mercredi 22 avril 2015

Sur la scène intérieure

Sur la scène intérieure
Faits
Marcel Cohen
L'un et l'autre, Gallimard, 2013


Coup de cœur, à lire absolument.

Un livre peu attirant sur le présentoir de la médiathèque, sauf qu'il appartenait à la collection L'un et l'autre, gage de qualité*. A feuilleter ce livre peu épais (140 pages de texte)(pas de quatrième de couverture) je tombe sur les titres des parties, et maintenant je les donne toutes, comme une litanie en hommage à des inconnus (je ne me suis pas sentie le droit d'user du etc) : Maria Cohen, née le 9 octobre 1915 à Istanbul. Convoi n°63 du 17 décembre 1943. Jacques Cohen, né le 20 février 1902 à Istanbul. Convoi n°59 du 2 septembre 1943. Monique Cohen, née le 14 mai 1943 à Asnières (92). Convoi n°63 du 17 décembre 1943. Sultana Cohen, née en 1871 à Istanbul. Convoi n°59 du 2 septembre 1943. Mercado Cohen, né en 1864 à Istanbul. Convoi n°59 du 2 septembre 1943. Joseph Cohen, né le 10 août 1895 à Istanbul. Convoi n°59 du 2 septembre 1943. Rebecca Chaki, née le 13 avril 1875 à Istanbul. Convoi n°59 du 2 septembre 1943. David Salem, né le 29 avril 1908 à Constantinople. Convoi n°75 du 30 mai 1944.

Parents, grands parents, tante, oncles et sœur de l'auteur, né en 1937 à Asnières, sont évoqués ici. Laissons-le parler:
"Ce livre est donc fait de souvenirs, et, beaucoup plus encore, de silence, de lacunes et d'oubli. L'espoir secrets serait qu'un usage de ces faits s'impose néanmoins, et en premier lieu à moi-même, comme chaque fois qu'il y a accumulation, rangement, volonté de mettre au net. Une seule certitude : c'est bien l'ignorance, la ténuité et les vides qui rendaient cette entreprise impérative. Aux monstruosités passées, il n'était pas possible d'ajouter l'injustice de laisser croire que ces matériaux étaient trop minces, la personnalité des disparus trop floue et, pour utiliser une expression qui fait mal mais permettra de ma faire comprendre, trop peu 'originale' pour justifier un livre."
Jeunesse des disparus, manque de témoins, ou mutisme de ceux-ci, peu de détails donc. Marcel Cohen s'est basé sur ce qu'on lui a raconté, et, en italique, ses propres souvenirs d'enfant. En fin de volume sont reproduites les photos d'objets retrouvés (parfois 70 ans plus tard, tel le coquetier en bois de la couverture!) appartenant à son passé. Très émouvants, ces objets à valeur sentimentale pour la plupart, qui ravivent les souvenirs, souvenirs par ailleurs incroyablement olfactifs (eau de Cologne, poudre de riz)

Ce livre m'a extrêmement émue en dépit de -ou à cause de - sa volonté de ne pas romancer, de donner les faits, les simples faits. Au détour d'un paragraphe, on est atteint en plein cœur.
Ces juifs originaires d'Istanbul avaient étudié dans des écoles privées catholiques, y apprenant le français et sont arrivés à Paris dans les années 20 (l'on y apprend pourquoi). Lointains descendants des juifs chassés d’Espagne à la fin du 15ème siècle, ils parlaient aussi le judéo-espagnol, "étudié aujourd'hui comme une langue morte, après la disparition dans les camps de la quasi totalité des communautés séfarades de Grèce et des Balkans."
Quant au "pauvre petit David", dont la femme, la seule à être revenue, disait qu'il "a eu une belle mort"?... Découvrez laquelle ... (quelle horreur!)
Et Monique, l'âge de Monique! Pourquoi sa mère et elle partirent-elles avec le convoi 63 au lieu de 59 comme presque tout le reste de la famille? J'ai appris que "de même que les enfants ne portaient pas d'étoile jaune avant l'âge de six ans, la police française ne remettait aux Allemands que les nouveaux nés âgés de plus de six mois. Après son arrestation le 14 août, Marie fut donc internée à l'hôpital Rothschild en attendant que (...) Monique, qui avait alors trois mois, ait l'âge requis pour le voyage vers Auschwitz, via Drancy." Bien gardés, mères et enfants attendaient dans cet hôpital. Le jeune Marcel y a rendu visite à sa mère, puis ensuite s'est contenté de la saluer de loin (très très imprudent, car des policiers en civil procédaient à des arrestations dans le quartier  à la fin de l'heure des visites ou aux abords du métro le plus proche.)
Pour se remettre (un peu) de ces détails absolument épouvantables, se rappeler comment le jeune Marcel a échappé à la police et a été recueilli et aussi que "autour du camp, à Drancy, des hommes et des femmes de bonne volonté  ramassaient les messages jetés par dessus les barbelés, les mettaient sous enveloppe, recopiant l'adresse, collaient un timbre et les postaient."

* L'un et l'autre (texte de second rabat, pour cette collection)
"Des vies, mais telles que la mémoire les invente, que notre imagination les recrée, qu'une passion les anime. Des récits subjectifs, à mille lieues de la biographie traditionnelle.
L'un et l'autre : l'auteur et son héros secret, le peintre et son modèle. Entre eux, un lien intime et fort. Entre le portrait d'un autre et l'autoportrait, où placer la frontière?
Les uns et les autres: aussi bien ceux qui ont occupé avec éclat le devant de la scène que ceux qui ne sont présents que sur notre scène intérieur, personnes ou lieux, visages oubliés, noms effacés, profils perdus."

42 commentaires:

  1. Excellente collection en effet ; je note celui-ci, on ne se souviendra jamais assez de toutes ces vies disparues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus en plus je préfère des documents comme celui-ci plutôt que des histoires un peu romancées, sur ces sujets (mais bon, c'est juste mon impression)

      Supprimer
  2. J'ai regardé (enfin) hier soir LGL avec le couple Klarsfeld - il est parfois nécessaire de revoir les images filmées lors de la libération des camps pour retrouver le vrai visage de cette infamie, loin de ceux romancés.

    Je ne connaissais pas cette collection. Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ce couple sur la 5 l'autre jour. Récemment je suis allée au Mémorial de la Shoah pour les films tournés par les russes (bon, je n'ai pas tout regardé...)
      C'est une vraiment excellente collection, sur des sujets variés d'ailleurs; je la connais depuis Mizubayashi 'La langue de mon père'.

      Supprimer
  3. ok je le lirai avec un peu de courage à la clé , NE JAMAIS OUBLIER tel est mon credo, mais parfois je manque de courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de pathos, rien, mais le tragique vient des minuscules détails du quotidien. J'ignorais totalement qu'on emprisonnait les mères (en hôpital) en attendant que le bébé ait l'âge requis, quelle horreur!

      Supprimer
  4. Eh bien avec un tel enthousiasme, on ne peut que noter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves en médiathèque, n'hésite pas.

      Supprimer
  5. Forcément, si tu nous dis à lire absolument... (un peu comme Maus, quoi - ok, je sors ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton sarcasme ne m'atteint pas.J'attends que tu l'aies lu, on en reparlera.^_^Je te veux du bien, tu sais.

      Supprimer
  6. Bonjour Keisha, je le note. C'est le genre d'ouvrages que tout le monde devrait lire surtout une certaine jeunesse qui ont semble douter de beaucoup de choses. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Ce livre qui n'est pas une fiction (et finalement je préfère cette forme là) suppose quelques connaissances de base sur l'histoire, mais j'ai quand même appris des choses!

      Supprimer
  7. Très belle collection, L'un et l'autre, je note ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je vois que tu apprécies la collection! Un bon titre, en effet.

      Supprimer
  8. tu as réussi à transmettre ton émotion de lecture. Je note!

    RépondreSupprimer
  9. Je note et me croise les doigts pour trouver ce titre ici.

    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère pour toi, mais on ne sait jamais, comme ce n'est pas si récent...

      Supprimer
  10. Merci pour ces extraits qui donnent envie de découvrir ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces extraits montrent aussi l'élégance de l'écriture, ça compte aussi! Livre quasi parfait!

      Supprimer
  11. ah celui là je note
    la collection s'arrête hélas après la mort de Pontalis qui la dirigeait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette (triste) information... Reste à découvrir ce qui est déjà paru.

      Supprimer
  12. je ne connais pas la collection, néanmoins, je pourrais bien la découvrir avec ce livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une collection à couvertures sobres (bleu foncé) qui, m'apprend Dominique plus haut, va cesser; dommage.

      Supprimer
  13. Voilà un livre que je devrais faire lire à la femme de mon boucher qui tenait des propos odieux sur le génocide ce matin, comme ça tout tranquillement... je suis en colère si tu savais, inutile de te dire que je ne mettrai plus les pieds dans sa boutique, à cette c...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà comment on perd des clients ^_^. Les commerçants en règle générale se doivent de faire attention à leurs propos.

      Supprimer
  14. Il faut se souvenir oui. Même si je songe souvent que se souvenir des morts ne nous a hélas jamais empêché d'en laisser d'autres mourir aujourd'hui, se noyer sous notre indifférence. Bon, je suis d'humeur chagrine, mais je finirai par lire ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord, des tragédies se déroulent sous nos yeux encore!

      Supprimer
  15. Dur dur comme thématique, mais je vois bien ce que tu entends par coup de coeur et à lire absolument. OK, noté, et puis 140 pages...;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais bien retournée, tu vois, je préfère les documents en fait.

      Supprimer
  16. Message très bien reçu, noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère fortement que tu le trouveras!

      Supprimer
  17. Je vais le chercher, et je pense aussi que j'en ferai un coup de coeur. Tu en parles très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur a écrit d'autres livres intéressants, mais pour ce premier, j'ai vraiment fait bonne pioche!

      Supprimer
  18. intéressant, tentant, mais il faut avoir le coeur accroché! je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre ne cherchait pas le sensationnel et le pathos, mais il touche. N'aie crainte de le lire.

      Supprimer
  19. J'aime beaucoup la collection L'un et l'autre chez Gallimard. Et contrairement à vous, la couverture sobre et presque «classe» m'invite beaucoup.Le thème est bien trouvé et large s'ouvrir à bien des sujets, particulièrement littéraires. J'ajoute celui-ci à ceux déjà lus. Je dispose en ce moment de "Écrire pour quelqu-'un" (JM Delcomptée).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu attirant pour ceux qui ne connaissent pas cette collection! En effet l'on sait qu'il vaut la peine de les ouvrir, c'est de la qualité (ensuite selon les thèmes on accroche ou pas). Il va falloir que je me penche déjà sur ce que propose ma bibliothèque.Ecrire pour quelqu'un y figure, et je l'ai noté!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!