéraire et par conséquent de tendre à sa fin, de même, d'ailleurs, que tout ce qui traverse le monde ou s'y produit. Mais je ne pense pas que ceux qui seront arrivés jusqu'ici se posent désormais ce genre de questions." (oh non, on est page 282)
 
Les coïncidences s'accroissent, " j'eus parfois le sentiment qu'il faut faire attention à ce qu'on invente et écrit dans les livres, car il arrive que cela se réalise."
 
Un roman un peu bizarre que j'ai dévoré, où on oscille entre fiction et réalité, sans frontières bien nettes..., entre passé, présent, futur(?), dans le dos noir du temps, selon l'expression empruntée à Shakespeare. (page 294)
 
Et Wikipedia m'apprend que:
Le 6 juillet 1997, Javier Marías devient roi d’un îlot des Caraïbes ; le monarque du Royaume de Redonda,Juan II (l’écrivain John Wynne-Tyson) vient d’abdiquer en sa faveur  . [C’est un titre qui se transmet dans la sphère des lettres pour perpétuer l’héritage littéraire des rois précédents : Felipe I (Matthew Phipps Shiel) et Juan I (John Gawsworth  ).] Javier Marías accepte de perpétuer la légende et prend le nom de Xavier I.
 
Quand je vous disais que réalité et fiction se mélangent...
 
Challenge Voisins Voisines

 

Commenter cet article

Ys Il y a 2 ans


J'aime bien les romans un peu bizarres, mais Le roman d'Oxford n'est pas arrivé jusqu'à moi, pas la peine d'entreprendre celui-là, je pense...



Kathel Il y a 2 ans


Euh, oui, cela semble spécial... de plus, j'ai essayé une fois un roman de Javier Marias, et j'ai dû abdiquer ! Je ne suis pas prête à recommencer...



Océane Il y a 2 ans


C'est un auteur qui attend sagement dans ma bibli, avec ce roman. J'aime les choses étranges :)



clara Il y a 2 ans


Peut-être un poil trop "spé" pour moi..



keisha Il y a 2 ans


@ clara


Aïe! Tu as perçé à jour mon amour des machins un peu "spé"...Tu sais, ça peut aussi te venir, avec le temps... Mais
en atendant, il y a de chouettes romans à lire, ne t'inquiète pas, je lis aussi du plus classique...



In Cold Blog Il y a 2 ans


Un cœur si blanc m'avait laissé plus que dubitatif, pour ne pas dire mega déçu. Ce n'est pas encore avec ce titre-là que je risque de replonger...



keisha Il y a 2 ans


@ In Cold Blog


Mouarf, Un coeur si blanc me fait de l'oeil à la bibli, et un autre aussi improbable que Dans le dos noir du temps... Je reconnais que c'est assez particulier, ça passe ou ça casse.



Dominique Il y a 2 ans


j'ai lu cet auteur il y a assez longtemps mais sans que cela me laisse un grand souvenir ...je passe donc (ouf ma carte bleue approuve )



keisha Il y a 2 ans


@ Dominique


Ah? Ma CB n'a aucun souci car je trouve ma dose à la bibli. J'aime bien ces lectures un peu étranges et virtuoses, de temps en temps, bien sûr...



Marie Il y a 2 ans


Pas très courageuse sur ce coup là, je passe à petits pas...  






keisha Il y a 2 ans


@ Marie


Hélas, je reste dans la quasi solitude sur ce coup là...



sybilline Il y a 2 ans


Pas encore lu celui-ci bien que je sois une fan de Marias, surtout "Demain dans la bataille pense à moi" son meilleur livre à mon avis



keisha Il y a 2 ans


@ sybilline


Enfin! Je me sentais bien seule... Ton avis me fait chaud au coeur. Mais attention, il vaut miux lire Le roman d'Oxford
avant; j'ai même découvert deux autres romans où il reprend les mêmes personnages, hélas ma bibli ne possède que le premier...


Je note le titre dont tu parles.Ma bibli en possède un autre, Un coeur si blanc.



maggie Il y a 2 ans


J'avais le premier que je n'ai toujours pas lu mais ce deuxième livre me tente moins, surtout parce qu'il semble de pas avoir de sujet en particulier. C'est déroutant non ?



keisha Il y a 2 ans


@ maggie


Il vaut mieux lire le premier avant pour apprécier le deuxième... Le sujet ou les sujets? Bah, cela n'a guère d'importance, moi je me laisse guider, c'est amusant. Et puis l'auteur lui-même
s'amuse à nous balader, alors... Voir les passages que je cite, l'auteur a quasiment anticipé les critiques.



Edelwe Il y a 2 ans


Ton billet m'intrigue! :)



keisha Il y a 2 ans


@ Edelwe


Avec cet auteur, je sens que ça passe ou ça casse. Essaie en bibli, c'est plus prudent.



loula Il y a 1 an


Tu me fais penser que j'avais été très intriguée par le roman d'oxford, je vais voir si je trouve ça quelque part!!!



keisha Il y a 1 an


@ loula


Ce serait bien qu'il y ait quelques lecteurs emballés par cet auteur... Je me sens un peu seule!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.