vendredi 16 août 2013

La disparition de Jim Sullivan

La disparition de Jim Sullivan
Tanguy Viel
Les éditions de Minuit, 2013



"Les Américains ont un avantage troublant sur nous : même quand ils placent l'action dans le Kentucky, au milieu des élevages de poulet et des champs de maïs, ils parviennent à faire un roman international.
Même dans le Montana, même avec des auteurs du Montana qui s'occupent de  chasse et de pêche et de provisions de bois pour l'hiver, ils arrivent à faire des romans qu'on achète aussi bien à Paris qu'à New York. Cela, c'est une chose qui m'échappe. Nous avons des hectares de forêts et de rivières, nous avons un pays qui est deux fois le Montana en matière de pêche et de chasse et nous ne parvenons pas à écrire des romans internationaux."

Qu'à cela ne tienne, l'auteur décide d'écrire un roman américain! Comme il est sympa, il donne les recettes, qu'il suit presque pas à pas. D'abord, un type dans la cinquantaine, divorcé, des problèmes avec l'alcool, professeur d'université, une maîtresse étudiante et serveuse de cafétéria prénommée Milly. Parler d'événements récents réels, style 11 septembre, éventuellement insérer des personnages réels. Quelques flash-backs. "Souvent il y a des pages entières sur la mère du héros ou le père du héros mort depuis longtemps, au point qu'on en arrive à oublier qu'on est dans le passé, et qu'alors, quand on revient au présent, on a l'impression que c'est le contraire, je veux dire, que c'est le personnage principal qui ne sert plus à rien."

Le lecteur est donc dans ce roman en cours d'écriture, sorte de pastiche jubilatoire, mais attention, finalement une histoire passionnante, avec suspense, vengeance, intervention du FBI, bref, tout ce qu'on trouve dans un vrai roman américain, en général. (Et j'en lis bien assez pour le savoir...)

"C'est vrai, notre histoire ressemble à un roman, on dirait du Jim Harrison, tu ne trouves pas? Et elle lui répondait que non, que c'était une histoire pour une femme, une histoire pour Laura Kasischke ou Joyce Carol Oates. "

Hommage plein d'humour et d'ironie au roman américain, une vrai roman français réussi!


Les avis chez babelio, lecture/écriture

56 commentaires:

  1. Ooooh que ça ça me plaira, sûr et certain ! Je pense que ça m'amusera beaucoup même ! (petite faiblesse du bouclier anti-PAL ce soir mais cela ne saurait durer)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite faiblesse sans conséquences graves : tu vas le trouver en bibli, d'abord, il est court, ensuite, et finalement tu vas bien aimer c'est sûr. Donc...

      Supprimer
  2. Tout à fait intéressant ce livre-là, je le lirai sans aucun doute, j'ai déjà envie d'apprécier les références.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles si ce roman est idéal pour les lecteurs français férus de romans d'outre atlantique! De plus on a une histoire, bien sûr.

      Supprimer
  3. Il devrait me plaire, c'est sûr !

    RépondreSupprimer
  4. Ah je suis contente que tu aies aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y avait peu de risques, n'est-ce pas? (et hop, un auteur français, mais j'avais déjà drôlement bien aimé Insoupçonnables)

      Supprimer
  5. Je n'ai pas été emballée par ce livre qui m'a plu au début par son procédé de mise en abyme mais que j'ai trouvé gâché dans sa deuxième partie parce que l'auteur quitte son regard extérieur pour faire "son" roman américain. Il perd la distance intéressante du début pour ne plus faire que simplement copier les exemples les plus connus en adoptant leurs travers les plus irritants: surenchère dans l'impossibilité des retournements de situation et vieux clichés de l'homme trompeur et trompé.
    Déception en ce qui me concerne donc, je trouve que ça aurait pu aller tellement plus loin si l'auteur avait continué dans son postulat de départ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord d'accord, mais pouvait-il faire autrement? Au moins un roman français original bourré de clins d'oeil.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas mais j'aurais tout du moins souhaité voir la mise en abyme continuer et l'auteur souligner cette tendance au lieu de simplement l'adopter. On dirait qu'il perd son but en court de route...

      Supprimer
    3. C'est sûr que vers la fin on manque de ces savoureux passages (comme ceux que j'ai cités, justement, et qui, oui, apparaissent dans la première moitié -en gros). Il aurait pu, par exemple, signaler qu'il "faut" toujours le FBI, des rendez-vous dans des endroits improbables, des poursuites sur autoroute, etc... C'est cela que tu espérais?

      Supprimer
    4. Peut-être, difficile à dire, mais juste que le projet de départ continue, que la mise en abyme aille jusque au bout, pas qu'il nous ponde, au final, juste une autre "histoire américaine" ;-p (je n'ai rien contre les histoires américaines, hein, soit dit au passage ^_^).

      Supprimer
    5. Je commence à comprendre ta déception, au final tu as eu l'impression d'avoir une histoire américaine... bien faite, mais sans plus.
      Je n'ai plus le livre sous la main, alors je ne peux vérifier à quel moment l'auteur disparait pour laisser la place à seulement l'histoire.

      Supprimer
  6. Un titre chez eux (Ed Minuit) est toujours à noter. Alors je prends note.

    RépondreSupprimer
  7. je te le dis franchement sans ton billet je n'aurais jamais mis ce livre dans ma LAL car les auteurs français m'ennuient généralement mais là je te sens tout à fait en état de jubilation, bon c'est noté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les auteurs français passent mal la rampe chez moi aussi, mais Tanguy Viel est vraiment intéressant.Tu trouveras facilement en bibliothèque.

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup T. Viel en général et ce roman en particulier. Très beau travail sur le roman américain et le roman français, très belle écriture, enfin tout pour (me) plaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà Insoupçonnables m'avait emballée, à l'époque avant blog...

      Supprimer
  9. Alors cela là il va me plaire c'est sur ! hop je note !!

    RépondreSupprimer
  10. J'en ai un dans pal car c'est un auteur qu'on m'a conseillé mais je note ce titre car j'aime beaucoup les livres qui parlent ... de livres ou d'écriture ! C'est du mouvement le nouveau roman ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nouveau roman? Je l'ignore, suis allée voir sur wikipedia rapidement, en effet Les éditions de Minuit peuvent y faire penser, ainsi que la façon de l'auteur d'être présent dans sa narration.
      Mais il me semble que dans Insoupçonnables c'était différent.
      En tout cas, de bons romans pour Viel!

      Supprimer
  11. Bon, les grands espaces américains, ça doit surement faire rêver le monde entier, alors que les Monts d'Auvergne et le plateau du Larzac ...
    Je le note pas dans les priorités, il est surement à la biblio, je finirai bien par le croiser un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis AUSSI des bouquins sur le Cantal, et ça me fait rêver ou me souvenir... (voir mes billets récents sur Marie-Hélène Lafon ^_^)

      Supprimer
  12. Des avis dans Lecture/Ecriture aussi
    http://www.lecture-ecriture.com/8693-La-disparition-de-Jim-Sullivan-Tanguy-Viel
    Tu nous oublies...
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Snif... Un oubli absolument pas volontaire, en fait je signale Babelio par paresse...
      Je peux y penser dorénavant!
      Allez, j'ai ajouté le lien dans le billet, et découvert d'autres titres de Viel grâce à cela (^_^)

      Supprimer
  13. Je vais faire ma difficile mais je sens que ça va pas me plaire. Soit ça sent trop le procédé littéraire, soit ça sent trop le je lorgne du côté de Joël Dicker, pour qui ça a bien fonctionné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viel annonce tout de suite la couleur, alors que chez Dicker je n'en ai pas eu l'impression (mais comme je n'ai lu que quelques dizaines de pages...)
      J'ai trouvé la démarche de Viel jubilatoire et réussie, tu devrais essayer!

      Supprimer
  14. Elevage de poulets dans le Kentucky, évidemment. Le commentaire de Nathalie me fait penser à Aubrac City avec Jean Amadou. Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que Viel voulait se moquer méchamment, ni des américains, ni des français... Je demande aussi l'histoire des poulets dans le Kentucky... ^_^

      Supprimer
  15. Je note, je note. Tu es trop enthousiaste pour que je laisse tomber!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas? Et puis il n'est pas très long!

      Supprimer
  16. Un vrai roman français réussi, je le note, c'est pas tous les jours que l'on en trouve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que je mets la barre très haut pour les romans français contemporains, et que les abandons se ramassent à la pelle. Tanguy Viel passe bien!

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Je t'en prie!
      D'autant plus que Lecture/Ecriture est très bien fait.

      Supprimer
  18. Je suis vraiment faible, il suffit que je lise L. Kasischke ou JC Oates pour me donner envie de lire un roman ;-) Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont les paroles des personnages, évoquant deux dames auteurs de romans américains (et avec lesquelles, a-hum, je n'accroche pas vraiment; pourtant des histoires à bon suspense, et tout et tout...)

      Supprimer
  19. Je suis très heureuse que tu aies apprécié ce roman que j'ai adoré ! tu en parles très bien, c'est vraiment un roman jubilatoire ! Et puis c'est bien supérieur à Joël Dicker dont je n'ai pas aimé l'écriture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton approbation! Il ne me semble pas que Dicker avait une telle mise en abyme (d'ailleurs j'ai lâché prise assez vite, ça ressemblait à du déjà lu)

      Supprimer
  20. Ah pourquoi pas. Tu aiguises mon intérêt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un auteur à découvrir, si ce n'est déjà fait!

      Supprimer
  21. olala, je me suis tellement ennuyée avec Paris-Brest, que je n'arrive pas à me motiver à lire ce livre, malgré le procédé que je trouve sympa et original et ton bille tentateur. Quand ça veut pas, ça veut pas ,-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux te parler de Paris-Brest, absent de mes biblis.
      Mais j'ai vraiment aimé Insoupçonnables et celui-ci.
      Je ne sais donc quoi te dire, de toute façon il est court, ce roman.
      (mais quand ça veut pas... ^_^ j'ai aussi une liste d'auteurs qui me font marcher à reculons...)

      Supprimer
    2. Je t'enverrais bien mon exemplaire de Paris-Brest mais je crois l'avoir lâchement abandonné devant la porte d'Emmaüs. Mais si il squatte encore mes étagères, je te fais signe...

      Supprimer
    3. Ne t'inquiète pas!
      ...
      Oh mais je viens de vérifier, dans ma bibli numéro un (ou deux) Paris-Brest y est! Je vais pouvoir tenter l'aventure. ^_^

      Supprimer
  22. j'adore les pastiches et les mises en abyme... ce livre est pour moi, je crois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors oui! Tu vas le trouver, il n'est pas si récent.

      Supprimer
  23. Pas sûr d'avoir envie de découvrir ce qu'il se passe dans l'arrière-cuisine.

    RépondreSupprimer
  24. Chouette !! Je me le suis offert à la suite de l'avis enthousiaste d'une amie libraire, chouette, chouette, chouette ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel enthousiasme! Alors n'attends pas pour le lire.

      Supprimer
  25. Bonjour, je suis en train de le lire. Pas mal mais cela demande une certaine attention. C'est un roman (américain) dans un roman (français). Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très habile, ce Viel!
      Depuis j'ai emprunté un autre titre à la bibli.
      Bonne soirée!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !