mercredi 16 janvier 2013

Miette

Miette
Pierre Bergounioux
folio, 2005
Paru en 1995


Une photo datant de 1910, une mère, Miette, et ses quatre enfants, dans un village du Limousin. Le narrateur n'a fait que croiser Miette, trois secondes inoubliables: "d'autres, en revanche, sont toujours là quand on les chercherait en vain du regard. Il peut arriver qu'on ne les ait jamais vus ou que ça n'ait duré que trois secondes et qu'on n'ait même pas su, alors, qui ils étaient. Mais l'important ne va pas forcément de pair avec l'agitation, le bruit, ce qui se voit, le temps. C'est parce qu'on tent à les confondre que des tas de gens se montrent beaucoup, parlent d'abondance. Tout l'effet que ça fait, c'est celui d'un rideau dont le vent s'empare ou qu'un enfant agite dans ses jeux. Alors que le silence, quand il est fait des mots amers qu'on a tus, les larmes ravalées, l'absence pratiquée dès le temps qu'on est présent au monde parce qu'on y fut contraint et forcé, c'est le contraire. On en tient compte. On n'agit pas comme on ferait si cela n'avait pas été, n'était plus. C'est pour ça que l'air, la lumière ne sont pas, comme on croit, inhabités, vides, mais, parfois, par endroits, vibrants, vivants, chargés de présences éminentes."

Miette, amoureuse d'un autre, a dû épouser Pierre, elle a dit non. Entendu comme un oui. Elle n'a plus dévié de la ligne, ensuite.
"Qu'elle fut partie prenante, elle aussi, de la négation, violence aveugle, cruauté qu'on appelle réalité, cela va de soi. Elle ne fut admirable que pour l'avoir acceptée après avoir, d'abord, refusé. La détermination qu'elle opposa aux forces qui écrasaient sa volonté, elle l'employa au service des mêmes forces parce qu'il y a une chose que ce monde, le sien, ne souffrait point et qu'elle n'aurait jamais conçue : de vouloir encore à l'encontre des faits, de préférer le possible anéanti à ce qui était réalisé."

Quatre enfants, donc, un aîné qui prend les terres en mains à la mort du père. Une fille qui se verra ouvrir les portes de l'Amérique, mais cela ne se fera pas. "C'est en ce soir d'été, que sa ligne de fuite, la tangente poussée d'un trait jusqu'au seuil d'un autre monde par l'audacieuse s'incurve et revient se confondre avec le cercle étroit, le monde clos d'où elle avait fusé."

Une histoire puisant ses racines dans les millénaires précédant, dans un terroir précis, mais en même temps ancrée dans un 20ème siècle où tout change, même au fin fond des campagnes. Le narrateur, arrivé dans ce coin lorsque les protagonistes sont déjà âgés, narre cependant leur histoire, faisant la part à son imagination, ses suppositions. Cela dans une langue belle, rude, précise, qu'il me fallut apprivoiser. Mais quel bonheur!

Merci à christw d'avoir contribué à me souvenir que je voulais découvrir cet auteur. Le billet qui fut le déclic.

Un avis ici
Ici aussi   (et bergounioux et moi)

JCBourdais s’interroge lui aussi à propos d'une photo de famille.

Étrange (ou pas), moi aussi durant toute cette lecture j'ai eu en mémoire une des rares photos anciennes conservées dans la famille.
22 novembre 1919 : mon grand père se marie. A la gauche du couple, les parents du marié, Paul et Adeline. Tout à droite, la mère de Paul, née en 1843 (donc la grand mère de mon grand père). Avec qui ai-je discuté de cette photo? La jeune fille 2ème à gauche rang du haut, une cousine germaine du marié, encore dotée d'une excellente mémoire quand je l'ai connue.
Un an après, la mariée accouche d'un garçon et décède dans le mois suivant, en janvier 1921. Et fin 1921, mon grand père se remarie avec une autre jeune fille rang du haut, quatrième à partir de la gauche, qui deviendra donc ma grand mère, et assistait à ce premier mariage en qualité de sœur de la mariée.
Je m'interroge : mariage arrangé pour ne pas laisser un veuf avec un très jeune enfant?

Challenge de Philippe : Lire sous la contrainte

42 commentaires:

  1. Je l'ai lu, mais je lis trop (minimum 15 livres par mois) car je ne m'en souviens plus... et trop de livres en retard pour le remettre dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, nous en sommes souvent là... Pour relire, il faut être motivé.

      Supprimer
  2. Pas du tout mon genre. Ca ne devait pas être folichon cette époque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, pas si loin finalement, le 20ème siècle!!!

      Supprimer
  3. Je suis content que vous ayez apprécié ce titre. Merci d'en avoir fait un billet, ce qui me permets de l'évaluer avant prochaine lecture.

    NB: Je dois toujours entrer mon nom et adresse de site pour faire un com ici, et lorsque je clique sur "Inscription à publier les commentaires", je tombe sur une page bizarre. Avez-vous un tuyau avant que je ne cherche plus loin ? Faut-il s'inscrire au site ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je me lance dans d'autres titres aussi... J'ai vraiment aimé la langue.
      NB : il me semble que votre blog est chez overblog, finalement essayez Ajouter un commentaire (sous ceux qui existent), écrire le commentaire, ensuite dans Sélectionner le profil prendre Nom/Url, et je pense (j'espère) que ce sera enregistré pour une autre fois (ou alors seule une initiale devra être tapée.
      Quant à l'Inscription à publier les commentaires, ma foi, j'ignore à quoi ça sert.

      Supprimer
  4. Ca me fait penser aux lectures que j'ai faites dans le cadre de la généalogie pour comprendre les conditions de vie à l'époque..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En faisant aussi un peu de recherche généalogique, je me suis amusée à suivre le parcours des gens, mariages, décès, scolarisation (ou pas), enfants décédés en bas âge, etc...

      Supprimer
  5. Intéressante ta question sur ta famille. Mon mari aussi se pose des questions sur la sienne, et il est bien difficile d'avoir des réponses tant d'années après.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais dû poser les questions quand les intéressés étaient vivants... mais à l'époque je ne me les posais pas, ou alors j'étais trop jeune.

      Supprimer
  6. Christw m'avait déjà donné envie de lire plus avant Bergounioux , j'ai lu son journal mais je n'ai que moyennement apprécié par contre ce livre là me parait beaucoup plus tentant, toc il est noté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il existe trois volumes de Journal à la bibli, et plein de romans. Là, bonne pioche, finalement, mais je pense que d'autres seront tout aussi intéressants. Pour la langue, l'ambiance, plus que pour l'histoire, finalement.

      Supprimer
  7. J'ai lu un livre de lui,mais j'ai oublié le titre et même le contenu,sauf les étonnantes descriptions de paysages et d'existence si rude et à laquelle on s'accroche. Le sujet traité dans Miette est terrible, et cela arrive plus souvent qu'on ne veut le dire.
    Je suis décidée à lire ce livre tôt ou tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton avis favorable! Je compte bien en lire un autre!

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Une bonne occasion de découvrir l'auteur.

      Supprimer
  9. Quelle plume ce Bergounioux. Assurément un très grand monsieur que je classe dans mon panthéon personnel au coté de Michon (ce qui n'est pas rien !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michon, oui, je les mets aussi dans le même panier (chez Verdier également...)
      Tu vois, je me suis laissée entraîner à plein de citations, ce n'est guère ma coutume! Mais là, c'est tellement bien...

      Supprimer
  10. non, moi le monde rude de la campagne me laisse indifférente et les belles descriptions de la nature m'ennuient, alors je vais me contenter de ton beau billet
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus c'est le fin fond de la campagne, et plutôt il y a des décennies. Mais moi ça me parle, j'ai connu ça gamine, et il est de notoriété publique et bloguesque que je suis une malade de la nature... ^_^
      Merci de ta gentille approbation .

      Supprimer
  11. J'avoue, je ne suis pas très roman du terroir, quoique j'aime bien les contes de Henri Pourrat, il faudrait que je révise mon avis sur le sujet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour avoir tâté du "roman du terroir" à une époque, et abandonné lors de mes dernières tentatives, je peux t'assurer que ce n'est pas à placer dans la même catégorie, quoique, je te l'accorde, cela se passe dans un terroir bien précis.
      Tiens oui, j'ai aussi Pourrat sur mes étagères...

      Supprimer
  12. Je retiens ce livre pour les destins de femmes sur mon blog. Il m'intéresse beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, des destins poignants si on y réfléchit, mais pas de révolte,... pas l'époque, pas le milieu.

      Supprimer
  13. Dans ma famille aussi il y a un vieil oncle qui s'est retrouvé veuf très jeune avec un enfant, et qui a épousé la soeur (avec qui il a eu 9 enfants !). Ça se faisait à l'époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute plus pratique et plus facile de retrouver une épouse dans la proche famille que l'on connait déjà. Pas hyper romantique, mais efficace, et finalement les mariages duraient aussi bien?

      Supprimer
  14. J'adore la vieille photo de famille ! Des souvenirs précieux ! Tiens faudrait que je me lance un peu dans les romans du terroir aussi. Peut-être dans mes lubies 2014 ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne mettrais pas Miette dans les "romans du terroir" qu'affectionne ma mère! Mais si tu veux te lancer dans Michelet, c'est une référence...
      Bergounioux est à lire aussi, pour la langue, si tu veux...

      Supprimer
  15. Dès que je lis un billet sur Bergounioux, je me dis qu'il faudrait quand même que je m'y mette.... Merci de parler de ce livre ci qui m'intéresse. Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis belle lurette son nom était dans ma tête! Bien conseillée, j'ai lu ce petit roman qui permet de bien rentrer dans le monde de l'auteur.

      Supprimer
  16. Problème : je pense l'avoir lu, mais je ne m'en souviens absolument pas. Peut-être parce que j'en ai lu d'autres du même genre et que je mélange ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu n'aurais pas oublié l'écriture, je pense? Mais je reconnais qu'on peut se mélanger dans les histoires se déroulant à la campagne au 20ème siècle...

      Supprimer
  17. Miette, comme le personnage de "La cité des enfants perdus" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si j'ai vu ce film en entier?
      Miette est le diminutif de Marie.Je l'ai appris lors de cette lecture.

      Supprimer
  18. C'est bien qu tu parles de ce livre, sorti il y a quelque temps. J'aime tes interrogations sur la famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bons livres sont toujours à lire!
      Et je me suis passionnée pour la généalogie...

      Supprimer
  19. tu en parles très bien. Je suis tentée mais je le garde pour plus tard.

    RépondreSupprimer
  20. Merci pour cette troisième participation.
    J'ai rencontré ce roman quelque part mais je ne sais pas où...
    Passe un bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Troisième et dernière je pense! ^_^ A moins qu'un titre ne corresponde dans ce que j'ai déjà lu...
      Bon week end, on attend le prochain défi, j'adore!

      Supprimer
  21. Je crois bien l'avoir lu à sa sortie... mais c'était avant l'ère blog, alors ma mémoire est moins bonne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement je découvre à retardement!
      Oui, sans doute avant blog (on a eu une vie de lectrice avant blog, c'est sûr! ^_^)

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !