lundi 3 décembre 2012

Murtoriu

Murtoriu
Marc Biancarelli
Actes sud, 2012
Traduit du corse par Jérôme Ferrari, Marc-Olivier Ferrari et Jean-François Rosecchi


Allez, une fois n'est pas coutume, l'auteur : Marc Biancarelli est enseignant de langue corse, et a publié de nombreux ouvrages en corse et en français. La VO de Murtoriu a été publiée en 2009.
En langue corse, murtoriu revêt le double sens de glas et d'avis de décès.

"Et déjà il lui semble entendre les cloches sonner le glas dans son village, les gens qui tombent de désespoir, qui se jettent dans le ravin, les enfants sans soutien. Il entend le glas sonner, qui fige les campagnes, et il voit les gendarmes arriver, tenant à la main les télégrammes bleus qui annoncent eux aussi la mort, la mort sans fin, et qui disent la boucherie de Dieuze, qui disent les massacres des Eparges, et qui disent le désastre de l'Argonne, et qui racontent les tueries de la côte 304 et du Mort-Homme, et le carnage de ce jour, et tous ces avis de décès envoyés vers sa terre lointaine, et qui lui parlent, qui lui annoncent la fin de tout, la fin d'un monde, et il est vivant, lors que tous les autres, tous ceux qu'il connaissait, ceux qui chantaient avec lui dans le train du départ, tous sont morts.(...). La fin, la fin est là. Et le glas qui sonne là-bas dans les Terres.
Per pudèlavi spiega
Un vale carte nè penne
Lu sangue curria à fiume
Corsi è Alumani inseme."

Marc-Antoine Cianfarani, le grand-père, est revenu des tranchées de la première guerre mondiale (époustouflants chapitres!) et de nos jours Marc-Antoine Cianfarani son petit-fils quarantenaire traîne sa misanthropie: seuls trouvent grâce quelques amis. Il vivote dans sa librairie qu'il ferme au fort de l'été, fuyant les touristes, écrit des poèmes, et préfère se réfugier dans un village de la montagne corse. Il ne mâche pas ses mots, ses opinions sont brut de décoffrage, ses rapports avec les femmes, disons, difficiles, même si un cœur bat sous le cuir. Il déteste les touristes et les promoteurs qui défigurent son île. C'est rude, c'est âpre, sans concession. Les continentaux en prennent pour leur grade (passages hilarants...). Les maux de l'île ne sont pas passés sous silence - un vol, un racket et deux assassinats en moins de 300 pages...  "Je ne voudrais pas ajouter à ma décadence et à mon inadaptation à ce monde cinglé le fait d'avoir l'air d'un con. Inutile d'aggraver mon cas, il me suffit de passer pour un asocial et un mec puant -  ce que je suis." Lucide dans l'auto dérision, quoi.

Je n'ai pas tout compris, n'ai pas envie de tout analyser, d'autres le font mieux. Mais quel beau texte! Quelle écriture! Lisez ce roman.

Le bel article de l'Or des livres, qui l'a lu d'abord en corse, son second billet avec les traductions des citations précédemment en corse,  l'avis de mediapart, chez Babelio,
(remarque : désolée, je n'avais pas vu venir l'événement précis dont parlent ces billets, et qui n'advient qu'après la page 200 - sur 270)(donc attention spoiler)

Oh mais je réalise que la Corse est une ile! Et hop, challenge de Géraldine

Tiens donc, ce roman me permet de démarrer (enfin!) le challenge Vivent nos régions de Lystig.

40 commentaires:

  1. La Corse à l'honneur ces derniers temps. Je vois que le Goncourt 2012 a participé à la traduction.
    Il faudra que je lise bientôt ce dernier dont on dit du bien, mais celui-ci, avec des chapitres sur la Grande Guerre, semble avoir bien des atouts pour me combler.
    Ne fût-ce que celui d'être un beau texte selon vos mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ferrari traducteur, ça a bien sûr éveillé mon attention (d'ailleurs dans la foulée ou presque j'ai lu ce dernier Ferrari, mais maintenant je fais une pause question Corse ^_^)
      Murtoriu et Le sermon sur la chute de Rome sont tous deux à lire, que puis-je dire d'autre?
      Le héros de Biancarelli n'a pas la langue de bois, attention!

      Supprimer
  2. Trois traducteurs pour ce livre! Plutôt rare. Je suis plongée en ce moment dans l'écoute du livre audio de Jérôme Ferrari qui se passe en Corse aussi et qui n'est pas mal du tout mais je m'en tiendrai là sur le thème corse, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, trois traducteurs! Pour un beau résultat, mais je ne connais pas le corse (je peux deviner certains mots grâce au latin?). Si tu vois ce livre, ne le rate surtout pas!
      Quant au dernier de Ferrari, ouah je l'ai lu ensuite (mon côté monomaniaque par instants) et j'ai aimé aussi! Ne crains pas d'overdose corse, deux bouquins c'est correct.

      Supprimer
  3. Si Keisha dit "lisez ce livre"... ben y'a plus qu'à obéir, hein... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète, je pourrais lire un "traduit du breton" pour l'équilibre, non? Mais j'étais ravie de découvrir une littérature corse actuelle et vivante Et drôlement bien!

      Supprimer
  4. Déjà repéré, tu penses bien ! Il me le faut absolument maintenant... J'adore la façon dont sonne le paragraphe en corse que tu as noté, mais je compte le lire en français, bien sûr, je ne comprends que trois ou quatre mots : fiume, sangue, penne... et encore je ne suis pas à l'abri d'un contre-sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines expressions demeurent en corse, cela ne dérange pas. Il y a un mot pour les continentaux aussi... ^_^ Une langue qui a l'air très belle, sans doute de la famille de l'italien, donc...
      Ma bibli a bien fait son travail, mais je devais être la première à l'emprunter, la bibliothécaire m'a demandé mon avis (positif!)

      Supprimer
  5. j'ai peu de tendresse pour les écrits corses et leurs revendications mais ici le sujet est attirant je vais le garder dans un coin de mon calepin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment revendicatif, juste que, euh, ça ne me donne que moyennement envie d'aller là-bas en touriste...
      Mais quel bouquin prenant et quel souffle! Mérite donc lecture, quoi.

      Supprimer
  6. Avec grand plaisir je note ce livre. Merci Keisha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien. Je suis la première ravie de ma découverte!

      Supprimer
  7. C'est bien de prévenir du spoiler à al fin de ton article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sentait bien qu'il y aurait du drame, mais je n'avais rien vu venir...

      Supprimer
  8. Un livre en corse, traduit en plus, je ne savais pas que ça existait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben moi non plus, figure toi! Traduit par Ferrari et autres, d'ailleurs. De la belle ouvrage.
      De plus, c'est excellent, que demande le peuple?

      Supprimer
  9. Tout comme Yv. Déjà je le noterais pour les passages sur la guerre de 14. En plus s'il n'a pas la langue de bois (et je crois comprendre qu'il a même une langue très verte) j'achète !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne caresse pas les touristes et certains corses dans le sens du poil, ça non... Et puis au moins c'est une totale découverte littérairement parlant.

      Supprimer
  10. Une surprise totale (comme Yv) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois que cette année je lis des auteurs français (bon,OK, traduit du corse)et que ça se passe bien. Pour le Ferrari, c'est aussi lu, aussi une belle expérience.

      Supprimer
  11. Tu en parles bien et tu donnes envie de découvrir cet ouvrage, riche pour les périodes historiques qu'il aborde. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ainsi que pour la Corse d'avant et d'aujourd'hui. Un roman à découvrir, assurément. Bises à toi aussi.

      Supprimer
  12. Bon, tu le vends bien celui-là et je crois que le personnage pourrait me plaire. Bib' où es-tu ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que ça devrait te plaire, parfois ça dépote bien... Ta bibli l'a, elle a intérêt. ^_^

      Supprimer
  13. Oui chef, bien chef ! :) je vais le lire, tu en parles si bien ! :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne surprise made in "étagères de la bibli".

      Supprimer
  14. Je crois que ça pourrait vraimen me plaire. Traduit par Jérôme Ferrari en plus, ça fait beaucoup de points positifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est ce pas? Bien des raisons de le lire... J'attends ton avis, je pense que tu le trouveras en bibli (sinon, change de bibli!)

      Supprimer
  15. Bonjour et bravo pour ce petit billet qui donne envie de lire ce magnifique roman sans rien en dévoiler. Je suis d'autant plus admirative que j'ai du mal à faire court et nous nous complétons donc parfaitement.
    J'ai tendance, quand le livre est riche, à en faire de longues – et parfois fastidieuses ! - analyses qu'il vaut mieux en effet ne consulter qu'après lecture du livre. Ceux qui ont envie d'avoir un aperçu de Murtoriu peuvent toutefois consulter directement les extraits que je donne toujours en fin d'article.

    Sinon, je signale un entretien avec Marc Biancarelli qui vient d'être publié sur "La Cause littéraire" et permettra de faire connaissance avec cet auteur, répondant peut-être aux questions que l'on peut se poser sur l'écriture de "Murtoriu" et sur sa traduction :
    http://www.lacauselitteraire.fr/entretien-avec-marc-biancarelli-a-l-occasion-de-la-parution-de-murtoriu-en-francais

    ( Je vous signale aussi que la critique publiée dans Mediapart n'est pas l'avis de ce journal mais encore le mien, et qu'il reprend , au sujet de la traduction, l'essentiel de mon analyse de Murtoriu en corse publiée sur mon blog L'or des livres .

    RépondreSupprimer
  16. Merci de votre passage! Je me sens bien incapable d'écrire des analyses aussi poussées et intéressantes, raison pour laquelle j'incite mes lecteurs à y aller voir. Mon parti pris est de mettre en lumière un excellent roman qui risque de passer inaperçu si j'en juge sur les liens trouvés (tous positifs d'ailleurs). Et surtout de donner envie de le découvrir.
    J'ai bien vu les extraits que vous proposez, sûrement la lecture directement en corse est une chance. D'ailleurs le seul extrait que je cite se termine par un passage en corse, il le fallait!^_^
    La tendance aux longs articles, je ne la vis que pour certains gros classiques, c'est donc rare. Mais je vous comprends, ce roman ci est d'une grande richesse.
    J'espère que d'autres écrits de Biancarelli seront traduits, je remarque d'ailleurs sur votre blog que vous lui faites une jolie place (ainsi qu'à Ferrari) - et à juste titre!
    Biancarelli intervient dans le Nouvel Obs de cette semaine, terminant son entretien par "Le drame de la Corse, c'est qu'elle est passée du 19ème siècle au 21ème, en sautant le 20ème)
    Je note la référence de La cause littéraire, merci encore!
    Pour moi, c'est un tel bonheur de découvrir des écrivains denses, oui, mais qui ne laissent pas indifférents.

    RépondreSupprimer
  17. C'est à la suite de ma deuxième critique de la traduction française "Murtoriu (le glas)", que je donne la traduction des extraits en corse cités dans la première, plus un court extrait supplémentaire...
    Tous les autres écrits de l'auteur ont été traduits, les fictions (3 recueils de nouvelles et un premier roman) principalement par Jérôme Ferrari,et les prochains le seront sûrement ...
    Quant à la lecture directement en corse, toute personne maîtrisant comme moi la lecture de l'italien (à défaut de pouvoir le parler correctement) peut s'y lancer ...


    http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/article-murtoriu-le-glas-de-marc-biancarelli-105848410.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci des précisions, un saut sur votre blog me permet de découvrir le nouveau billet sur Murtoriu, ainsi que ceux sur les autres livres, traduits, en effet, là je m'étais trompée.
      J'avais remarqué que vous vous étiez lancée dans le corse en ayant une connaissance de l'italien. C'est sûr que certains mots m'étaient aussi compréhensibles. Mais des mots seulement.

      Supprimer
  18. Tout ce qui touche à la Corse en général me plaît ! Je regrette de ne pas avoir fait italien ! C'est stupide de dire que ça ressemble à l'espagnol, au latin éventuellement pour éviter les contresens ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus l'italien ou latin, oui. Mais à voir les passages en VO, il y a des spécificités quand même. Oui, note, tu verras!

      Supprimer
  19. oui, tu en parles très bien, ça donne envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme on le voit peu ou pas sur les blogs, autant le mettre en valeur.

      Supprimer
  20. Un bien beau billet sur cette île et sur ce roman. Mais malheureusement, elle me reste très hermétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, de chez toi tu dois parfois t'interroger... Sois rassurée, je ne saisis pas tout non plus.

      Supprimer
  21. je croyais t'avoir laissé un comm !
    une future lecture (en Corse) (l'île, pas la langue !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non... ^_^ Le premier pour le challenge... je n'ai pas trop fait bouger les lignes.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !