lundi 5 septembre 2011

Du temps qu'on existait



http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/Grandes110/9/8/3/9782246787389.gifDu temps qu'on existait
Marien Defalvard
Grasset, septembre 2011
 
 
Mon bon coeur me perdra. Le 27 août  je lisais un article sur ce roman dans mon quotidien régional (dite la nounou), fus intéressée par les extraits cités et décidai d'en parler sur mon blog chéri, car j'aime bien les premiers romans risquant d'être oubliés dans la tempête de la rentrée littéraire. Et puis c'est un peu le régional de l'étape, quoi.
 
Las! Je découvris ensuite que les médias et les blogs s'étaient emparés du phénomène, allant du coup d'encensoir au jet de vitriol. Qu'allais-je faire dans cette galère? Moi qui n'ai jamais lu Houellebecq, c'est dire mon degré de provincialisme, et je ne suis pas de près les buzz... Pour la peine, je sens que dorénavant je ne parlerai que d'auteurs classiques bien morts.
 
Fidèle à mon habitude, j'ai essayé de présenter ce roman sans me préoccuper des polémiques autour de l'auteur et de me concentrer sur le livre lui-même.
Partons donc à la recherche du temps qu'on existait.
 
Cinquante ans de la vie d'une homme, à partir de son enfance dans les années 60, fils d'une famille nombreuse assez fantasque et aristocratique, dont la maison de campagne à Sacierges (au fin fond de l'Indre) vaudra au narrateur de fabuleux souvenirs d'enfance et une nostalgie marquante d'un paradis perdu. Ensuite il errera, d'un endroit à l'autre, au gré d'on ne sait quel vent, pour finir à Coucy dans l'Aisne.
 
Alors?
Ce roman passe haut la main le test de la page 99 (que j'aurais pu citer in extenso tellement elle est belle) , ce n'est pas un livre à lire "d'une seule main" pour reprendre l'expression stendhalienne que j'adore.
 
Assez vite l'on comprend qu'il vaut mieux suivre le narrateur dans ses errances et rêveries, son désenchantement  sans âge et ne pas trop vouloir connaître les détails qu'il nous taira (qu'il se taira?). C'est parfois frustrant et aux deux tiers du roman avalé jusque là dans l'émerveillement quasi total, j'ai commencé à fatiguer, désirant quand même une toute petite histoire à me mettre sous la dent, un objectif, quelques moulins à vent, même tournant à vide.
 
Sauf que juste à ce moment on est cueilli par des mots, un paragraphe et on se dit "ah quand même!" et ça repart! Je suis donc arrivée au bout du parcours de ce personnage peu aimable en fait, ne cherchant pas non plus à plaire, et de son aveu n'aimant personne. Quoique son manque d'intérêt pour sa propre vie entraîne le lecteur sur le même chemin...
 
L'évocation des séjours à la campagne est une pure réussite, Sacierges surtout, Bouloire aussi, les bretons devraient trouver leur compte dans les monts d'Arrée (on a même un séjour à Brest...); existent assez peu, hélas, de ces passages brillants où l'auteur croque des personnages, tels Paul, et peu d'émotion, sauf quand sa mère est bien malade. Puis le jeu de Monopoly, bien sûr.
 
Même si l'époque du roman est extrêmement précise et précisée en début de chapitre, une impression de hors du temps, d'intemporel s'en dégage. Cette enfance des années 60 a quelques décennies de retard.
 
Parlons enfin, last but not least, de l'écriture, étonnante (bon, je n'ai pas lu tous les livres, non plus), impressionniste je dirais, d'un flou enchanteur parfois. Mots rares, détournés, chantournés, le ciel omniprésent, beaucoup de couleurs... Trop rarement l'auteur se lâche un peu, et c'est plus fou (ça j'aime).
 
 "Je voyais le paysage, et c'était du nougat, et des fruits confits, dans la boîte à délices des jours."
" Mon coeur dévalait le colimaçon d'un escalier, trois marches à la fois, parfois glissant sur la rambarde, tourbillonnant sur les paliers."
" Les mots n'étaient pas de moi, on m'avait forcé à les dire, j'avais la bouche pleine de guillemets."
" J'aurais beau, dans les heures futures, me dire que la mort était imposée, qu'on ne pouvait pas entourer la mention, cocher la croix, la choisir comme son option de classe préparatoire ou son plat du jour dans le restaurant de la rue d'Octeville, je ne pourrais jamais m'y faire."
" La vie sans fard, la vie sans phares; sans maquillage du présent ni éclairage du lendemain." (ouais, bon.)
" Tout s'écrivait soudain dans une police grasse, épaissie, avant que la nuit, où souffle un vent penché, ne fasse danser ses italiques."
" Deux ou trois chocolats, gros, carrés comme des constructions soviétiques."
" Le boucher équarrissait à tire-larigot, du lever au coucher; pour lui, c'était un long dimanche d'entrailles" (bof, bof)
 
" quand vitement, lentement les jours s'engrisent, se vanissent, se contingentent..."
 
Jusqu'à la mort:
" Les couleurs disparurent. Et pendant les dernières minutes, il n'y eut plus que du blanc, le blanc du ciel..." (tout un magnifique passage!)
 
Au final
Un narrateur, pas trop d'action, beaucoup de descriptions, le temps dans le titre... mais oui, on pense à un certain Marcel! Non, Marcel fait preuve de plus d'humour, son écriture est plus ample (longues phrases, dit-on) et classique, il y a plus d'action que les méchantes langues ne le disent, et ce qu'il nous dit nous touche, atteint à l'universel. Ce ne serait ni  fair play ni bienvenu de comparer. Je recommande la lecture de Du temps qu'on existait, pour une somptueuse expérience, ça passe ou ça casse, je préviens. Des passages où ça manque de nerf, mais honnêtement, à relire pour écrire ce billet, je retrouve plaisir à suivre les méandres des phrases.
 
Un avis assez mesuré (parmi d'autres que vous trouverez aisément,

Commenter cet article

sybilline Il y a 1 an


Sincèrement les phrases que tu cites en démonstration du style de l'auteur me donnent plutôt envie de m'encourir ...  Ce sent trop la prétention et les effets spéciaux (qui au cinéma
compensent la pauvreté du contenu) pour me toucher et me séduire.






cathulu Il y a 1 an


La première page m'(a suffi: trop affecté pour moi...



Aifelle Il y a 1 an


Ah bon il y a du tam-tam autour de ce livre ? Je n'ai pas lu non plus Houellebecq, ni Darrieussecq, ni Virginie Despentes, ni .. ni .. je m'en tiens en général au résumé du livre et au style
d'écriture pour faire mes choix. Là, j'ai craqué sur trois bouquins de la rentrée, je m'en tiens là et reprend ma PAL. Pour celui d'aujourd'hui, je regarderai à la bibliothèque.



Ys Il y a 1 an


Ton premier paragraphe m'a bien fait sourire... mais quand même, tu fais rarement de si longs billets, on dirait qu'il t'a inspirée ce jeune homme.



Gwenaelle Il y a 1 an


En tout cas, ton billet à toi est très réussi... on sent que l'auteur t'a transfusé un petit je ne sais quoi... En ce qui concerne le roman, un style plein de panache sans réelle histoire pour le
soutenir derrière, c'est un peu dommage. Je le guetterai à la médiathèque. Signé : celle qui ne fait plus courir de risques à son portefeuille...



papillon Il y a 1 an


Mmm... Je reste dubitative... Et je te remercie donc pour une fois de pas augmentaer ma LAL !



moustafette Il y a 1 an


J'attendais un avis bloguesque, ce que tu en dis et ce que je lis me fait très envie...





Grâce à toi, je viens de prendre connaissance du phénomène (voui parce que moi chui encore plus à la traîne pour ce qui est buzz & co - enfin ça dépend, des fois j'ai des coups de chance qui me font tomber par hasard dessus). Ah ben quand même, 18-19 ans le jeune
homme! Et franchement, moi les extraits me plaisent bien, après, le sujet, peut-être moins, ou plutôt, le manque d'action. A voir...
Ça me fait penser à un petit génie de la cuisine de 17 ans que j'avais découvert via une émission TV, qu'est-ce qu'elle m'impressionne cette nouvelle génération précoce!



Malika Il y a 1 an


Pas vraiment au fait de la polémique autour de ce roman , mais en tout cas il s'en tire plutôt bien avec ton billet !!



Anne Il y a 1 an


Au vu des exemples que tu donnes, j'aurais tendance à m'écarter de ce livre... trop de recherche ostentatoire sur les images et les jeux de mots... ça me fait penser au mauvais livre (de mon
point de vue) reçu et critiqué récemment, "Mosaïque".



kathel Il y a 1 an


Euh, c'est la première fois que j'en entend parler... pas trop pour moi,je crois.



Manu Il y a 1 an


Je n'ai pas entendu parler du buzz autour de ce roman mais l'écriture a l'air trop travaillée pour moi.



nathalia Il y a 1 an


Billet très frais et presque printanier, je me rends compte que j'ai plein de billets à lire sur ton blog. Au fait qui c'est ce Houellebecq????



Mango Il y a 1 an


Je viens d'en entendre parler dans une émission sur je ne sais plus quelle chaîne où  passait Amélie Nothomb et cet auteur était présenté ni plus ni moins que comme le nouveau Proust.
Nothomb  a alors fait remarquer au journaliste que ce n'était sans doute pas un cadeau à lui faire qu'une si lourde comparaison!  Bon, j'ai lu ton billet trop tard pour comprendre de
qui et de quoi ils parlaient au juste! Maintenant ça y est, ça fait tilt!



clara Il y a 1 an


Ah, voilà lelivre qui fait polémique ! Chaque année, il y a en un au moins...


Pas tentée pour ma part ( tu n'es pas fâchée?)



keisha Il y a 1 an


@ clara


Je suis hyper calme (pour l'instant), tu sais, je ne suis pas toujours tentée par tes lectures (et heureusement), alors c'est très bien!



Océane Il y a 1 an


Quel enthousiasme ! Je suis passée complètement à côté de cet auteur, et des critiques. A noter, parce que là tu m'intrigues vraiment beaucoup !



keisha Il y a 1 an


@ Océane


Je ne suis pas 100% enthousiaste, mais reconnais qu'on sort des sentiers battus en cette rentrée littéraire.





J'avoue que je reste perplexe suite à ton article ; je ne suis pas sûre que j'arriverais à accrocher. Je pense qu'il doit être intéressant à lire mais pas si facile à lire. Peut-être que je me
trompe ?



keisha Il y a 1 an


@ Anne (De poche en poche)


Bah, on s'habitue au style, et on passe si un mot semble inhabituel, mais ça va. Le plus embêtant c'est qu'il ne se passe pas grand chose, c'est surtout de l'atmosphère. Pour la campagne, moi
j'aime, pour les villes, c'est moins bien passé. Mais bon, c'est personnel. Bref, une expérience!



Yv Il y a 1 an


Je dois être au moins aussi provincial que toi (ah les joies évidentes de vivre loin de Paris !), car je n'avais même pas entendu parler de cet auteur ni de ce livre. Je dois avouer cependant que
j'ai lu un Houellebecq (il y a longtemps), mais je me rattrape, je n'ai pas lu de Nothomb et n'en ai point envie.



keisha Il y a 1 an


@ Yv


Je suis pire que toi, lisant encore moins d'auteurs français... Mais c'est pour moi un "régional" (devenu bien parisien, à mon avis... )


Vive la province!!!



Géraldine Il y a 1 an


il me semble que ma copine Amélie a évoquer ce livre lundi soir sur France 5, dans c à vous.



keisha Il y a 1 an


@ Géraldine


Ta copine Amélie, oui... Tu vas lire son nouveau roman?


En commentaire, on m'a signalé ce qu'elle avait dit, mais je n'ai pas vu l'émission...






Géraldine Il y a 1 an


Bien sûr, j'ai déjà lu le dernier nothomb depuis 10 jours ! Mais programmé pour mi septembre car non proioritaire... Ce n'est pas un partenariat. Et je publie en priorité les lectures issues de
partenariats !



keisha Il y a 1 an


@ Géraldine


Moi aussi j'essaie de tenir le rythme pour les quelques partenariats.


Je ne pense pas lire le roman de ta copine, à moins qu'il ne me tombe dessus, je ne lui en veux pas personnellement, c'est plutôt les romans français en général. Mais au moins elle, elle a une
imagination! Et un style...


Au fait, j'ai lu Touriste professionel!



Géraldine Il y a 1 an


Et qu'en as tu pensé ? Lequel préfères tu ?



keisha Il y a 1 an


@ Géraldine


J'ai plus ri et m'y suis plus retrouvée avec la casquette de touriste "simple". Mais j'ai beaucoup appris sur le métier d'auteur de guide...



sylire Il y a 1 an


La bretonne que je suis est un peu titillée... mais cela ne suffira pas à me convaincre. Il y a tant à lire...



keisha Il y a 1 an


@ sylire


Je te l'accorde... surtout qu'il y fait pleuvoir pas mal, en Bretagne. Grrrr!



Lystig Il y a 1 an


des jeux de mots... écrits pr le "petit jeune" de la rentrée...



keisha Il y a 1 an


@ Lystig


Je n'ai pas parlé de son âge, autant ne pas se focaliser là -dessus. On verra ce qu'il deviendra!



Lou Il y a 1 an


C'est assez curieux... j'étais passée à côté de ce livre, ce que tu en dis me tente mais j'avoue ne pas être trop convaincue par ces extraits... à feuilleter en tout cas !



keisha Il y a 1 an


@ Lou


A feuilleter, mais j'ignore si cela donne une idée du roman? Ou à emprunter en bibli, sans risque!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !