lundi 7 juillet 2014

Les oies de neiges

Les oies de neiges
William Fiennes
hoëbeke, 2014


J'en entends qui ricanent, ah du nature writing, des bestioles (à plumes), des grands espaces (américains), ça faisait longtemps. Remercions Dominique pour avoir déniché cette pépite.

William Fiennes n'est pas un vieux baroudeur américain, fan de pêche, de chasse et de vie en cabane, il n'a pas suivi d'études scientifiques hyper pointues, non, c'est un anglais de bonne famille comme les anglais savent en produire, il est né en 1970 et sort d'Eton et d'Oxford.
En convalescence après une opération, il trouve dans une petite bibliothèque à l'hôtel L'oie des neiges, de Paul Gallico, qu'un de ses instituteurs lisait à sa classe des années auparavant. Il sort de sa déprime, se passionne pour cet oiseau migrateur en particulier, et décide de partir sur leurs traces.

"J'ai imaginé une quête, un vol : un voyage avec les oies des neiges jusqu'à l'océan Arctique. Le pincement de nostalgie, l'intense désir de rentrer chez moi que j'avais éprouvé à l'hôpital, avait désormais été supplanté par un autre désir , non moins intense, d'aventure et de nouveaux horizons. Autant j'avais eu désespérément envie de retourner à la maison, autant j'avais désormais envie de partir.(...) Je n'arrêtais pas de penser aux oies. (...)Je voulais proclamer que j'étais libre de bouger.
J'ai réservé un vol pour Houston, pour la fin du mois de février, avec l'intention d'aller trouver les oies dans les prairies du Texas et de les suivre vers le nord, au printemps."



Bleu: aires de nidification. Ocre: aires d'hivernages
Et voilà!
Au cours de son périple dont le rythme sera totalement déterminé par les oies (et la météo) il aura le temps de rencontrer bien des américains hauts en couleur, vraiment accueillants et le côté road movie du sud au nord est un des charmes du livre. Point trop de descriptions de nature (un peu tout de même). Cela se terminera chez les Inuits (qui chassent et mangent l'oie des neiges)*

Je m'attendais à un récit dans le genre de l'excellent En vol d'Alan Tennant et je n'ai pas été déçue. Fort bien écrit (ça compte, même si le sujet m'intéresse a priori)(j'avoue avoir déjà abandonné un Transboréal ennuyeux comme la pluie à cause de l'écriture), avec de fortes réflexions sur le désir des êtres vivants de retourner "à la maison" tout en demeurant titillé par l'envie de découvrir le monde...

Coup de coeur? Oui!

* De 3000 à 4000 individus en 1910, leur nombre est passé à un million et demi, l'espèce n'est donc pas en danger, et certains pensent qu'il commence à y en avoir beaucoup trop qui boulottent les cultures.
Deux oies des neiges en vol
Les avis de cathulu,
Merci à Babelio (Masse critique)

tous les livres sur Babelio.com

46 commentaires:

  1. J'attendais plus d'infos sur les oiseaux pour ma part mais l'écriture est très eblle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'attendais pas à ce que le voyage lui-même et les bipèdes prennent tant de place, mais j'ai aimé être surprise. Le fait est qu'on n'a pas de longues longues pages sur les oiseaux eux-mêmes.
      Exact, c'est fort agréable à lire. Il ne faut pas refuser ces belles lectures, si rares hélas.

      Supprimer
  2. Je l'avais déjà repéré et pensé que ça te correspondrait bien ! il faut que je le trouve à l'occasion, mais j'ai déjà deux ou trois récits de voyage qui m'attendent, point trop n'en faut ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Pareil que Kathel ; mais j'aime bien les récits qui sont articulés autour des rencontres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On rencontre vraiment des gens intéressants, j'ai aimé cette balade...

      Supprimer
  4. Un "récit de voyage" original... je note, et si en plus le style est agréable... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tout te plaira! (*recommandé par des blogueuses fiables ^_^)

      Supprimer
  5. Alors, moi, les oies, à priori .... elles me laissent froides ! Mais bon, si tu en fais un coup de coeur ... avec des rencontres et des inuits .... cela pourrait passer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori, les faucons pèlerins me fascinaient plus, les oies, c'est ... enfin, bref, tu connais, quoi. Mais les oiseaux migrateurs se lancent dans de folles équipées, alors...
      Moi, tu sais, tu me vends facilement les bestioles, les grands espaces, l'Amérique profonde, un poil de réflexion, et si en plus c'est bien agréable à lire... Vendu!

      Supprimer
  6. Hum.. ça fait drolement envie. Les oies (sauvages) me fascinent. si, si :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, même les chats me fascinent... J'observe aussi les ragondins... Alors tu parles, ces mystérieux migrateurs... (sans parler des américains ^_^)

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Au départ, je pense que leur foie augmente car avant d'entamer leur voyage, elles se gavent elles-mêmes pour tenir le coup.

      Supprimer
  8. je n'ai pas la réserve de Cathulu, ce livre m'a énormément plu et il est bien rangé à côté de O'Brien et Tenant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je considère avoir eu les informations sur les oies, qui ne me fascinent pas autant que les faucons, par exemple. j'ai beaucoup aimé les rencontres, et l'écriture, ça c'était les bonnes surprises.
      Tu fais bien de le ranger là. Merci pour ton idée lecture, tu vois que j'ai saisi la balle au vol!

      Supprimer
  9. J'aime de plus en plus ce genre de récit même si je dois bien avouer que je n'ai aucune passion particulière pour les oies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus...^_^ Mais j'ai adoré mon voyage !

      Supprimer
  10. Je ne ricane pas, promis... Mais bon, les oies et moi, on est pas copines. Je passe malgré ton chouette avis ! ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Même si je les trouve très mignonnes ces oies, je le lirai plutôt pour le côté rencontres. Encore une fois merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rencontres en Greyhound, en train... Je suis bonne cliente de ces voyages là...

      Supprimer
  12. Bon je passe, je ne suis pas trop fan de ce genre de récits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même le côté découverte de l'Amérique? Il n'y a pas tant d'oie que ça dans ce récit!

      Supprimer
  13. Je n'en ai lu que du bien mais pas pour l'instant en ce qui me concerne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras bien si un jour ces oies volent dans ton ciel...

      Supprimer
  14. La grande oie des neiges vole 1000 km d'une traite. Je ne sais pas exactement si leur population est trop nombreuse.

    Ici nous avons des bernaches du canada (outardes) qu'il a fallu limiter (je ne trouve pas d'article référence sur ce sujet) tant leur population nuit à l'environnement de l'Ourthe, rivière wallonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous crois! Il existe même des oiseaux bien plus petits parcourant 3000 kilomètres sans poser les pattes au sol! Il paraît que certains passent leur existence en volant... Fascinant, non?
      J'ai vu ces outardes, mais en Amérique du nord. J'ignorais qu'il y en avait en Belgique. Ici ce sont les ragondins qui abîment les berges, mais on sort de la catégorie oiseaux. ^_^

      Supprimer
  15. j'ai toujours rêvé d'être une oie! (Nils Holgerson y est peut-être pour quelque chose^-^) !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais lu ce grand classique...
      Un de mes voisins (un peu éloigné!) possède une oie, vraiment apprivoisée...

      Supprimer
  16. Idéal, le grands espaces, pour cet été.

    RépondreSupprimer
  17. Un roman qui semble inviter à l'aventure et l'évasion ! Je note ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une grande envie de connaître les Greyhound et les trains aussi (mais il faut du temps...)

      Supprimer
  18. Tentée, pour l'aventure et les grands espaces américains.

    RépondreSupprimer
  19. j'avais adoré Rites d'automne de Dan O'Brian sur son périple avec Dolly, faucon pélerin. Celui-i me donne donc très envie de retrouver nos amis à plumes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rites d'automne, oui, et En vol, deux incontournables...
      Là tu auras en prime un périple de bipède!

      Supprimer
  20. Pour rebondir sur un commentaire plus haut, hélas, en france aussi on commence à se plaindre de la bernache. Trop de loups, d'oies, d'orties, etc. Le fait qu'il y ait trop d'humains, ça, personne n'en parle...
    Bref, je note immédiatement ce titre pour un futur achat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop d'humains, même si la natalité est en baisse dans la plupart des pays. Nous sommes les premiers à gâter l'environnement.
      Normalement ces volatiles ont des prédateurs naturels (autre que l'homme), il doit y avoir un dérèglement quelque part (dû à devinez qui? ^_^)

      Supprimer
  21. Donc merci Dominique et merci Keisha. La PAL se rallonge, je m'en fait une joie.

    RépondreSupprimer
  22. La collection Etonnants Voyageurs de chez Hoebeke (un des éditeurs qu'on diffuse) a l'air pas mal. Rien lu encore mais j'ai repéré quelques trucs. (et j'ai pas ricané une seule seconde en te lisant^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, pas mal? Il y a Rumiz! (j'ai hésité entre Rumiz et ce Fiennes, c'est te dire...) Ho la la, ton boulot est super, tu veux de l'aide? ^_^

      Supprimer
  23. Réponses
    1. Hé oui...
      Les oies qui volent, ça fait flap flap bruyamment (je pense que c'en était une cette semaine au dessus de chez moi)

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !