lundi 26 mars 2012

Pettis bonheurs de l'édition



http://www.ladifference.fr/local/cache-vignettes/L197xH300/arton2194-c44be.jpgPetits bonheurs de l'édition
Journal de stage
Bruno Migdal
Editions de la différence, 2011
 
 
 
Particulièrement depuis que je tiens ce blog et que je reçois quelques livres (pas tant que cela, d'ailleurs, moi aussi je trie pas mal) d'adresses parisiennes, je rêve de découvrir l'envers du décor des maisons d'éditions. J'imagine de belles salles aux parquets luisants baignés de soleil, aux murs couverts de livres, les manuscrits s'entassant sur les bureaux et envahissant même le sol. Les cris de joie des lecteurs maison à découvrir une oeuvre superbe... N'étant pas naïve à ce point quand même, la découverte du petit opus de Bruno Migdal ne m'a pas trop traumatisée.
 
Bruno Migdal "travaille dans un établissement scientifique en région parisienne" et a décroché à la fois un congé du-dit établissement et un stage de trois mois (non rémunéré) chez un éditeur, rue des Saints Pères. Ne vérifiez pas, c'est Grasset.
 
Portant sur cette petite fourmilière un regard amusé, bienveillant et décontracté, il croque le portrait des habitués de la maison, éditeurs et auteurs, que l'on reconnaîtra aisément, réduits à des initiales (de ma petite province non germanopratine, je les ai reconnus, c'est dire!), dévoile quelques habitudes, raconte son quotidien de lecteur et rédacteur de fiches, sans grand pouvoir décisionnaire. Les manuscrits sont souvent médiocres, un auteur anonyme sans espoir d'être édité fait une apparition pathétique, un manuscrit sortant du lot est cependant refusé.
 
C'est court, agréable à lire, amusant et instructif. Coïncidence, j'ai lu en gros au même moment La liseuse de Paul Fournel, qui se déroule dans le même milieu éditorial. 
 
"Étrange regard que celui d'un premier lecteur sur un texte sur lequel ne s'est jamais posé et ne s'en posera guère d'autres. regard qui, avant cette expérience, s'inscrivait toujours dans le cadre préalablement disposé, composé, modelé, par des paysagistes: ici, le défricheur c'est précisément vous, vous seul, ce qui oblige à réajuster et redéfinir votre champ de vision.Un texte publié, même médiocre, répond toujours à des critères formels qui, même poussés dans leurs retranchements, assurent sa lisibilité ou plus exactement l'adéquation entre son projet et son résultat; un manuscrit, lui, n'obéit plus nécessairement à une norme d'intelligibilité, ce peut être une jungle asphyxiante un désert minéral ou un tracé d'autoroute sans aire de repos ni destination, qu'il faut tenter d'imaginer ramené aux exigences d'un paysage plus hospitalier.
Fruit d'un labeur acharné, reflet d'un investissement névrotique et d'une expérience subjective unique, ce texte, parfois conséquent, lourd de centaines de feuillets, peut dès les premières lignes receler un vide structurel qui le rend aussitôt impraticable, ruine sa viabilité, son auteur ayant d'emblée négligé quelques règles fondamentales d'architecture : les yeux rivés sur l'exécution des moulures, sur le jointoiement des lés de tapisserie, il a omis d'y prévoir fenêtres ou escalier, les murs prennent de l'angle dès les soubassements, on n'ose y faire un pas de plus : l'édifice est irrécupérable, voué à la démolition, bien peu ayant la folie créatrice et jusqu'au boutiste du facteur Cheval."
 
Sébastien en parle.

Commenter cet article

Dominique Il y a 1 an

Décidement le monde de l'édition fait ...écrire , c'est bien le moins non ?
Nadael Il y a 1 an

Tiens donc je suis bien curieuse de voir ce qui se passe dans une maison d'édition, je note!
Mélopée Il y a 1 an

Noté et, tout comme toi, j'en avais entendu parler en simultané de ma lecture de "La liseuse". Curieuse aussi d'avoir des bribes de ce petit monde qu'est l'édition !
Anne Il y a 1 an

Cachou me l'a prêté, il faut que je le lise !!
clara Il y a 1 an

L'envers du décor... Intéressant !


PS : si tu ne m'aimes plus, et bien je vais pleurer ( et pas qu'un peu!)
Aifelle Il y a 1 an

Si les stagiaires se mettent à faire des livres aussi, où allons-nous ... je le note, mais pas pour tout de suite, j'ai d'autres choses sur le feu (ma PAL ne remercie pas Dominique aujourd'hui).
Manu Il y a 1 an

Ce n'est pas démoralisant ?
gambadou Il y a 1 an

voir les dessous de l'édition, c'est tentant
In Cold Blog Il y a 1 an

Au risque de ne plus pouvoir rien avaler, il vaut souvent mieux ne rien savoir de ce qu'il se passe en cuisine.
Pour ma part, je préfère ignorer tout des mesquineries et médiocrités du monde de l'édition. L'émission Strip Tease avec Cohen Solal m'avait déjà suffisemment dégoûté.
Anis Il y a 1 an

Oui, cela ne donne pas envie d'avoir un manuscrit dans la pile...
Catherine Il y a 1 an

Pourquoi pas, ça peut être instructif.


Bonne semaine.
Lystig Il y a 1 an

ça a l'air instructif !
Mango Il y a 1 an

Tentée, je me dis: "pourquoi pas , à l'occasion?"  et en même temps, je  suis tentée de réagir comme in Cold Blog: 'Mieux vaut ne pas tout connaître des arrière-cuisines si on doit
manger au restaurant, sous peine de  se laisser mourir de faim!"
L'irrégulière Il y a 1 an

Je note, ça doit être drôlement intéressant !
unepauselivre Il y a 1 an

Je ne suis pas sure de le lire un jour mais il me semble bien intéressant.

Haha! Tiens je pourrais écrire un livre sur le sujet moi aussi! L'envers du décor est en effet... intéressant... dans tous les sens du terme! Mais bon, elles ne se ressemblent pas toutes. En tout
cas, je le lirais bien ce livre moi aussi! Ah oui, j'ai découvert qu'on travaillait avec Paul Desalmand sur différents titres, du coup je vais lire son Pilon incessamment sous peu!
Géraldine Il y a 1 an

Voici forcément un titre qui me plairait ! Mais dis moi, tu lis plusieurs titres de littérature française à la suite ... Tu es sûre que tu vas bien, tu n'étouffes pas ???
Edelwe Il y a 1 an

C'est un sujet qui m'intéresse! Alors pourquoi pas?
keisha Il y a 1 an


@ Edelwe


Un petit format, qui se lit bien. Sur le sujet, tu as aussi La liseuse, dont on parle beaucoup sur les blogs (en bien), un éditeur à l'ancienne confronté à une liseuse...(je résume grossièrement)



Sébastien Il y a 1 an

J'ai beaucoup aimé aussi. C'est frais, drôle, littéraire mais pas barbant, ça se lit hyper bien et ça fait plaisir !


si tu veux voir mon article : http://culturez-vous.over-blog.com/article-bruno-migdal-petits-bonheurs-de-l-edition-journal-de-stage-140-petites-pages-la-difference-jan-104067345.html
keisha Il y a 1 an


@ Sébastien


Merci pour le lien, j'espère que plusieurs liront ce petit livre vraiment intéressant! Et j'ajoute ton lien!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !