jeudi 20 septembre 2012

Quelques notions sur l'isle de Ceylan

Quelques notions sur l'isle de Ceylan
Eudelin de Jonville
Présentation de Marie-Hélène Estève et Philippe Fabry
Ginkgo éditeur, 2012




Connaissais-je Joseph Marie Eudelin Mervé de Jonville? Absolument pas. Né au Caire en 1756, mort à Londres en 1837, après une vie qui le conduisit à Smyrne où son père était consul, à Rosette (oui, la pierre!) comme vice-consul, et finalement à Ceylan, en tant que naturaliste auprès du gouverneur North. Gouverneur et ami d'ailleurs. C'est Marie-Hélène Estève, quelque temps attachée culturelle à l'ambassade de France au Sri Lanka, qui présente une biographie fort intéressante et élégamment écrite, étayée par de nombreux documents.

Mais la majorité du livre consiste en l'essentiel des manuscrits d'Eudelin de Jonville, qui furent longtemps oubliés à la British Library. Manuscrits agrémentés de dessins, cartes, dont certains sont reproduits ici.
Eudelin de Jonville est d'entrée un homme sympathique, modeste, curieux de tout, sachant être discret, et polyglotte. Il s'intéresse à l’histoire de l'ile, sa religion, sa géologie, avec de multiples détails (que j'ai parfois lus en diagonale) prouvant qu'il a passé du temps à se documenter. Il narre un voyage à l’intérieur de l'ile, pour présenter des lettres de créance au roi de Kandy, non sans un humour pince sans rire. Sa description des côtes de l'ile donne envie de s'y rendre, visiblement il est tombé sous le charme de cet endroit; cependant j'aurais sans doute mieux apprécié ma lecture si j'avais personnellement visité cette ile et donc été à même de visualiser les lieux.

Les documents annexes  (en français et en anglais) ne sont pas à négliger,  permettant d'admirer au passage l'art épistolaire de Jonville et de ses correspondants. Ah quelle époque où l'on savait trousser une lettre...

Une sorte de curiosité, donc, que ce récit, dans une typographie et présentation impeccables.
Merci à l'éditeur.

Challenge de Géraldine et sur son blog un vrai compte rendu de son voyage là-bas : Ceylan au 21ème siècle!
Challenge de Catherine

40 commentaires:

  1. Une lecture un peu plus originale que la moyenne. Je note, au cas où le hasard mette cet ouvrage sur ma route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai aperçu en librairie mardi dernier... Il peut être en bibli aussi un jour ou l'autre.

      Supprimer
  2. Ceylan rien que le nom me fait rêver, les senteurs, les oiseaux, les fleurs ET le thé ! j'ai des souvenirs de lectures sur Ceylan mais rien à part Ondaatje de transcendant, intéressant de l'aborder par le passé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis que Géraldine en a parlé, ça me fait bien envie... Dans ce récit, j'ai plus préféré la partie historique que géographique, faute de bien visualiser.

      Supprimer
  3. J'y ai fait escale une fois en allant sur Nouméa, je ne peux pas juger là-dessus même si après j'ai pas mal bourlingué en Indonésie mais oui le nom fait toujours rêver et ce petit livre m'a l'air parfumé !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit y avoir de superbes paysages, pourquoi n'irai-je pas un jour?
      Nouméa..., tentatrice!!!^_^

      Supprimer
  4. Ah, je l'ai repéré sur la liste des bouquins proposés par le prochain Masse Critique de Babelio... Ce que tu en dis me tente encore plus. Y'a plus qu'à croiser les doigts pour que je me le voie attribuer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tente! Un bouquin sérieux mais intéressant et instructif. Dans la liste Masse critique, j'ai repéré deux trois trucs intéressants... (j'ai déjà lu un des Gallmeister!)

      Supprimer
  5. Voilà une façon bien reposante de visiter le Ceylan... Il manque juste les odeurs et les sensations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les paysages! Heureusement j'ai eu le reportage photo de Géraldine...

      Supprimer
  6. Tu as l'art et la manière de diversifier tes lectures. Je prends exemple (enfin j'essaie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pourrais ne lire que des classiques anglais, sans me lasser, mais j'aime trop laisser libre cours à ma curiosité. Les livres le savent, ils se mettent sur mon chemin...

      Supprimer
  7. Je ne lis pas ta note de lecture pour l'instant car je l'ai reçu et je vais le lire (j'ai quand même vu que tu avais aimé, tant mieux). Finalement, je me demande pour le challenge îles (je ne suis pas encore inscrite)...
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends ton avis, surtout au sujet des passages assez détaillés... Un vraiment joli bouquin.
      Ce challenge se fait sans y penser, tiens, j'ai un billet Cuba en attente...
      Bonne fin de semaine à toi aussi!

      Supprimer
  8. J'aime vraiment beaucoup leur ligne éditoriale chez Ginkgo. Celui-ci a l'air aussi intéressant et original que les autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, il y a des livres épatants, des vieilleries de derrière les fagots, avec des voyages originaux des temps passés, sans oublier des romans d'auteurs moins connus; hélas la série "Ernestine écrit" est épuisée, sinon j'en aurais raffolé!
      Ajoutons beau papier de couleur crème, illustrations, pas de coquilles...

      Supprimer
  9. Ta prochaine destination alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends d'être un peu moins en overdose temple bouddhiste (datant de 2009). Plus choisir la bonne époque (mousson s'abstenir). Plus chercher un sponsor.^_^

      Supprimer
  10. Dessins, ecriture, savoir vivre, quels talents que ces aventuriers du XVIII eme siecle.Botaniste diplomate historien ethnologue. Une vie que je prendrai bien en échange...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces gens (de la noblesse, quand même, ou de la bonne bourgeoisie) recevaient une belle éducation.A l'époque, il ne fallait pas quelques heures d'avion, mais des mois de navigation, pour aller au bout du monde...

      Supprimer
  11. On peut dire que tu aimes naviguer d'une berge à l'autre^^
    En tout cas, voila encore une belle découverte chez toi aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me permettrais pas d'user d'expressions qui te sont réservées! ^_^ Mais tu as raison, c'est le cas, ici.
      Bonne fin de semaine.

      Supprimer
  12. Et tu navigues aussi d'un challenge à l'autre, c'est l'avantage quand on est curieux et qu'on ne se cantonne pas dans une seule catégorie de livres; Je suis de retour à Avignon... de Bretagne et je vais proposer cette semaine un challenge Bretagne Littérature, arts, Histoire... Ca t'intéresse?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... je suis en train de rater royalement un challenge Régions (celui de Lystig), alors tu as intérêt à proposer des titres alléchants pour que je me lance (nan, pas Chateaubriand, même pas en rêve!)

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Pas trop le mot que j'emploierais, disons, parfois un peu trop exhaustif, j'étais perdue.Mais des parties fort intéressantes. De toute façon, un document qui a le mérite d'exister, et d'être publié (enfin!)

      Supprimer
  14. Mes billets sur le Sri lanka ne t'ont pas permis de visualiser ? lol !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, pas assez! Il faudrait que j'y aille, quoi... ^_^

      Supprimer
  15. Oui, c'est vrai que les lettres étaient de véritables oeuvres et que la langue était très élégante et précise. on a peut-être de cela une certaine nostalgie. C'est dommage que l'on perde toujours quelque chose dans le progrès électronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va perdre cet art, hélas. Les seules lettres seront les administratives... Quelques unes de mes amies résistent et écrivent, mais le téléphone demeure un risque...

      Supprimer
  16. Argh tu me tentes ! La région a un joli nom, mais ne me dit rien de plus pour le moment ; l'époque, elle, m'intéresse beaucoup par contre. C'est donc noté, encore. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi été plus sensible au côté historique du livre. Mais visiter le Sri Lanka me dirait bien, un jour...

      Supprimer
  17. A priori, c'est un coin qui ne me tente pas du tout, malgré tout le bien que l'on m'en dit, mais le bouquin a l'air vraiment bien pour l'aspect historique, alors je note, des fois que le biblio l'ait.

    RépondreSupprimer
  18. J'essaie de ne pas m'éparpiller mais difficile avec cette présentation. Je le note dans ma pal mentale :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi une PAL mentale, réveillée quand je vois le bouquin, et une PAL écrite. Évidemment je choisis aussi en bibli des bouquins que je ne connais pas du tout.

      Supprimer
    2. Évidemment ;) Sinon ce serait trop simple :D

      Supprimer
    3. Quand je vais en librairie, je note les titres qui m'intéressent, histoire de les attendre ensuite en bibli...

      Supprimer
  19. edward perera 22 janvier 2015-01-22
    Permettez-moi d’attirer votre attention sur quelques erreurs d’impression
    des mots cingalais dans cet ouvrage. Dans les notes en marge intérieur sur
    page 135, 4. Le mot Milla (මිල්ල) est imprimé comme(මල්ල) qui signifie « sac »
    en cingalais. Sur page 130, 1.(අඟුල) orthographié comme(අගුල) qui signifie »serrure ou verrou » A vérifier l’orthographe des mots en page 100.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour!
      Je dois vous faire confiance, d'autant plus que je n'ai pas le livre sous la main et que je ne connais pas cette langue. Vous pourriez sans doute vous adresser à l'éditeur pour correction, il serait ravi d'avoir un lecteur attentif et connaisseur.
      Merci!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !