jeudi 5 juillet 2012

Bartleby le scribe


http://ecx.images-amazon.com/images/I/41QC2wcm60L._SL500_AA300_.jpg

Bartleby le scribe
Une histoire de Wall Street
Herman Melville
Traduction Pierre leyris
folioplus classiques 19ème siècle, 2010



Le célèbre "I would prefer not to" est traduit ici par "Je préfèrerais pas".

Homme d'un certain âge, le narrateur emploie dans son bureau des copistes de pièces juridiques ou scribes.Parmi eux les déjà originaux Dindon (Turkey), Lagrinche (Nippers) sans oublier le garçon de bureau, Ginger Nut, qui fournit les autres en biscuits au gingembre.
"Les biscuits au gingembre sont ainsi appelés parce que le gingembre participe à leur composition et détermine en fin de compte leur saveur."
Bien sûr, bien sûr.

A la suite d'une annonce arrive un nouveau scribe, à "la silhouette lividement propre, pitoyablement respectable, incurablement abandonnée! C'était Bartleby!"

Après une période où il accomplit à merveille son travail, voilà qu'il répond à toute demande "Je préfèrerais pas." et refuse de quitter le bureau! Que faire face à une attitude obstinée et respectueuse? Le patron de Bartleby passe par différentes émotions, argumente, tente de trouver une solution à cette situation devenue complètement absurde.

On ignore si le narrateur est crédible, on n'en saura pas plus au sujet de Bartleby...

L'ironie de Melville est palpable au cours des pages, qui laissent le lecteur amusé, perplexe, déstabilisé, quasi inquiet au fur à mesure de l'histoire. Il faut découvrir ce petit chef d’œuvre sans équivalent. Personnellement je ne connaissais que le début de l'intrigue et ai pris connaissance de son déroulement et sa conclusion avec intérêt et incertitude.

folioplus classiques propose aussi une lecture d'image (Bureau dans une petite ville d'Edaward Hopper), un dossier et des notes.

Les avis de lilly,

42 commentaires:

  1. Très envie de découvrir Melville depuis que j'ai lu "L'Art du jeu" de Chad Harbach. Pourquoi pas commencer par celui-ci?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est L'art du jeu qui me tend les bras, maintenant...
      Détail intéressant : 70 pages! Une grosse nouvelle, quoi...

      Supprimer
  2. j'ai aimé l'humour plein d'ironie mais je n'en ferais pas un chef d'oeuvre pour autant, je trouve que l'on encense ce texte un peu trop à mon goût

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt la fin qui m'a étonnée, je voyais Bartleby évoluer un peu. On ne sait rien de lui, finalement.Une courte nouvelle, étonnante et intrigante, non?
      Je suis contente d'avoir enfin découvert Melville (Moby Dick m'attend!).

      Supprimer
  3. Un classique, oui, c'est peut-être pour ça que ça me semble ennuyeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, 70 pages, c'est tout. Et bien fichu et ironique...

      Supprimer
  4. Parler de Bartleby,je préfèrerais pas.
    Tout le génie de l'immense Melville si méconnu en fait. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Il faut que je me lance à la quête de Moby Dick maintenant...

      Supprimer
  5. La couverture d'Ed. Hopper est bien adaptée au sujet du roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement!
      Tu sais, depuis que j'ai appris qu'il y aura Hopper au grand Palais à partir d'octobre, je frétille!

      Supprimer
  6. Je ne l'ai encore jamais lu, ni aucun autre roman de cet auteur d'ailleurs !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier aussi (70 pages, sans risque). Irai-je chasser la baleine blanche?

      Supprimer
  7. Je feuillette mon Moby Dick,810 pages,des descriptions anatomiques dignes d'un précis de cétologie,des mesures,des étymologies.Un grand grand livre que j'ai lu assez tard et qui reste à mon sens assez difficile.Souvent affadi par les éditions jeunesse,mais il était difficile de faire autrement.Melville c'est aussi le remarquable Billy Budd,Benito Cereno et les nouvelles du Paradis des célibataires.Donne-moi des nouvelles si tu vas traquer le grand cachalot?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez difficile? Laissons donc de côté la version poche en VO (plus de 1000 pages)et rabattons nous sur la pavé en français (800 pages, oui), disponible en bibli. Laissons de côté la version jeunesse, en effet!
      La bête ne peut se lire qu'à domicile, vu son poids... Mais elle est déjà au bout de ma longue vue!

      Supprimer
  8. J'ai tellement peur qu'il m'énerve, ce Bartleby! Du coup, je n'ose pas tenter le coup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il intrigue plus qu'autre chose... Allez, 70 pages, pour toi c'est une promenade! ^_^

      Supprimer
  9. J'avais par hasard vu un billet qui m'avait intrigué et j'ai lu cette nouvelle bien étrange... Mais avec Melville, je ne sais quoi penser : je suis en train de faire une relecture de Moby dick et ça me paraît bien obscur car on voit pas que ce n'est pas seulement la poursuite d'une baleine ! ( qui en plus a un don d'ubiquité !!!!)... bref, Bartleby est vraiment une nouvelle à découvrir bien que j'ai préféré de loin "Mardi" qui est un très bon roman !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je vois que tu as lu Melville un peu plus sérieusement que moi. Pour Moby Dick, le pavé me fait peur, en tout cas ce ne sera pas pour juillet, trop gros pour être dans une valise. C'est un monument de la littérature et je me doute bien que cette baleine n'est pas qu'une simple baleine... Tu en es à la relecture, waouh!
      Mardi, OK, mais pas sûr que ce soit à la bibli (Bartleby n'y était qu'en livre audio, alors j'ai acheté le livre)

      Supprimer
  10. Le festival America en septembre, Hopper en octobre, tu ne vas plus quitter Paris .. Je n'ai jamais lu Melville, je ne suis pas hyper-attirée, il faudrait vraiment qu'il me tombe dessus .. et encore, le genre a rester dans ma PAL plus de dix ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste à espérer un super emploi du temps à la rentrée... ^_^ Pour le festival, en tout cas, car pour Hopper j'ai les vacances scolaires (avec parapluie et bouquin pour les files d'attente?)
      Bartleby se lit sans risque, 70 petites pages...

      Supprimer
  11. J'adore, j'adore, je vénère ce récit ! Mon préféré de Melville, avec Pierre ou les ambiguïtés. Je me retrouve parfois dans ce scribe un peu tenace, qui ne trouve rien à dire que I would prefer not to.. Et j'ai été passionnée par les discussions de spécialistes autour de la "bonne" traduction de cette expression de refus.. Un récit d'une richesse incroyable ! Et si déstabilisant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour être déstabilisant... ^_^ Merci de tes impressions de fan!
      Un cas parmi d'autres où une expression célèbre résiste à la traduction. L'anglais est une langue assez ramassée!

      Supprimer
  12. Ohlala voilà qui est très convaincant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En bibli, sur liseuse, tu devrais trouver et tester... Fais l'expérience du I would prefer not to!

      Supprimer
  13. Bonsoir Keisha, ce roman relativement court de Melville est une bonne introduction à l'oeuvre de Melville. J'ai eu le plaisir de voir une lecture théâtrale à Paris de ce roman par Daniel Pennac: très bien. http://dasola.canalblog.com/archives/2009/04/25/13486515.html Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord, car avant de me lancer dans Moby Dick j'ai pu tester l'auteur!
      Mais oui, une lecture théâtrale, ce doit être parfait!Veinarde!
      Bonne fin de semaine.

      Supprimer
  14. Le célèbre "I would prefer not to" est traduit ici par "Je préfèrerais pas" : ça me fait bizarre cette traduction, l'anglais fait classe et le français fait populaire, mais je n'ai pas lu ce livre donc je ne me rends peut-être pas bien compte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il existe différentes traductions, aucune n'est vraiment satisfaisante, l'anglais et ses formulations souvent ramassées résiste, résiste! Je te donne raison, l'anglais "I would prefer not to" est fort correct, et sa traduction difficilement satisfaisante. Mais que proposer? On tombe vite dans le charabia si on colle au texte.
      Moralité : à lire en VO. J'ai aussi préféré (!) donner l'expression originale.
      Note : dans le livre, le verbe préférer est pas mal utilisé ensuite par les autres personnages, une sorte de contagion... ^_^

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Sa fin aussi... A lire, pour connaître ce texte plutôt célèbre.

      Supprimer
  16. Je me pose juste cette question : cela vaudrait peut-être le coup pour cette oeuvre-ci en particulier de la lire en version originale , non ? Sinon, je ne connais pas du tout le thème de cette histoire et on peut dire que ton article me donne envie de découvrir ce classique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement d'accord, au moins en VO pas de souci, et là on doit mieux sentir encore les subtilités gommées à la traduction.Surtout que le livre est court.
      Finalement je n'avais même pas pensé à la VO (mais cela veut dire commander sur A ou ses copains, et comme j'étais en librairie et que c'était vraiment pas cher...)

      Supprimer
  17. Oh oui délicieux et toujours aussi savoureux en relecture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, tu lis et relis. Pour ma part, je ne dirais pas non, à l'occasion.

      Supprimer
  18. Un classique de plus à découvrir pour moi. Ton billet est très tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela faisait un bout de temps que je voulais le lire (bon, Moby Dick m'attend, et la bête est coriace)

      Supprimer
    2. Ah, j'ai aussi le projet de (re)lire Moby Dick ( parce que après vingt ans... ) Bonne pêche :)

      Supprimer
    3. Merci! Il m'attend à la bibli, pas de souci, mais il va falloir un bout de temps libre devant moi.Vacances, oui, mais à la maison en plus.

      Supprimer
  19. Pfiou, j'ai un peu de mal avec Melville qui ne me convainc qu'à moitié. Mais ce Bartleby reste un de mes meilleurs souvenirs de lectures !

    Mon gros défi à venir (mais je repousse sans cesse, c'est Moby Dick...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier Melville!
      Moby Dick est repéré à la bibli, mais curieusement ça fait un peu peur... On se demande bien pourquoi! ^_^

      Supprimer
  20. je me le suis procuré grâce (à cause ????) de toi ! merci !

    et je viens de réserver mes places pour l'expo Edward Hopper que j'attendais depuis si longtemps !!! je me suis faite avoir il y a deux ans avec l'expo Monet .... cette fois ci j'ai pris les devants !

    RépondreSupprimer
  21. Merci de rien, il est court et pas cher...
    Ouh là l'expo Hopper, il ne faut pas que je passe à côté, je dois réserver mes places, pas question d'aller exprès à Paris pour faire la queue des heures entières. Le problème est que je ne connais pas encore mes disponibilités...

    RépondreSupprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !