mercredi 12 août 2015

Brasil

Brasil
La grande traversée
Franck Degoul
Transboreal, 2015



Encoooooooooore un récit de marche!(si, vous l'avez pensé!) Oui mais là il s'agit de parcourir le Brésil du sud (Chui, proche de l'Uruguay) au nord (Oiapoque, près de chez nous, enfin, la Guyane). Des milliers de kilomètres en sept mois et demi. De la pampa à la forêt équatoriale, le long d'une route (voire une piste) sillonnée par les camions et généralement bordée de clôtures (comme quoi il n'y a pas que la Sologne...), et donc au bord de laquelle il s'avère délicat de monter en toute sécurité Rotunda, la petite tente censée abriter notre marcheur, qui souvent se rabat sur les nombreuses stations-services, offrant eau, nourriture, douches, et rencontres.

Découvertes intérieures du marcheur qui ne s'appesantira pas sur ses difficultés et comme Rufin découvre le 'bonheur de se sentir allégé'. Cependant par prudence il fallait bien prévoir eau et nourriture pour quelques longues étapes...

"Tout d'abord, admettre ne rien maîtriser de l'instant qui suit. Sillonner chaque journée sans savoir ni où ni comment on dormira le soir venu. Et, à l'encontre des inquiétantes chimères ourdies par l'imagination, constater que tout se déroule invariablement."

Frank Degoul est docteur en anthropologie et à ce titre a déjà roulé sa bosse dans pas mal d'endroits. Mais là, il ne s'agissait pas de séjourner en un lieu et d'étudier longuement, mais de "passer plutôt que demeurer". Au fil du voyage, des paysages, des rencontres, se révèle un Brésil multiforme. Multiracial, on le savait, et les rencontres avec des indigènes déracinés sont tristes. Mais j'ignorais totalement l'existence de villes établies il y a 200 ou 100 ans par des immigrants allemands, italiens...

Aux moments de découragement, que de belles (et courtes) rencontres faisant oublier les déceptions d'autres. L'auteur a l'art de la description de ces moments parfois fugitifs, brefs en tout cas.

"Il semble qu'au Brésil, marcher soit le symptôme d’une déchéance.  Marche celui que la misère met au pas- le vagabond, l'errant; marche encore celui qui s'ensauve, qui s'évade. La marche n'est pas l'instrument d'une découverte mais une sentence, la bannière des réprouvés."

Voleurs de grands chemins, pumas, les dangers guettaient notre voyageur. Intrépide, il a continué!

"Cette longue marche n'est pas prestigieuse
Cette longue marche n'est pas humanitaire
Cette longue marche n'est pas dans les pas de ...
(...)
Cette longue marche ne fera pas un succès de librairie
où un aventurier solitaire, apollinien,
au regard aussi pur que les pays qu'il parcourt
(...)
Mais parvient avec son entier courage et ses ultimes ressources
à regagner Paris pour y briller au Salon du livre.
(...)
Cette longue marche est aussi vaine qu'une oeuvre d'art
et sans doute aussi indispensable à son auteur."

Le billet de Chinouk (merci!)

24 commentaires:

  1. Des livres de marche, j'en ai plusieurs encore dans ma PAL, alors je ne dirais rien ... et je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais déjà un (^_^) .
      Tu sais, j'ai déjà fouiné dans le catalogue de l'éditeur, il y a encore de la marche parmi les titres qui me font envie...

      Supprimer
  2. Transboréal et toi, c'est une longue histoire, on dirait... ;-) Mais marcher au bord d'une route nationale, quelle horreur ! enfin, à la lecture, tu ne devais pas trop sentir les gaz d'échappement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire pas encore terminée... Sans doute la bibli en a encore sous le coude, ou alors je sais les trouver en salon...
      La route est surtout utilisée par des camions (ce n'est pas mieux, tu me diras) mais il ne semble pas y en avoir à touche touche non plus. Plutôt dangereux quand même...

      Supprimer
  3. Ah Keisha et ses marcheurs ;-) Je l'ai croisé en librairie et en bibli ...

    Je change de sujet mais en voyant tes échanges sur Mrs Woolf, je me suis dit que tu pourrais me dire par quoi commencer ? Car ma BM possède énormément d'ouvrages sur elle (romans, essais, correspondances) et je ne sais pas par quoi commencer ? Je suis allée sur Wiki pour en savoir plus sur elle (je connaissais sa fin tragique). Pourrais-tu m'aider ce coup-ci ? Orlando ? The waves ? ou une correspondance ? Ses nouvelles comme celles que tu as lues en juin dernier ? Je vais lire aussi en vo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu t'adresses à la bonne personne (modeste is my middle name) quoique Laure de Micmélo a un parcours elle aussi.
      Bon, j'ai démarré Mrs Dalloway en français, jeté l'éponge au bout d'une page, ensuite dévoré L'art du roman (en français) et c'était parti! J'essaie de la lire en VO. Romans, essais, nouvelles, une biographie. je n'ai pas terminé et ai encore la correspondance. Tu as colonne de droite dans Poids lourds : Woolf.
      Lire des essais, donc, une petite bio aussi si tu veux, et te lancer dans ses romans, Mrs Dalloway, Vers le phare, bref tu as du choix.

      Supprimer
    2. Oh merci ! Oui justement le choix est tel qu'on est un peu perdu ... je clique sur "woolf" - l'art du roman t'a fait basculer ? je le note !

      Supprimer
    3. Mon premier, dévoré lors d'un voyage en train... Ensuite tout s'est bien passé, j'ai enchaîné les romans. Je préfère en VO si je trouve, alors fais de même.

      Supprimer
    4. Oui je préfère la lire en vo également, surtout si son style possède son propre rythme, une fluidité !

      Supprimer
    5. Tiens, une citation de mon billet sur quelques nouvelles
      "Et cette phrase, justifiant qu'on lise VW en VO : 'making dashes and splashes about him like a man dabbing putty here there trying to cement bricks together' "

      Supprimer
  4. Je pense que ça ne me plairait pas vraiment :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, je suis d'accord, je raffole un peu trop des histoires de voyages... ^_^

      Supprimer
  5. de retour après une navigation autour de la Bretagne, je vois avec plaisir que mes blogs amis se sont remplis de belles trouvailles , je viens de passer un bon moment sur ton blog et j'ai noté quelques bonnes idées . Peut être pas ce dernier récit de marche .. encore que....marcher au Brésil me semble plus intéressant que d'aller à Compostel avec les milliers de "pélerins"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naviguer autour de la Bretagne... je t'envie!
      Ce voyage au Brésil est fort intéressant, et notre "pèlerin" était plus seul que sur le chemin de Compostelle, même si finalement le chemin vers Compostelle donne des récits différents selon les marcheurs...

      Supprimer
  6. Encoooore un récit de marche ???? :-P Non, ce que j'ai pensé en premier, c'est "Oooh ! Brésil ! Aaah ! Transboreal ", mode radar on, bouclier agité. Bon, j'ai Amours que tu m'as prêté à lire déjà (t'as vu comme je tiens bien ma PAL :-P), après on verra. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que ta PAL est déjà bien attaquée, super!
      Oui, ce Brasil devrait te plaire...

      Supprimer
  7. je n'ai jamais lu chez cet éditeur, mais un jour, il va bien falloir, comment résister plus longtemps à tes engouements ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein quoi? Allez, je te pardonne, file vite à ta bibli en emprunter, tu trouveras bien un sujet ou une destination qui t'agréent, via un auteur chez Transboreal...

      Supprimer
  8. Partir sans savoir où on va, où loger ni si on sera logé le lendemain... Oui, je m'aperçois que même en le voulant, ce n'est plus faisable pour moi (même jeune notez bien, j'étais plutôt organisé...) à cause de l'âge. Ni malade, ni vieux (mentalement en tous cas), il faut que ça suive physiquement et deux nuits sans bon sommeil et le reste passe à la trappe... Vous me comprenez.
    Alors en effet j'apprécierai sans doute la marche de Degoul, mais en lecture, confortablement installé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ainsi que je l'ai appréciée! A la maison.
      L'auteur avait juste programmé deux points de chute dans de grandes villes, dont l'une pour renouveler un visa, mais sinon, oui, c'est l'aventure. Je ne dis pas que Compostelle c'est du gâteau, mais c'est un chemin plus (trop?) fréquenté, avec logements, étapes prévisibles si on le désire. Reste quand même la marche!
      Frank Degoul s'est lancé dans une aventure qui aurait pu mal se terminer, c'est sûr.
      Comme vous, j'aime l'organisé... Plus l'âge de jouer avec sa santé... Avez-vous lu les récits d'Axel Kahn marchant à travers la France? L'homme n'est plus tout jeune et a veillé à garder un confort à l'étape, je l'approuve!

      Supprimer
  9. je vois qu'on apprécie tout ce récit... mais bien assis chez nous ! c'est un sacré périple quand même, je crois qu'on est tous d'accort là-dessus. J'aime beaucoup le passage que tu cites. En tous cas merci encore à Franck, car sans lui, je ne serai jamais partie au Brésil, et encore moins en longeant les routes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'en fait pas du tout un plat, mais son périple était bien dangereux quand même... Une belle découvert, grâce à toi aussi! (transboreal forever)

      Supprimer
  10. Merci pour vos commentaires à propos de Brasil, je suis ravi de constater que mon ouvrage vous a transporté à mes côtés le long des veines d'asphalte et de latérite de ce si vaste et si merveilleux Brésil ! Si vous souhaitez prolonger sa lecture, retrouvez-le sur : https://www.facebook.com/pages/Brasil-La-grande-travers%C3%A9e-Franck-Degoul/369190899928279

    La page Facebook de l'ouvrage vous donnera accès à de nombreuses autres informations le concernant.

    Merci encore, et bon vent à toutes/tous !

    Franck Degoul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre passage!
      Oui, me passionner pour la marche dans un pays que je ne connais pas, il fallait le réussir, vous y êtes arrivé! Plus généralement je fais confiance à l'éditeur pour bien me balader (sans quitter la maison)
      Merci beaucoup des informations et liens.
      Bons voyages à vous, s'il en est de prévus!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !