jeudi 30 juillet 2015

La revanche de Kevin

La revanche de Kevin
Iegor Gran
P.O.L., 2015

Kevin H. (on ne connaîtra pas son nom) travaille à la radio (pardon, la Radio) plutôt dans le commercial, d'ailleurs, et s'est toujours senti moqué/ostracisé/regardé de haut à cause de son prénom, considéré comme indiquant une extraction populaire. Le prénom comme marqueur social? Le prénom entravant un avenir professionnel? Déjà que certains étudient la corrélation entre prénom et mention au bac...

Sous le pseudo d'Alexandre Janus-Smith il court les salons du livre, se présentant comme lecteur dans une grande maison d'éditions. L'auteur appâté ne verra jamais de contrat. Sa dernière victime: François-René Pradel.

Un événement tragique viendra changer la face de l'histoire, qui prendra des chemins inattendus et réjouissants pour le lecteur. J'ai dévoré ce roman, y voyant surtout -et avec délectation- une vision des milieux éditoriaux et intellectuels. A l'autre bout du spectre, le personnage de la mère de Charlotte est une vraie réussite. Tout comme le roman, pour faire court, avec ses rebondissements (et ses notes de bas de page) !

Les avis de Clara (moi aussi, lu d'une traite!)

50 commentaires:

  1. Et pourtant, je le trouve si joli ce prénom. Apparemment, sa réputation en Angleterre n'est pas terrible non plus.
    Le roman me tente bien en tout cas. Surtout si tu l'as dévoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce prénom doit avoir été le plus donné en France dans les années 90, mais je ne m'en suis rendu compte que 10 ans après, quand ils étaient en collège...
      Un bon roman!!!

      Supprimer
  2. J'attendrai sagement la sortie en poche en comptant tous les Kevin en face de moi ...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vers 2012, j'ai constaté, 'plus de Kevin en sixième'! Evidemment c'est chez toi qu'ils sont... ^_^

      Supprimer
  3. J'ai encore "l'écologie en bas de chez moi" dans ma PAL, donc soyons raisonnable, je m'en tiens là pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de le faire sortir de la PAL (de toute façon, les deux sont courts)

      Supprimer
  4. Il m'a l'air bien intéressant celui-ci. Je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réjouissant mais pas que, hélas! Il se lit vite.

      Supprimer
  5. C'est amusant, j'ai justement lu hier un article sur les prénoms en tant que marqueurs sociaux et ce livre était cité. Je l'ai noté dans ma liste sans trop savoir ce qu'il valait. Ton article tombe au bon moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en a peu parlé, et c'est dommage; Kevin (ou autres) comme trop marquants, oui; mais ce roman (passionnant à lire) évoque d'autres sujets.

      Supprimer
  6. Il me fait de l'oeil depuis longtemps à cause de son titre, et je me rends compte grâce à ton article qu'il n'y a pas que le titre qui est tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On rit parfois jaune, c'est bien ficelé!

      Supprimer
  7. J'ai lu il y a un moment "L'écologie en bas de chez moi", mais je n'avais pas été convaincue notamment par les notes en bas de page. L'ensemble m'avait paru un peu trop m'as-tu-vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais aimé L'écologie en bas de chez moi (et les notes!) . Mais rassure toi, ici il y a très très peu de notes de bas de page...

      Supprimer
  8. J'avais adoré l'écologie en bas de chez moi,un peu moins ses chroniques dans charlie hebdo. Mais celui là je me le suis noté. Le probleme, c'est qu'il n'y a pas que les kevin, jordan est bien aussi et puis ... bon je ne vais pas me facher avec la terre entiere.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois très clairement quels prénoms tu pourrais citer, les enseignants ont la liste! ^_^
      Ha bon il écrit dans Charlie Hebdo (je vis sur une autre planète)
      Tu devrais adorer aussi ce roman!

      Supprimer
  9. je n'ai pas aimé son bouquin sur l'écologie, je trouve son humour parfois un peu facile, mais pourquoi pas à l'occasion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur 200 pages, cela se passe bien, et il y a des retournements dans l'histoire...

      Supprimer
  10. Ca a l'air intéressant comme tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Original et intéressant. Culotté aussi, je trouve.

      Supprimer
  11. il ne m'aurait pas forcément attiré, mais pourquoi pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais aimé le précédent roman de l'auteur...

      Supprimer
  12. Je n'ai jamais lu cet auteur mais par solidarité pour un prénom qui commence par un K, je tenterais bien ! J'ai lu un début de roman de la future rentrée littéraire où le principal (ou le premier) problème du personnage semble être de s'appeler Franck ! Il faudrait que je le retrouve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Franck cela remonte à avant les Kevin... Tu as remarqué qu'on peut en gros donner l'âge des gens en connaissant leur prénom (sauf exceptions bien sûr)

      Supprimer
  13. J'en avais lu 2 de cet auteur (mais ça remonte) et je suis fan ! Un de ces auteurs dans mes petits carnets à la rubrique "humour satirique irrésistible, loufoque, répliques piquantes". S'il n'a pas changé, tant mieux ! Il faudrait que je retourne un peu dans son univers (mais bon, PAL, LAL, autres tentations...) (toujours la même rengaine...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moins de 200 pages, pour un gros plaisir de lecture qui te réservera quelques surprises...

      Supprimer
  14. quand je faisais des tournois de tennis je devinais à tout coup l'âge de mon adversaire d'après son prénom!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour les collègues, les blogueurs et blogueuses, ... ^_^ Mais ça ne marche pas pour les 'classiques intemporels'.

      Supprimer
  15. Je me rappelle d'un article de Freakeconomics sur le sujet des prénoms, surtout aux USA ou la discrimination à l'embauche se base apparemment beaucoup sur les noms très "noirs" sur les CVs malgré l'absence de photo.
    Bon, je jetterais peut-être un oeil à ce livre, même si ça risque de me mettre la monstre pression, étant en pleine réflexion prénom pour future junior. Je te rassure, Kevin ne fait pas partie de la liste des palpables ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais comment c'est aux USA (mais il fallait bien s'en douter...) Kevin, ce n'est apparemment pas un problème de couleur, mais plutôt de milieu... et puis ça a été tellement donné, on saturait!
      Ce roman n'est pas que sur l'influence des prénoms. Un junior? Bravo, félicitations. Je compte sur ton bon sens pour le prénom. Moi j'ai un petit goût pour les indémodables... Pour ne pas me faire des ennemis, je ne te donnerai pas la liste des prénoms qui me font soupirer (encore une tripotée ce matin dans le quotidien, rayon naissances)

      Supprimer
  16. Voilà qui m'intrigue ! C'est noté, comme on dit !
    Merci pour cette critique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman lu surtout parce que j'avais aimé le précédent! Vraiment TB!

      Supprimer
  17. Tu titilles ma curiosité là...

    RépondreSupprimer
  18. Oh oui je me souviens du billet de Clara ! Il faut que je vérifie si je l'ai bien noté, ça m'intéresse. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute n'ai-je pas cherché dans les recoins, mais je n'ai pas trouvé de billets de blogs (hors clara), et c'est dommage!

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Fais l'expérience, tu verras (et c'est court, tu ne risques rien!)

      Supprimer
  20. Je finis ton billet, et je me dis, mais, mais, ça me titille là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je n'ai évidemment pas tout raconté...

      Supprimer
  21. Ah mais je le veux absolument, j'ai un copain qui s'appelait Kevin et tout était compliqué pour lui, j'adore tout de l'idée. Noté , et j'ai hâte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais réalisé comment ça pouvait être de s'appeler Kevin, j'ai surtout connu des élèves de ce prénom...
      Tu devrais aimer ce roman, oui.

      Supprimer
  22. Je ne sais pas si tu lis l'allemand mais j'ai pensé à ton billet en lisant cet article: http://www.blick.ch/news/ausland/es-ist-beleidigend-alpha-kevin-darf-nicht-jugendwort-des-jahres-sein-id4014530.html
    Apparemment, le dictionnaire allemand Langenscheidt choisit par vote le mot "djeuns" de l'année mais pour la première fois, ils ont dû refuser le vainqueur pour éviter d'être discriminatoire. Il s'agissait du mot "Alpha-Kevin", ce qui veut dire "le plus bête de tous". J'ai trouvé ça assez énorme (et horrible pour les Kevin) ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 5 ans d'allemand seconde langue... mais rien à faire, c'est trop loin (quoique lors d'un vol Lufthansa les phrases basiques me revenaient bien en tête). Merci donc d'avoir résumé!
      J'ignorais que le prénom Kevin avait eu aussi ses années de préférence en Allemagne! En France, c'était très net, pas une classe sans un ou deux Kevin, pendant des années... Rarement les meilleurs élèves, il faut avouer. Même si je me souviens de deux copains prénommés ainsi, excellents élèves, et forts en maths. Le prénom ne les avait pas terrassés!
      Cependant c'est horrible, l'histoire dont tu parles.
      A ma connaissance, il n'y avait pas eu avant de prénom très à la mode mais si connoté... Beaucoup de Christelle, de Nicolas, etc. mais sans opinion négative attachée à ce prénom.

      Supprimer
    2. C'est vrai, je ne connais pas d'autres prénoms avec une connotation aussi forte (à part ceux de quelques dictateurs). Surtout que les Kevin semblent avoir la vie dure dans plusieurs pays (la France, l'Allemagne, l'Angleterre...).
      Bon, Kevin, le prénom, on trace; Kevin le livre je note ;-)

      Supprimer
    3. C'est sûr qu'on n'est pas prêt de revoir le prénom Adolf/Adolphe en tête de gondole... ^_^
      Étrange que le phénomène existe dans des pays si différents...
      Bonne conclusion : le roman est bien (et il n'y a pas que des variations sur la difficulté à le porter, ce prénom)

      Supprimer
  23. Connaissant un ou deux Kevin (adorables et très futés d'ailleurs !), pas forcément à l'aise avec leur prénom, je me dis que cela ferait un joli cadeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, en fait je ne sais pas, ou alors il vaut mieux que tu lises ce roman avant de l'offrir.

      Supprimer
  24. Entre ton pitch et "une vision des milieux éditoriaux", le menu est bien tentant. Envie d'y goûter en tout cas !

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!