mercredi 12 novembre 2014

Le Royaume

Le Royaume
Emmanuel Carrère
P.O.L., 2014


Difficile d'ignorer l'existence de ce Royaume, avec de nombreux billets détaillés, personnels et intéressants. Que dire de plus? Rappelons rapidement que l'auteur a connu un épisode de trois années de foi catholique exacerbée (messe tous les jours, notes sur l’Évangile de Jean, verset par verset, etc...) dont il est sorti de façon assez curieuse (je l'attendais pas mal à cet endroit là, et j'avoue demeurer perplexe). Cette expérience, insérée dans un rappel de sa vie en rapport avec elle si l'on y regarde de près -oui, même l'histoire de la baby-sitter-, fait l'objet d'une première partie passionnante où j'ai apprécié l'honnêteté et l'autodérision de Carrère (je rappelle que je n'avais lu aucun écrit de Carrère, si, c'est possible!).

Vingt ans après (!), il revient sur cette affaire pas si classée que cela.
"Ce chemin que j'ai suivi autrefois en croyant, vais-je le suivre aujourd'hui en romancier? En historien? Je ne sais pas encore, je ne veux pas trancher, je ne pense pas que la casquette ait tellement d'importance.
Disons en enquêteur." (p 145-146)

"J'aime, quand on me raconte une histoire, savoir qui me la raconte. C'est pour cela que j'aime les récits à la première personne, c'est pour cela que j'en écris et que je serais même incapable d'écrire quoi que ce soit autrement."(p 147-148)

Voilà donc pourquoi sa porte d'entrée sera ouverte par Luc, qui en sus de l'Évangile (de Luc) a écrit les Actes des Apôtres raconté en partie en utilisant le "nous". Suit donc une sorte de "New testament for Dummies" absolument passionnant, vivant et documenté. Comme, à lire les billets des autres, il paraît impossible de demeurer d'une froide neutralité, et qu'en plus Carrère a donné l'exemple, me voici à reconnaître que ma connaissance assez approfondie du sujet a forcément conduit certains passages à moins me captiver. Mais mon intérêt a rebondi justement quand Carrère, profitant d'un blanc de deux années dans les Actes des Apôtres, se déclare "libre et contraint d'inventer" (p 326) et imagine comment Luc en a profité pour enquêter sur Jésus, ses disciples et ceux qui l'avaient croisé. Imaginaire, mais plausible.

Il a une façon absolument épatante de raconter les aventures des premières communautés chrétiennes (mais c'est que j'ignorais cette inimitié entre Paul et Jacques, sans parler de Jean) et jamais on ne s'y perd, j'ai adoré l'apparition de ces empereurs romains, Flavius Josèphe, etc..., érudition jamais pesante! J'ai apprécié les comparaisons éclairantes et amusantes avec la révolution russe et les staliniens.

Il rappelle "que si je suis libre d'inventer c'est à la condition de dire que j'invente, en marquant aussi scrupuleusement que Renan les degrés du certain, du probable, du possible et, juste avant le carrément exclu, du pas impossible, territoire où se déploie une en grande partie de ce livre."(p 485)

Lors des années nécessaires à l'écriture de ce livre, il a pas mal réfléchi, compulsé diverses sources et il propose diverses hypothèses sur les auteurs de certains évangiles ou épitres (qui ne seraient pas ceux du Canon, sinon ce n'est pas drôle, bien sûr). J'ai bien noté qu'il a épluché l’œuvre de Renan, Paul Veyne, et me suis amusée à retrouver Sénèque (ha bon, c'était le frère de Galion?), alors que je viens justement d'acheter ses lettres à Lucilius... (p 470 et ss). La vie du lecteur est pleine de coïncidences...

Je me permettrai de ne pas suivre Carrère quand il considère comme un remake un peu pataud de l'histoire de la brebis perdue celle de la femme ayant égaré une drachme et qui remue la maison pour la retrouver. Pour ce que j'en sais, ces dix drachmes sont une sorte de dot reçue lors de son mariage, tout un symbole donc, et l'on peut imaginer que de nos jours une femme se démènerait aussi beaucoup si elle égarait sa bague de fiançailles. (p 591)

En conclusion : je fais partie de ceux qui ont apprécié fortement (et envie de lire d'autres écrits de l'auteur, avec lequel les pages coulent toutes seules!). Même les passages très personnels et un peu fort de café (les sites pornos) arrivent à se raccrocher au thème (mais auraient pu être raccourcis, non?)... Carrère garde une position de respect à l'égard de ceux qui croient (dont certains de ses amis), "Mais qui te dit que tu ne changeras pas encore?" (p266) "J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens."(p 354) . Troublant.

74 commentaires:

  1. Tu reviens, mais avec un pavé ! Pas trop lourd, en voyage ? (j'imagine que tu l'as lu avant) Je pense le lire, j'avais tellement aimé "D'autres vies que la mienne" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris, je l'ai dévoré juste avant de partir (ma bibli m'a fait une fleur, je n'étais pas prems sur la liste, mais comme la suivante n'allait pas venir avant un bout de temps et que je suis rapide, on m'a fait confiance)

      Supprimer
  2. Plus je lis des billets sur ce livre plus j'hésite ;0) Je crois que je commencerais plutôt par "D'autres vies que la mienne" qui traîne toujours sur ma pal, le pauvre ;0) Bisous Keisha, bon mercredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les thème m'attirait beaucoup... Pour les autres de l'auteur, on verra, un jour!

      Supprimer
  3. Très beau billet, et je vois que ta bonne connaissance du sujet t'a fait apprécier toute la richesse de ce livre ! Pour ma part je l'ai aussi beaucoup aimé mais sans, comme toi, en saisir toutes les subtilités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai quand même appris des choses et me suis en fait bien amusée avec ce livre, j'y suis entrée facilement. Carrère écrit très bien, de plus.

      Supprimer
  4. Je le lirai, c'est sûr, j'attendrai un moment de forte concentration. Je ne sais pas trop où j'en suis de la connaissance du sujet, justement je pourrai vérifier. En tout cas, j'aime la façon dont l'auteur en a parlé un peu partout. Ton billet est d'une clarté appréciable (et bon retour).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as sûrement de vieux cours de caté à réactiver? Certaines connaissances sont indispensables pour apprécier la visite des musées, par exemple, que l'on croie ou non. Vraiment une lecture qui a tenu ses promesses.
      Le retour est toujours aussi dans la bousculade, les travaux durent...

      Supprimer
  5. En général j'aime les écrits d'Emmanuel Carrère. Il a une écriture très personnelle et très fluide. Je sais que je lirai celui-ci, il me tente tout particulièrement. Tu as fait un bien bel article, Keisha !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Son écriture fait que ça se dévore sans problème, pourtant, 600 pages!

      Supprimer
  6. Malgré ton enthousiasme, je n'ai toujours aucune envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci. Je pense qu'il faut un minimum d'envie de le lire, c'est assez personnel comme livre.

      Supprimer
  7. Terrible, je n'arrive pas à m'intéresser à cet auteur. Et pourtant il DOIT être intéressant. Cela demeure mystérieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusqu'ici ses livres ne m'intéressaient pas, je l'avoue, mais là le thème m'accrochait, et maintenant je pourrais en lire d'autres de lui.
      Il existe aussi pour moi des auteurs dont je n'ai rien lu, pour des raisons pas bien claires...

      Supprimer
  8. Encore un billet qui me pousse à vouloir lire ce Royaume. Mais plus tard. Un tel pavé demande du temps et de la concentration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du temps, pas tant que cela, il se dévore. Un peu de concentration, oui, mais ce n'est pas une thèse aride, cela se lit très très bien.

      Supprimer
  9. Ca me fait très plaisir de lire ton article ! Tes argumentations sont très précises, intéressantes, merci pour cet article très bien argumenté. Et puis, ça me fait vraiment plaisir de lire que toi aussi tu as aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun a des trucs personnels à dire sur ce livre (l'auteur le premier d'ailleurs ^_^). Oui, j'étais globalement sûre d'aimer, et cela s'est vérifié.

      Supprimer
  10. Ton article est très intéressant à lire :) C'est un livre que j'aimerais vraiment lire, il a tout pour m'intéresser je pense ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même en ayant peu de temps pour le lire, je n'ai pas été stressée car il file tout seul! Forcément intéressant, quelles que soient les opinions du lecteur.

      Supprimer
  11. j'hésitais, tu me pousses à le lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille cette lecture, honnêtement je pense qu'il t'intéressera, tu m'as l'air de connaître déjà pas mal de choses.

      Supprimer
  12. je l'ai commencé et finalement je l'ai reposé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas été happée par son histoire?

      Supprimer
  13. Oui oui oui ! Un coup de coeur pour moi !

    RépondreSupprimer
  14. Sa longueur me fait peur, même si je l'ai sur liseuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fonce, cela se lit très très bien (on ne sent pas les 600 pages)

      Supprimer
  15. Beau billet ! On reproche souvent à Carrère son implication mais c'est ce qui fait son style, sa patte. Si on n'aime pas, mieux vaut passer son chemin ! J'ai lu plusieurs de ses romans, j'ai vraiment aimé l'Adversaire, et en partie D'autres vies que la mienne (j'avais moins accroché à une certaine partie).

    Donc j'ai très envie de le lire, mais le sujet me rebute un peu - ton billet me pousse quand même à passer le cap, et j'imagine que la première partie sur sa foi doit être passionnante ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre m'a convaincue que justement cette "patte" qui ne m'attirait pas, ça passe bien!
      La première partie, oui, et les autres aussi (mais cela se lit comme un roman, cet auteur est doué!)

      Supprimer
  16. Je crains que ce roman ne soit pas pour moi... Et pourtant, tu en parles très bien...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le sujet, mieux vaut ne pas se forcer. Mais tu verra, on ne sait jamais.

      Supprimer
  17. Je n'avais pas prévu de le lire mais votre billet m'oblige à revoir ma position, alors.....peut-être que....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si vous connaissez déjà l'auteur? Lisez le, par curiosité, je ne pense pas que ce soit une perte de temps.

      Supprimer
  18. Contrairement à ce que j'ai d'abord cru au début (où je me suis hérissée dès lors que j'ai vu qu'il serait question d'histoire de la religion), ce livre a beaucoup pour plaire à la croyante que je fus autrefois (bon, jusqu'à mes 16 ans, l'année de la philo en terminale, quoi ...), qui s'interroge encore sur comment elle a pu y croire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrère demeure respectueux de tous. Il s'interroge sur son propre parcours, justement. La partie sur les aventures de Paul et les autres est une merveille de récit clair et passionnant (quoique, le récit original offre quand même de bons temps forts, on s'en fait souvent une idée fausse)

      Supprimer
  19. J'ai vraiment aimé D'autres vies que la mienne et le thème de L'adversaire.
    Le thème de la religion, surtout poussée à ce point, à priori me tente moins.
    Bon courage pour les travaux.
    Pas trouvé de trésor enfoui ;-) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire : le thème de L'adversaire me tente bien (je ne l'ai pas encore lu).

      Supprimer
    2. Carrère y est allé à fond les manettes, en effet! Il en est revenu, mais a rouvert le dossier longtemps après, le sujet semble lui tenir à cœur quand même.

      Supprimer
    3. Je lirai sans doute ces livres là (avant 2016? je doute).
      Nan, pas de trésor, on n'a pas sondé les murs (juste le sol, hélas...)(pas de squelette, c'est déjà ça)

      Supprimer
  20. Commentaire de Philisine supprimé par moi et par inadvertance (^_^)
    Comme Geronimo, je me tâte pour ce livre et ce n'est pas de ta faute, tu en parles très bien, avec sincérité et simplicité. Je ne le sens pas parce que je n'aime pas quand Carrère se met en avant : mais là, il faut reconnaître qu'il était un peu obligé :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais justement cet a priori négatif sur ses autres bouquins, mais là, oui, c'est un peu obligé, et même s'il en dit parfois trop, cela coule bien et demeure passionnant.

      Supprimer
  21. Je n'aime pas Carrère depuis D'autres vies que la mienne (il me semble avoir aimé de lui La moustache et La classe de neige). Je me demande même quelle est la part de posture (voire d'imposture) dans ses livres, je suis dubitatif quant à sa période mystique, il a toujours besoin d'un fait lié à sa vie pour raconter ses histoires, et finalement sous couvert de faire des livres sur les autres en faire surtout sur lui. Je ne lui reproche pas d'inventer, non bien sûr, mais de tout faire tourner autour de lui sans présenter son bouquin comme tel. Enfin, c'est un avis personnel... Et puis m'avaler 600 ou 700 pages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, cela tourne pas mal autour de lui, mais ce n'est pas désagréable à lire et suffisamment amusant ou autodérisoire (?) pour que ça passe. Il se révèle un conteur hors pair pour faire passer les histoires d'il y a deux mille ans, aussi. Les 600 pages se lisent d'un souffle (ou presque).

      Supprimer
  22. Je suis un peu d'accord avec Yv, avec le recul, je suis parfois un peu dubitative. Mais je fais partie de celles qui n'ont pas aimé, donc mon jugement est biaisé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas ce livre ne laisse pas indifférent. Je trouve que Carrère se livre pas mal, avec ces histoires là. Je n'ai pas classé Le Royaume en non fiction, pourtant j'aurais pu, mais certaines parties sont imaginées, donc...

      Supprimer
  23. Le thème de la religion m'intéresse beaucoup, après ... je ne sais pas, j'ai peur que les interférences avec la vie personnelle de l'auteur me gênent. Je n'ai jamais lu Carrère et je ne sais donc pas à quoi m'attendre. Ton billet aurait tendance à m'encourager à franchir le pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, si tu mets la main sur ce livre, tu verras bien. C'est le thème aussi qui m'attirait, pour cette première rencontre avec l'auteur.

      Supprimer
  24. Je suis asez intriguée par ce livre et son sujet, et l'auteur aussi, dont je n'ai toujours rien lu haha, mais bon, il faut que je choisisse le bon moment. Je vais essayer de ne pas laisser passer 5 ans.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici là il aura écrit un autre livre? Je n'ose dire roman car il met beaucoup de lui dans ses écrits...

      Supprimer
  25. Y'a mon homme qui met un temps infini à le terminer (mais non d'une pipe, pourquoi, mais pourquoi, l'avais-je laissé le lire avant moi ????) . Pour revenir sur ce que dis Yv, mais aussi d'autres commentaires, moi aussi, je me me suis interrogée sur cette posture de l'écrivain qui se met en scène. Je n'ai donc pas encore lu celui-ci, mais je me doute que je vais retrouver l'attitude de "l'adversaire", "la classe de neige" et " D'autres vies que la mienne" (titres que je te recommande comme plein d'autres avant moi). Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais, alors que cette posture me gêne beaucoup avec d'autres écrivains, avec lui, elle a du sens, comme un acrobate qui se mettrait vraiment en danger. peut-être est-ce pour cette raison qu'on le taxe d'arrogance ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette façon de faire ne m'a pas gênée (et au même moment j'ai lu le Reinhardt et le Joncour, où là aussi l'auteur est en scène, mais c'est une épidémie ou quoi? ^_^)(mais pour ce sujet je trouve normal que Carrère parle de lui, non? Il a un vécu et une expérience)
      Négocie avec ton homme, il ne faut pas si longtemps pour le lire, ce pavé"! ^_^

      Supprimer
  26. Je suis contente que tu sois du côté de ceux qui ont aimé, comme moi :-)
    "le royaume" restera un de mes romans les plus marquants de 2014. Je te conseille de continuer ta découverte de ses oeuvres. C'est un auteur (selon moi) fabuleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense continuer, mais en choisissant un thème qui m'intéresse. Ce livre va être un de mes plus intéressants de l'année!

      Supprimer
  27. Je crois que Carrère a fourni un bon travail de documentation pour produire ce livre. Il convient toutefois de ne pas en faire un historien, qui reste une spécialisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé avoir quelques notes en bas de page, parfois. Parfois il invente, en le disant et en restant sur du vraisemblable. Il ne prétend heureusement pas faire oeuvre d'historien.

      Supprimer
  28. Malgré les nombreux et bons billets lus à propos de ce livre, voilà qui ne me rien du tout... Il faut dire aussi qu'après la rentrée littéraire, les livres de qualité qui nous sont proposés sont présents en abondance alors on a que l'embarras du choix. Mais il faut quand même avouer que ton billet est tentant ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tenté plusieurs romans français de la rentrée, et celui-ci s'est lu très très agréablement (j'ai des noms, pour les abandons et romans ennuyeux...)

      Supprimer
  29. Bonjour Keisha, moi qui n'ai jamais lu de livre d'Emmanuel Carrère, il me tente bien. Merci pour ton billet avec des extraits. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te conseiller cette lecture! Bonne semaine à toi.

      Supprimer
  30. j'entends beaucoup parler de ce livre, mais je persiste à penser qu'il n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne "sens" pas le sujet, mieux vaut t'abstenir (pour l'instant ^_^)

      Supprimer
  31. je l'avais déjà noté mis là tu donnes vraiment envie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois qu'un auteur français se mettant un peu en scène me plait... Passionnant, en fait!

      Supprimer
  32. Je fais également partie de ceux qui ont aimé ce roman, Carrère est un auteur érudit et fascinant et ses romans offrent toujours à se questionner, j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien ne pas en rester là avec lui, mais plus tard... J'aime quand on est amené à réfléchir.

      Supprimer
  33. J'aime beaucoup Carrère mais là, c'est le thème qui ne me branche pas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas Carrère, pas envie a priori, et là c'est le thème qui me branche. Je souris donc, car il y a heureusement tant de lectures, d'envies et de raisons différentes!

      Supprimer
  34. Ah, ton article confirme mon envie de m'attaquer à ce pavé, le thème m'intrigue et l'auteur... vu le nom de mon blog, on peut se douter que je l'aime bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un boulet, je viens juste de tilter sur le nom de ton blog... ^_^
      Un pavé qui se dévore, aucun risque.

      Supprimer
  35. Quel curieux billet Keisha!!! Je crois que c'est le premier que je lis dans cette tonalité là, il faut dire que tu connais le fond du sujet et du coup ça change un peu tout. Je connais mal le Nouveau Testament (suis beaucoup plus à l'aise sur l'Ancien) mais j'adore ton sens de la précision et les angles que tu choisis de traiter dans ton article. Je ne sais donc toujours pas si j'ai envie de le lire finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas tout, j'ai été étonnée par certaines révélations". Mais où va-t-on, ma bonne dame, ces exégètes semblent vouloir tout mettre en l'air. ^_^
      Plus à l'aise sur l'ancien? Galéa, tu m'épates de plus en plus!
      Lis-le, j'attends ton avis (n'aie pas pas des 600 pages). Je pense que ce livre ne peut donner un billet non personnel. En tout cas, les angles de vue me sont venus ainsi.

      Supprimer
  36. J'ai adoré la liberté de ton, la sincérité et l'érudition de ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles sans le vouloir que je m'étais promis d'en lire d'autres de l'auteur...

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !