lundi 13 juillet 2015

100% bio


Gagarine ou le rêve russe de l'espace
Yves Gauthier
Ginkgo, 2015

"Il y a quelque chose de symbolique dans  le parcours et la biographie de Gagarine. C'est une parcelle de la biographie de notre pays. Un fils de paysan qui a enduré les jours terribles de l'occupation fasciste. Un apprenti d'une école industrielle. Un ouvrier. Un étudiant. Un pilote aéro-club. Un aviateur. Des milliers et des milliers de garçons de son âge sont passés par là.C'est le chemin de notre génération..."

C'est Hermann Titov qui parle. Doublure de Gagarine, il ne sera pas le premier à voler dans l'espace le 12 avril 1961, mais le deuxième, en août. Hé oui, il n'y avait qu'une place dans le Vostok 1 ... Le choix de Gagarine symbolisait déjà bien ce qu'était l'Union soviétique...

Au départ, lire l'histoire de Gagarine, ça ne m'attirait pas plus que ça. Mais dès les premières pages, j'étais ferrée. Que de détails nouveaux et passionnants, quelle évocation de la vie en URSS au 20ème siècle. Gagarine, fils de paysan né en 1934, a bénéficié des possibilités offertes par son pays pour étudier et réaliser un rêve.
Mais avant lui, existaient des scientifiques et inventeurs, tels Tsiolkovski et surtout Korolev, sans doute le père 'spirituel' de Gagarine, n'ayant pas échappé au Goulag. N'oublions pas les politiques, qui dans les années 50-60 se devaient de gagner la course avec les USA! Le 'reportage'de Gagarine dans l'espace ne sera déclassifié qu'en 1991.
Module de descente de Vostok.
Incroyable quand même cette épopée! L'on apprend qu'en fait le risque d'échec du premier vol était de 56%... (calculé bien bien après) Mais franchement, imaginez-vous dans ce premier vol, bloqué dans le scaphandre, en vol automatisé, et pour revenir sur terre, siège éjectable et parachute... Finalement il est descendu sur la Sibérie, comme calculé...

Cerise sur le gâteau, l'écriture est agréable, avec un poil d'humour distancié parfois (il en faut, avec cette URSS de l'époque!), et le récit alterne un peu de détails techniques, juste pour comprendre, et l'histoire elle-même, comportant des documents et témoignages, en faisant la part parfois de la raideur de l'officiel...



Moi, Alexandre John Emile Yersin
Journal apocryphe
Daniel Bernard
Ginkgo, éditions Neige, 2015

Dans ce journal apocryphe, prétendument retrouvé à la mort de Yersin par son domestique à Nha Trang (Vietnam), Daniel Bernard, petit-fils de Noël Bernard, qui succéda à Yersin à la tête de l'Institut Pasteur de Saïgon, relate les faits saillants de la vie du découvreur du bacille de la peste et évoque un personnage assez discret et modeste tout en imaginant ses réflexions et pensées personnelles. Il s'appuie, dit la quatrième de couverture, sur des archives familiales et une biographie écrite par Noël Bernard. Cela se lit comme un roman, et est complété par des photos appartenant à l'auteur. J'aurais sans doute aimé en savoir plus sur ses recherches scientifiques ou ses explorations en Asie du Sud-Est, mais cela peut se trouver ailleurs, c'est sûr, et en une centaine de pages j'ai déjà eu pas mal d'informations.

30 commentaires:

  1. Tu lis sérieux en ce moment ! Pas trop tentée ni par l'un, ni par l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sérieux je ne sais pas... J'ai aussi des lectures plus 'nature' de prévues, mais ça change vite!

      Supprimer
  2. Oh j'adore ton nouveau fond bleu ! Tu vas sourire mais en cliquant sur ton lien dans ma blogroll j'ai cru qu'il s'était trompé de site ! Mais non .. Bon, ayant une passion pour la Russie (je n'ai pas étudié le russe pour rien) ce Garagine m'intéresse beaucoup ! Tavaritch ! Je le note ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis passée au modèle Simple de blogspot (j'ai copié sur toi, j'aime bien le côté dépouillé, mais j'ai pris le fond bleu et en ai profité pour ajouter une bannière; mais tout ça peut encore changer)
      Davaï! Une biographie fort intéressante et passionnante (pourtant ce n'était pas gagné au départ!)

      Supprimer
  3. Gagarine ! je me souviens encore du premier vol avec lui Quel ramdam et quelle performance
    j'aime beaucoup ta présentation plus légère et plus claire comme ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai aucun souvenir (trop jeune? Pas la télé?) mais ça a dû être un événement, c'est sûr...
      La présentation : j'ai découvert un design encore plus épuré... Finalement on va tous (ou presque tous) vers ce genre de présentation.

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas mais cela semble intéressant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est agréable de découvrir ce qu'on ignore ou a oublié, quand c'est bien raconté.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Hein? Tu as tort, je pense que ce serait ton créneau de lecture! ^_^

      Supprimer
  6. Dans Peste et choléra de Patrick Deville il y a aussi une biographie de Yersin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, j'y ai pensé, mais le roman de Deville est plus littéraire je crois. Je pourrais le lire maintenant que j'ai les bases?

      Supprimer
    2. Je ne pense pas qu'il y ait besoin de bases pour lire ça.

      Supprimer
    3. Tu sais, je ne connaissais rien sur Yersin il y a peu... Mais j'ai bien envie de lire le Deville.

      Supprimer
  7. Celui sur Gagarine m'intéresse bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon préféré aussi (à mon grand étonnement, comme quoi il faut tenter!)

      Supprimer
  8. Gagarine m'intéresse aussi, l'autre non...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir, mais ces lectures changent de l'habitude!

      Supprimer
  9. Celui sur Gagarine m'intéresse beaucoup, surtout si en plus il est bien écrit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit facilement (pas trop de détails scientifiques compliqués, de noms propres et sigles ^_^)

      Supprimer
  10. Bon, finalement je n'attends pas, je sais qu'un billet est en couveuse. ;-) Ça devient risqué pour ma BAL au retour (billets à lire). Et puis là, Ginkgo + thématique de l'espace, difficile de résister ! Surtout que cette nuit, c'était nuit sans la grande ourse. Mais bon, j'aurai vu des ragondins haha !
    Bon, noté pour la bio Gagarine, en attendant mon roman de Vinci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bio Gagarine, c'est quand tu veux! ^_^ Même si tu es restée sur Terre.

      Supprimer
  11. Ah, ah, j'aime ton titre ! Tu vas attirer les fans de légumes bios ! J'ai déjà lu (ou plutôt écouté) Peste et choléra, je garde l'idée du héros soviétique pour plus tard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi, mais je me demandais si je n'allais pas ajouter entre parenthèses (graphie)...
      Peste ou choléra : un jour peut-être? Le Gagarine est bien.

      Supprimer
  12. Suis assez tentée par le premier...Il y a un côté fascinant chez Gagarine. Il est étonnant comme éditeur Gingko, ses sujets passent d'un thème à l'autre (j'avais lu chez eux une transcription d'une journal de bord au XVIIe siècle)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gagarine, oui, y compris sa mort assez précoce...
      J'aime beaucoup Ginkgo, avec ses auteurs contemporains du monde entier de style parfois décalé (Roumanie, Corée) et ses documents historiques introuvables...

      Supprimer
  13. "Le rêve russe", pourquoi pas?
    J'aurais peur que ce soit un peu compliqué mais tu sembles dire le contraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment été contente de cette lecture (parce qu'au départ, la Russie, bah)

      Supprimer
  14. Comment ça pas lu peste et cholera. Et pourquoi que je fais des post dessus si tu ne lis pas apres les livres recommandé chaudement par ma modeste personne.Mais il faut lire Deville ! tant que tu vas a la bibliotheque, prends aussi Equatoria sur Savorgnan de Brazza.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A feuilleter Deville, je sais que j'aurai une excellente lecture et plein d'informations qui me manquaient... C'est à la bibli! Equatoria, je ne sais pas.
      Sinon, oui, à quoi ça sert que tu te décarcasses! ^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !